La salle commune : futurs parents, parents, etc.

Zébule

Navigue en toute détente
13 Mar 2019
525
6 629
93
@Auryn @Azélaïs je réagis puisque j'ai justement posté des paillettes du genre hier et si je l'ai fait c'est aussi parce qu'avant d'être maman, ce discours "la maternité m'a changée c'est que du bonheur" je le trouvais neuneu et j'y croyais pas du tout. J'y crois toujours pas comme une vérité générale bien sûr mais pour moi je peux maintenant dire que c'est vrai. C'était pas du tout le cas y'a quelques mois par contre.

Et c'est bien comme dit @Azélaïs le quotidien est plein de trucs chiants (aujourd'hui après une nuit totalement pourrie mon fils a pleuré sur son biberon, pleuré dans les bras de son père pendant 40min avant une sieste, fait un caca débordant dans son transat pendant qu'on dînait et j'ai une crampe à l'avant bras tellement je l'ai porté). Mais le lien que j'ai avec lui maintenant je peux vraiment dire que ça me shoote à je sais pas quelle hormone de bien être et vraiment je crois pas avoir ni aimé autant que ça déjà ni m'être sentie aussi heureuse. Donc c'est pas vraiment mon rôle de mère qui me rend heureuse (ça c'est globalement pas mal de trucs chiants) mais le fait d'être mère. Je sais pas si c'est clair :unsure:
 

Make a wish

Well-known member
3 Jan 2019
326
3 401
93
@Azélaïs Je ne ressens pas non plus que la maternité m’a transcendé. Ça n’a pas fait de moi une meilleure personne, donner de la force ou que sais je. Je me souviens d’une discussion sur madz (il y a vraiment longtemps) avec des mamans qui disaient que la maternité leur avait donné confiance en elle dans divers domaines et ça ne me parle pas non plus. Je me sens comme avant. Et j’aime mon fils mais pour moi ce n’est pas un amour puisant, viscéral etc. La fameuse phrase sur l’amour « tu comprendras quand tu seras maman » ne me parle pas. Je m’attendais à une déferlante à sa naissance et ça n’a pas été le cas. Je me souviens de m’être plusieurs fois questionné sur le fait que j’avais peur de ne pas l’aimer que ce n’était pas normal que ça ne me prenne pas aux tripes. Et puis le temps a fait son œuvre et j’ai compris que j’avais ma manière de fonctionner ^^.
 

Meeteetse

J'attends la marée céleste
2 Jan 2019
1 075
12 444
113
C'est super intéressant votre discussion !
Moi je trouve ça globalement bizarre la maternité pour l'instant :hesite: ni beau ni atroce ni nouveau ni évident ni complexe, juste bizarre :lunette: dans le sens où je suis toujours moi, avec mes limites, mes forces mes centres d'intérêts, mes chansons inventées débiles, mes envies... Mais c'est comme si tout ça s'était légèrement euh, déplacé ? ou que tout était teinté de Chestnut ? Ouais en fait ma maternité pour l'instant c'est comme avoir lavé du vieux linge en même temps qu'un nouveau vêtement qui déteint :yawn: les vieux trucs sont toujours là et portables, mais tout a été coloré par le truc neuf. Après comme toi @Azélaïs ya des choses auxquelles je m'attendais et d'autres pas du tout, et pour le coup en ça ça me révèle parfois des choses que j'ignorais que moi, où des choses qui n'existaient pas d'ailleurs. Et @Zébule je vois ce que tu veux dire sur la distinction rôle de mère / le fait d'être mère et ça me parle pas mal mais je ne saurais pas dire complètement pourquoi parce que pour l'instant justement j'ai l'impression de plus me rendre compte que je fais des trucs de mère que je ne me rends compte que je suis mère (l'existentialisme est il un humanisme ? Vous avez 2h). Et @Auryn je suis totalement d'accord avec toi aussi !

@Grenat oh bienvenue ! :fleur: pour l'allaitement j'ai vu sur le groupe fb "les tire allaitantes" (je crois) d'autres femmes dans ton cas (bébé préma, tire allaitement, reprise éventuellement du sein) si ça peut t'aider. Et sinon plein de courage à toi et ton petit, j'espere que vous sortirez vite !

