Vis ma vie de belle-mère

Une Rockie

Une Rockie Anonyme
25 Nov 2018
8
39
3
#1
Mon compagnon, ses deux filles et moi, c’est une histoire qui a commencé comme chez les ados : le matin, je m’échappais en douce de la maison, après une nuit de folie et le regret de ne pas prolonger ce moment par une grasse matinée à deux. Et puis, un jour, je me suis faite choper dans la salle de bain, et Vincent a officialisé notre relation vis-à-vis de ses enfants.
C’est à partir de cet incident qu’a démarré mon apprentissage de la fonction de “copine de papa”, que j’ai appris à maîtriser jusqu’à la faire évoluer vers le titre de “belle-mère”.
J’ai su que mon cher et tendre avait des enfants avant même de tomber amoureuse de lui. Cela lui a même valu un gros râteau, à une époque où je ne pouvais pas concevoir d’être en couple avec un mec plus vieux que moi, et qui plus est avec deux gamines sur les bras une semaine sur deux. Mais seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, et ma langue a fini par se retrouver dans sa bouche, mes fesses nues dans son lit, et moi toute entière...
Lire la suite ...
 
Dernière édition par un modérateur:

Morgen

New member
28 Jan 2019
1
2
3
#4
Ce témoignage m'interesse car je suis justement en couple avec un papa depuis très peu de temps. Par contre j'aurais aimé plus de détails sur la façon dont la Rockie a été "adoptée" par les enfants, comment se faire respecter, comment se sentir légitime... Tous les conseils sont les bienvenus, je galère avec un petit bout de 6 ans !
 
You Rock !: Cactus et Louve

GladBomb

New member
5 Fev 2019
1
1
1
#6
Un témoignage très touchant ! Je vis l'inverse : j'ai 2 enfants et un amour caché qui s'échappe encore en douce le matin ;) Mes enfants le connaissent comme étant "l'ami de maman" et l'adorent ! Mais je ne me sens pas encore prête à leur dire que c'est "le chéri de maman". D'après ce témoignage, il faut laisser le temps au temps, alors attendons et les choses se feront naturellement... :)
 
You Rock !: EmmanuelleMerteuil
9 Jan 2019
19
83
13
#8
Merci pour ce témoignage. Moi aussi j'aime un papa, et je n'ai pas encore rencontré ses filles. J'ai une frayeur monstre à l'idée d'être affublée du titre de "belle mère". J'ai moi même souffert de marâtres dans mon enfance.
Si ma panique fait bien rire mon chéri, il ne veut surtout pas presser les choses, et je le comprends bien, car pour moi c'est évident que leur bien-être passe avant le mien. Je considère même comme une chance karmique de pouvoir faire mieux que les conquêtes de mon papa.
Et, comme la rockie en témoignage, le désir d'enfant, on le sait lui et moi, sera probablement un obstacle à court terme. Lui n'en veut pas, mais je considère sa position avec son environnement actuel (séparation récente, crise de la quarantaine, bordel divers et variés, instabilité, relation nouvelle...) je pense qu'il n'est pas en mesure d'y réfléchir posément. On verra bien... je vais laisser du temps. Il y a encore de belles aventures à vivre. Et qui vivra verra...
 
16 Jan 2019
25
96
13
#9
C'est beau :loveeyes:

Ici c'est famille traditionnelle. Mais je trouve qu'il y a quelque chose de poétique dans les familles "recomposées"... Parfois avec les enfants de chacun qui se rencontrent et devienne frères et soeurs, ou quelque chose du genre, une relation à part. Un peu comme des cousins mais en différent :taquin:


Par contre ce qui me ferait peur, c'est que le désir d'enfant de l'un ou de l'autre devient parfois un obstacle, c'est du vécu dans mon entourage. Surtout lorsque la femme est plus jeune et sans enfants, j'ai vu plusieurs fois des couples se déchirer lorsqu'elle arrivait vers la trentaine, qu'elle voyait toutes ses copines avoir des enfants, puis le désir d'enfant qui naît...
On a tellement de choses à réinventer dans la société d'aujourd'hui !
 
