Plummpy

Fat and furious
6 Août 2020
183
1 765
93
@Roox Répéter la comparaison entre homosexualité, hétérosexualité et pédophilie ne la rend pas moins maladroite ni malvenue. Je ne vois pas non plus ce que cette comparaison peut apporter comme soutien aux victimes de pédocriminels ou, comme le sujet l'indique, d'inceste.
 

schizophrenia

Well-known member
8 Jan 2019
369
4 041
93
Varsovie, Pologne.
La dessus, je lisais beaucoup de témoignages qui justement demandent de séparer pédophiles et pédocriminels. J'aimerais avoir l'avis de cell.eux qui ont bossé.e.s dessus. @HellaSly. Visiblement les pédophiles sont profondément attirés par les enfants, c'est de plus en plus considéré comme une maladie (certains demandent par exemple une "castration" chimique, où de l'aide afin de ne pas passer à l'acte). J"ai lu que dans le cas de la pédocriminalité, la grande majorité avait une attirance envers les adultes, mais c'était vraiment l'idée qu'une victime était "à portée de main", et "maléable" qui déclenchait le passage à l'acte. Ce papier, par exemple, en parle.
 

Bidule

Well-known member
10 Jan 2019
184
1 900
93
Merci @HellaSly pour ces explications. Mais du coup il y a quelque chose que je ne suis pas sûre de comprendre : pourquoi le fait de n'avoir aucune empathie ne peut pas être considéré comme pathologique ? On peut considérer que c'est pathologique sans pour autant l'excuser, non ? (C'est une vraie question que je me pose, je précise, je n'ai pas d'avis déterminé sur la question :fleur: )
 

lalalaland

Well-known member
23 Mai 2019
184
1 352
93
@Roox Si les pédophiles n'ont effectivement pas choisi d'être pédophiles, tout comme les hétéros/homos/bi/autres n'ont pas choisi de l'être, les pédocriminel.les ont choisi de l'être. De plus, les pédocriminel.les ne sont pas nécessairement pédophiles. Du coup je ne comprends pas bien la pertinence de tes messages dans le contexte de #MeTooInceste. A moins que je n'ai raté un message, mais celui d' @Ann Perkins dissociait déjà pédocriminalité et pédophilie avérée.

Par rapport au sujet, et notamment les messages qui parlaient de la sortie de Finkielkraut, malheureusement ça ne me surprend même pas. Les "élites intellectuelles" françaises sont vérolées par les pédocriminel.les au titre de la libération sexuelle de 68. Même de grandes figures comme Sartre ou Simone de Beauvoir étaient directement impliquées.

"Avec un peu de chance", si vous me permettez l'expression, la mort de cette génération d'individus peu recommendables permettra d'aborder le problème à bras le corps sans se faire comparer à la délation sous Pétain...
 

lalalaland

Well-known member
23 Mai 2019
184
1 352
93
@Roox Oui j'ai compris ton message. Je pose la question de sa pertinence dans un sujet ne parlant pas de pédophiles, mais de pédocriminel.les, car ça me semble être du hors-sujet. Mais je peux me tromper.
 
  • You Rock !
Reactions: HellaSly

KtyKonéko

adulte à temps partiel & autrice de fanfiction
tous ces échanges me font étrangement penser à un concept que j'ai découvert il y a peu
celui de la «banalité du mal»

les violeurs et les pédocriminels ne sont pas des monstres sanguinaires, ce ne sont pas non plus des fous à lié qui auraient perdu tout sens moral, comme on peut en voir au cinéma,
Non, ce sont des gentes "normales", "banales"
ça peut être notre frère, notre collègue, la voisine de palier.