Et mon petit point covid19 :
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Dernière édition:

Karhu

Well-known member
23 Jan 2019
435
4 993
93
@Nymphetameen Je me retrouve dans ton message, je suis maman de S. depuis presque 6 semaines et je dois avouer que même si j’en suis totalement gaga (forcément, elle est parfaite :puppyeyes:), j’ai aussi besoin d’avoir des moments pour moi... Au début, c’était simplement le fait de pouvoir prendre une douche, et la prochaine étape c’est un massage de 2 heures, je suis joie!

@Azélaïs, @Auryn, @Zébuleeetse et toutes les autres, je trouve la discussion sur la maternité vraiment intéressante! Ici je suis tombée sous le charme de ma fille dès qu’on me l’a posée sur le ventre (on a découvert le sexe à la naissance, peut-être que ça a joué, je ne sais pas), j’ai vraiment eu cette sensation de « mais comment est-ce qu’on a pu créer une chose aussi mignonne?! ». Les jours qui ont suivis, j’ai appris à la connaître, car je découvrais une nouvelle personne, une personne à part entière, différente de « Machin » qui était dans mon ventre durant tout la grossesse, et qui pourtant était là depuis le début. Je ne suis pas sure d’être claire, mais disons que j’ai du dire au revoir au « Machin » de ma grossesse et accueillir « S. » en tant que nouvelle personne :happy:

Et sur le fait d’être mère... Oui mais en fait ça reste très bizarre comme concept, vous êtes sûre que vous parlez de moi?!:yawn: Je suis toujours la même personne, mais par contre je me sens beaucoup plus à l’aise dans mon corps. Pourtant, j’ai une énorme bouée et un ventre tout mou et tout vide, un entrejambe en travaux, des cernes énormes... Mais après ce que mon corps a accompli en créant et en accouchant d’une merveille comme celle que j’ai dans les bras, je ne peux que être fière et bien dans mes baskets :happy:

D’ailleurs je te rejoins totalement @Zébule sur le fait d’être mère, c’est un peu ce que je ressens aussi (même si je n’arrive pas à j croire en même temps

@Grenat On se retrouve :caprice:

Sinon S. commence de plus en plus à décrocher des sourires, on arrive donc dans ce moment de la vie de parents où on fait des têtes improbables juste dans l’objectif de décrocher le graal :taquin:
 

coccithilde

Well-known member
20 Jan 2019
721
5 709
93
@Nymphetameen super d’avoir de tes nouvelles même si je te suis sur IG. Je pense vous devez être dans la période de l’angoisse de la séparation !
et trop bien pour la visite avec les autres Rockies !

@Azélaïs ca fait plaisir aussi d’avoir de tes nouvelles !
concernant les besoins de ton bébé, moi on m’a toujours dit qu’on ne restreignait pas un bébé, s’il réclame c’est qu’il a besoin effectivement ! Peut être qu’avec un rythme crèche ce sera différent, mais si la bas il réclame j’espère qu’on lui donnera aussi ! S’il a faim !

@Grenat bienvenue par ici :) courage pour ton projet d’allaitement, n’abandonne pas si c’est quelque chose qui te tient à cœur !

@Auryn je rebondit en répondant à ton message car justement moi j’étais persuadée que j’aurais le coup de foudre pour mon bébé à la naissance. Et ça a été tout le contraire, quand on me l’a posé sur moi, je n’ai pas compris, comparé à toi je n’ai pas du tout trouvé ça naturel. J’avais besoin que d’une chose, c’était de mon conjoint qui se trouvait à mes côtés, j’ai pleuré car c’était terminé mais pas parce qu’il était là. J’ai mis 2-3j à vraiment éprouver de l’amour et à être à l’aise avec lui... avant ça c’était en effet un inconnu !
 

Lau

Well-known member
13 Mar 2019
278
2 414
93
Bienvenue et félicitations @Grenat !

Ça y est, nous sommes sur la route des vacances ! Au programme 3 semaines à nous faire chouchouter par mes parents à la campagne, ça va faire du bien !

Très intéressant la discussion sur le vécu du rôle de mère... Pour moi, je dirais que j'ai eu un lien fort avec ma fille tout de suite, ça semblait naturel et une vraie sensation de coup de foudre au 2eme jour je crois (j'étais à la maternité en tous cas). J'ai ressenti la meme chose que quand je suis tombée amoureuse de mon mari, mais plus fort ! Je suis passé par des phases où la regarder me faisait presque peur... Tant d'amour et tant de responsabilités ! La je dirais que ça se nuance un peu.
Ceci dit, j'ai du mal encore à me voir comme une mère et je suis toujours là même, même si elle remplit toutes mes pensées en ce moment, j'ai justement un peu hâte de reprendre le travail pour me retrouver.
Clairement je ne serai jamais épanouie que en tant que mère et je trouve les journées seule avec bébé vachement longues (avec des moments très doux, bien sûr).
On verra qu'est que ça va donner quand on sortira de notre bulle à la rentrée...
 