You Rock !: La bouquineuse

Saltoboom

New member
7 Fev 2019
3
5
1
#11
Exactement ce que je vis, mon conjoint a deux filles de 6 et 9 ans, à la différence que je ne veux pas d’enfants. Mais je suis en pleine hésitation pour emménager avec eux car j’ai un peu peur, et mon chéri a un peu de mal à le comprendre. Je pense qu’il faut du temps a tout le monde ! C’est un gros changement de vie de passer de seule à 4 !
Merci pour cet article, j’allais justement vous conseiller de faire un article sur ce sujet puisque je pense qu’on est du monde dans ce cas !
 

Saltoboom

New member
7 Fev 2019
3
5
1
#12
Merci pour ce témoignage. Moi aussi j'aime un papa, et je n'ai pas encore rencontré ses filles. J'ai une frayeur monstre à l'idée d'être affublée du titre de "belle mère". J'ai moi même souffert de marâtres dans mon enfance.
Si ma panique fait bien rire mon chéri, il ne veut surtout pas presser les choses, et je le comprends bien, car pour moi c'est évident que leur bien-être passe avant le mien. Je considère même comme une chance karmique de pouvoir faire mieux que les conquêtes de mon papa.
Et, comme la rockie en témoignage, le désir d'enfant, on le sait lui et moi, sera probablement un obstacle à court terme. Lui n'en veut pas, mais je considère sa position avec son environnement actuel (séparation récente, crise de la quarantaine, bordel divers et variés, instabilité, relation nouvelle...) je pense qu'il n'est pas en mesure d'y réfléchir posément. On verra bien... je vais laisser du temps. Il y a encore de belles aventures à vivre. Et qui vivra verra...
Dans le même cas, j’ai ai mis des mois et des mois avant de rencontrer ses 2 filles (je voulais être sûre de l’amour que j’avais pour lui). Il fallait que tout le monde soit prêt je crois. J’ai même vu la maman des enfants avant de les voir elles ! Je m’en faisais une montagne et finalement ça s’est très bien passé :top::top: ! Je te le souhaite aussi.
 
