Un sujet où poser des questions sur la transidentité et les problématiques trans!

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 895
6 559
113
33
Devant ton nez
Hello,

Je viens de lire dans le wikitrans qu'il valait mieux éviter de booster des publications transphobes même pour les déconstruire histoire de ne pas lui donner d'audience.

Or, à côté de ça, j'ai pourtant vu des militant.e.s trans avoir ce genre de pratique. Je suppose donc que ce précepte ne fait pas consensus au sein de la commu. J'ai l'impression qu'aucune des deux solutions n'est parfaite: si on les partage, même pour les démonter, on leur donne l'audience qu'il recherchait, mais si on ne le partage pas, on laisse circuler des intox sans contre-discours et on se retrouve bien en peine d'alimenter les veilles permanentes transphobie.

J'aimerais bien connaître votre opinion là-dessus.
 
  • You Rock !
Reactions: AprilMayJune

AprilMayJune

Well-known member
2 Jan 2019
207
2 524
93
@Merlu C'est une question de stratégie, ça, qui demande à ménager deux objectifs contradictoires. Il n'y a pas de réponse parfaite, je pense, c'est en fonction de la situation. Et c'est une problématique qui se retrouve dans tout le militantisme, c'est pas juste vrai pour les questions de transité.

Un bon principe à avoir, c'est de se demander quelle est la popularité de la publication transphobe: est-ce un article de blog obscur que personne n'a lu, ou est-ce un article publié dans le figaro qui va de toutes façons avoir de l'audience quoiqu'on fasse? J'ai vu des youtubeurs qui s'étaient donné comme règle de ne jamais répondre à des vidéos de gens qui ont une chaîne plus petite que la leur (en terme de vues et d'abonné-es), je trouve ça pas mal comme exemple illustratif de ce qu'on peut faire.

S'assurer que le discours est effectivement partagé (et discuté) ça permet aussi de ne pas forcément faire une montagne de tout, de ne pas éparpiller ses efforts et son énergie de façon inefficace, et de s'assurer de l'utilité de son intervention.
 

Mahou

Et Okiko!
26 Jan 2019
37
208
33
30
Bourges
@Glov' je pense que la question de genre, je la poserai au feeling, si je trouve une personne androgyne ou éloignée des stéréotypes de genre, même si je risque de passer à côté pour certaines personnes et que ça part d'un jugement de ma part...
je pense comme toi que les réflexions que je risque de recevoir si je généralise cette question sont tellement plus vivables que la transphobie subie par les concerné•e•s mais je suis pas encore prête :ninja: (rah je m'énerve moi même!)
je passe déjà pour une petite féminazie auprès de mes collègues que de l'entendre par des patients, ça me rends très mal à l'aise! Je vais réviser mes termes épicènes pour bien commencer! :clin:

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 895
6 559
113
33
Devant ton nez
Est-ce que c'est possible d'avoir une dysphorie sans en avoir conscience ? Du type une souffrance mentale dont on ne sait pas qu'elle a un rapport avec notre genre et dont on se rend compte tardivement que si ?