Le nucléaire

Vassago

Well-known member
5 Jan 2019
36
154
33
31
#41
Quelle importance que la masse et le volume de déchets soient faibles, s'ils sont intraitables et hautement dangereux pendant des milliers d'années ?
D'une part, ça :

On valorise une partie des déchets plastiques. Ca n'empêche pas qu'on soit en train de tuer nos écosystèmes, particulièrement les océans, à cause du reste.
Les volumes impliqués sont tellement faibles que cette comparaison n'a pas vraiment de sens.
D'autre part, toute production d'énergie entraîne des déchets (sauf les barrages, je crois). L'alternative actuelle au nucléaire, c'est le charbon. Or, le charbon, en plus de ses émissions massives de CO2, produit de grandes quantités de cendres polluantes, qui contiennent des produits "intraitables et hautement dangereux pendant des milliers d'années" (du radon radioactif, mais aussi de l'arsenic et du mercure, qui eux n'ont pas le bon goût de se décomposer).

L'eau bouillante aussi est dangereuse parce qu'elle contient de l'énergie (la chaleur). C'est pas pour autant que je voudrais me baigner dedans. On ne peut pas exploiter cette énergie ni la faire décroitre dans un délai raisonnable. Donc ???
Personne ne te demande de te baigner dans les déchets nucléaires. Par contre, tu peux utiliser ton eau bouillante pour produire de l'énergie. Idem pour les déchets. Cf mon point sur la surgénération, on sait exploiter cette énergie.

Si c'est si fantastique, je me demande pourquoi ça a été arrêté.
Parce que les anti nucléaires (les mêmes qui se plaignent des déchets, sacrés pompiers) n'en voulaient pas. Et ce même avant la construction des réacteurs (exemple pour Superphénix, la construction est autorisée en 1976 mais l'opposition existe déjà en 1974). Beh oui, ça flingue le principal argument contre le nucléaire, à savoir qu'il y a des déchets "intraitables et hautement dangereux".

Et encore une fois, valoriser au moins une partie ça ne suffit pas.
Pour ce que ça vaut, l'uranium non fissile et le plutonium représentent 96% des déchets havl. Je ne sais plus quelle est la part des actinides, mais on sait aussi s'en servir. Donc quand je dis qu'on ne valorise qu'une partie de ces déchets, ça fait quand même une sacrée partie (d'un volume déjà assez faible au départ).
Il me semble que c'est la seule filière de production énergétique (hors barrages) qui est en mesure de réutiliser une telle part de ses déchets.
Cela étant, je comprends ta position. Si c'est ce que tu attends, alors non, on ne sait pas réutiliser tous les déchets produits par une centrale nucléaire, en l'état il va falloir en enterrer une partie.

C'est pas parce que la radioactivité existe naturellement qu'il faut multiplier les risques de catastrophes volontairement.
Je ne dis pas que la radioactivité existe naturellement (même si c'est vrai), mais que les déchets havl stockés en couche profonde comme on se prépare à le faire existent naturellement.

On a quand même eu collectivement sacrément de la chance que les accidents nucléaires majeurs se soient "bien déroulés".
Non. Pour Tchernobyl, ça aurait difficilement pu être pire en fait. Tout a merdé du début à la fin, tant au niveau humain (suspension des sécurités, manipulations dangereuses) qu'au niveau matériel (blocage des barres de modération) ou au niveau de la conception (là je n'ai plus les détails) et pour le coup la rétention d'information a bien tout bloqué.
Et on se retrouve avec un accident qui a tué moins de monde (même si tu comptes cancers et maladies comme des morts) que n'en tue le charbon en Europe chaque année. Charbon vs Tchernobyl. Si je voulais faire dans la provoc, je dirais même que, collectivement, on a même plus intérêt à avoir un Tchernobyl par an.

On ne peut pas partir du principe qu'un accident ne surviendra pas.
Personne ne part de ce principe. L'ajout de dispositifs de sécurité est d'ailleurs la principale cause d'augmentation du coût théorique des centrales.

De plus, je trouve ça très hypocrite de dire que Pripyat se visite aujourd'hui : c'est vrai, mais que la zone d'exclusion existe encore, et il faut se balader avec un guide et un appareil qui mesure la radioactivité car il reste des poches dangereuses. Les nombreuses études de faune qui ont lieu dans la zone d'exclusion montre qu'il y a bien un retour de la biodiversité, mais aussi que les animaux sont malades.
Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit. J'ai pas dit que c'était la fête non plus, il reste beaucoup de zones dangereuses, et on n'y va pas comme dans un jardin botanique. Par contre, la ville se visite, moins de 50 ans après la catastrophe, et la centrale, qui a été exploitée 15 ans après l'accident, pourrait techniquement l'être encore. On est loin des conséquences infinies dont tu parles.

Potentiellement, un accident nucléaire peut affecter la terre entière
Oui. Cela dit, l'exploitation du charbon (qui est la seule alternative pilotable actuellement utilisée) affecte déjà la terre entière, en fonctionnement courant et sans accident. Et les nuages de particules fines ne s'arrêtent pas non plus aux frontières (cf le rapport Dark Cloud cité plus haut)

Si à l'époque de l'Egypte Antique, l'écriture était rare et chère (pour résumer), ça veut dire qu'ils n'ont écrit que le plus important. Et même le plus important, on n'est pas en mesure de le comprendre aujourd'hui.
Le plus important, à l'époque, était d'ordre religieux ou politique. Les informations techniques ne se sont pas transmises par écrit, d'une part parce que c'est cher, et d'autre part parce que pendant l'antiquité, c'est sa connaissance qui fait la valeur d'un artisan. Celui-ci n'a donc aucun intérêt à décrire ce qu'il fait, ni comment il le fait. Depuis quelques siècles, on écrit justement les informations techniques, parce que c'est devenu peu coûteux et que c'est super utile. Je maintiens que cette comparaison est bancale. Idem pour les textes religieux, dont la nature philosophique invite forcément à l'interprétation, et donc à la divergence.
 

Kurmad

Well-known member
7 Jan 2019
119
681
93
#42
Du coup, je vais m'arrêter là parce qu'il n'y a aucun moyen que l'un de nous fasse changer l'autre d'avis, c'est totalement stérile :fleur:.

Pour moi, le risque nucléaire est totalement inacceptable (tant sur la question des déchets que sur celle de l'accident technologique). Pour toi, le risque est non seulement acceptable, mais même souhaitable en comparaison des autres sources d'énergie.
 
You Rock !: Lol'ô et Vassago