Séparation/Rupture

Agathe_blues

Member
3 Jan 2019
2
5
3
Salut @BravoCharlie as-tu réussi à lui en parler?
J'ai connu une séparation l'année dernière après 6 ans de vie commune et un mariage (récent). Pour m'aider à parler des choses correctement, expliquer comme toi tout l'aspect individuel de la démarche, j'ai écrit les choses:
  • D'abord le processus par lequel j'étais passée : prise de conscience, impression d'étouffer, avoir l'impression d'en avoir déjà parlé, essayer de trouver de solutions, voir que ca ne marche pas,...
  • Ensuite lui expliquer ce que je ne voulais plus et pourquoi j'envisageais de partir.
  • Et lui dire ce que je voulais, attendais,..
Le fait d'écrire m'a permis de mettre de l'ordre dans mes idées et de mesurer que certains propose étaient injustes, violents ou pas appropriés.

Bon courage à toi!!!

La bonne nouvelle c'est que même si c'est une période difficile, on s'en remet.
 

Opiate

Active member
19 Jan 2019
14
39
13
Paris
Pour ma part, je ne prends pas le fait de ne pas se manquer comme quelque chose de négatif.
Je préfère être dans une attitude où l'autre ne me manque pas car je me suis rendue compte que le contraire me faisait souffrir. J'ai l'impression que le manque, c'est comme de se sentir incomplet. C'est même quelque chose qui vient du plus profond de nous-même et qui a besoin d'être comblé. Souvent, on pense que c'est l'autre qui va nous apporter ça.

A contrario, j'ai beaucoup souffert de la dépendance affective auparavant et lorsque j'ai voulu changer cela, cela a détruit mon couple car mon ex s'était habituée à ce que je pleure son absence, que je lui demande de venir me voir, etc. Elle n'a pas compris mon "revirement", ma nouvelle façon de voir les choses, qui est beaucoup plus positive aujourd'hui.

Pour moi, une relation devrait être vécue sereinement.

J'ai été dans la position de la personne qui met fin à une relation. Mais c'est sûrement parce que je sentais qu'un changement devait avoir lieu dans ma vie et que ce changement n'impliquait plus mon ex (c'est un peu égoïste mais c'était la réalité). Aussi triste et brutal que cela puisse paraître, elle ne faisait pas partie de mon évolution et je ne parvenais pas à l'imaginer à mes côtés. Je le sentais comme une évidence et cela a été très difficile pour moi, de mette fin à une relation où j'ai vécu beaucoup de choses fortes et une énorme passion amoureuse. De plus, nous nous aimions encore, d'où l'extrême difficulté à dire stop. Mais je voyais à quel point mon ex ne faisait plus de choses exaltantes dans sa vie (alors qu'elle est d'un tempérament de feu), et moi, je m'enlisais dans la mienne. Nous avions déjà essayé de remonter la pente, de faire plus de choses ensemble mais cela n'a pas fonctionné. Aucune de nous deux ne parvenait à faire d'efforts car cela ne concernait plus nos lignes de vie.

Je suis d'avis qu'il faut prendre le temps de s'interroger, de savoir ce que l'on souhaite. De toute façon, tout changement implique son lot de joie et de tristesse. Cela est forcément difficile de rompre, à un moment où à un autre. Il faut passer par là pour accéder au changement.
Et surtout: accepter d'arrêter, sans culpabiliser, car cela est nécessaire.
 

BravoCharlie

Villain of Circumstances
7 Jan 2019
273
1 710
93
Salut @BravoCharlie as-tu réussi à lui en parler?
J'ai connu une séparation l'année dernière après 6 ans de vie commune et un mariage (récent). Pour m'aider à parler des choses correctement, expliquer comme toi tout l'aspect individuel de la démarche, j'ai écrit les choses:
  • D'abord le processus par lequel j'étais passée : prise de conscience, impression d'étouffer, avoir l'impression d'en avoir déjà parlé, essayer de trouver de solutions, voir que ca ne marche pas,...
  • Ensuite lui expliquer ce que je ne voulais plus et pourquoi j'envisageais de partir.
  • Et lui dire ce que je voulais, attendais,..
Le fait d'écrire m'a permis de mettre de l'ordre dans mes idées et de mesurer que certains propose étaient injustes, violents ou pas appropriés.

Bon courage à toi!!!

