vos récits de voyages.

Brunehilde

On s'débrouille, avec ce qu'on a dans les mains !
4 Jan 2019
850
6 067
93
#2
Récit de voyage, c’est un bien grand mot mais je m’essaye à l’exercice.

@Azeban m'a accompagné lors de cette première journée, quand à chaque fois que j'ai eu envie de balancer mon vélo, je me suis répété sa remarque en me disant qu'à chaque coup de pédale, ça me faisait de l'entraînement en plus :yawn:


Le tour du lac de Constance à Vélo, se faire les mollets au Bodensee

crédit photo : terre d'aventures

Nous avons l’habitude avec mon mari de faire un voyage lointain par an, randonner et manger tout plein. Cette année, c’est un peu différent parce que notre fils a bientôt un an : la logistique et les contraintes nous paraissaient trop importantes pour se lancer dans ce genre de périple tout de suite. Nous avions cependant envie d’un voyage qui nous ressemble et pas forcément un séjour balnéaire.
C’est là que l’idée du siècle m’est venue : si on partait faire un voyage itinérant à vélo? J’ai toujours rêvé de faire ça sans jamais oser, et étant donné que j’ai repris le sport ça me paraissait faisable. Nous avons choisi le lac de Constance en 7j/6 nuits, formule de luxe : hôtel, demi-pension et transfert des bagages, histoire de ne pas mettre la barre trop haut pour une première fois :cretin:

Les préparatifs :
C’est pleine de bonne volonté que j’ai mis en place un entraînement, que j’ai commencé à faire cette foutue liste de trucs à prendre (ma valise minimaliste parfaite a été totalement mise à mal par l’arrivée d’un bébé, il va me falloir quelques temps avant d’atteindre de nouveau un volume acceptable. :erf:) et investi dans des organisateurs de valise pour gagner du temps.

Malheureusement, une blessure au dos a ruiné mes possibilités d’entraînement, c’est donc absolument pas sereine que j’ai vu la date du départ approcher.

J’ai malgré tout courageusement charger mes traces gpx, téléchargé mes deux livres audios, et quelques vidéos d’étirement spéciales survivre à une journée de vélo.

Pour le reste, l’agence avec laquelle nous sommes partis, nous a fourni un super livret de voyage avec toutes les infos dont nous avions besoin à étudier.


Le voyage :

Le lundi après avoir déposé nos nombreuses affaires à l’hôtel, nous sommes allés récupérer et tester nos nouveaux compagnons de route : les vélos et la remorque à bébé. Première difficulté : retourner de l’agence de location à l’hôtel. Google maps et komoot ne sont pas top en gps vélo :lunette: C’est donc un peu inquiète que j’entame ce voyage.

Mardi, première étape de Konstanz à Stein am Rhein, les débuts sont un peu confus, sortir de la ville, trouver la bonne piste cyclable et la bonne direction… Mais on y parvient et nous voici lancés dans les magnifiques paysages du bord du lac. Stein am Rhein est une ville Suisse digne d’une carte postale, on y mange une glace avant de reprendre la route vers notre hôtel… Et c’est là que ça se gâte, puisqu’il est situé dans une autre ville à “quelques km” selon notre livret de voyage… En vrai, il est à 10 km de là, avec un putain de dénivelé. J’arrive à l’hôtel rincée et un peu découragée par la suite, je me demande franchement si je vais y arriver. Mon mari me rassure comme il peut, en plaisantant sur le fait qu’au moins, on fera le début d’étape du lendemain en descente.

Mercredi, Stein am Rhein - Überlingen via Konstanz l’étape est beaucoup plus simple physiquement, et c’est tant mieux, je reprends confiance et profite à fond du voyage. On traverse des villages de pêcheurs, au son des cloches des vaches dans les pâtures, la température est idéale, c’est vraiment un plaisir… Jusqu’à ce que nous arrivions à Konstanz, et qu’un carrefour sème la zizanie dans notre couple. Je veux suivre le panneau brun avec un vélo que nous suivions jusque-là, mon mari veut suivre le panneau avec le rond bleu et la direction dans laquelle nous allons indiquée. La trace gpx nous dit que de toute façon, nous ne sommes plus sur l’itinéraire. Je maudis la trace gpx, mon mari gagne le combat parce que je n’ai pas envie de me battre et qu’après tout : c’est vrai que c’est la bonne direction. Des tours et des détours en montée évidemment plus tard, je pète un plomb, ressort cette foutue trace gpx, et propose de couper par le campus pour rejoindre la piste que l’on est censé prendre, au diable les panneaux. Ce qui peut être une bonne idée, si le chemin indiqué sur la carte n’était pas un truc difficilement praticable avec une remorque bébé :lunette: Mon mari part en reconnaissance à pied pour voir si ça se fait sans tuer personne. Il met trois plombes, en ne prenant pas son téléphone, l’angoisse me fait péter un plomb total, mais mon fils se marre alors j’essaie de relativiser et de ne pas le contaminer :lunette: Son père en profite pour réapparaître, prend bonne note de ne pas oublier son téléphone, donne le feu vert et on rejoint enfin la piste. Nos détours nous coupent un peu l’envie de faire du tourisme sur l’île de Mainau et nous continuons notre chemin jusqu’au port. On traverse de nombreux vergers, c’est super agréable. Mon mari déraille pour la première fois de sa vie, je joue les mécaniciens, je suis complètement dégueulasse après la manoeuvre :cretin: On profite de notre mini croisière avant d’arriver à Überlingen. Nous prenons la sage décision à partir de là de ne suivre que le plan que nous avons dans le livret de voyage, de lâcher cette trace gpx qui nous induit à chaque fois en erreur, et de nous fier plutôt à un pictogramme qui a l’air de jalonner systématiquement notre parcours.

