Un sujet où poser des questions sur la transidentité et les problématiques trans!

Armus

Well-known member
16 Sept 2020
265
2 054
93
@Merlu Désolé de t'embrouiller, je n'ai fais que répondre en fonction de mon ressenti puisque tu ne me déprimes pas et me décourages pas. Il n'y a pas de réponses toute faite que je pourrais donner donc toi seul peut en tirer des conclusions après tout ça.
 

Acathe

Well-known member
4 Jan 2019
487
3 667
93
Pardon d'avoir parlé au nom de tout le monde alors que c'était mon ressenti personnel effectivement.
Je retourne dans ma grotte.
 

Mercredos

Well-known member
2 Jan 2019
261
3 935
93
@Mahou je jette ça à la volée, mais pour la question des chambres, ça m'est arrivé d'être à ta place dans un autre contexte, mais j'aurais tendance à si c'est possible, dans le doute faire cohabiter la personne non-binaire et/ou en cours de transition avec une femme de la même tranche d'âge :hesite:
 
  • You Rock !
Reactions: Mahou

Mahou

Et Okiko!
26 Jan 2019
37
205
33
29
Bourges
@Acathe merci pour ta réponse! Et merci @Antioche et @Mercredos pour les compléments de réponses .
Pour l'instant, je n'ai jamais été face à une personne se définissant par "autre", mais je pense qu'effectivement il vaut mieux en parler avec elle•lui directement dès qu'on le sait.

Cette case est cochée à l'entrée, soit par les pompiers/le SAMU/ les urgences soit par le service d'admission pour des entrées programmées et les rares fois où j'ai eu à le faire moi-même, je m'appuie sur la carte d'identité, pour une raison de vérification d'identité.
Ça vaut ce que ça vaut mais le genre n'est pas forcément identique à celui assigné sur la carte... et je me vois mal proposer "homme", "femme" ou "autre" à tou•te•s mes patient•e•s si elles•ils ne m'en parlent pas en premier, surtout si l'enregistrement d'identité est déjà fait... Je suis de type discrète et timide donc j'aurais du mal à m'immicer à ce point dans la vie d'un•e patient•e, même si certain•e•s ne le ressentirai pas comme intrusif mais comme une forme de prise en compte totale de son identité.

Pour le "Mr"/"Mme", je rajoute toujours le nom de la personne (sauf si trou de mémoire :sweatdrop: ) déjà pour vérifier l'identité et puis je trouve que c'est plus respectueux, c'est une prise en charge plus personnalisée, surtout en chambre double. Mais comme tout, ça devient un réflexe qu'il faut apprendre à repérer et adapter si besoin!
Par contre, je ne me vois paaaas du tout utiliser le prénom, ça casse la distance nécessaire, c'est trop familier pour moi.
Mais clairement, à distance, le "s'il vous plaaaaaiiiit" + description vestimentaire est tellement efficace!:taquin:

@Mercredos je vois ce que tu veux dire mais je ne pense pas que ce soit réalisable de placer en fonction de l'âge (en plus du moment d'entrée, du niveau de santé, du niveau de remplissage du service, si je fais un changement de chambre pour l'âge mes collègues me tuent!:sweatdrop:).
Et malheureusement je ne pense pas que l'âge joue dans la tolérance ou non d'un•e voisin•e trans ou non-binaire. Ni que toutes les femmes réagissent respectueusement à la présence d'une personne trans MtoF ou FtoM ou non-binaire...:dunno:

Après, peut-être que je me tracasse trop pour quelque chose qui se passera très bien le jour où j'y serai confrontée mais entre les questions de pudeur (ah oui, petite précision, pas de rideau entre les deux lits en chambres doubles :facepalm: donc on compte beaucoup sur la discrétion des patient•e•s les un•e•s envers les autres...) et le fait que je ne voudrai pas mégenrer une personne en cours de transition et étant encore assigné à l'autre genre ni "choquer" le•a voisin•e si je dit Mr à l'un et Mme à l'autre.:hesite:
Et je pense que ça ne ferait de mal à personne que l'hôpital fasse une formation/rencontre/discussion à ce sujet car les mentalités ont encore besoin d'évoluer (quand j'entends les réflexions homophobes faites en off par certain•e•s collègues, je me dit qu'on en est loin!:eek:)
 