Nymphetameen

An dispac’h a zo dispar!
3 Jan 2019
1 587
15 443
113
Breizh
@Karhu Je te comprends :cretin: ici on a été 24/24 avec lui les trois premiers mois (du fait qu'il avait mal si on l'allongeait) et ça nous a beaucoup pesé et pas du tout convenu, donc dès qu'il a pu prendre un peu d'autonomie on en a profité (le laisser dormir seul par exemple). Et on est beaucoup mieux maintenant.

@coccithilde On est entré dans l'angoisse de séparation il y a environ 2 semaines oui, et depuis ça fluctue... Un coup il s'en fout, un coup il FAUT que je sois dans son champ de vision. Et c'est pareil pour le coucher, parfois il s'en fout, et parfois non. C'est assez épuisant. Je suis contente que ça n'ait pas impacté le sevrage de l'allaitement (je redoutais ça) mais pour le reste comme c'est complètement aléatoire c'est pas évident! :ko: J'avais demandé à ma mère : "Mais comment on gère ça en fait?" Elle : "Ben... comme on peut" Ok merci :lol: Bref on essaie de le rassurer au maximum quand il fait ça mais c'est vrai que c'est quelque chose. (Doux souvenir de ce moment où je l'ai laissé dans la cuisine avec son père pour aller au courrier et que je l'ai retrouvé en pleur les mains contre la porte-fenêtre...).

@Gigi57 Pareil ici, mais c'est comme pour toutes les choses de la vie : on ne retient que les jolies... Et heureusement! <3
 

KrissDeValnor

Well-known member
8 Jan 2019
308
2 718
93
Pour la discussion sur le fait d’être mère je pense un peu comme @Lau en fait c’est horrible à dire mais ce que j’ai ressenti en premier quand ma fille est née (enfin après la phase surprise /découverte /émerveillement) c’est surtout de la peur, de pas être à la hauteur, pas faire ce qu’il faut, la responsabilité que ça représente, et aussi un incommensurable amour, je me suis senti comme au pied de l’Everest a pas oser regarder le sommet car j’avais le vertige. En fait pour moi pour le moment ces 2 émotions vont de paire, je n’ose pas trop creuser le truc encore, j’ai pas l’énergie pour l’analyser ou faire un quelconque travail dessus pour le moment.
Je doute encore beaucoup en mes capacités, surtout toute seule la journée, les siestes sont toujours compliquées, 2h d’endormissement pour un pauvre 15/20 minutes de sieste, impossible de la poser à part en poussette ou dans le siège auto. J’en viens me dire que ça sera la nounou qui lui apprendra a dormir dans son lit en journée.
@Grenat contente de te voir par ici !
 

Carinee

Well-known member
7 Jan 2019
481
5 043
93
Ah ben je fais partie de ces personnes pour qui la maternité a tout changé :shifty: j'ai pas eu de coup de foudre à la maternité, il m'a fallu bien 1 mois pour apprivoiser mon bébé et en être raide dingue. Mais maintenant, Je l'aime comme j'ai jamais aimé, ça se traduit souvent pas une envie de la croquer, c'est un poil too much :yawn:
ma vie tourne beaucoup autour de mon bébé, je me découvre des trésors de patience, je chante des berceuses alors que mon mari ne m'avait jamais entendu chanter avant, je n'étais pas à l'aise avec les bébés maintenant je fais des gazouillis avec des bébés inconnus au supermarché, je lis principalement sur la maternité, je suis beaucoup plus organisée au boulot (ben oui je veux partir à l'heure retrouver mon bébé !), je m'affirme plus (avant je m'adaptais autant que possible, maintenant ça impacte mon bébé et ça non), je n'ai plus envie de voyager loin, juste de passer du temps avec ma famille et mes amis, et oui j'ai l'impression d'être plus """complète"""", sans pouvoir expliquer pourquoi.
d'ailleurs l'un des épisodes de la matrescence qui m'a le plus touché c'est quand l'animatrice parle de sa propre matrescence et comment ses centres d'intérêt ont été bouleversé à la naissance de sa fille, je me suis beaucoup reconnue et ça m'a aidé à accepter que ma vie tourne autour de mon bébé pour l'instant et que ça ne dure pas si longtemps que ça, on redevient un peu plus "comme avant" avec le temps.
 

