La moitié des femmes préfèrent confier leur suivi gynéco à une autre femme

Clémence

Rédactrice en chef
Équipe Rockie
21 Nov 2018
246
1 160
93
28
#1
La semaine dernière, nous avons lancé avec Mymy, la rédactrice en chef adjointe de madmoiZelle une enquête autour du suivi gynécologique. C’est une discussion sur Twitter entre médecins et patientes qui nous a fait cogiter sur nos préférences en matière de suivi gynéco.
Je n’y avais jamais vraiment réfléchi de façon consciente, mais j’ai naturellement tendance à aller voir des soignantes femmes quand j’ai le choix. Et apparemment, je ne suis pas la seule dans ce cas.
53% des répondantes préfèrent aller voir une femme
Plus de 2.100 lectrices de Rockie ont répondu à mon questionnaire, et les résultats sont clairs : 53% des femmes préfèrent confier leur suivi gynéco à une femme. 39% n’ont pas de préférences et 8% préfèrent être examinées par un homme.
Interrogées sur les raisons de leurs préférences, elles avancent plusieurs explications. Ainsi, 62% déclarent ne pas être à l’aise avec un homme. 31% pensent qu’une femme comprend mieux le corps des femmes et 8,5% déclarent avoir été...
Lire la suite ...
 
Dernière édition par un modérateur:
You Rock !: Chopin

rice_krispies

Well-known member
3 Jan 2019
93
409
53
Montréal
#3
J'ai trouvé l'article super intéressant! Par contre je m'imaginais pas qu'il y aurait un tel taux de répondantes qui ont vécu des maltraitances ou des violences. Le gif m'a bien fait rire, j'ai pas eu ça comme remarque, mais pas loin.
 
You Rock !: Eferia

Luchsii

Well-known member
16 Jan 2019
322
2 429
93
#4
Je trouve la photo en tête d'article n'est pas très à propos ^^ la plupart des échos sont réalisées par un échographe et pour moi c'est un suivi un peu à part du suivi gynécologique, en tout cas je ne pensais pas à ça en répondant.

@rice_krispies en effet je fais partie des gens qui estiment avoir subi des "violences/maltraitances", mais j'aurais pu ajouter "ordinaires"... rien d'hyper traumatisant, mais quand même qui restent en tête comme un manque de respect : frottis sans consentement et avant l'âge requis, refus de me donner à boire pendant l'accouchement, etc. Ce sont de petites choses que je trouve anormales, problématiques et que je signale sans que ça n'impacte profondément ma vie.

Édit : d'ailleurs je suis étonnée du faible taux pour ma part, dans ce que j'entends autour de moi, la plupart des accouchements sont ponctués de violences obstétriques plus ou moins graves... seulement les victimes ne les considèrent pas toujours comme des violences (je me plains de ne pas avoir pu boire mais une amie s'est fait grimper sur le ventre et a trouvé ça traumatisant, mais pas anormal)
 
Dernière édition:
You Rock !: rice_krispies
3 Jan 2019
6
37
13
#5
En fait je pense que c’est une erreur, normale et humaine, mais erreur quand même, de se baser sur une expérience vécue avec un des deux genres pour éliminer toute la catégorie.
Pour moi le choix d’un praticien c’est comme le choix d’un psy. Il faut tester et être en confiance. Mon seul et unique gynéco, je suis allé le voir pour la première fois en mars 2018, a presque 28 ans. Avant cela j’avais tout fait avec ma généraliste (contraception, frottis). Pour choisir j’ai simplement regardé ceux.celles qui étaient proches et qui avaient de la dispo. Je suis tombé sur un jeune gynéco qui venait de s’installer. Le premier rendez-vous s’est bien passé. 3 mois après je tombais enceinte et c’est lui qui a fait tout mon suivi. J’en suis très contente, c’est une personne à l’ecoute, qui explique tout ce qu’il fait, qui aime savoir si on est inquiète ou stressée pour adapter son discours, qui commence n’importe quel examen par “surtout vous me dites si je vous fais mal”. Bref vraiment au top!
Mais pour autant, ça ne veut pa dire que je n’irais consulter que des hommes. En fait ça a peu à voir avec son genre et beaucoup plus avec sa personnalité, pareil pour une femme. Il y a des femmes extrêmement douces, des femmes froides, des hommes empathiques, d’autres carrément condescendants. C’est une histoire de feeling tout ça.
Par contre comme tout le monde, je suis vraiment choquée par le nombre de personnes ayant subi des violences gynécologiques.
@Luchsii Après, ne pas boire pendant un accouchement, ça peut être remis en cause mais aujourd’hui c’est une mesure de sécurité si on doit t’anesthesier, au cas où tu vomisse.
 