ce qui ressort de la plus part des révélations de crimes pédocriminels, c'est que ces agresseur-agresseuses donnent l'impression d'être bien sous tout rapports...
tant et si bien que souvent, la victime n'est pas crue, qu'on l'oblige à se taire
et c'est encore pire dans le cadre de la famille, car cela peut faire tout exploser

page wikipedia sur ce sujet :
«La « banalité du mal » est un concept philosophique développé par Hannah Arendt en 1963, dans son ouvrage Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal. Lors de son procès, Eichmann, qu’on pense être une bête furieuse et qui devrait laisser une forte impression, montre plutôt l’image d’un petit fonctionnaire médiocre, ce qui fait dire à Arendt que le mal ne réside pas dans l’extraordinaire mais dans les petites choses, une quotidienneté à commettre les crimes les plus graves...»
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
1 084
5 229
113
@Ptite plume pour Montant et Catherine Allegret ça a fait un scandale énorme quand son fils (Benjamin Castaldi) à sorti un livre en en parlant à demi mot. C'est retombé dans l'oublie puis Catherine Allegret à elle même sortie un livre sans ellipse et ça a refait un scandale... Ca n'a pas permis de libérer la parole d'autres (peut être en partie parce que ces personnes sont célèbres et que d'autres anonymes ont peur d'être moins crus) mais j'ai le sentiment que c'est l'une des premières affaires de ce type qui a créé un debut de remous alors que l'agresseur était une "idole"... Ca mets du temps pour que les mentalités changent et je crois vraiment que cette histoire (la dénonciation, pas l'inceste) était un bon signe sur le fait que ça allait avancer.

@Ecureuille j'irais même plus loin, on peut être attiré par des enfants mais ne pas céder à ses pulsions. Il y a des gens qui se découvrent cette attirance et qui vont direct se faire soigner et il faut leur reconnaitre ça.

En tout cas ce grand mouvement de libération de la parole dans pleins de domaines depuis quelques années me donne l'impression d'une avalanche, il y a eu la première chute de neige qui a entrainé avec elle des torrents de dénonciations de pleins de discriminations. Alors bien sur c'est trés désagréable, même quand on est du coté des victimes de lire ou d'entendre autant de choses horribles mais j'ai le sentiments qu'on assiste à quelque chsoe d'un peu historique et que les tenants des vieilles mentalités réac ne vont rien pouvoir faire face à ça (et qu'ils le savent vu la virulence avec laquelle ils attaquent les victimes, je vois ça un peu comme un acte désespérer de garder le controle. Alors là aussi ça fout la rage de les entendre quand on fait partie des victimes ou qu'on est des allié-e-s mais j'ai bon espoir qu'on assite au début de la mort de leurs idées moisies et de leur impunité)
 

Ptite plume

Well-known member
2 Jan 2019
598
2 845
93
@pravda1917 je crois que c'est son fils qui avait dit "C'était un monstre sacré, et dans monstre sacré il y a monstre". J'ignorais vraiment tout de ça il y a quelques semaines. Ironie du sort, Montand joue dans César et Rosalie aux cotés de Romy Scheider, qui elle a été victime des assauts de son beau père quand elle était gamine. Voir les "mythes" s'effondrer comme ça, ça fait bizarre, mais oui j'ose espérer (à voir les déferlantes de ces derniers jours) que c'est le début d'une nouvelle ère où les bourreaux ne sont plus encensés, protégés par leurs statuts et où la parole des victime compte enfin. (Bon oui d'accord y'a encore du boulot)
 

KtyKonéko

adulte à temps partiel & autrice de fanfiction
j'ai vu sur l'émission le Quotidien un petit reportage sur un centre psy à Toulouse, pour soigner les "troubles pédophiliques"
et l'interview floutée d'un homme qui y recevait des soins.
Il était parfaitement conscient de la monstruosité de ses fantasmes pédocriminels. Il expliquait sa difficulté à ne pas céder à ces pulsions, sa lutte quotidienne contre cela. Sa souffrance morale semblait bien réelle.
(je ne suis pas parvenue à retrouver cette vidéo)

lutter contre le fléau de la pédocriminalité pourrait aussi passer par un soutien/une aide psy pour celleux qui sont conscient de leurs troubles, pour les aider à ne pas passer à l'acte

Cependant, je ne suis pas certaine que la majorité des violeurs d'enfant soient "malades", la plus part sont comme tous les autres violeurs : des salopars opportunistes sans remords
 

Ptite plume

Well-known member
2 Jan 2019
598
2 845
93
Je suis allée sur twitter, j'aurais pas du. Comment on en arrive à faire de la victime un coupable, et du bourreau une vrai victime sous couvert de présomption d'innocence, d'état de droit, voir de "il a une tête trop sympathique pour ça" ou je ne sais quoi? c''est une vraie question, j'ai du mal à saisir le mécanisme qui fait que d'office on fustige la présumée victime et qu'on la traine dans la boue pour avoir parlé, parce que vous comprenez, dans le doute, c'est une vie brisée, c'est trop grave : /
 

DPC

Well-known member
12 Jan 2021
77
388
53
J'ai une question qui me taraude depuis hier, et je voulais votre avis. J'ai lu dans les nouvelles récentes que le père d'Audrey Pulvar avait été accusé de pédophilie par des femmes de sa famille. Audrey Pulvar a reconnu être au courant depuis 20 ans, mais avoir respecté le silence des victimes.
J'ai beaucoup de mal à me dire qu'on puisse avoir connaissance de quelque chose d'aussi grave, et ne pas le dénoncer, quand bien même les victimes elles-mêmes ne souhaitent pas s'exprimer publiquement ou auprès de la police. Est-ce que ce n'est pas ouvrir la porte à ce qu'il y ait d'autres victimes ? Et dans le même temps, je ne peux qu'imaginer comment une victime pourrait réagir si on "affiche" sa situation sans son accord.
Qu'en pensez-vous ?
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
1 084
5 229
113
@DPC je ne suis pas sure de répondre à ta question mais pour moi Audrey Pulvar a fait ce qu’il fallait.
Les victimes lui ont demandé de garder le silence et il me semble que respecter le souhait des victimes est bien la seule chose à faire. Ne pas respecter leur souhait serait rajouter une trahison à leur agression.
Rentrer dans le débat « à cause de se silence il y a peut être d’autres victimes » c’est, pour moi, alimenter la culture du viol. C’est laissé entendre que les victimes parce qu’elles ont demandé à ce qu’on ne dévoile pas ce qu’il leur est arrivé sont au moins en partie responsable d’autres possibles agressions... les victimes ne sont jamais coupables de rien, c’est leur agresseur le coupable point.
Quand la société accueillera la parole des victimes autrement peut être que mon discours changera mais aujourd’hui parler c’est prendre un gros risque et je ne conçois pas qu’on culpabilise de victimes de violence parce qu’elle ne veulent pas se rajouter ça sur le dos.
On blâme Audrey Pulvar de s’être tue pour respecter le souhait de ses cousines alors qu’au même moment les réactionnaires de tout poils tombent sur le dos de la fille de Berry parce qu’elle parle (soit disant trop tard).... les femmes sont toujours perdantes
 

DPC

Well-known member
12 Jan 2021
77
388
53
Je n'ai jamais été victime de quelconque violence physique ou sexuelle, et c'est pour ça que je pose la question. Qu'on en parle au sujet d'Audrey Pulvar en ce moment, m'amène à m'interroger sur les raisons qui font qu'on sait mais qu'on ne dit rien, en règle générale, mais je ne la blâme pas (Je la plains, plutôt... Découvrir qu'une personne de sa famille puisse faire ça, c'est gerbant, je l'ai vécu. Alors son propre parent...). Et sur comment neutraliser un agresseur, si on ne peut pas parler de ce qu'il a fait. Est-ce qu'il y a des moyens, sans que les victimes qui souhaitent rester"dans l'ombre" se retrouvent affichées ? Des associations qui peuvent aider dans ce sens ?

Une seule personne est coupable dans cette histoire, et si mon message a pu laisser penser que je pourrais reprocher aux victimes de ne pas parler, ce n'est absolument pas le cas et ça ne le sera jamais. Pardon pour ça.
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 866
6 472
113
32
Devant ton nez
D'ailleurs, c'est bien commode de la prendre pour cible. On fait semblant de s'indigner pour se faire bien voir, on occulte la responsabilité du vrai coupable et on en profite pour "casser de la meuf". Ainsi, on participe activement et délibérément à son impunité sans que ça se voie trop qu'on cherche à défendre un pédocriminel juste pour assouvir notre misogynie.