cjeaanne

Well-known member
15 Jan 2019
116
1 159
93
Besançon
Salut a tous/tes.
Comme @Grenat, je fais mon entrée sur le topic. J'ai accouché il y a 16 jours d'un Petit Tonnerre, mon récit d'accouchement épic est sur le topic dédié, ainsi que ma petite présentation.

Je me remet tranquillement de ma césarienne. J'ai déjà perdu tous les kilos de grossesse (12kg), et je continue a perdre du poids. La chute des hormones, je dirais que je suis en pleins dedans (dites ça dure combien de temps ??) En gros je le sens faible a longueur de journée.
Sinon on soupçonne un rgo a notre petit tonnerre, il hurle de douleur dès qu'il a une remontée qui peut arriver 1, 2 ou même 3 heures après le biberon. On a vu la pédiatre hier qui nous a fait passer a du lait épaissi, mais clairement la nuit a été bien pourrie. (Reflux toute la nuit, donc pleurs et dodo uniquement sur maman). La pédiatre nous a également parler de gélules qui pourrait le soulager. Si pas d'amélioration ce weekend, je reprendrai rdv rapidement.

Voilà voilà, hâte de suivre vos aventures et vos conseils.
 

Meeteetse

J'attends la marée céleste
2 Jan 2019
1 075
12 444
113
@cjeaanne bienvenue ! :rainbow: j'espère que vous trouverez vite une piste pour soulager ton fils !

Pour poursuivre sur la discussion en cours, @Karhu c'est drôle j'ai ressenti la même chose sur le bébé dans mon ventre / ce bébé réel (et je l'avais lu écrit ici aussi par quelqu'un d'autre). Dans mon cas j'ai franchement eu un peu de mal d'ailleurs :shifty: j'avais l'impression de connaître le bébé qui vivait avec moi, et en plus c'était facile de s'en occuper :shifty: et ça a été un truc énorme de finalement rencontrer "le vrai bébé", différent de ce que je pensais savoir de lui, et d'apprendre à connaître ma Chestnut. D'ailleurs j'ai encore parfois du mal à faire le lien entre les 2 ! Pour le coup la découverte du sexe à la naissance a accentué ça pour moi je pense.
Et sinon justement à la naissance moi j'ai surtout ressenti du soulagement. Pendant la révision utérine j'essayais de lui parler mais j'étais vraiment pas avec elle émotionnellement, et ça a été vraiment dur à encaisser, de ne pas avoir ressenti damour pour elle tout de suite (je savais que ça pouvait ne pas se passer comme ça heureusement, mais je crois que j'avais fantasmé une immense vague d'amour et de bonheur là où il y a eu surtout donc du soulagement et de la douleur). Mais ça vient petit à petit, avec des "moments de grâce" d'ailleurs où je la regarde et où je pleure tellement c'est fort, mais surtout en fait l'impression de m'habituer à elle et d'apprendre à la connaitre petit à petit. D'ailleurs au début mon cerveau bugguait trop et m'envoyait des messages genre" ok on a bien rigolé mais ça s'arrête quand ce truc du bébé ?" à des moments trop bizarres :yawn: bref pas du tout immédiat chez moi !

Je l'ai en écharpe et on est trempées, je baigne dans le jus de bébé...
 

Magda

Well-known member
3 Jan 2019
1 009
12 203
113
Je suis tout comme @Carinee pour la maternité. Ton post me parle tout à fait. Alors clairement ici c'est pas facile mais pour autant je me sens meilleure, plus complète, plus épanouie. Pas de coup de foudre à la naissance mais je grandis en tant que personne avec elle. Et pareil je craque désormais sur les bébés et les enfants. Et je l'aime plus que n'importe qui. C'est un truc bestial. Qui est compatible avec le fait qu'elle me gonfle prodigieusement. Alors que j'aime les autres personnes pour leurs qualités !

@cjeaanne Bienvenue ici ! Courage pour les suites de césarienne et avec ton petit souffrant. J'espère que ça ira rapidement mieux pour lui.
 

