Pourquoi les hommes portent moins de masques que les femmes

Vivii

Méfie-toi des chips.
11 Avr 2019
1 051
11 090
113
28
@Toulignet Pardon, je suis une femme, apparemment j'ai moins de réflexion que la majorité des hommes, hein... :lol:
Toutefois @Chocovore est pourtant clair quand il dit :
"l'espérance de vie était de 35 ans. Puis on a découvert les vaccins, le traitement de l’eau potable, les antibiotiques, l'asepsie, les mécanismes microbiens,... On a commencé à vivre assez vieux pour mourir majoritairement de nos mutation génétiques (cancer) ou des poisons qu’on ingère volontairement (alcool, tabac,...) ou non (pollution,...)
On doit pas avoir la même définition de l’expression “santé de fer”.
Heureusement que le sujet n’a pas été abordé par des piliers de comptoir mais des professionnels : académies de médecines, agence nationales ou supranationales,... "

"majoritairement", pas exclusivement. Qu'est-ce que cela signifie ? Qu'on peut mourir d'autres causes, comme tu les donnes toi-même, justement :
"-cancers --> oh tiens, mais ça avait été écrit noir sur blanc ça en plus...
-Obésité
-Consommation de psychotropes (les français sont champions!)
-Détresse psychologique
-Solitude "
:lol:
Peut-être que tu n'as pas la chance de partie de la "majorité des hommes" qui ont plus de recul (sous-entendu, qui réfléchissent plus), pour reprendre tes propos. Mais je ne doute pas que, même sans ça, tu as pu comprendre que le fait qu'on vivent bien plus longtemps qu'il y a ne serait-ce qu'un siècle font que, forcément, on subissent des maux qui apparaissent avec l'âge, justement... C'est logique, en fait.

Tu pourrais aller troller ailleurs, maintenant ?
Si tu veux discuter, pas de problème ! :clin:
Par contre tes propos sexistes, ça n'a rien à faire là.
 

Chocovore

éclair au chocolat
9 Jan 2019
2 745
21 430
113
@Vivii Comment est ce possible tant de rationalité pour une femme ? ;):red:

L’argument généralisé du paysans des années 50 (probablement imaginé dans un monde occidental) en meilleur santé est non satisfaisant à mes yeux.

Celui qui a commencé à travaillé à 16 ans en 1954 qui est donc né 1938 et qui à donc aujourd’hui 82 ans et est donc une personne à risque face à la covid (et toute les maladies de vieillesse).

A l’opposé celui qui a pris sa retraite à 65 ans en 1958 et qui est née en 1893, a vu (statistiquement) les membres de sa famille et proches subir de nombreuses maladies infectieuses avant 1930, face à sa cohorte de naissance il est (statistiquement) un survivant.

Ou alors on fait moitié-moitié et on prend celui qui est (statistiquement) décédé d’un problème cardiaque ou des conséquences du tabac (cardiaque ou cancer) entre les deux.

De plus cet argument ne semble avoir aucun lien avec la thèse principale de l’incidence du sexe vu qu’il concerne l'âge.
 

Matteus

Vieux de la vieille
7 Jan 2019
114
731
93
Je veux juste relever le paradoxe d'une société qui effectivement a fait des progrès incroyables en tout point mais qui dorénavant subit d'autres formes de maladies parfois plus insidieuses!
En quoi c'est paradoxal ? A chaque époque, selon ses normes scientifiques et médicales, correspond ses maladies, ses épidémies, ses maux.
C'est peut-être un raccourci (et je veux bien des sources scientifiques qui iraient contre cette idée), mais ça me semble assez intuitif de dire que l'espérance de vie étant plus longue, les pathologies qui se développent sur plus de temps (type cancer, pathologies cardio-vasculaires....) sont plus nombreuses.
De la même manière, dans les sociétés développées avec un système agroalimentaire intensif, on a moins le problème de manquer de quantité d'aliments (la dénutrition et la malnutrition étant un facteur dans le développement de certaines pathologies) mais plutôt de manquer de qualité des aliments.
Mais d'un autre côté, c'est comme ça que progresse la médecine : en éliminant des cause de mort et de maladie, elle en découvre d'autres... qui semblent catastrophiques et que l'ont met du temps à surmonter.