La bonne nouvelle c'est que même si c'est une période difficile, on s'en remet.
Salut Agathe,
Petit update, c'est vrai que je n'ai pas pris le temps de venir faire le point ici sur ma situation et...elle a changé! Je suis donc célibataire, il me semble. Après, une soirée à discuter pour lui exposer mes raisons (qu'il a parfaitement comprises) et une matinée ensuite à pleurer (oui, j'ai beaucoup pleuré, c'était une sorte d'angoisse liée à l'énormité de ce que je venais de faire). Je me sens maintenant...soulagée? Alors pas tout à fait, parce qu'on vit encore ensemble: je ne rentre chez moi que quand il est couché (je ne fais pas exprès, je fais des trucs le soir) et je me lève longtemps avant lui, je dors sur le canapé etc. et ça va!
On est bien entendu triste mais on s'est entendu sur un point: on tient énormément l'un à l'autre et si on pouvait préserver notre lien pendant cette rupture, ce serait vraiment génial.
Alors en ce moment je le repousse un peu parce qu'il m'agace sur certains points, ce qui me conforte dans ma décision, et je pars une semaine en vacances dimanche, donc je suis ravie et soulagée de m'éloigner de lui.
Cela étant dit, je suis blessée de cette séparation dans le sens où je suis très attachée à lui, à notre vie tous les deux et à sa souffrance (il a eu mal mais son empathie lui a permis, il me semble, de mieux vivre l'expérience). Je souhaite maintenant que lui aussi respire un peu loin de notre appartement. D'une part parce que j'aimerais récupérer un peu d'intimité, d'autre part parce que je voudrais qu'il fasse le point, respire un bon coup, réfléchisse ou même s'amuse sans m'avoir dans le tableau à chaque fois (même s'il est tous les soirs tout seul).

Je suis tellement soulagée pour l'instant: je sens que malgré la douleur que je peux ressentir, celle-ci est plutôt faible comparée aux sentiments positifs que je ressens par ailleurs.
Merci en tout cas pour vos témoignages à toutes, bon courage à celles qui sont quittées, vraiment beaucoup de courage parce que je peux parfaitement saisir l'intensité de votre douleur mais aussi parfois de la surprise. Mais ici, je voudrais dire bon courage à celles qui quittent. C'est une forme de courage que de le faire, de sauter le pas, d'oser l’égoïsme de se faire du bien par ce biais. Je suis pas loin d'avoir honte d'avoir été égoïste, mais j'ai l'impression de ne l'avoir pas été pendant si longtemps, que pour cette fois, je vais m'épargner.
:fleur:
 

Marj Oram

accord n°2
4 Jan 2019
159
835
93
Je reviens vous donner des nouvelles : cette accalmie a l'air de toucher à sa fin... Elle aura duré un mois. Pendant lequel il a été doux, presque trop, trop patient, tolérant avec moi, très amoureux, affectueux...
Mais pas dans son assiette aussi, en doute sur son avenir, à tourner en rond dans la journée (il travaille à la maison)...
Je lui ai demandé si cette "nouvelle donne" pour notre couple lui convenait, parce que je n'en étais pas sûre... Mais j'avoue ne pas avoir trop creusé par peur de casser ce nouvel équilibre qui me convenait si bien.
Et bien apparemment il faisait une petite déprime, une période de doute, et je ne l'ai pas assez soutenu, je n'ai rien vu...
Enfin j'ai du mal à m'immiscer dans ces questions existentielles parce que je ne veux pas l'influencer. Surtout que certains choix professionnels qu'ils pourraient prendre ne me plaisent pas/me font peur, et je ne veux pas le détourner de ce qui est bien pour lui. Et puis, le fait que ce soit assez fréquent chez lui me lasse un peu je crois..
Mais résultat, il m'a avoué avoir merdé avec une copine a nous
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
J'ai un peu halluciné parce que ça ressemblait tellement à ce que j'avais fait !! On aurait dit un coup monté pour me donné une leçon ! Mais non, et ensuite il me culpabilise en disant que c'est de ma faute : je ne l'ai pas soutenu. Puis il me re-demande de quitter mon travail (il me l'avait déjà demandé, presque comme condition pour notre couple).
Je ne sais pas si je me fais des idées, mais ça semble assez manipulateur de me le dire comme ça : Il m'annonce qu'il a fait des avances à une autre, il me culpabilise (en partie a raison) de manquer de soutien envers lui, puis me demande de prendre une décision que je n'ai pas vraiment envie de prendre.
 