UranusMarie

Well-known member
2 Jan 2019
2 627
20 832
113
Landes
@cjeaanne @Grenat bienvenue !!!

Comme @Carinee @Magda, être mère était le rôle de ma vie. Je me sens complète, entière, profondément heureuse. Les moments durs sont effacés par son sourire, ses câlins, ses caresses, ses progrès, tous les bons moments avec elle. Dès la grossesse, je me suis sentie enfin entière, enfin moi.
Et ça ne fait que s'amplifier :jv:. Tant d'ailleurs, que je me demande (toujours) comment je pourrai aimer pareil un potentiel deuxième...
 

SandHerfly

Well-known member
21 Jan 2019
115
1 420
93
@Grenat @cjeaanne Bienvenue par ici :hello:

Pour la discussion en cours, je trouve très enrichissant d'avoir des points de vue si variés de votre part :fleur: Ça montre à quel point la parentalité peut être vécu différemment et c'est cool :shifty:
De mon côté, quand j'ai vu mon fils pour la première fois, j'ai complètement fondu d'amour (et en larmes). Je pense que c'est très lié au contexte de mon accouchement et c'était un soulagement de le voir aller si bien et être si adorable. C'est vrai qu'il y a pas mal de moments galères et honnêtement je ne m'attendais même pas à quel point ça allait l'être... mais quand il me regarde comme si j'étais la personne la plus importante du monde :puppyeyes:, ça me fait compenser les moments moins sympa. Par contre, autant je déborde d'amour pour lui, pour autant je ne me sens pas vraiment maman... Je trouve que c'est vraiment une sensation bizarre. Je ne me sens pas vraiment différente enfin juste comme si on avait ajouté une caractéristique que je ne maîtrise pas encore totalement à mon moi de base :hesite:
 

Azélaïs

Que serais-je sans toi qu'un coeur au Bois Dormant
5 Jan 2019
489
5 781
93
C'est drôle, en lisant vos réponses (qui sont précieuses, merci pour tous ces éclairages ! :jv: ), je réalise justement quelque chose : de manière assez étrange, je ne conçois pas vraiment ma maternité par rapport à mon fils :lunette: Son arrivée a forcément bouleversé plein de choses dans ma vie, c'est indiscutable, mais finalement, la question de "quelle mère je suis et qu'est-ce que ça change en moi", je me rends compte que je la considère uniquement comme une question entre moi et moi :hesite: Pour clarifier un peu, j'ai l'impression que si Margarin n'était pas qui il est, ça ne changerait rien à la mère que je suis et que je deviens, que c'est quelque chose qui est uniquement du ressort de mon caractère, de mes attentes, de mes capacités et de mes défauts.
Alors bien sûr je pense que c'est faux au fond :yawn: et qu'à mesure qu'il grandira et affirmera de plus en plus qui il est, ma manière d'être sa maman s'adaptera et évoluera avec lui, en tout cas c'est ce que je nous souhaite ! Mais pour l'instant, alors qu'il a 4 mois et déjà sa petite personnalité, je ressens vraiment cette idée comme quelque chose de très intime et personnel, qui me définit moi plus que ça ne définit notre relation.
Et je me demandais ce matin si ça n'avait pas à voir avec ma personnalité, bien sûr, mais aussi avec nos débuts : finalement, je suis devenue sa maman presque sans lui, puisqu'à la seconde où il a glissé hors de mon ventre, il a été emmené dans une autre pièce pour être ausculté et oxygéné, sans même que je puisse l'apercevoir. J'ai passé les deux premières heures de ma vie de mère à essayer de ne pas trop me demander à quoi il ressemblait, comment il allait, ce qu'il ressentait, pour ne pas sombrer dans l'angoisse ni dans le fantasme de la rencontre... et résultat, c'est sur moi que je me suis focalisée à ce moment, comme sans doute beaucoup d'autres mères aussi à ce moment (puisque tout le monde n'est pas nécessairement plongé dans les paillettes à ce moment, que la rencontre se passe bien ou pas), mais avec l'impression que finalement, tant qu'il n'était pas là, ça ne concernait que moi. J'imagine qu'on peut aboutir à la même sensation avec un parcours très différent, mais ça m'a interpellée (et un peu attristée, forcément, comme tout ce qui touche à cette rencontre retardée) de me poser la question sous cet angle.
 

