Lettre à l’homme qui m’a brisé le coeur

9 Juil 2019
7
12
3
#1



Tu ne liras jamais ces mots.
D’une part car je t’en ai déjà envoyé suffisamment pour te montrer ô combien tu comptais à mes yeux.
De deux car il en vient un goût de folie, d’avoir la plume encore à vif de toi depuis ces deux années passées.
Je t’écris car j’ai rencontré quelqu’un. Un homme bien, je crois.
Il a des qualités et des défauts mais il semble me correspondre, il semble répondre à mes attentes, à celui que j’imagine pouvoir aimer.
« Que j’imagine pouvoir aimer », cette phrase m’inquiète déjà car avec toi je n’ai jamais imaginé quoi que ce soit. J’ai aimé directement.

Mais j’admets qu’à 27 ans et plusieurs relations passionnelles, il est reposant de se plonger dans une rencontre sans obsession, sans tourbillon.
Tout est simple pour le moment, il me fait rire, j’ai envie de le voir, de l’écouter parler des heures. J’ai envie de le connaître par coeur mais.
Ai-je...
Lire la suite ...


 
18 Mai 2020
6
9
3
#2
Je pense que tous les choix que l'on fait dans une vie sont destinés d'une manière ou d'une autre à nous faire grandir. J'applique cette philosophie de vie particulièrement pour les relations amoureuses, celles qui comptent ou qui ont comptées. Tu peux en ressortir brisée en mille morceaux, ce sera toujours une leçon qui t'aidera pour l'avenir, à savoir ce que tu veux, ce que tu vaux, ce que tu ne veux pas reproduire etc.
L'amour c'est comme ça, magnifique et dévastateur. Tout puis rien.
Chaque relation t'apporte quelque chose de plus et tu te construis au fur et à mesure. ce ne sera jamais la même chose qu'avant, ce serait trop simple ainsi. Mais en somme, c'est un peu ça grandir. Collecter les trucs que t'offre la vie, et avancer en même temps, vers la meilleure version de toi même.
 

Nine-V

Well-known member
22 Mar 2019
12
92
13
#3
Ce genre de lettre me laisse toujours songeuse... J'ai également 27 ans, je suis une femme hétérosexuelle qui a eu des relations plus ou moins longues avec plusieurs hommes, ce qui fait que c'est encore plus facile pour moi de me projeter (alors que par définition, un témoignage est une expérience personnelle!).
Je n'ai jamais été amoureuse, je n'ai jamais ressenti cette passion, cette obsession, ce tourbillon (pour citer l'article - et faire des rimes en -on). Et quand je vois la souffrance que ça à l'air d'engendrer, je ne sais pas si je dois me sentir chanceuse d'y échapper, ou maudite par ce coeur de pierre qui me coupe de tout sentiment amoureux... mais me protège de ses conséquences. Il y a encore un sacré travail à faire pour désenclaver tout ça je crois ^^

