Mèmes internet = cyberharcèlement déguisé ?

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
807
3 397
93
32
Devant ton nez
#1
J'ai toujours eu un sentiment de malaise en voyant des mèmes impliquant une personne bien réelle. J'imagine bien la personne en question en train de vivre sa petite vie sans rien demander à personne, puis patatras ! Une caméra immortalise ce qu'il était en train de faire à ce moment-là, et au mépris total du droit à l'image, la voilà propulsée au statut de bouffonne de service de toute la toile sans que son avis ne soit demandé.

Moi, ça me rend parano. J'ai la hantise que quelqu'un me filme ou me prenne en photo dans une situation plus ou moins gênante (voire rendue comme telle par l'absence de contexte) pour me rabaisser au statut de grosse blague ambulante. Je me sentirais bafoué, humilié, traîné dans la boue, réifié, tout ça parce que «cédelumour, lol».

Je ne les aime déjà pas en tant que spectateur, ces trucs qui s'imposent à moi sans me demander mon avis, qui envahissent tout le monde médiatique (je pense notamment à des article de Mad qui m'ont fait remonter les testicules dans la gorge) et les discussions, jusqu'à me provoquer une overdose, le tout sans que je ne comprenne jamais ce que ça avait de drôle où d'intéressant.

Il y a peu, je me suis risqué à regarder un top des mèmes qui avaient détruit des vies, et j'étais mortifié. L'un d'entre-eux était la vidéo d'une fille en pleurs qui suppliait ses harceleurs de la laisser tranquille, vidéo qui est devenu un mème de moqueries bêtes et méchantes envers elle, avec pour objectif évident de se délecter de sa souffrance.

Le pire , c'est que j'ai l'impression d'être le seul à m'en offusquer, pendant que le reste du monde, en bons petits moutons de panurge, se marre en semblant se foutre éperdument de comment la victime vit sa notoriété, dont je me doute qu'elle se serait bien passée. J'espère vraiment que je me trompe. Y en a-t-il d'autres qui partagent mon point de vue ?
 
Dernière édition:

Nedjma

Punk bibliothécaire
3 Jan 2019
1 029
4 419
113
#2
@Merlu je suis entièrement d'accord avec toi. Le plaisir de se moquer sur la place publique remonte à la nuit des temps, mais me semble exacerbé avec les réseaux sociaux. Une raison parmi tant d'autres pour les fuir comme la peste ...
 
Dernière édition:

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
807
3 397
93
32
Devant ton nez
#3
Je suis rassuré de ne pas être le seul. La légèreté avec lequel les mèmes sont traités dans la plupart des médias -y compris Mad ce qui est d'autant plus choquant- me fait régulièrement bouillir, de même que jusqu'ici, je croyais être le seul à m'en offusquer.
 
You Rock !: mimur et Aughra

Oursinator

Ours mal léché.
8 Jan 2019
173
1 974
93
#9
Je regarde bcp de historical meme, donc d'après des peintures, ou de meme issus de fiction. J'en connais pas vraiment issus de la réalité je crois. Ca remplace un peu les gifs utilisés avant pour exprimer des émotions , faire une référence...
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
807
3 397
93
32
Devant ton nez
#10
Le problème, c'est que quand ça concerne une personne lambda qui n'a rien demandé à personne, c'est hyper déshumanisant pour elle, au point que les gens oublient que c'est une personne réelle. Par exemple, j'ai vraiment cringé face au mème «qu'est-ce qui est jaune et qui attend», car au-delà de l'incompréhension face à l'intérêt que ça a suscité, j'avais beaucoup de peine pour le gosse concerné, parce que jadis, les moqueries ne venaient que de l'entourage, mais maintenant, c'est potentiellement la terre entière qui se fout de ta gueule, et ça doit pas être évident à vivre, surtout à cet âge-là. D'autant plus que j'imagine bien que tout son entourage s'est bien foutu de lui.

Et ça m'a vraiment interpellé que si peu de gens s'en soient offusquées, y compris des gens à priori sensibilisés à la question du harcèlement et habituellement peu enclins à réifier autrui au statut de grosse blague ambulante. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, de réification.
 
Dernière édition:

Matouh

Dans l'espace personne ne vous entendra têtouiller
3 Jan 2019
2 485
28 356
113
#11
Je trouve ce débat passionnant :happy:
Je suis d'accord sur le fait que le mème internet est dévalorisant : la fille "je ne suis pas venu ici pour souffrir okay?" qui a été repris en boucle, la blague de Jonathan qui n'aurait pas du sortir du cercle familial (et même dans le cercle familial je trouve ça maltraitant).
Pour les mèmes de Jawad je sais que plusieurs s'insurgeaient parce qu'on parle quand même de quelqu'un qui est complice d'attentat...
Pour les animaux je ne sais jamais si c'est un moment pris sur le vif avec le chat/chien avec une drôle de tête ou une mise en scène ou une retouche... C'est pas mieux mais les mèmes sur les humains me touchent plus... TOUS les gens IRL qui ont reconnu les gens sur les mèmes + tout internet s'est moqué d'eux.
D'ailleurs j'ai eu du mal à me détendre sur Kévin et "les paillettes dans ma vie" parce que je ne savais pas au début que c'était une humoriste.
Mais après cette dérive on peut aussi la voir dans toutes les émissions où les gens étalent leur vie et celle de leur famille : les Super Nanny avec les gamins affreux filmés au pire moment et trop jeunes pour donner leur consentement, les Pascal le Grand Frère avec des ados probablement mal dans leur peau filmés aussi au pire moment etc etc. On se moque de la misère des gens... Mais là je m'éloigne trop du sujet! :happy:

Je suis totalement d'accord avec @Scarlett O'Hara sur les mèmes facebook où tu dois identifier ton pote qui s'appelle Maxime avec une photo d'une personne considéré comme moche et qui cherche son mari. Je ne comprends pas le but recherché, à part la moquerie car c'est même pas drôle, juste humiliant...

Et certains mèmes sont utilisés durant super longtemps!
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
807
3 397
93
32
Devant ton nez
#12
Alors que désormais le cyber-harcèlement est un phénomène bien identifié et encadré par la Loi (trop peu mais comme dit plus tôt, nous y viendrons).
Trop peu, effectivement, et presque sans aucun effet concret pour l'instant. Et ça prendra d'autant plus de temps qu'il est question de corriger 25 années d'impunité.
 

Matouh

Dans l'espace personne ne vous entendra têtouiller
3 Jan 2019
2 485
28 356
113
#13
Le noeud du problème c'est ... le consentement.
Amen!
Cette phrase pourrait être utilisée dans tellement de cas!
Après cest difficile (?) car Jonathan est trop jeune pour donner son consentement éclairé. Mais la fille "j'suis pas venue ici pour souffrir okay?" Etait consentante de passer dans l'émission, pas forcément que son image soit utilisée comme ça en boucle... elle a donné l'autorisation d'utiliser son image mais pas pour ça...
Y a une candidate miss France qui fait une drôle de tête sur une photo et elle a tweeté qu'elle était surprise de devenir un meme avec des smiley mdr. Mettons un scénario : Si on considère qu'elle est ok (la manière dont s'est tourné nous y fait penser), peut-être qu'elle en aura marre dans quelques mois à force de moqueries. Mais dans ce cas comment faire ? Elle était consentante et ne l'est plus. Logiquement les gens devraient arrêter mais vont ils le faire?
Mais ça ça arrive souvent.
On le voit avec certains générique de l émission Quotidien : le coup des deux petites bourgeoises qui font "bouh" ont été ultra moquée. C'est deux jeunes fille, probablement pas armé pour subir ça et ça me gêne de rire d'elles. Après c'est pas un meme cest une séquence reprise en boucle pour un générique. Cest encore différent mais néanmoins y a beaucoup trop de gens qui ont ri à leurs dépends.
Je ne suis pas gênée par le même en général j'aime bien ceux du ciné/de la pop culture et j'avoue m'en servir. Pour moi on est dans l'interrogation de notre conscience mais pas du tout dans la censure.
Perso je me demande comment rire sans blesser en fait...
Bref c'est un vaste sujet :happy: et je fais beaucoup trop de HS
 
You Rock !: LuLa et Jeanne Dark

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
807
3 397
93
32
Devant ton nez
#14
C'est clair que pour les personnalités qui travaillent dans les médias, c'est tout de suite moins grave, vu que l'exposition médiatique, c'est leur métier, logiquement, ils supportent mieux ce type de récupération (sauf dans des cas où c'est réellement humiliant, bien sûr), et ne se privent pas de s'autoparodier. Je pense notamment à Édouard «Trololo» Khil qui a connu une réhabilitation inattendue au crépuscule de sa vie (dix ans déjà, ça nous rajeunit pas :vieux:), où à Denis Brogniard et son fameux AH !
 
You Rock !: Jeanne Dark