FoxFoxBébé

Search your heart.
9 Jan 2019
193
1 069
93
J'ai lu un peu en travers ou attentivement plusieurs de vos témoignages et certains aspects me parle beaucoup. Quand j'ai quitté mon premier amour (il y a un peu plus d'un an maintenant) je ressentais beaucoup de culpabilité et de honte. J'avais honte de ne plus ressentir les mêmes choses, de devenir une autre (je n'acceptais pas qu'on puisse évoluer et prendre des chemins différents et que peut être on s'était perdu de vue depuis longtemps). Je me sentais coupable de blesser quelqu'un pour qui je ressentais énormément de sentiment, avec qui j'avais tant de souvenirs et de beaux moments. Mais quand ça ne marche plus pour sois le plus dure c'est de sauter le pas, de dire. Cette rupture a durer des mois, un refus de sa part de voir que la rupture était la seule issue, du marchandage, une sorte de violence sourde ou moins sourde. C'était horrible car on vivait ensemble et on a continué à partager le même logement pendant 3 long mois.
Mais j'avais aussi peur de ma vie sans lui, de ne plus avoir cette présence qui m'a accompagné pendant 5 ans quand même. J'avais traverser la fin de l'adolescence et le début de la vie d'adulte. Mais je ne regrette ni notre amour ni de l'avoir quitter, même si la rupture m'a brisée d'un certain point de vue.
J'ai vécu une année difficile mais qui m'a fait grandir après ça, et maintenant même si je suis encore fragile je sens que je peux évoluer, être plus authentique avec moi même car cette relation ne correspondait plus à mes attentes.
Courage à toutes et à tous ceux qui vivent ça :fleur:
 

coccithilde

Well-known member
20 Jan 2019
800
6 334
93
@FoxFoxBébé Ton témoignage est joli. On a toujours l'impression que c'est la personne qui est "quittée" qui souffre le plus. Mais au final je crois que des deux côtés c'est douloureux. Ce n'est pas une décision facile et souvent celui qui rompt la relation n'a pas envie de faire souffrir l'autre. J'ai été la personne quittée, ce qui a été compliqué pour moi c'est de ne pas avoir le choix, que ca me soit tombé dessus brutalement, mais au final je sais que pour lui ca a été extrêmement difficile aussi. Aujourd'hui j'ai l'impression d'être guérie, car j'ai réussi a réfléchir comme ça. A me dire que je l'ai aimé, qu'il m'a aimé, que notre histoire était belle et que ces 6 années resteront pour tous les deux un merveilleux souvenirs de nos vies. Que nous n'étions finalement pas fait pour finir notre vie ensemble car nos projets n'étaient plus les mêmes. Mais je n'ai aucune rancoeur envers lui, j'ai parfois même plutôt de la peine pour lui car je sais que c'est lui qui a le plus de mal à se reconstruire. C'est un peu difficile à entendre pour mon entourage quand je tiens ce discours car ils me disent que je lui trouve des "excuses", alors que je suis convaincue du contraire. Il n'a pas fait ce choix dans la facilité, c'est une certitude.
 

FoxFoxBébé

Search your heart.
9 Jan 2019
193
1 069
93
@coccithilde
Je trouve que tu as énormément d'empathie, et même quand on a aimé quelqu'un très fort il est difficile de voir sa peine quand cette personne nous quitte. Je sais que mon ex ne m'a fait aucun cadeaux pendant la rupture, qu'il m'a rabaissée au plus bas parce que j'osais le quitter (coucou comportement hyper toxique).
C'est difficile des deux côtés et il ne faut minimiser la peine d'aucun protagoniste. Il faut juste essayer de comprendre l'autre mais aussi à un moment savoir prendre ses distances et se détacher. Car pour l'avoir vécu même quand on quitte, quand on a peu confiance en sois, qu'on ressent encore de l'attachement (parfois même qu'on reste aveugle aux comportements toxiques) et que l'autre ne nous offre aucune "légitimité" c'est très difficile de partir, et d'assumer son "envie" de vivre une autre vie sans la personne.
Mais avec le temps ça passe, on en apprends sur sois, on redécouvre ses envies, on ressent même de nouveaux sentiments. Bref on vit :)
 

Natsu

Active member
8 Jan 2019
6
26
3
Salut ! J’ai lus vos messages jusque-là en sous-marin, essayant de trouver des réponses aux questions qui me vrillent le cerveau depuis des semaines… Mais je suis toujours un peu incertaine, ou ralentie par la peur… je ne sais pas trop à vrai dire.

Je suis avec mon copain depuis bientôt trois ans (dans une semaine c’est notre anniversaire). On vit ensemble depuis deux ans et demi, et on s’est pacsé en juin 2018. Et jusqu’à il y a trois ou quatre mois je dirai, je me plaisais plutôt bien dans notre relation, ou tout du moins j’arrivais à me contenter de ce qu’il avait à m’offrir. Mais ces derniers temps ce n’est plus comme avant. Nous n’avons jamais été un couple passionnel, ça a toujours été calme et très simple entre nous. Je n’y vois pas d’inconvénients, du tout, mais je pense qu’au fond ils nous manquaient quand même une petite flamme…

Je m’égare. Mon compagnon est très casanier, vraiment très casanier. Il n’apprécie pas d’aller au cinéma, au théâtre, au musée. Et pour sortir manger dehors il faut insister un bon moment, et surtout il faut que j’organise tout moi-même. Pour exemple très parlant, les restaurants où nous allions pour mon anniversaire par exemple, si je ne m’occupais pas de choisir le restaurant et de réserver, nous aurions terminé à manger des pâtes à la maison, et sans gâteau (c’est moi, aussi, qui vais moi-même acheter mon gâteau d’anniversaire).