Jeudi, Überlingen - Kressbron : Le parcours est juste sublime, avec les Alpes qui bordent le lac, les vignobles, les lamas ou les alpagas dans les prés. Nous séjournons dans un hôtel au milieu de rien, avec une plage juste à côté. A droite pour les fans de maillot, à gauche pour les naturistes et “au milieu on ne sait pas trop” a dit en plaisantant l’hôtelier...Pensions-nous! Après avoir vu un cul nul passer sur un paddle, on s’est bien rendu compte que la frontière était floue :yawn: Ses vacances sont vraiment hyper agréables, j’ai l’impression de recharger mes batteries à fond et de prendre un bain de sérénité.

Vendredi, Kressbron - Rorschach (Soit Allemagne - Autriche - arrivée en Suisse). Là encore, tout roule bien et c’est un vrai plaisir. Fini les inquiétudes des premiers jours, on y arrive, j’y arrive, et j’en profite à fond. On pédale dans des paysages somptueux, et j’adore écouter les gens parler. Je ne comprends pas toujours : l’accent local est trèèès prononcé. Mais si charmant. J’adore les différentes variantes germaniques. Les r roulent, le switzerdütsch rebondit, bref, mon amour pour la langue allemande est toujours là (j’ai fait autrefois un cursus tourné vers le franco-allemand, et je me maudis d’avoir perdu ma capacité à m’exprimer correctement dans la langue). On se fait une petite frayeur en voyant un orage arriver sur nous alors que nous avons oublier les kway dans le bagage de l'hôtel. Malgré le vent de face (qu'on n'a pas trop maudit, du coup, il éloignait les nuages de nos têtes :lunette:), on a bien pédalé pour essayer de rejoindre un abri au plus vite... Et finalement, quelques km avant Rorschach, le soleil s'est pointé et nous a accueilli.




Samedi, Rorschach - Konstanz
. Et voilà c’est fini… La plus petite étape de toute, 40,7 km que nous ne voyons pas passer. On n'a pas oublié les kway cette fois, mais finalement, pas l'ombre des averses annoncées. Je termine mon livre audio au moment où nous entrons dans la ville. Un peu perplexe quant à cette fin d’ailleurs. Cette fois-ci, nous parvenons à l’agence pour rendre les vélos sans nous perdre, je suis fière de notre travail d’équipe ! :cretin: Nous sommes arrivés tôt, on en profite pour acheter quelques souvenirs et glandouiller sur la literie confortable de l’hôtel. Nos fesses l’ont bien mérité. D’ailleurs, je réserve un massage des gambettes pour le lendemain matin juste avant le départ pour me récompenser de mes belles performances !

5 jours - 296,8 km - entre 10 et 14km/h de moyenne. Ce n'est pas grand chose, mais pour moi c'était grandiose :jv:
 

Brunehilde

On s'débrouille, avec ce qu'on a dans les mains !
4 Jan 2019
850
6 067
93
#3
Les + :
* les paysages : lac, montagne, pleine nature, le pied! Sans compter les maisons traditionnelles chalets de montagne, de pêche ou maison d’architecte mêlant modernité et aspect plus traditionnel, franchement, les gens qui vivent là ont un cadre de rêve.
* la gentillesse des gens tant dans l’industrie du tourisme que les randonneurs ou les cyclistes croisés.
* la qualité des pistes
* J’adore voyager au rythme auquel me portent mes pas, ou mes pédales dans ce cas présent. C’est vraiment un luxe de prendre le temps, de vivre au rythme la nature en quelque sorte.
* super bien organisé, avec des interlocuteurs aux petits soins (ce qui est appréciable quand on est des newbies comme nous!)
* Franchement, je suis super heureuse d'avoir oser me lancer là-dedans, j'en rêvais, je l'ai fait et j'espère bien recommencer. Plus tard quand notre fils sera en âge de pédaler et rapidement en amoureux :winky:

les - :
* compte tenu de notre vitesse : difficile de visiter les différents sites sur le chemin et il nous a été impossible de pique niquer : on n’a pas eu le courage de faire des détours de 5 ou 10km pour trouver un supermarché. Je me félicite donc d’avoir pris une réserve de nourriture pour le petit plutôt que de compter sur les dits supermarchés (pourtant ils en parlent dans notre livret de voyage, mais on en a croisé 2 sur tout l’itinéraire qui était vraiment à proximité des lieux qu’on traversait :shifty:)
* se repérer en ville, c’est galère, il y a de très nombreux itinéraires c’est parfois un peu confus. Le livret de voyage aurait gagné à indiquer clairement quels pictogrammes suivre ou à défaut le nom de l'itinéraire dans les différents pays.
* les deux tremblements de terre. Mais moi j'étais claquée, j'ai dormi comme un gros sac :ninja: mon mari et mon fils ont visiblement moins apprécié :shifty:


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Dernière édition: