Mahou

Et Okiko!
26 Jan 2019
37
207
33
29
Bourges
Son témoignage me touche. Je pense qu'au final, on est beaucoup (si ce n'est pas toutes) à stresser et/ou à culpabiliser pendant la grossesse.
Le truc le plus perturbant pour moi au premier trimestre, c'est d'être connecté à un petit être mais de pas avoir de feed-back que tout va bien. Là à 5 mois ça va mieux car je la sens bouger mais si je la sens moins sur une journée, je psychote tout en sachant que plus je stresse, moins elle osera bouger...
Je vois une psychologue avec qui je commencerai bientôt des séances d'hypnonatales et ça m'aide à éviter mes superstitions de type "C'est trop tôt pour l'annoncer (à + de 3 mois) ou pour commencer à acheter les meubles et la poussette (pour profiter des soldes parce que bon...)" car j'ai toujours peur de la perdre. Tout en me culpabilisant car pour nous ça a marché du premier coup et que je n'ai pas à me plaindre ou que j'ai peur de faire de la peine à celles qui ont eu une fausse couche et que mes peurs ne sont pas légitimes.
Le regard des autres est perturbants aussi car tant que la grossesse ne se voit pas avec un joli ventre bien rond, ben je ne me sens pas enceinte à 100%. J'ai mis une photo d'écho sur ma table de chevet pour que tous les matins et tous les soirs, je me dise "non, c'est bon, tu es bien enceinte".
 

Cobalamine

Member
17 Mar 2019
2
24
3
Je suis moi-même enceinte et assez anxieuse, par contre je suis aussi médecin et je trouve assez dérangeant le « tip » qu’elle partage disant de se rendre aux urgences gynécologies juste pour se rassurer. Ca va rassurer la patiente mais seulement momentanément, l’anxiété finira par reveniret le besoin d’un nouvel examen paraclinique se fera à nouveau sentir. Or ça engorge les urgences et peut retarder la prise en charge d´autres patientes... Je pense qu’il faudrait avant tout aider les patientes dans ce cas de figure à gèrer leur anxiété sans passer par la case échographie, pour prendre le problème à la source et non en favorisant une surconsommation de soins de santé qui a aussi un impact sociétal. Perso, je sollicite des consoeurs ( pas en urgence) non pas pour me faire des prises de sang ou des échos mais pour parler de mon ressenti, de ce qui cause la montée d’anxiété du moment et entendre de la bouche de quelqu’un d’autre les raisons objectives pour lesquelles, non il n’y a aucune raison de s’en faire et il n’y a aucunes raisons que tout ne se passe pas bien.
 

diad

Well-known member
20 Mar 2019
10
134
28
Je peux apporter un autre type de témoignage. Je suis également enceinte d'un peu plus de trois mois. Le premier trimestre fut assez angoissant. Suite à des saignements abondants on m'a annoncé une FC le deuxième mois. Finalement c'était un hématome qui s'est résorbé en restant alitée. Une semaine avant l'échographie du premier trimestre, alors que les saignements s'étaient arrêtés depuis longtemps, jai de nouveau eu des pertes de sang accompagnées de contractions et grosses douleurs. Sur les conseils de ma sage femme je me suis rendue aux urgences. Après 4 heures d'attente ( normal ), un médecin non spécialiste m'a expliqué qu'étant à 12 semaines d'aménorrhée ils ne pourraient rien faire de toute façon. On a juste écouté le coeur ( qui battait, ouf ), on m'a renvoyé chez moi avec du spasfond en me disant de revenir que si les saignements devenaient vraiment abondants. Je retiens ces mots " restez au repos vous verrez bien dans la semaine si vous faites une FC "... Je n'ai pas eu d'écho, on ne m'a pas fait voir de gynécologues ( ils étaient occupés ). Une semaine plus tard l'échographie du premier trimestre a en effet montré un autre hématome qui cependant ne représentait plus une menace imminente.

Tout ça pour dire : ne pensez pas automatiquement que vous aurez une écho en allant aux urgences ... J'ai été assez surprise pour ma part, même si je peux comprendre qu'ils avaient plus urgent à traiter.
Cependant je comprends le besoin d'être rassurée, en fonction du professionnel qui nous suit on est plus ou moins aidées. J'étais au départ suivi par un gynécologue, indisponible par mail ou téléphone. J'ai finalement préfèrée une sage femme,très à l'écoute et réactive ( si nécessaire) par téléphone ☺. En contrepartie je dois me contenter des 3 échos obligatoires, sauf soucis. ( pas de généralité il faut juste trouver la personne qui nous convient)

PS : j'habite à la campagne, peu d'hôpitaux
aux alentours, ça change peut être tout.

Je suis moi-même enceinte et assez anxieuse, par contre je suis aussi médecin et je trouve assez dérangeant le « tip » qu’elle partage disant de se rendre aux urgences gynécologies juste pour se rassurer. Ca va rassurer la patiente mais seulement momentanément, l’anxiété finira par reveniret le besoin d’un nouvel examen paraclinique se fera à nouveau sentir. Or ça engorge les urgences et peut retarder la prise en charge d´autres patientes... Je pense qu’il faudrait avant tout aider les patientes dans ce cas de figure à gèrer leur anxiété sans passer par la case échographie, pour prendre le problème à la source et non en favorisant une surconsommation de soins de santé qui a aussi un impact sociétal. Perso, je sollicite des consoeurs ( pas en urgence) non pas pour me faire des prises de sang ou des échos mais pour parler de mon ressenti, de ce qui cause la montée d’anxiété du moment et entendre de la bouche de quelqu’un d’autre les raisons objectives pour lesquelles, non il n’y a aucune raison de s’en faire et il n’y a aucunes raisons que tout ne se passe pas bien.
 
  • You Rock !
Reactions: jjulie

Derniers messages