Et moi, je suis tout son contraire. Je suis de nature très curieuse, et très ouverte au monde. J’ai besoin de sortir, de faire des choses, de découvrir des choses, d’aller me balader, d’aller au cinéma, au théâtre, au musée, à des expos, boire un verre, tester un nouveau café, un nouveau restaurant… Partir en week-end du jour au lendemain, partir en voyage, découvrir le monde… J’ai soif de connaissances et de découvertes.

Et si au début, je pense que j’ai vraiment occulté cette partie-là de sa personnalité, notamment en partageant toutes ses expériences avec mes amies, ce n’est plus le cas à présent. Je n’y avais que très peu fait attention jusqu’à maintenant, mais je me rends compte que nous avons assez peu de sujet de discussion. Conséquences direct du fait que nous partageons en réalité très peu de choses ensembles, à part Netflix et nos chats… Nous ne jouons même pas aux mêmes jeux vidéo. Et nos emplois sont très très différents, ce qui fait que racontez nos journées à l’autre revient à lui faire un cours sur la biotechnologie (pour lui), ou le droit immobilier et les techniques du bâtiment (pour moi).

Les quelques fois où nous sortons au restaurant, le dîner est rapide car nous parlons assez peu.
J’ai mis du temps à comprendre ce qui m’arrivait, mais il y a quelques semaines j’ai réussi à mettre un mot sur la sensation qui m’assaillait depuis quelques mois : je m’ennuie. Mon couple m’ennuie, ma vie avec lui m’ennuie. J’en viens à chercher à passer un maximum de temps à l’extérieur de la maison.

Le problème étant que c’est une question que j’ai souvent amené sur le tapis, en lui demandant de faire des efforts pour que nous fassions plus de choses ensembles. Il fait un effort une ou deux semaines, et encore, je parle d’une ou deux sorties au restaurant, et ça retombe. J’ai même l’impression, et on me l’a fait remarquer, qu’à force je « m’éteints » peu à peu à son contact.
Je me demande si ces différences ne sont pas trop importantes pour qu’on puisse fonctionner correctement ensemble durablement. Parce que pour moi, je pense qu’on a une vision de la vie et de ce qu’on en attend assez différente… et j’adore partager mes aventures et mes sortis avec mes meilleurs amies. Mais je souhaiterai partager aussi toutes ces choses avec la personne que j’aime. Tous ces souvenirs emmagasinés au fil du temps, j’aimerai les avoir avec lui, pas qu’avec mes amies.
Je crois, que je ne suis plus vraiment heureuse à vrai dire. Je pense qu’il n’est peut-être plus capable de me rendre heureuse. Je ne sais pas.

En plus, depuis quelques mois (depuis que je me pose des questions), on a prit beaucoup de distance l’un avec l’autre. J’ai plus l’impression de vivre en colocation qu’avec la personne que j’aime… d’ailleurs on ne s’est pas touchés depuis au moins deux, voire trois mois. Et ce qui m’inquiète, c’est que ça ne me manque pas, je n’en ai pas du tout envie. Et ce n’est pas une baisse de libido, parce que je n’ai pas envie de lui, mais par contre ça ne m’empêche pas de prendre du plaisir solo assez souvent…
J'ai commencé à regarder les appartements... Et j'en ai parlé à mes parents. Je pense qu'au fond j'ai peut-être déjà pris ma décision, rien que l'idée de vivre à nouveau seule me fait vraiment de l'oeil.
Mais en même temps, c'est vraiment un homme bien, et j'ai énormément d'attachement pour lui, pour sa famille et pour ce qu'on a construit ensemble... Et l'idée de ne plus l'avoir dans ma vie m'attriste profondément et me fait un peu peur.
Et la séparation me fait peur... qui va garder l'appartement, revenir chercher mes affaires, se revoir pour déménager, séparer les meubles... séparer les chats...

Bref je suis désolée c'est un sacré pavé que j'ai pondu là ^^ Mais j'angoisse beaucoup en ce moment.
 

MissMarguerite

Well-known member
15 Jan 2019
227
1 728
93
@Natsu en effet j'ai l'impression que tu as ta réponse. S'ennuyer au bout de trois ans c'est mauvais signe.
En quelques sortes j'ai ressenti les même choses,
Laisse-le devant son ordi et prend ton envol :unicorn:
Hahaha je plaisante :bouquet: si tu as besoin de discuter n'hésite pas

Je suis actuellement en pleine recherche de mon nouveau cocon rien qu'à moi,
On est à quelques jours de la séparation des meubles et des animaux et c'est pas facile,