Oui un paysan des années 50 avait a bien des égards une bien meilleure santé qu'un employé du tertiaire actuellement!
Je ne sais pas quel âge tu as et quelles sources tu utilises pour affirmer ce genre de choses. Mais pour moi un paysan des années 50 avait bien plus de risques à certains égards :
- d'avoir de grosses carences : s'il a la trentaine en 1950, il est né en dans les années 20 et sa mère a probablement souffert de carence alimentaires pendant sa grossesses due à la crise des années 20.
- Par ailleurs, il a certainement fait la guerre (possible blessures, mutilation, amputation) et été fait prisonnier en Allemagne (carences alimentaires, manque de soin, probablement touché par le typhus, le choléra).
- s'il était trop jeune pour combattre, il a connu les privations de la guerre pendant sa période de croissance, ce qui a aussi pu provoquer des carences
- Il a peut-être été dépucelé dans un bordel, dans une société qui connaît peu l'usage du préservatif (donc probables IST, syphilis... )
- il est paysan et risque donc plus de mourir ou d'être mutilé dans un accident de travail que notre salarié du tertiaire, pour la même raison, il risque plus de souffrir de pathologies liées à l'utilisation des engrais chimiques
- ses potentiels problèmes dentaires seront moins facilement traités
Né en 1920, son espérance de vie à la naissance est de 55 ans environ. source S'il est toujours vivant à cet âge là (dans les années 70 donc) il sera donc hors norme par rapport aux hommes nés la même année que lui.

Et personne ne relève les problèmes psychiques, psychologiques de notre société, la consommation de médicaments etc!
Et ça c'est quand même un peu exagéré.

Comment penser que la consommation de médicaments n'est pas une question de santé publique qui mobilise les gens :
- différentes affaires ultra médiatisées : mediator, levothyrox....
- débat autour du déremboursement de l'homéophatie
- débat autour des médecines dites alternatives
- slogans "les antibiotiques c'est pas..."
- débat autour du refus des vaccins

Quant à la question de la santé mentale, on peut effectivement affirmer que c'est le parent pauvre de la santé publiques aujourd'hui mais :
- prise en compte de la santé mentale dans la médecine de prévention
- cellules psychologiques mises en place à chaque événement traumatisant (conflit, attentat, décès en milieu scolaire, catastrophe naturelle...)
- certains troubles psy peuvent permettre une reconnaissance de travailleur handicapé et obliger l'employeur à des aménagement du poste de travail
Comparé à ce qu'était la prise en compte de la santé mentale dans la première moitié du XXème siècle, on a fait un pas de géant (même si c'est pas encore assez parfois).

Faut se méfier de ce côté un peu "image d'Epinal" de ce qu'on s'imagine être la vie à certaines époques. Et aussi, arriver à regarder notre époque de manière dépassionnée, sans se laisser parasiter par la masse d'informations toutes plus anxiogènes les unes que les autres qui nous submerge.
 

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 985
93
Je suis sexiste:LOL:

Attention à ce genre de propos ridicules, des personnes peuvent tomber sur ce forum et voir vos réactions, pas sûr que cela serve votre cause et vos idées ;)

Je ne comprends pas où vous voulez en venir, mon propos est clair!

Oui un paysan des années 50 avait a bien des égards une bien meilleure santé qu'un employé du tertiaire actuellement!

On a éradiqué des maladies mais on en a gagné d'autres aussi dangereuses bien spécifiques à notre époque! Vivre plus longtemps est-ce vivre mieux? Pas nécessairement!

Et personne ne relève les problèmes psychiques, psychologiques de notre société, la consommation de médicaments etc!

