Pensée parasite

  • Ce forum est interdit au moins de 18 ans. Le contenu mis en ligne est diffusé sous la responsabilité exclusive de chaque membre.

CCCC

Cessez ces "C" !
20 Jan 2019
3 324
28 602
113
#21
@Orchidear bravo, tu as vachement avancé !
A mon avis, il faut que tu continues d'explorer pourquoi ça te perturbe autant. Tu dis que tu revis le truc en boucle, comme un traumatisme, as-tu songé que tu pourrais avoir des traumatismes passés qui resurgissent de cette manière-là ? Des traumatismes un peu enfouis, peut-être oubliés... Toute cette culpabilité que tu ressens pourrait avoir une source bien plus profonde (pardon, je ne veux pas être indélicate). Ton travail avec ta psy a l'air de bien se passer. Continue dans cette voie ! (y)
 

Orchidear

Well-known member
4 Juin 2020
15
45
13
#22
@CCCC, oui j'ai vécu des choses pas drôles récemment.
L'une des plus marquantes : le mari de ma soeur l'a trompé après 10 ans de vie commune. Ça a été très violent pour ma soeur évidemment mais également pour ma famille et moi. C'était le mari "idéal". Le beau frère idéal. Je le considerais comme mon frère.
J'admirais tant leur couple.
J'imagine que c'est sûrement lié.
Ça + mon grand manque de confiance en moi dû, notamment à une rupture brutale il y a un an et demi.
Je pensais aller bien, malgré tout ça.
 

Orchidear

Well-known member
4 Juin 2020
15
45
13
#23
Petit update.

Les derniers jours ont été très compliqués.
Je ne me reconnais plus. Ça fait un mois que j'ai eu cette pensée. Un mois que je cogite dessus, que je me dis que je ne mérite pas l'amour de mon amoureux. C'est super dur.

Avant, je pouvais avoir des pensées sur des mecs de type "Il est mignon" ou "est-ce que je lui plais ?" Sans que ça aille plus loin. Ça ne m'a jamais dérangé.

Aujourd'hui cette pensée perturbe tout mon être. J'ai peur de me punir pendant des années à cause de ça. L'esprit est tellement puissant parfois.

Je suis fatiguée.
 
9 Juil 2019
2
6
3
#24
Salut !

Pareil, plein de soutien, ça a l'air difficile pour toi en ce moment. :calin:
Tu ne mérites vraiment pas cette souffrance, tu n'as rien fait de mal à ton amoureux. Au contraire, lorsque tu dis ne pas mériter son amour tu prouves que tu te soucies réellement de lui et que tu l'aimes énormément !
D'autant qu'il n'y a ni trahison de ta part comme l'ont si bien dit d'autres (Julie Coton, Ecureuille, ...), ni le sentiment d'avoir été trahi chez ton copain. Donc aucune raison de te punir, ce serait trop injuste ! :calin:
Mais je comprends que cette idée revienne en boucle sans que tu en aies le contrôle, tu n'es pas la seule à expérimenter ça. Lorsque ça revient, tu peux par exemple essayer d'accepter que c'est une idée qui t'angoisse depuis un moment, ne pas chercher à la "résoudre" de façon urgente et te rappeler qu'elle n'est pas tout à fait fondée rationnellement.

Pour rebondir sur la dernière remarque de CCCC :
Toute cette culpabilité que tu ressens pourrait avoir une source bien plus profonde
Il peut aussi très bien ne pas y avoir de cause profonde, il ne faut pas te sentir la nécessité d'en trouver une. S'il n'y a rien qui te semble déterminant ne t'angoisse pas trop avec cette question du "pourquoi ?". On est tous différent·e·s, avec des cerveaux différents et des vécus complexes différents. Certain·e·s d'entre nous seront plus que d'autres susceptibles de connaître de grosses angoisses, il n'y a pas forcément une ou plusieurs causes bien définies dont l'identification résoudrait le problème.
D'autant que tu es dans un moment de gros changements liés à ton couple (boulot, région, PACS, ...), c'est éprouvant émotionnellement et c'est normal que ça favorise ce genre de réaction d'inquiétude à l'idée que ça foire.

Je ne sais pas de quelle orientation est ta psy (plutôt TCC, psychanalytique/psychodynamique, ...), mais n'hésite pas à lui demander quelle est sa méthode de travail pour voir si c'est une démarche qui te semble pertinente ou compatible avec ta façon de penser.
Ça peut aussi être bien de faire un tour chez un·e psychiatre, juste pour faire le point (et assure-toi bien qu'il/elle ne soit pas également psychanalyste mais ça c'est un avis assez perso, je peux te conseiller si tu es sur Paris). Ça fait seulement un mois que tu rencontres cette difficulté, je suis sûr que tu pourras aller mieux si tu te fais correctement aider. :v:Courage ! :clin:

(Première fois que j'écris sur le forum, j'espère ne pas avoir été trop maladroit)
 
Dernière édition:

Orchidear

Well-known member
4 Juin 2020
15
45
13
#25
Merci @Ans00 :)

Aujourd'hui ça va mieux. J'ai écrit hier soir. Une lettre d'amour à moi même.
Ça m'a fait beaucoup de bien. J'ai encore tant de choses à apprendre sur moi.
Dans cette lettre j'ai écrit : "Tu es ta plus belle histoire d'amour, ta meilleure amie, ta plus grande alliée".
Je vais tout faire pour honorer ça.

C'est difficile mais je pense y arriver.
Juste peur que ça recommence.
Peur de demain.
 

Orchidear

Well-known member
4 Juin 2020
15
45
13
#26
Journée compliquée.

On était dans la famille de mon amoureux.
J'ai pas décroché une seule seconde de ces pensées douloureuses. Sur la route du retour ça a été pire que tout. Avec des idées affreuses de rupture.

Mais marre quoi ! Mon Amoureux admet regarder du porno, et considérer ça comme de la tromperie à un degré très bas. Et c'est ok pour lui. Ça le fait pas culpabiliser.

Moi je pense à un truc qui m'aurait fait vomir sur le moment et je culpabilise à mort. C'est de la torture psychologique.

J'en viens à me dire que j'ai dû l'imaginer volontairement et que cette sensation de dégoût que j'ai eu ne venait uniquement de la culpabilité ressenti sur le moment.
Pour moi c'est la seule explication.

C'est usant ces retours en arrière constant.
Demain j'experimente l'hypnose. Est-ce que quelqu'un en a déjà fait ? Est-ce que ça peut apaiser ce genre de souvenirs, sensations ?
 

Oursinator

Ours mal léché.
8 Jan 2019
170
1 921
93
#27
@Orchidear bonjour, une petite question, as tu peur ou as tu déjà eu peur de tromper ou d'être trompée par ton compagnon ?

J'ai régulièrement des pensées parasites surtout en phase de doutes, à la fin je sais plus si ce sont les émotions ou la pensée qui vient en premier lieu. As tu peur de l'engagement ? Tu parles d'emménagement et de pacs, c'est peut être une sacrée charge émotionnelle pour toi ? Je pense que le collègue n'a pas d'importance en lui-même. Est ce que le fait de te fidéliser davantage avec ton coppagnon peut jouer sur ton sentiment à être capable de séduire par exemple ?
 
You Rock !: MrB et HypoLiTe

Clèves

Le spleen n'est plus à la mode
4 Fev 2019
87
961
83
26
#28
Je me permets de réagir parce que j'ai l'impression que ça n'a pas encore été suggéré, mais ton titre m'y a fait penser : est-ce que tu ne souffrirais pas plutôt de ce qu'on appelle les pensées intrusives ? Le site que j'ai linké l'explique mieux que moi (dans le 2e paragraphe), mais en gros c'est un fonctionnement mental inhérent aux personnalités anxieuses (et il me semble que ça te correspond, au vu de tes messages) où le cerveau nous "trolle" en quelque sorte en nous envoyant des pensées inappropriées aux pires moments. Ça touche souvent à des tabous et/ou à des sujets à forte charge négative : le sexe, la violence, la mort, se faire du mal à soi-même, faire du mal aux autres, etc. Elles sont très difficiles à vivre d'une part parce que le premier réflexe sera naturellement de se focaliser dessus. On va se dire "oulà mais pourquoi je pense à des trucs comme ça, ça va pas dans ma tête, etc". Alors qu'en réalité, il faudrait ne leur prêter absolument aucune attention, ce qui est bien sûr très difficile. Mais en plus, elles sont créées par l'anxiété à la base, et bien sûr leur apparition va en générer encore plus, et donc de fait les faire perdurer, avec encore plus d'anxiété à la clé, etc, etc. Le pur cercle vicieux, en gros. La raison est simple : tu te dis que, puisque tu penses à ce genre de choses spontanément et sans vraiment de raison, c'est que tu dois les désirer, quelque part. Que c'est le reflet de ton inconscient ou de tes désirs cachés. Et ça peut être horrifiant quand on a des pensées intrusives du type "tiens, ce mec devant moi, et si je le poussais sur les rails ?" quand on attend son métro le matin. Mais en réalité, ce n'est pas vrai, ce n'est pas l'expression d'une volonté ou d'un souhait quelconque. Au contraire, elles se nourrissent de ce qui nous fait le plus peur.

Heureusement, les psychologues sont à même de repérer et de traiter ce genre de problèmes : j'ai vu que la TCC était citée dans les commentaires précédents et elle donne en effet de bons résultats (edit : TCC = Thérapie Cognitive-Comportementale, où le soignant aide le patient à identifier les mécanismes mentaux à l'origine de son mal-être, par exemple : je n'ai aucune confiance en moi sans trop savoir pourquoi, je me rends compte avec l'aide de mon psy que j'accorde beaucoup moins d'importance à mes propres réussites qu'à celles des autres et de fait j'en viens à penser que tout le monde est mieux que moi.)

Je ne peux pas être sûre que ce soit ton cas, c'est plus une piste de réflexion (je ne te connais pas donc mon avis est parcellaire :fleur:). Mais ce que tu décris m'y fait penser. Notamment ton premier post où tu dis ne ressentir absolument aucune attirance pour ce collègue. La discussion ensuite a été beaucoup centrée sur le fait d'éprouver des sentiments pour une autre personne que son ou sa partenaire. Et je suis d'accord que c'est totalement ok. Mais je sais pas si c'est vraiment ça le problème dans ton cas. De ce que tu racontes, on ne dirait pas que tu as un crush pour ce mec à la base. Je ne pense pas que cette pensée que tu as eue soit un fantasme, par exemple, qui traduirait ton désir pour ce collègue. Un fantasme ça se construit, ça s'entretient, c'est pas une pensée qui sort de nulle part et qui s'impose à nous sans qu'on l'ait voulu. Et de fait je suis d'accord avec @Oursinator quant au fait que le fond du problème est ailleurs. Tu sembles éprouver beaucoup d'anxiété autour de la question de l'engagement, la tromperie (peur de tromper ? d'être trompée ? les deux ?), d'où je pense ces pensées parasites.
 
Dernière édition:

Orchidear

Well-known member
4 Juin 2020
15
45
13
#29
Merci @Oursinator et @Clèves.

Alors, effectivement j'ai déjà eu peur que mon compagnon me trompe, ayant déjà été victime d'infidélité par le passé. Une fois, il est rentré un peu tard, j'ai paniqué, fondu en larmes en lui demandant si il y avait qqn d'autre. Ça n'est arrivé qu'une fois. Heureusement, il s'est montré hyper compréhensif.

Peur de tromper, sûrement. Un collègue m'a déjà dragué et je n'ai pas su comment réagir autrement que par la fuite. Évidemment, je n'avais pas envie de plus mais ça m'a fait peur, que je puisse plaire.

Pour le fameux collègue auquel j'ai pensé pendant que je faisais l'amour : c'est un collègue que je croise rarement. 1 fois par semaine environ, grand max. 0 contact.
Ce soir là il est venu me parler d'une histoire d'ordinateurs qu'il fallait que j'éteigne avant de partir. C'est la dernière personne à qui j'ai parlé avant de partir de mon travail pour rejoindre mon compagnon.
Je me souviens avoir été surprise qu'il vienne me parler. C'était le jour où j'ai annoncé à tous mes collègues (proches) que je partais. J'ai du croire pendant 2 secondes qu'il allait me parler de ça. Je sais plus. Je n'y ai plus repensé jusqu'à ce moment avec mon compagnon.

Depuis, c'est angoisses et ruminations.
Hier soir, j'étais seule. Je me suis répétée les mêmes choses pendant des heures et des heures.
Ce matin pareil. Avec cette rumination " il faut que tu le quittes". Ça m'a fait un mal de chien d'imaginer ça. J'ai 0 envie de le quitter. Cet aprem je suis plus lucide.

Je remarque que lorsque je rumine, je vais tout de suite sur le forum ou sur des sites pour me rassurer. Un peu comme qqn qui a un TOC.

Je vais demander à ma psy plus d'infos sur les thérapies qu'elle pratique. Je veux juste me retrouver. Retrouver une stabilité émotionnelle.