You Rock !: La bouquineuse

agathe_14

New member
8 Fev 2019
3
5
3
#13
Bonjour bonjour !
Belle-mère d'une fillette depuis 2 ans, je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à m'être faufilée en scred ! Le soir, je ne venais chez lui qu'une fois qu'elle était couchée ;-) Je me suis même cachée derrière le comptoir de la cuisine alors qu'elle a débarqué pour "un verre d'eau" une fois couchée. :-D
De notre côté, on a fait les choses très progressivement, mon chéri ne voulait surtout pas perturber sa fille. On a aussi beaucoup discuté avec la petite et beaucoup entre nous. Elle et son père vivaient une semaine sur deux que tous les deux depuis 4 ans, ils avaient leur routine et moi j'ai bousculé sans le vouloir tout ça !! OUPS ;-)
On a beaucoup de chance, car la miss exprime très bien ses émotions et a su nous dire qu'elle était jalouse, qu'elle ne voulait pas partager son papa, qu'elle aurait préféré que ses parents restent ensemble, qu'elle se faisait plus disputer quand j'étais là, etc etc. Bref, tout ce qui était dur à vivre pour elle, elle a pu l'exprimer. On l'a écoutée, rassurée, on s'est adaptés, etc etc.
Avant de la rencontrer je me faisais toute une montagne aussi, et ça a pris plusieurs mois avant que la rencontre ne se fasse. D'abord en tant qu'amie, puis en tant qu'amoureuse.
Ensuite, concernant ma place, mon mec m'a placée d'office comme "adulte référente" pour sa fille. Il m'a toujours appuyée quand je lui demandais quelque chose. Je lui disais "t'es pas obligée de m'aimer, mais je suis une adulte référente, tu dois me respecter". Et la place qu'il m'a donné dans leur duo m'a grandement facilité la tâche. Je pense que c'est essentiel que le papa accorde une vraie place à la belle-mère.
J'ai moi-même une belle-mère, avec qui je ne m'entendais pas du tout enfant, donc j'essaye de faire au mieux : j'organise des activités sympas en famille, ou bien que toutes les deux. Parfois, on se ligue contre son père (pas sympa pour lui, mais ça nous fait tellement rire).
Il est super important de partager des bons moments, de les créer, pour nouer des liens forts (perso c'est préparation de cookies, dessin animé sous la couette sur le canap, danser et chanter sur des morceaux qu'elle aime, rien de compliqué, mais des trucs qu'on kiffe toutes les deux). Elle m'a dit que depuis que j'étais là, elle faisait bp plus de choses qu'avant et qu'elle était trop contente (mouhahaha). Je connais des belles-mères qui n'ont pas réussi à tisser des liens avec leurs beaux-enfants, et la plupart du temps, c'est parce qu'elles n'ont pas pu/su s'investir avec (attention, il n'y a pas de jugement, chacun fait comme il peut ! Cette place est HYPER compliquée !!!).
La relation avec la mère de l'enfant/l'ex de ton mec est super importante aussi. C'est plutôt pas mal qu'elle ne te dénigre pas à tout bout de champ...
Et par contre, le truc insupportable, c'est quand la petite parle de sa mère (=l'ex de ton mec) constamment "maman, sa chanson préférée c'est ça, son arbre préféré c'est ça, on a fait ça avec elle", etc etc. C'est tout à fait normal mais bon, ça saoule !!!!! (je ne dis rien dans ces cas là, et je garde un grand sourire, en mode "c'est génial", loooool).
Ensuite, on se marre toutes les deux sur le côté marâtre, type blanche-neige, etc. Ca dédramatise le truc.
Enfin, on n'habite pas ensemble, et ça ne sera pas le cas avant plusieurs mois voire années, car je ne suis pas prête à changer complètement de vie et à intégrer ce rôle de belle-mère une semaine sur deux. Mon mec comprend complètement.
Voilà voilà !
 
You Rock !: EmmanuelleMerteuil

agathe_14

New member
8 Fev 2019
3
5
3
#14
Merci pour ce témoignage. Moi aussi j'aime un papa, et je n'ai pas encore rencontré ses filles. J'ai une frayeur monstre à l'idée d'être affublée du titre de "belle mère". J'ai moi même souffert de marâtres dans mon enfance.
Si ma panique fait bien rire mon chéri, il ne veut surtout pas presser les choses, et je le comprends bien, car pour moi c'est évident que leur bien-être passe avant le mien. Je considère même comme une chance karmique de pouvoir faire mieux que les conquêtes de mon papa.
Et, comme la rockie en témoignage, le désir d'enfant, on le sait lui et moi, sera probablement un obstacle à court terme. Lui n'en veut pas, mais je considère sa position avec son environnement actuel (séparation récente, crise de la quarantaine, bordel divers et variés, instabilité, relation nouvelle...) je pense qu'il n'est pas en mesure d'y réfléchir posément. On verra bien... je vais laisser du temps. Il y a encore de belles aventures à vivre. Et qui vivra verra...
Hello ! Moi j'en rajoute à mort sur le côté méchante belle-mère : je dis à ma belle-fille que si elle n'obéit pas, je lui ferai manger une pomme empoisonnée comme dans Blanche-Neige, tout ça sous le ton de la blague évidemment. Ca nous permet d'exorciser un peu le côté marâtre pour l'une comme pour l'autre !!!
Elle me présente comme sa belle-mère et ça me fait bien rire. Sa grand-mère dit que je suis sa belle-mère car je suis belle ;-) C'est sympa de tourner les choses comme ça aussi ! Courage, ça va le faire !!! :-*
 

