Vos citations de texte que vous aimez et partagez

Ekalos

Like science-fiction, but in real life
4 Jan 2019
4 791
25 484
113
#1
Coucou les Rockies!
je me suis dit que ça serait sympa de se partager des citations/passages de textes qui nous font rire/trembler/sourire, pleurer...de vos livres préferés ou en cours de lecture.
Amour infini sur Vos petits coeurs de lectrices et de lecteurs <3
 
You Rock !: Melou

Ekalos

Like science-fiction, but in real life
4 Jan 2019
4 791
25 484
113
#2
Saadi Gulistan, Le jardin des roses (1980, trad Pierre Seghers)

On rapporte que, dans un rendez-vous de chasse, on faisait rôtir une pièce de gibier pour Noûchérivân le juste, et qu'il n'y avait point de sel. On envoya un esclave au village voisin, afin qu'il en apportât. Noûchérivân dit : "Prends le sel en le payant, afin que cela ne devienne point une coutume, et que le village ne soit pas ensuite dévasté". On lui dit "Quel dommage naîtrait de ce peu de sel non payé?". Il répondit : "Le poids de la tyrannie dans l'univers a d'abord été minime. Mais quiconque est survenu l'a augmenté, de sorte qu'il parvenu où nous en sommes.
"Si le Roi mange une pomme d'un des pommiers de ses sujet
Ses esclaves arracheront l'arbre,
Pour cinq oeufs que le sultan à la légère empochera
Ses soldats tueront mille poules!"
 
You Rock !: Melou et Moonwyn

Melou

Tout ça c'est dans ma tête
18 Jan 2019
159
828
93
#3
Super idée !

Thomas Mann, Les histoires de Jacob (1933)


"Nul ne devrait ignorer que l'amour prépare à de grandes possibilités de souffrance et que rien n'est plus imprudent que d'aimer. Or, par une contradiction de la nature, il advient que les âmes tendres qui s'engagent dans cette voie, ne sont point faites pour supporter les conséquences du danger qu'elles risquent, alors que celles qui en auraient la force ne songent pas à exposer leur coeur et demeurent invulnérables."
 

Melou

Tout ça c'est dans ma tête
18 Jan 2019
159
828
93
#4
Marguerite Yourcenar, L'Oeuvre au noir ( 1968 )

"Il savait fort bien qu'il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui, et ceux qui croient ou affirment croire, et obligent sous peine de mort leurs semblables à en faire autant."
 
You Rock !: Ekalos et Meianne
17 Sept 2019
3
4
3
#6
il y a quelques années , j'ai passé un examen de littérature francophone et un paragraphe m'a marquée énormément :" Alors j'ai compris que j'avais un pays et qu'en dehors de ce pays je ne serais jamais qu'un étranger. Il m'a fallu vingt ans pour découvrir cette vérité subtile. En suite j'ai eu hâte de partir, d'aller le revoir, pour en prendre possession, le fouler de mes pieds, emplir mes yeux de ses différents horizons, respirer son air chaud, recevoir son soleil brûlant, avaler sa poussière blanche, dévorer à plein dents ses fruits sucrés, courir après ses filles brunes "
 

Melou

Tout ça c'est dans ma tête
18 Jan 2019
159
828
93
#7
@orchidéenoire c'est beau ! Tu connais le livre et l'auteur ?


“Your love is the sunlight that leaps over high walls and penetrates the iron bars of my prison window, stroking every inch of my skin, warming every cell of my body . . . and filling every minute of my time in prison with meaning.” Liu Xiaobo

Malheureusement cette citation n'est pas tirée d'un livre mais de la réalité, c'est tiré d'une lettre du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo à sa femme depuis sa prison en Chine. Il est mort d'un cancer faute de traitement approprié en 2017.
 
You Rock !: Lya et Ekalos

Melou

Tout ça c'est dans ma tête
18 Jan 2019
159
828
93
#8
Henri Laborit, Éloge de la fuite

"L'homme est enfin, on peut le supposer, le seul animal qui sache qu'il doit mourir. Ses luttes journalières compétitives, sa recherche du bien-être à travers l'ascension hiérarchique, son travail machinal accablant, lui laissent peu de temps pour penser à la mort, à sa mort. C'est dommage, car l'angoisse qui en résulte est sans doute la motivation la plus puissante à la créativité. Celle-ci n'est-elle pas en effet une recherche de la compréhension, du pourquoi et du comment du monde, et chaque découverte ne nous permet-elle pas d'arracher un lambeau au linceul de la mort ?"
 

CCCC

Cessez ces "C" !
20 Jan 2019
1 921
15 368
113
#9
Un passage sur un baiser d'adolescence. J'en ai des frissons. C'est en anglais. J'essayerai de le traduire à l'occasion. Pour l'instant, je le laisse là, dans la langue d'origine...
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
You Rock !: Melou

Aughra

Hormone monstress
2 Jan 2019
1 099
11 223
113
#10
@CCCC je manque cruellement de vocabulaire, je passe à côté de la moitié du texte :crying:
Merci toutefois pour le partage, je prendrai le temps de chercher les mots inconnus à l'occasion :)
 

Lya

Mélomane acharnée
3 Jan 2019
98
1 341
83
#11
Je viens partager un extrait que j'aime profondément de l'Autoportrait au radiateur de Christian Bobin.

"Faire sans cesse l’effort de penser à qui est devant toi, lui porter une attention réelle, soutenue, ne pas oublier une seconde que celui ou celle avec qui tu parles vient d’ailleurs, que ses goûts, ses pensées et ses gestes ont été façonnés par une longue histoire, peuplée de beaucoup de choses et d’autres gens que tu ne connaîtras jamais. Te rappeler sans arrêt que celui ou celle que tu regardes ne te doit rien, n’est pas une partie de ton monde, il n’y a personne dans ton monde, pas même toi. Cet exercice mental - qui mobilise la pensée et aussi l’imagination - est un peu austère, mais il te conduit à la plus grande jouissance qui soit : aimer celui ou celle qui est devant toi, l’aimer d’être ce qu’il est, une énigme - et non pas d’être ce que tu crois, ce que tu crains, ce que tu espères, ce que tu attends, ce que tu cherches, ce que tu veux. "