Glov'

procrastineuse professionnelle
4 Jan 2019
72
262
53
@Mahou
Une idée me vient : est-ce que ça ne pourrait pas être une question incluse dans la vérification de l'identité ?
"- Bonjour, pouvez-vous me donner votre nom, prénom, date de naissance, genre masculin, féminin, autre ?"
Au pire les cis non sensibilisées vont buguer un peu, mais pour les "autres" ça serait plutôt un soulagement d'entendre cette question ?
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Antioche

Las Fritas Barricadas
3 Jan 2019
594
3 665
93
@Glov'
Je connais surtout mon propre corps de métier, évidemment, mais la plupart des mails pro qu'on reçoit sur la boite de l'entreprise, à moins qu'ils ne soient adressés à l'un ou l'une d'entre nous, sont inclusifs.
Si tu as peur de la manière dont peuvent êtres perçues des mots comme ''iel'', ''celleux'' etc tu peux toujours te dire que ce ne sont que des abréviations du masculin + féminin et écrire en toutes lettres ''celles et ceux'' par exemple. On utilise déjà couramment pas mal d'inclusif, c'est une petite gymnastique d'utiliser des formules épicènes quand on a pas l'habitude mais en fait c'est pas si dur de faire de l'inclusif caché on va dire :)
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 796
6 175
113
32
Devant ton nez
Hello,

Je viens de lire dans le wikitrans qu'il valait mieux éviter de booster des publications transphobes même pour les déconstruire histoire de ne pas lui donner d'audience.

Or, à côté de ça, j'ai pourtant vu des militant.e.s trans avoir ce genre de pratique. Je suppose donc que ce précepte ne fait pas consensus au sein de la commu. J'ai l'impression qu'aucune des deux solutions n'est parfaite: si on les partage, même pour les démonter, on leur donne l'audience qu'il recherchait, mais si on ne le partage pas, on laisse circuler des intox sans contre-discours et on se retrouve bien en peine d'alimenter les veilles permanentes transphobie.

J'aimerais bien connaître votre opinion là-dessus.
 
  • You Rock !
Reactions: AprilMayJune

AprilMayJune

Well-known member
2 Jan 2019
167
2 008
93
@Merlu C'est une question de stratégie, ça, qui demande à ménager deux objectifs contradictoires. Il n'y a pas de réponse parfaite, je pense, c'est en fonction de la situation. Et c'est une problématique qui se retrouve dans tout le militantisme, c'est pas juste vrai pour les questions de transité.

Un bon principe à avoir, c'est de se demander quelle est la popularité de la publication transphobe: est-ce un article de blog obscur que personne n'a lu, ou est-ce un article publié dans le figaro qui va de toutes façons avoir de l'audience quoiqu'on fasse? J'ai vu des youtubeurs qui s'étaient donné comme règle de ne jamais répondre à des vidéos de gens qui ont une chaîne plus petite que la leur (en terme de vues et d'abonné-es), je trouve ça pas mal comme exemple illustratif de ce qu'on peut faire.

S'assurer que le discours est effectivement partagé (et discuté) ça permet aussi de ne pas forcément faire une montagne de tout, de ne pas éparpiller ses efforts et son énergie de façon inefficace, et de s'assurer de l'utilité de son intervention.
 

Mahou

Et Okiko!
26 Jan 2019
37
205
33
29
Bourges
@Glov' je pense que la question de genre, je la poserai au feeling, si je trouve une personne androgyne ou éloignée des stéréotypes de genre, même si je risque de passer à côté pour certaines personnes et que ça part d'un jugement de ma part...
je pense comme toi que les réflexions que je risque de recevoir si je généralise cette question sont tellement plus vivables que la transphobie subie par les concerné•e•s mais je suis pas encore prête :ninja: (rah je m'énerve moi même!)
je passe déjà pour une petite féminazie auprès de mes collègues que de l'entendre par des patients, ça me rends très mal à l'aise! Je vais réviser mes termes épicènes pour bien commencer! :clin:

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.