agathe_14

New member
8 Fev 2019
3
5
3
#15
Ce témoignage m'interesse car je suis justement en couple avec un papa depuis très peu de temps. Par contre j'aurais aimé plus de détails sur la façon dont la Rockie a été "adoptée" par les enfants, comment se faire respecter, comment se sentir légitime... Tous les conseils sont les bienvenus, je galère avec un petit bout de 6 ans !
Hey, je détaille déjà pas mal dans mon long commentaire témoignage ;-) De mon côté, ce qui a énormémement compté c'est la place que m'a donné mon chéri. Si je demandais à ma belle-fille de faire quelque chose, il intervenait systématiquement pour lui dire de le faire derrière "agathe t'a demandé de...", ce qui appuyait ma position et me donnait de la légitimité. Ca c'est pour le côté "obéissance" et "légitimité". Ensuite, l'autre côté de la médaille, c'est d'organiser de bons moments en famille, pour que l'enfant t'associe à des trucs cools. Moi, je déteste jouer à des jeux d'enfants (les playmobils, quelle horreur !!!) , mais on cuisine ensemble, on chante, on danse, on fait du yoga, etc. Des trucs qu'on aime toutes les deux :) Elle me sollicite très régulièrement pour l'histoire du soir (moment sacré), à tel point que son papa était un peu jaloux ;-)
Après, oedipe aidant, ça n'a pas été de tout repos, elle nous a bien énervés... Ya des hauts et des bas... La communication et l'humour, ça aide bien !!!!
 

After13

New member
8 Fev 2019
1
2
1
#16
Témoignage très positif,contrairement au mien:Je suis childfree et n'ai jamais voulu vivre en couple, je me retrouve dans cette situation depuis plus d'un an et demi.
Les enfants ne m'intéressent pas, c'est de l'ordre de la tolérance car tout ce petit monde s'est installé chez moi sans concertation préalable.
Mon compagnon savait que j'étais childfree et ne m'en veut pas mais je pense qu'interieurement il est triste que je n'aie pas de complicité avec ses gamins.
J'ignore ce que l'avenir nous réserve, d'autant que nous sommes collègues, je me sens piégée...
 
21 Jan 2019
14
25
13
#17
Beau témoignage, ça fait rêver!

De mon côté, cela fait 3 ans que je vis avec un papa d'un petit garçon de 9 ans et je n'ai pas d'enfant moi-même. Même si on s'entend bien, j'avoue qu'il y a quand même de nombreuses difficultés qui persistent malgré le temps qui passe. Les moments où je me sens à part sont nombreux, surtout pendant les vacances à 3... Je comprends mon conjoint : quand on est en garde alternée, on veut profiter un max de ces moments avec son enfant. Mais quand je les voit jouer tous les deux, se dire je t'aime, leur complicité etc. des fois je me sens de trop.

Les disputes sont aussi courantes à propos de l'éducation et de son ex-femme. Tellement de choses de MA vie quotidienne dépendent d'autres personnes que je n'ai pas choisit que ça peut être frustrant! Il faut partir en vacances aux dates imposées par la garde alternée, revenir plus tôt de week-end quand Mme l'Ex doit déposer son fils... En ce moment, elle a changé de travail et est partie à l'autre bout de la France, donc nous allons nous retrouver avec son fils à plein temps, ce qui n'était pas du tout prévu!

En fait, je crois que le fait de ne pas faire partie de la famille au sens du "sang" fait qu'en tant que personne extérieure, je supporte cet enfant comme on supporte les enfants des autres. C'est ce que je dis souvent à mon conjoint quand il me dit que je suis trop dure... Je n'ai pas la patience d'une mère, l'amour filial ne m'aveugle pas (ce n'est pas péjoratif, c'est naturel de trouver que son enfant est le meilleur non?) et j'ai l'impression de donner beaucoup mais de ne pas avoir grand chose en retour : pas de câlins, pas de je t'aime, la fameuse bise polie avant d'aller se coucher dont parle l'article, forcément moins de complicité que si j'étais sa mère, pas de cadeau à mon anniversaire, pas de petites attentions... Je me rends bien compte qu'un enfant, c'est ingrat (je l'étais également petite, je ne réfléchissais absolument pas à ce que je disais, ce que je dégageais, à ce que mes parents pouvaient ressentir) et c'est parfois difficile à supporter quand on est à l'extérieur du noyau familial mais qu'il faut assurer au quotidien comme un parent à part entière. Je vois bien que son fils n'a pas la même confiance, que quand ça ne va pas c'est son père qu'il appelle, puis à défaut c'est moi, pareil pour le temps passé ensemble : il choisit de partager peu de son temps avec moi, sauf quand son père n'est pas disponible... Tout ça est tellement banal et normal que j'aurais bien dû m'y attendre et m'y préparer psychologiquement avant d'emménager avec eux mais c'est plus fort que moi, j'ai toujours un petit pincement au cœur dans ces moments là.