Kaliémis

Well-known member
5 Nov 2019
542
7 537
93
Alors sans entrer dans les détails je me sens une mère super ambivalente, et la connection avec mes différents enfants ne s'est pas faite de la même façon. (Immédiate et intense pour le premier, peu à peu et timide avec le deuxième et aussi fort finalement, et la troisième c'était crème, j'ai cru la perdre pendant la grossesse et à accouchement, elle avait la saveur du miracle, de l'inespérée). Après, malgré l'amour intense, la sensation d'avoir accompli quelque chose, le bonheur de les voir grandir, je ne peux pas dire que je me sente complète. Et j'ai eu beaucoup culpabilité par rapport à ça (syndrome de la mère indigne qui a tout pour être heureuse et des enfants en pleine santé et qui se sent engluée dans une vie qui n'est pas la sienne) et maintenant je suis en paix avec l'idée qu'être mère me plaît, me nourrit, mais ne me suffit pas, et même que ça me gonfle des fois. Donc à la fois je me sens épanouie et emplie par la maternité, et à la fois des fois je me sens dépossédée et aliénée. Quoi vous avez dit ambivalence ? En fait je vis bien mieux la maternité quand je bosse à côté, que je sors, que je vois des amis, que j'ai des projets artistiques ou persos... C'est un équilibre. Et avec un enfant de moins de 3 ans, la place pour l'ailleurs, pour faire ou être autre chose est limitée. Je le vis bien pour la troisième parce que je sais que ce ne dure pas pour toujours, que j'ai 10 ans de plus aussi, mais après mon deuxième ça à été dur quand même. Là, je savoure et suis beaucoup plus en paix. Je profite de chaque instant et à la fois je me projette aussi dans un avenir où elle sera plus grande et où je me sentirai plus libre.

@UranusMarie c'est une question que je me posais aussi... Et ça a été dur car je n'ai pas eu de coup de foudre pour mon deuxième, à la maternité. Et finalement, ce fut un Babi (bébé aux besoins intenses) qui est allé chercher sa mère, créer l'amour, montrer son besoin de moi. Et plus il grandissait plus je l'aimais et je me sens proche de lui autant que de son grand frère voire plus. Avec le grand on a toujours été complices, avec le petit c'était carrément fusionnel (et donc plus difficile aussi, niveau émotions pour lui, et pour moi). J'avais d'ailleurs très envie d'avoir une fille, parce que je me disais "Mmmh j'ai déjà un garçon mais que vais-je faire de deux garçons ? ". Finalement, ils sont tellement différents, tellement uniques comme l'amour que j'ai pour chacun d'eux que pour le troisième, j'avais moins envie que ce soit une fille parce que je savais que j'aimerais et triperais avec un troisième garçon. J'avais moins peur. Quel que soit le chemin, et d'apres tout ce que je lis que tu kiffes de la maternité, crois-moi, tu trouveras et auras de l'amour pour un deuxième enfant, même si le chemin ou la nature de cet amour ne sont pas similaires à ce que tu as vécu avec Sunny. Enfin j'en sais rien mais j'en suis persuadée.
 

Auryn

Well-known member
31 Déc 2019
637
7 384
93
Me concernant pour l’instant ce serait plutôt l’inverse, (mais je pense que le post partum, les hormones en folie, l’hypertension y sont pour quelque chose) mais le premier mois a été une galère pour moi. Et je me suis retrouvée à ne plus m’apprecier et à me trouver moins bien qu’avant. J’en ai parlé ici d’ailleurs. J’ai un passif familial difficile que j’ai mis des années à accepter. Quand je n’allais pas bien dans le passé , j’etais a cran en permanence, je pleurais tout le temps, me sentais seule. Je me disputais avec mon mari régulièrement et on se prenait la tête car ma libido traînait des pieds..J’ai fait un travail énorme sur moi pour aller mieux, et j’ai réussi globalement. Pendant la grossesse, j’ai à nouveau eu des moments de tristesse mais de manière sporadique. Mais alors après l’accouchement...patatras...je suis redevenue cette personne que je n’aimais pas, qui angoissait en permanence, pleurait tout le temps etc..et pour le coup je ne me suis pas du tout sentie pousser des ailes, j’ai été bien en dessous de tout...

Heureusement je commence enfin à aller mieux au bout de 6 semaines. Je ne sais pas si c’est parce qu’on a plus a le réveiller toutes les 3h pour qu’il mange, ou parce que mon corps se remet au niveau hormonal ou parce qu’il est plus éveillé qu’avant.. Avant ça j’avais l’impression d’un boulot ingrat, ou je passais mon temps à m’epuiser pour mon bébé, ne dormais pas, angoissait, tout ça pour ne meme pas avoir un regard en retour..! Et quand j’en parlais la plupart des gens à part me répondre « c’est normal » ne m’aidaient pas des masses. Et je me demandais vraiment dans quelle galère je m’étais lancée..

Mais ça fait une quinzaine de jours que je commence à vraiment profiter de mon petit Zeus heureusement. Il est plus éveillé, fait quelques sourires, et grossit vraiment bien. Donc j’ai fini par être fiere de mon mari et moi en tant que parents. Mais pour autant je doute fortement qu’un jour je trouverai que la maternité m’a améliorée..au contraire j’aimerais redevenir celle que j’etais avant tout ça et que j’avais eu tant de mal à obtenir. Une femme courageuse, sereine, épanouie dans son couple et ça avec un enfant en plus. Bon pour la sérénité ça va être compliqué, j’ai bien capté que je m’inquieterai toujours pour mon fils!:dunno:
 

Mlle Macaron

Still processing
3 Jan 2019
1 345
15 400
113
Votre discussion est ultra intéressante, je développerais bien mais je risque de faire un pavé, et là j'ai pas le temps, je dois pétrir de la pâte à pizza pour faire des chaussons chèvre-tomate-thym :bave: (et aussi il y a de l'orage et on va bientôt me couper Internet). I'll be back.

Je voulais raconter qu'on a fait une balade en bateau absolument géniale (si vous passez par le viaduc de Garabit, je vous recommande les gorges de la Truyère, c'est absolument magnifique). Saturnin a râlé au moment de mettre le gilet de sauvetage (j'ai dû le faire moi-même) et ensuite il a placidement sucé son pouce pendant toute la balade. Pinochette en revanche était terrorisée par la vitesse, elle avait peur du vent qui allait décrocher son chapeau, ses barrettes et ses bras. Elle se liquéfiait littéralement mais restait courageusement assise sans mot dire, je l'ai prise sur mes genoux pour atténuer un peu son effroi. Conclusion finale : "le bateau c'était beaucoup magnifique mais je veux plus le faire !". Nous on a passé un super moment :shifty:
 

Magda

Well-known member
3 Jan 2019
1 009
12 203
113
C'est peut-être lié à ma fille et son tempérament, mais je me sens plus épanouie et complète en dépit des difficultés ou même à cause des difficultés. Ma vie est souvent ridicule ou difficile quand je dois gérer la Bouille. Poke @Kaliémis je préfère grandement quand je travaille. MAIS je suis tellement plus empathique / patiente / déterminée / organisée / douce / aimante / rieuse etc. Tellement plus créative et débrouillarde. Plus affirmée et dynamique.

@UranusMarie Peut-être parce qu'on est très fusionnels (autant que parfois désespérés) avec la Bouille... On a tous les 2 beaucoup de mal à imaginer le bébé et à lui faire une place. Quand on pense à son arrivée/sa vie, c'est toujours par rapport à la Bouille. Je m'aperçois qu'on pense peu à son confort, on fait tous nos choix pour la Bouille en priorité. Je me rends même compte que je suis contente surtout parce que je sais que la Bouille aura un compagnon de jeux d'ici quelques mois. Je ne me projette pas du tout dans la même relation avec le bébé qu'avec elle. J'ai un peu honte, mais je sais que tout va s'équilibrer à la naissance, comme l'a bien décrit @Kaliémis .

@Mlle Macaron Votre balade en bateau avait l'air trop chouette ! Le bilan de Pinochette est formidable ! :yawn:

-
Mardi je vais partir 10-15 jours entre mes copines et ma famille avec la Bouille. Je fuis un peu la maison : c'est très compliqué. Elle sait désormais ouvrir toutes les portes et part "CHERCHI PAPA ! SMOUAC SMOUAC" (chercher papa bisous) à son atelier. Ce matin elle m'a échappé et a débarqué en plein rdv client. Ce qui n'est pas dramatique mais j'ai dû la reprendre et elle a hurlé, inconsolable, pendant 30 minutes. On n'avait pas anticipé cette difficulté de la séparation maison/travail de papa. Et...c'est chaud.