Il ne faut pas voir du troll partout dans la contradiction vraiment, cela dessert votre "combat"

Sur ce j'ai dit ce que j'avais à dire sur ce sujet! Bye
Bon, puisque tout le monde décide de répondre au troll, et même si je trouve que c'est une très mauvaise idée parce que ça va le faire revenir, je vais ajouter ma pierre.
Déjà, merci pour tes conseils sur le combat féministe.
Ils ne sont pas complètement inutiles en réalité, car, comme dit le proverbe juif : "demande conseil à ton ennemi, et fait l'inverse ".
Tu nous confirme qu'on est sur le bon chemin :top:.

Ensuite sur la consommation de psychotropes : elle était déjà massive dans les années 60, en fait, donc les problèmes psy de "notre société" était déjà là dans ta période bénie du patriarcat triomphant.
Pour la source, je te conseille la lecture d'Andréa Dworkin, Femmes de droite, elle dit bien que les femmes étaient gavées de médicaments pour éviter que leur souffrance soit trop gênante pour la société.
D'ailleurs ça pouvait aller jusqu'à la lobotomie, ce genre de chose. Je crois qu'il y a une nièce des Kennedy qui y est passée (autant dire que si cette famille est capable de faire ça à l'une des siennes...).

Pour le reste, ton discours réactive le patriarcat dans l'esprit de toutes les femmes qui vont te lire. Leur rappelle qu'elles vivent dans un monde inégal, où des gentes, surtout des gens, souhaite leur destruction, souhaite leur faire mal, souhaite les dominer, souhaite tuer en elles toute intelligence.
C'est une agression, tu contribues au harcèlement qu'on connaît toutes.
Tu contribues à nous éteindre, à nous tuer symboliquement, nous, nos filles, toutes les femmes présentes et à venir.
Je le dis pas pour toi, parce que je suppose que tu le sais et que tu trouves que c'est cool.

Par contre je me demande bien qui est en charge de la modération ici.
 

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 985
93
DP (parce que c'est bizarre de mettre ça en édit après avoir répondu à un troll)
@Bruyère Désolée je t'ai cité pour autre chose, du coup je mets ici l'édit, vu que le HS s'impose visiblement sur les dictionnaires, autant participer : tu as tout à fait raison, les dictionnaires sont le reflet de l'idéologie de ceux qui les écrivent.
Y a tellement d'exemples qui le prouvent (la définition de "boulangère" comme "femme du boulanger", et de "présidente" comme "femme du président", jusqu'à il y a peu).
Et j'admire ton flegme dans les réponses, impressionnant.
 

Clèves

Y en a même qui disent qu'ils l'ont vue voler
4 Fev 2019
202
2 666
93
À partir du moment où le gars débarque en affirmant de but en blanc que les hommes respectent moins les gestes barrière que les femmes parce qu'ils ont plus d'esprit critique et sont moins enclins à suivre les mouvements de masse, je ne vois même pas pourquoi on continue à lui répondre en fait :lol:
 

Matteus

Vieux de la vieille
7 Jan 2019
114
731
93
Je le prend un peu pour moi vu que je répond à cette personne mais je ne vois pas trop le troll. Le HS, très certainement (entre la controverse du dico et celle du paysan de 1950, cet article génère beaucoup de HS). Et clairement, je ne m'interdirais pas de dialoguer avec quelqu'un juste parce que ses opinions sont opposées aux miennes.
Après, comme je ne suis pas souvent sur le forum, je n'ai pas vu d'autres sujets où ses interventions pourraient être du trollage.
 
  • You Rock !
Reactions: Ecureuille

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 985
93
@Matteus Tu ne vois vraiment pas le problème, si je te mets bout à bout ce qu'à écrit le troll de service (qui par ailleurs était déjà venu nous pourrir le forum) ?
Du coup, de jolis extraits pour t'éclairer :

"Les notions de "genre" qui sont de l'ingénierie sociale et des concepts militants s'effacent devant la réalité du terrain!" = la fameuse réalité, qui est, bonne poire, toujours du côté de la réaction, évidemment (non).
Tu sais que la critique de la notion de genre, c'est typique des réacs de la manif pour tous ? Entre autres, hein.

"rappeler toutes ces greluches qui postaient sans arrêts des photos instagram avec les masques...Il y a un effet de mode assez prégnant chez les femmes et c'est vrai une plus grande propension à la docilité! ( très bon débat d'ailleurs, notamment dans ses applications politiques et sociales)."
= tu ne vois pas l'essentialisation insultante ? (attribuer à un groupe de personne des qualités ou des défauts, juste parce que ces personnes partagent un trait biologique, ici le sexe attribué socialement.)
Je sais pas, remplace dans son message le mot "femme" par n'importe quel type de groupe de personnes racisées, histoire de mieux voir le problème peut être ? Ce seraient des propos racistes et donc condamnables devant un juge. D'ailleurs je me demande si les propos de @Toulignet ne tomberaient pas sous le coup de la loi, dans le monde magique où internet serait régulé, et au moins avec la loi Avia :hesite:

"ce genre de propos ridicules, des personnes peuvent tomber sur ce forum et voir vos réactions, pas sûr que cela serve votre cause et vos idées ;)"

"les hommes dans leur majorité prennent plus de recul par rapport à cette pandémie et s'interrogent plus sans suivre la masse"
= encore de l'essentialisation, cette fois-ci pour glorifier le groupe exploiteur : les hommes.

Du coup je m'interroge, il aurait fallut quoi pour que tu vois que c'est un troll ? Qu'il insulte plus vulgairement, avec des mots d'oiseaux ?
Je sais pas, déjà "greluche" on est bien, non, dans l'irrespect ?
Qu'est-ce qui as pu te faire penser qu'une personne qui vient en insultant les femmes du forum, sur un site que je pensais féministe, pouvait être autre chose qu'un troll ?

Si par hasard tu n'es pas très habitué à internet, et que tu cherchais un exemple de troll, soit heureux, en voici un.
 

Matriochka

Merci de ne pas citer mes spoilers :)
8 Oct 2019
366
2 631
93
Je vois bien auprès de mes proches qu'il y a une réponse évidente en plus de ça : la flemme. Dans ma famille, les femmes sont allées chercher les masques, ou en ont cousu, et se font chier à les laver.

Alors que pas un mec (dans mon entourage, not all men) n'a levé le petit doigt, même s'il trouve ça utile. Franchement, c'est exactement comme pour les corvées ménagères : pourquoi se faire chier si quelqu'un d'autre va le faire à sa place ? Et si personne ne le fait, ben c'est "pas si grave".
 

Vivii

Méfie-toi des chips.
11 Avr 2019
1 051
11 090
113
28
@Matriochka Effectivement, il y a cette grosse part qui joue. Inconsciemment ou non, ce sont les femmes qui se préoccupent des masques : que ce soit leur achat, leur fabrication, leur nettoyage, etc. Les hommes ne sont pas habitués à se préoccuper de ce genre de choses, au final c'est relégué un peu au même niveau que les corvées domestiques. Et donc la charge mentale liée aux masques, encore une fois, c'est pour la pomme des femmes.
Après je dis ça, mais dans mon entourage, les hommes sont assez sensibilisés et responsables. Mon compagnon se préoccupe bien plus que moi de porter un masque, et c'est lui le premier qui a lavé le masque que le département nous a envoyé (avant ça on se faisait avec les moyens du bord, aka un vieux masque de moto, dont nous nous préoccupions autant l'un que l'autre de le nettoyer). J'ai un ami qui a commandé de lui-même des masques pour son foyer, devançant ainsi sa compagne. Je précise juste, histoire qu'on m'évite le "notallmen".
 

Derniers messages