Ce qui me rassure, c'est que je sais que j'aurais eu une influence sur lui et sa vie, en apportant ce que je peux de mes valeurs, de mes expériences, de mes connaissances, de mes anecdotes. Même si ce n'est pas la famille recomposée fusionnelle des films, je pense qu'on tient tous beaucoup les uns aux autres et que la stabilité qu'apporte notre vie quotidienne partagée n'a pas de prix. Quand il sera plus grand et qu'il pourra prendre du recul sur son enfance j'espère qu'il aura de bons souvenirs avec moi et qu'on partagera davantage de choses.

Pour ceux et celles qui stressent et qui hésitent, soyez sûr.e de votre amour et de celui de votre compagnon/compagne, soyez sûr.e que vous ne serez pas systématiquement mis de côté et qu'il.elle vous soutiendra en face de son enfant. Les changements se mettent en place en douceur, petit à petit et chaque mini victoire est ultra importante! Notez les pour vous rendre compte du chemin parcouru. Et surtout, profitez de l'instant présent. Un enfant, ça grandit vite, ça change à toute vitesse (littéralement, un jour il ne sait pas lire et le lendemain ça y est!), les modes de garde évoluent, les relations entre ex aussi...

Je n'attends qu'une chose aujourd'hui : avoir ma propre famille, mes enfants à moi avec lesquels je pourrais partager ce que je vois tous les jours sous mon toit et qui me fait tant envie...
 
21 Jan 2019
14
25
13
#18
J'ai une frayeur monstre à l'idée d'être affublée du titre de "belle mère". J'ai moi même souffert de marâtres dans mon enfance.
Ce n'est qu'un titre officiel, personne ne t'appellera comme ça si tu n'en as pas envie... même si un jour tu es amenée à aller les chercher à l'école ou à un anniversaire, il faudra bien te présenter comme ça! :eek:

Si ma panique fait bien rire mon chéri, il ne veut surtout pas presser les choses, et je le comprends bien, car pour moi c'est évident que leur bien-être passe avant le mien. Je considère même comme une chance karmique de pouvoir faire mieux que les conquêtes de mon papa.
Tu soulèves un point que je trouve important "leur bien-être passe avant le mien"... Je trouve que ce n'est pas si évident quand on n'a pas d'enfant et qu'on se lance dans une telle relation amoureuse. Pour ma part, avant de voir ça de mes propres yeux, c'était une notion abstraite mais il faut bien comprendre qu'en tant que belle-mère, effectivement on passera toujours en 2ème aux yeux de son amoureux. Personnellement, avant je n'ai toujours été qu'avec des hommes sans enfant pour qui j'étais la première et la seule. Ce n'est pas si simple à accepter, parfois. Sans parler que, selon les relations et les modes de garde, on peut aussi avoir parfois l'impression de passer en 3ème, c'est à dire après les enfants ET après l'ex, qui prend quand même énormément de place dans le quotidien...
 

Elize

New member
10 Fev 2019
1
7
1
#19
Hey !
Je suis la belle mère de l'article, et je tenais à passer sur le forum pour vous remercier avec émotion de vos commentaires. ça fait plaisir de lire aussi vos autres témoignages de famille recomposées. Mes amies sont toutes avec des garçons de leur âge, avec des enfants qui, s'ils existent, sont leurs enfants, alors quand je lis un peu de vos histoires je me sens un peu plus "normale".