Evidemment, je souhaite un vrai apaisement et une construction personnelle et amoureuse sereine à l'auteure! :) Mes interrogations ne viennent que d'une différence criante de vécu, et d'une pointe de crainte pour mon avenir relationnel.
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
602
2 364
93
#4
Je ne comprends que l’autrice. J’ai rencontré mon mari à 31 ans. Je n’avais pas eu beaucoup d’histoires durable dans ma vie mais elle m’avait emmené au début dans des torrents de joie et de passion et les ruptures avaient été horribles. A 31 ans je désespérais un peu de rencontrer quelqu’un et ce petit homme tout maigrichon comme je les aime est arrivé dans ma vie. Il y avait de la joie mais pas de passion, mes copines me répétait que c’était l’âge et surtout que c’était peut être mieux comme ça mais encore aujourd’hui je me demande si je l’aime vraiment vu que je pense que l’amour c’est la passion (même si beaucoup dirait qu’au bout de 9 ans la passion elle s’est fait la malle).
En même temps, c’est un homme bien, il a des défauts mais pas celui de ne pas prendre soin de moi et de faire tout ce qu’il est en son possible pour que j’aille bien et que je sois heureuse. Parfois il est saoulé de mes convictions et des déferlements d’agacements voir parfois de la rage qui en découle et il a du mal à le cacher (alors qu’en définitive j’aimerais bien qu’on en discute plutôt que d’être dans l’évitement). Et puis on a traversé des épreuves horribles et quand ça a mal tourné, malgré ses responsabilités et sa loyauté au travail il a dit à son patron qu’il ne viendrait plus travailler les après-midi pour venir me voir à l’hôpital...
Bref, il est le compagnon idéal, peut être que je ne suis pas dans la passion, je ne suis même pas sure d’être amoureuse du coup mais la vie ensemble est simple et le plus souvent agréable et à 40 ans après tout ce que j’ai traversé j’ai plus envie de souffrir. La passion me manque, vraiment, mais elle m’a fait trop mal
 
18 Mai 2020
6
9
3
#5
Je fais partie de ces personnes qui vivent des relations passionnelles et fortes, c'est propre à ma personne: une hypersensible attirée par des hypersensibles... on a tendance à vivre nos émotions intensément et prendre les choses très (trop?)à cœur. C'est inconscient et c'est à double tranchant. Un jour tu vis le bonheur le plus profond et sans l'avoir prévu le jour d'après tu es au fond du gouffre. Il faut juste savoir accepter que ces sentiments font parti de toi, tout en ne les laissant jamais te détruire. ça se travaille tout ça même si c'est pas facile ça vaut le coup parce qu'être maître de toi même c'est une force, une vraie.
En dehors de ça, ne pas avoir vécu de relation passionnelle n'a rien d'alarmant, peut être aussi que cette personne n'est pas encore arrivée? peut être que les sentiments s'expriment d'une façon différente, ou qu'on n'arrive pas a les exprimer pour quelque part se protéger justement ,et ce n'est pas grave. Si on devait tous vivre la même chose ce serait terriblement ennuyant.
 

klifer

Machine de guerre un peu rouillée
2 Jan 2019
777
10 169
93
www.mokumonmywrist.eu
#6
Il y a un point qui m'a toujours énormément interrogé dans ce genre de cas, c'est la nécessité de choisir entre un tout et un rien, un amour passion destructeur qui fait un mal fou, ou une relation avec une personne stable et fonctionnelle mais dans laquelle on n'est pas sûre d'aimer vraiment, dans laquelle on s'ennuie un peu. Pour moi ces deux types de relations sont toutes les deux dysfonctionnelles puisqu'elles ne sont satisfaisantes ni l'une ni l'autre. Personnellement je suis fervente amatrice de l'option numéro trois : le grand amour non destructeur.

Ca ne veut pas dire que l'autre n'a pas de défaut, ou qu'on est heureux tout le temps mais on peut être amoureuse d'une personne qui nous aime et nous appelle tous les jours. Pour moi ça n'est d'ailleurs pas une qualité en soi c'est la base. Il existe des hommes sexy et passionnants qui sont aussi rassurants, stables et respectueux.
 
Dernière édition:

Sophie L

Well-known member
11 Mar 2019
215
1 143
93
#7
Je confirme. Il est possible de vivre une douce passion, avec quelqu'un de stable et engagé. Il est possible de ressentir un désir fou envers une personne, tout en étant apaisé.e et confiant.e.
Après, comme le dit @klifer, ça n'empêche pas les problèmes de couple.
Mais je pense honnêtement que l'amour ne doit pas être destructeur...
 