Luchsii

Well-known member
16 Jan 2019
322
2 429
93
#6
@Elisecorner Pour la boisson je suis d'accord que c'est un point de vue, cependant plein de sites sérieux et professionnels te diront que le refus de donner à boire EST une maltraitance obstetricale et que c'est inutile avec les anesthésies de nos jours.
Dans mon cas (accouchement physiologique), on m'avait dit lors de la visite de la maternité que j'aurais le droit de boire, et puis après l'accouchement on m'a fait attendre plusieurs heures avant de me laisser boire, par contre on m'a branché une solution par cathéter "parce que j'étais déshydratée"...
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Ça illustre mon propos : certaines violences obstétricales ne paraissent pas graves (comparées à d'autres), mais ce n'est pas pour autant que je suis prête à les accepter, d'autant que ce n'est pas justifiable médicalement.
Bon, pour ce point précis c'est facile : la prochaine fois je glisse une bouteille d'eau en douce dans mon sac.

Edit: je suis désolée je suis un peu vindicative mais j'ai l'impression qu'on essaie de minimiser ma souffrance... c'est certes un truc banal mais qui m'a fortement marquée !
 
Dernière édition:
3 Jan 2019
12
90
13
41
Hyères
#7
J'ai eu une expérience des deux côtés.
Un gynéco qui ne supportait pas les femmes enceintes qui avaient pris plus de 10 Kg, et qui un jour a refusé de m'examiner car je cité:" je sentais la transpiration et le chien". On était au mois d'août, j'ai fais 3 bornes à pieds faute de bus, et oui j'avais 2 chiens.
J'étais enceinte de 8 mois et avais pris ma douche avant de partir évidemment...( Ce même ******* a presque tué mon neveu lors de la césarienne de ma belle-sœur).
La 2eme, une femme, que j'avais vu pour un avortement. J'étais déjà Maman, mais en séparation très compliquée. Mon ex m'avait proposé l'hosto propre ou les coups de pieds dans le ventre, c'était vite vu .( Je. Suis bien évidemment partie après ça).
Ayant dépassé la limite légale, c'était anesthésie générale. À mon réveil cette c********* m'a sorti : "dommage, c'était une fille".
Aucun mot pour des personnes comme ça !!!
Heureusement maintenant j'ai 3 ados en bonne santé que j'aime plus que tout au monde.
Et je ne parle pas des frotis, touchés, et autres....
Les agressions gynécologiques sont malheureusement tabou. Il faut que ça cesse !!!!!
 
1 Fev 2019
1 051
3 929
113
#8
Je fais partie des gens qui préfèrent une femme... La première fois parce que j'étais jeune et vierge (16 ans) et c'était juste pour la pilule donc touché des seins avec mon consentement et questionnaire lié à mon mode de vie pour la pilule pour évaluer les risque d'oubli et savoir si je fumais.

Ensuite quand j'ai changé de médecin généraliste j'ai choisi une femme qui travaillait dans mon village parce que je savais qu'elle pourrait faire à la fois mon suivi gynéco' (contraception, frottis).

J'ai pas eu besoin de changer mais c'est vrai que si j'ai le choix je me tournerai vers une femme gynécologue sans pour autant exclure les hommes mais clairement je serais beaucoup moins à l'aise et j'aurai tendance me renseigner sur les échos que les gens en ont... Autant j'ai pas trop de soucis à me faire examiner les seins par un médecin ou une médecin, dès que je dois mettre à nu le bas en plus dans la position des étriers c'est clairement pas devant un homme que je serais à l'aise.

C'est assez paradoxal, parce qu'autant je pense que quand je desirerai avoir un enfant, lors de l'accouchement je pense que j'aurai tellement de stress lié a l'arrivé du bebe que je m'en ficherai complètement de ma nudite... ou alors C'est peut-être parce que lors de l'accouchement on est rarement seule avec le praticien...

Je suis ravie par contre d'avoir appris il y a quelques mois que dans mon cas je pouvais tout à fait consulter une sage-femme plutôt qu'un gynéco... La ou je suis c'est plus difficile de trouver un gynéco...
 
You Rock !: Myrtille Desbois