Entre l'écriture du témoignage et maintenant, pas mal de choses ont évoluées. Vincent et moi nous sommes de nouveau séparés, et remis ensemble. C'est important de parler de ça aussi, parce que annoncer aux enfants que je quittais la maison a été un moment vraiment très chargé en émotion, où je me suis rendue compte à quel point elles étaient attachées à moi... Mais c'est dommage de s'en rendre compte à cause d'un événement comme ça. Il y a eu beaucoup de larmes, de déclarations, de projets pour après. Pendant cette période de séparation, j'ai vu les filles au moins une fois par semaine quand elles étaient chez leur papa, on s'envoyait des textos, elles voulaient que je vienne manger à la maison, qu'on achète nos sapins de Noël ensemble.
Bref, je pourrais parler des heures de cette bêtise de séparation, sur ce que ça nous a apporté, et de comment on se sent pire que minable d'infliger autant de peine à des enfants.

Finalement, Vincent ou ses enfants, c'est la même chose, on est tellement mieux ensemble que séparés, donc on recommence, avec la volonté de faire la misère à nos problèmes. D'ailleurs le problème reste et est toujours mon envie d'enfant, mais on travaille dessus, on communique, on écoute beaucoup, parce qu'on veut arriver à une décision commune et partagée. Je ne désespère pas d'avoir un jour la chance d'avoir ma grande famille recomposée et de les emmener en van à l'autre bout du monde :love::love:
 
9 Jan 2019
19
83
13
#20
Alors déjà merci à toutes pour ces témoignages qui en effet permettent de prendre du recul et se dire que c'est pas dramatique.

Témoignage très positif,contrairement au mien:Je suis childfree et n'ai jamais voulu vivre en couple, je me retrouve dans cette situation depuis plus d'un an et demi.
Les enfants ne m'intéressent pas, c'est de l'ordre de la tolérance car tout ce petit monde s'est installé chez moi sans concertation préalable.
Mon compagnon savait que j'étais childfree et ne m'en veut pas mais je pense qu'interieurement il est triste que je n'aie pas de complicité avec ses gamins.
J'ignore ce que l'avenir nous réserve, d'autant que nous sommes collègues, je me sens piégée...

Big up à toi! Communique, parle, parle, explique ton ressenti, ta moitié ne peut pas deviner ce qui se passe dans ta tête. T'es pas obligée de faire ta belle-mère, mais au moins être une bonne amie de ce gamin, ça vous aidera tous les trois <3


Ce n'est qu'un titre officiel, personne ne t'appellera comme ça si tu n'en as pas envie... même si un jour tu es amenée à aller les chercher à l'école ou à un anniversaire, il faudra bien te présenter comme ça! :eek:
Ne parle pas de ça. Ne pense pas à ça! :drama:



Tu soulèves un point que je trouve important "leur bien-être passe avant le mien"... Je trouve que ce n'est pas si évident quand on n'a pas d'enfant et qu'on se lance dans une telle relation amoureuse. Pour ma part, avant de voir ça de mes propres yeux, c'était une notion abstraite mais il faut bien comprendre qu'en tant que belle-mère, effectivement on passera toujours en 2ème aux yeux de son amoureux. Personnellement, avant je n'ai toujours été qu'avec des hommes sans enfant pour qui j'étais la première et la seule. Ce n'est pas si simple à accepter, parfois. Sans parler que, selon les relations et les modes de garde, on peut aussi avoir parfois l'impression de passer en 3ème, c'est à dire après les enfants ET après l'ex, qui prend quand même énormément de place dans le quotidien...
Alors ça, ça me vient de ma môman : chaque copain était prévenu qu'ils passaient en dessous, bien en dessous de ses fifilles. C'était pas négociable, si elle devait faire un choix c'est nous d'abord. (ps : ah oui, j'ai eu des cas en beau-pères aussi...)
Donc même si j'ai l'impression d'être à part, eh bah tant pis. Je suis adulte, je peux encaisser ça. L'inverse n'est pas envisageable. Et puis mon chéri a bien assez de câlins en réserve pour nous trois <3