Loelia78

Well-known member
17 Jan 2020
350
824
93
#9
Je suis assez d'accord avec @pravda1917, en termes de passion pure je ne suis attirée que par les connards/manipulateurs. Je le sais, c'est comme ça, je n'ai pas de pouvoir sur ça.
En revanche, il est hors de question que je sorte avec donc tant pis pour la passion. Elle peut manquer parfois mais j'y préfère largement un compagnon sain pour qui j'ai de la tendresse. Évidement c'est mieux d'avoir les deux mais tout le monde n'arrive pas à developper une passion pour les bonnes personnes.
 

klifer

Machine de guerre un peu rouillée
2 Jan 2019
777
10 169
93
www.mokumonmywrist.eu
#10
@pravda1917 je ne juge absolument pas surtout que je pense avoir passé l’intégralité de ma vie adulte à chercher un partenaire. Trouver « le bon » (= une personne dont les nombreux défauts s’accordent pas trop mal avec les notre, selon ma définition) est une entreprise de longue haleine, et ne garantie pas le bonheur à long terme. De plus mon bon n’est pas celui de la voisine.

Cela dit un témoignage comme celui ci m'interroge : qu'est ce qui peut faire qu'une histoire entre deux personnes qui s'aiment ne marche pas ?
Si les deux sont aussi amoureux l'un de l'autre, qu'est ce qui peut justifier qu'ils ne puissent être ensemble à part peut être une longue distance ? J'ai l'impression que bien souvent quand une histoire est dysfonctionnelle, elle l'est car l'un des deux ne s'investit simplement pas, ou ne montre pas le respect que l'on est en droit d'attendre de la part de quelqu'un, ou pour d'autres raisons purement terre à terre, on a peut être tendance à sublimer l'histoire en parlant d'amour impossible et destructeur alors que le problème de base ce n'était ni la force de l'amour, ni sa passion mais par exemple le fait que l'un des deux se comportait comme un goujat ou que malgré la grande envie d'être amoureux on ne pouvait pas saquer le caractère de l'autre...
@Loelia78 ton message s'est posté au moment ou j'écrivais, et au final il illsutre bien ce que je dis, et tu sembles super lucide là dessus. J'ai longtemps été exclusivement amoureuse de mecs qui ne m'aimaient pas (mais qui voulaient bien coucher avec moi et passer un peu de temps avec moi avant de tomber amoureux d'autres personnes puis de revenir vers moi me donnant l'impression de vivre une relation "suivie") donc je connais bien la problématique. Un long travail sur moi même m’a permis de me sortir de ce schéma mais je n’enjoins personne à faire de même (ou pas), je dis juste que si on souffre de la situation ça peut être une option.

Ce qui est peut être illusoire, c'est de parler de passion en opposition à une relation stable, comme si par définition ces deux n'étaient pas apposable, et que ça rendait les choses romantiques, belles mais aussi très tristes et qu'on avait au final assez peu de prise dessus puisque la vie était ainsi. Soit reposante et saine mais chiante, soit palpitante mais destructrice. Or comme vous le dites c'est au niveau individuel que ça se joue, mais ça n'est en rien une règle absolue.
On peut se mettre en couple avec qui on veut (no shit sherlock), et le type de lien affectif ne regarde personne, mais parfois ce genre de relations un peu plan plan (de l'aveu de ceux qui la vivent) semblent subies comme si tout était tout noir ou blanc.
 
Dernière édition:

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
602
2 364
93
#11
@klifer je ne parle que pour moi là, donc l'intérêt du message est juste cathartique et je m'en excuse d'avance. Cela 20 ans (22 plutôt je crois) que je travaille sur moi et du coup bien entendu sur ma relation aux hommes mais aussi sur ma confiance en moi.
Je n'en ai absolument aucune en ce qui concerne la séduction et surtout ma capacité à plaire à quelqu'un (amoureusement) et même après 20 ans de travail (avec différents thérapeutes, des qui me correspondait pas une ou deux fois mais ça n'a jamais durer avec ceux là et d'autres qui m'ont fait faire plein de progrès sur d'autres choses)...A partir de là je suis très heureuse d'avoir rencontré quelqu'un avec qui je suis bien et qui semble partager se sentiment, quelqu'un avec qui il n'y a pas de passion mais plus que de l'amitié et une envie de partager un quotidien (ce qui ne m'empêche pas d'avoir peur d'être plaquer à peu prêt une fois par semaine mais c'est exclusivement ma névrose, pas quelque chose qu'il entretiendrait lui).
Je pense que je ne suis pas seule à être dans ce cas, que des personnes comme moi qui cumulent des difficultés psychiques et des physiques forcément attrayant peuvent ne pas avoir du tout confiance en elle au point que même si des gens sont charmés il faut qu'ils en fassent des tonnes pour convaincre et que ça doit être lassant (j'ai la chance d'avoir un mari qui ne se lasse pas facilement).
C'est peut être une "maladie" ce que je décris mais je sais que j'ai essayé de la soigner le plus possible et que ça n'a pas été possible... par ailleurs, j'ai vécu des passions il y a plus de 20 ans qui m'ont amené à mon état actuel... donc je pense que pour certains qui ne trouve pas leur équilibre dans le célibat mais qui en définitive ne peuvent ou ne veulent pas vivre de passion parce qu'elles ont eu un impact trop difficile sur leur vie, le plan plan c'est pas forcément subie, en tout cas je pense vraiment que ça peut être choisie (et libérateur)

Edit : Je me relis et comme d'hab je me trouve agressive, je n'arrive pas à corriger ce défaut qui doit être lié à mon caractère a leur de peau, j'en suis désolée et ce n'est absolument voulu, mais je n'arrive pas à tourner les choses autrement
 
Dernière édition:

klifer

Machine de guerre un peu rouillée
2 Jan 2019
777
10 169
93
www.mokumonmywrist.eu
#12
@pravda1917 je ne trouve pas que ton message contredise le mien. Moi je te parle de si on souffre de la situation, si on déplore le manque de passion dans son couple et qu’on a l’impression par défaut que dans la vie on ne peut pas avoir les deux. Je ne dis pas que tout le monde doit vivre une passion (personnellement je ne supporterais pas ce sentiment en permanence, ça m’épuiserait) mais qu’apposer systématiquement l’amour passion à la stabilité est une erreur, que dans l’absolu on peut avoir les deux et qu’il faut se méfier de la sublimation de certaines situations qui renforce ce sentiment . Ça ne veut pas dire que tout le monde trouvera ça, ni même que c’est souhaitable. Après entre se faire soigner et faire un travail sur soi il y a un monde mais je comprends que ce soit mal pris, j’y ai pensé en écrivant et j’ai précisé que ce n’était pas une injonction, juste une expérience perso car je ne me permettrai JAMAIS de te conseiller de te faire suivre alors que tu as l’air d’être dans une situation qui te convient. L’important c’est d’être bien au quotidien pas dans un schéma qui correspond à une norme fantasmatique.
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
602
2 364
93
#13
@klifer c’est moi qui est utilisé le mauvais mot, je me fait suivre (depuis 22 ans)
Il se trouve que personnellement je ne crois pas en une relation passionnelle et saine. Par contre c’est juste mon opinion et le constat que je fais autour de moi. Je ne connais pas de couple « passionnel » ou l’un ne profite pas de la situation que obtenir quelque chose de l’autre ou au moins se comporter de manière très limité.
Je ne connais pas la terre entière et je ne peux donc jurer de rien (au même titre que j’ai des doutes sur certains médicaments qui pourrait soigner le COVID 19 mais c’est mon opinion, je ne suis pas médecin donc je ne sais pas, je ne cherche pas le débat, j’utilise juste un débat récurent en ce moment pour illustrer mon propos).
Si ça existe je suis très heureuse pour ceux qui le vivent mais preuve est dans ce cas qu'il n’est pas donné à tous ceux qui le voudrait de rencontrer le bon partenaire
 
Dernière édition: