Je ne supporte plus qu’on me dise : n’y pense pas, ça viendra tout seul

5 Fev 2019
25
80
13
Autriche
#41
Merci pour ce témoignage! C'est bon de ne pas être seul(e). Nous ça va faire presque 2 ans qu'on essaye avec mon partenaire. On n'en a que très peu parlé autour de nous et, vu qu'on a passé la trentaine, les petits commentaires et questions pas-si-anodines reviennent régulièrement.

Au palmarès des phrases les plus énervantes:
- "Et les enfants, c'est à l'ordre du jour?"
- "Tu t'entraînes pour quand tu auras les tiens?" (quand tu as le malheur de jouer 5 minutes avec les enfants des autres)
- "Ca vous donne pas envie d'en avoir aussi?" (idem, lorsque des enfants sont présents)

Ces petites phrases, j'essaye de les ignorer, surtout lorsqu'elles viennent de simples connaissances, mais elles font mal. Je ne sais jamais comment répondre. Je me fends d'un petit rire crispé avant de rapidement changer de sujet. Des suggestions sur comment naviguer ce genre de situations?
 
5 Fev 2019
25
80
13
Autriche
#42
Il y a un truc qui me chiffonne... Peut-être que j'interprète trop mais, à vous lire toutes, j'ai l'impression que quand problème de fécondité dans un couple il y a, c'est aussitôt vers la femme qu'on se tourne, c'est elle qui doit subir moult examens pour vérifier sa capacité à procréer, elle qui culpabilise et souffre...

Mais, et les hommes dans tout ça ? A aucun moment on ne s'interroge sur le fait que le problème de fertilité peut venir de leur côté aussi ?
Là, j'ai l'impression que la charge de la fécondité ne repose que sur les femmes. A toutes celles qui disent qu'étant en essai bébé, elles font très attention à leur hygiène de vie (du genre manger sainement, éviter l'alcool, le tabac et le stress, etc) et font un examen médical approfondi, est-ce que vos conjoints/copains/compagnons font de même ? J'espère vraiment que oui, ou alors c'est qu'il y a un truc qui m'échappe...
Les premiers tests de fertilité concernent aussi l'homme: spermiogramme, puis éventuellement bilan hormonal pour la testostérone. S'il y a un problème du côté des spermatozoïdes, il est possible que l'homme se voit recommander un changement de style de vie (en cas de surpoids notamment). Mais si ça fonctionne de ce côté-là, effectivement, c'est vers la femme que les efforts se tournent. La méchanique est plus compliquée chez nous, c'est comme ça...
 

HellaSly

Slytherin
3 Jan 2019
36
211
33
27
#43
Ce sujet me touche en ce moment...moi qui me disait CF sur un autre sujet, finalement.

Pourquoi ça me touche ? Parce que je pense être enceinte, que mon compagnon ne veut pas d'enfants (et ne sait pas si il en voudra plus tard, il a peur pour sa liberté) et il souhaite que j'avorte si c'est le cas. Mais moi j'ai pas envie cette fois ci :/. J'ai déjà avorter à 23 ans avec un ex compagnon. J'ai appris cette année que j'avais une polyarthrite (et potentiellement un lupus), 2 maladies qui compliquent la conception et la grossesse.

J'ai une peur bleue de regretter cette avortement si jamais je n'y arrive pas plus tard en fait. Parce qu'avec les traitements que je prends qui peuvent rendre stérile, le fait que mon compagnon qui a eut une chimio n'a pas une super fécondité. Bref beaucoup de choses qui se bouscule dans ma tête. Et moi qui essaye de reculer le moment du test de grossesse en me disant que si j'ai dépassé le délais légal on aura pas le choix. Pourtant je tiens plus que tout à mon couple et je sais qu'un enfant aujourd'hui ça ira pas vraiment avec la thèse de mon chéri, mon arrêt maladie de longue durée. Et ce sentiment que de laisser traîner c'est pas bien, c'est mentir à mon compagnon :/.

La parentalité c'est quand même compliqué.
 
16 Jan 2019
25
96
13
#44
@HellaSly Tout plein de courage pour cette période difficile :fleur: La décision de l'interruption de grossesse peut être très très difficile... à la fois il faut prendre en compte sa vie de couple, mais avant tout être en accord avec soi-même, à mes yeux... L'important étant d'en parler avec des personnes de confiance qui ne jugeront pas et ne prendront pas la décision à ta place :jv:

Sinon merci pour cet article, il m'est arrivé de faire cette remarque, je ne la ferai plus. Je dois être hyper féconde parce que mes deux grossesse sont arrivées très (beaucoup trop) vite... Des fois ça rend mes relations très difficiles avec mes copines qui ont des problèmes de conception. On n'est tellement pas égales dans ce domaine. Pareil pour la grossesse, pour l'accouchement... Quand d'autres mamans apprennent que j'ai accouché sans péridurale et qu'elles sont admiratives, je suis gênée, parce que non, pour moi, ce n'était pas si difficile que ça, mais je sais que pour d'autres c'est beaucoup plus dur, qu'elles ont beaucoup plus souffert que moi malgré la péridurale.

Si seulement on pouvait en parler de façon ouverte, libre, sans jugement... Les tabous ne font qu'empirer la situation. J'aimerais pouvoir être là pour soutenir mes copines qui ont des difficultés, mais ça arrive que je me fasse "exclure" (et elles ont raison si ça leur fait du bien).
 

MmeFlamenco

Well-known member
16 Jan 2019
44
256
53
Espagne
#45
Des suggestions sur comment naviguer ce genre de situations?
Jusqu'à présent je réagissais comme toi. Maintenant je compte essayer autre chose, être beaucoup plus franche et dire que ça fait deux ans qu'on essaye sans résultat. En espérant que la franchise déstabilise mon interlocuteur suffisamment et qu'il soit trop gêné pour en reparler :lol: Au moins il saura à quoi s'en tenir et sera peut-être plus délicat (ou alors j'aurai droit au fameux "n'y pense plus")

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Je vous dirai si ça marche :lalala:

Et si ça marche pas je demanderai au moins à mes proches d'éviter d'en parler ou de nous mettre la pression. On ne peut pas faire grand chose contre les simples connaissances, malheureusement, à moins d'être aussi impoli qu'eux (ce qui peut être une option aussi)
 
5 Fev 2019
25
80
13
Autriche
#47
@MmeFlamenco et @UranusMarie La réponse franche et qui met mal à l'aise, ça claque! Pour que ça marche pour moi il faudrait que j'arrive à prendre plus de distance avec tout ça, parce que pour l'instant j'ai peur de n'arriver qu'à répondre aggressivement, ou la larme à l'oeil... Ce qui n'est pas vraiment l'image que je veux donner. ;)
Mes proches heureusement comprennent que ça ne sert à rien de poser la question, que si j'ai envie d'en parler, j'aborderai le sujet moi-même. De ce côté-là j'ai de la chance. :)
 

Gringo

Anciennement Gringo
2 Jan 2019
21
79
13
#48
@Chocovore pour l'acide folique c'est pour aider au développement du tube neural (donc ce qui deviendra entre autre le cerveau), ça se fait très rapidement durant l'embryogénèse, donc avant que le couple sache que la fécondation a marché (vu qu'il y a au moins 15 jours de battement). Si on pouvait voir en temps en en heure l'ovulation, la fécondation et la nidification, on pourrait donner l'acide folique pile à ce moment là. Mais c'est pas possible, donc on le donne tout le temps dès que les essais sont lancés comme ça on est sur que l'embryon pourra en bénéficier. Si on attend de savoir que la femme est enceinte c'est trop tard, le tube neural est déjà formé (ou non).
Donc cette prescription là n'est pas faite pour une économie d'examen plus cher mais pour éviter au plus possible les interruptions médicales de grossesse pour "absence de cerveau".

Par contre je ne suis pas d'accord pour le discours "l'homme ne peut rien faire", il peut quand même se préoccuper de la qualité de son sperme en arrêtant le tabac, le pc sur les genous, les boxers ou pantalons trop serrés, le téléphone dans la poche, la nourriture trop riche, et j'en passe surement. Des études sur ce qui fait que la qualité du sperme diminue ça doit se trouver.
 

Chocovore

éclair au chocolat
9 Jan 2019
174
1 156
93
#49
@Gringo On s’était penché sur le sujet de l'acide folique avec ma mère parce qu' à l'époque de ses grossesses ce n'était pas prescrit (par exemple "J'attends un enfant" de 1983 n'en parle pas) : Si je me souviens bien la carence de B9 concerne bien le tube neural et en particulier pour éviter la maladie de la spina-bifida qui provoque des problèmes qui peuvent être grave au niveau des membres inférieurs (et en règle général tout ce qui est sous le nombril).
Paradoxalement s'il a bien été prouvé que la carence de B9 chez la mère est un facteur d'apparition de la spina-bifida la prévalence de celle ci à augmenté malgré la préconisation de la complémentation en acide folique.

D'ailleurs dans la composition des boites dites d'acide folique on trouve souvent d'autres vitamines. (Et pour la suite de la grossesse il y a les super oligobs grossesse avec la petite gélule d'huile de foie de morue :sick: pour les oméga 3 mais qui contiennent aussi de la B9 et il y a encore des complément de vitamines même après l'accouchement)
.
Ces cachets sont utra-utiles pour certains cas comme les diabétiques mais l'est ce réellement pour l'ensemble de la population ?
On trouve la B9 aussi dans les salades, les épinards et les lentilles ainsi que dans le foie des herbivores
D'ailleurs à l'instar de l'enrichissement en iode dans le sel alimentaire, en Amérique du nord, l'enrichissement en B9 est fait dans la farine qu'on trouve dans le commerce.

Il me semble que le facteur déterminant de la qualité du sperme c'est l'age ce qui explique entre autres qu'il existe une limite d'age de la PMA pour les hommes en France.
C'est vrai que la chaleur tue aussi les spermatozoïdes, j'avais entendu parlé il y a quelques années de "slips chauffants" comme moyen de contraception mais dans mon souvenir c'était pas hyper fiable.:unsure:
Après j'avoue que n'étant concerné par aucun des sujet mentionnés (à part peut être la richesse de ma nourriture vu que je porte des kilts sans rien en dessous) je ne les avais pas en tête.
Il y a aussi tout les perturbateurs endocriniens, pollution, pesticides, et les métaux lourd (et puis les rayons gamma mais on s'y expose rarement par choix :LOL:) et j'avais lu il y a quelques années un danger pour ceux qui étaient trop sur les selles de vélos (/moto/chevaux).
Il me semble aussi qu'il y avait le stress : comme ça nous aussi les mec on peut nous dire "n'y penses pas, ça viendra tout seul, déstresse, ça reposera tes burnes" :whistle:
 
4 Jan 2019
7
27
13
#50
Ces petites phrases, j'essaye de les ignorer, surtout lorsqu'elles viennent de simples connaissances, mais elles font mal. Je ne sais jamais comment répondre. Je me fends d'un petit rire crispé avant de rapidement changer de sujet. Des suggestions sur comment naviguer ce genre de situations?
J'avais eu le coup avec une cousine de ma mère (pas très proche) qui m'avait dit "t'as vu ta cousine est enceinte je vais être mamie. En plus elle est plus jeune que toi faudrait t'y mettre ça ferait plaisir à ta mère".... Ma réponse "j'ai perdu un bébé y'a 2 ans et depuis ça marche plus" (bon en vrai j'avais pas repris les essais de suite de suite mais bon...)
Crois moi elle a plus jamais rien demandé
 

Mai Léo

New member
14 Jan 2019
6
21
3
#51
Ah ces petites phrases qui semblent innocentes et qui font tellement de mal ! C'est dur de ne pas trouver de soutien direct auprès de ses proches, et j'espère que cette Rockie trouvera au moins dans les réactions sur ce forum un peu de réconfort :calin:

Pour ma part, je me demande si ce n'est pas justement tout le contraire qu'il faudrait faire : y penser à fond, se poser activement de nouvelles questions. Je ne parle pas de ruminer mais d'entamer une sorte de "travail" sur le sujet. Beaucoup de blocages physiques et psychologiques nécessitent un déclic qui ne se produira pas si l'on attend, à fortiori si l'on se force à ne pas y penser (et donc qu'on bloque le fait d'y penser alors que manifestement on en a besoin).

Par exemple, pourquoi avoir un enfant est si important ? et dans le cas de cette Rockie, qu'est-ce qui a pu déclencher cette envie qui n'existait pas auparavant ? (bien sûr je ne présume pas que ces questions n'ont pas été posées, je propose simplement)
Qu'est-ce que l'on cherche en fondant une famille ? Est-ce l'arrivée d'un enfant qui importe ou l'expérience de la grossesse est une étape incontournable ? (je ne juge pas, d'ailleurs c'est une question très importante pour moi)
Quelques séances avec un-e psychologue pourraient aider à y voir plus clair, et demander de l'aide et du soutien n'est pas un signe d'échec.

J'ai l'impression que ce qui ronge cette Rockie est une double culpabilité : ne pas arriver à être fertile rapidement, et être "obsédée" par la venue d'une grossesse. Souvent la culpabilité signale qu'on n'est pas totalement en accord avec soi-même, qu'on cherche inconsciemment à satisfaire quelqu'un d'autre.
Dans le cas de l'obsession ça pourrait signaler par exemple qu'on se met la pression pour ne pas "embêter" son entourage. En faisant ça on se met au second plan, et plutôt que de mettre son énergie à chercher comment répondre à un besoin (peut-être de soutien affectif, ou besoin de s'exprimer...), on met son énergie à comment cacher ce besoin aux autres.
Dans le cas de la fertilité qui devrait fonctionner, je ne me permettrais pas d'hypothèse.
Encore une fois ça pourrait faire du bien à cette Rockie de s'autoriser l'aide d'un-e professionel-le, de prendre soin d'elle et de se recentrer sur elle de cette manière.

<3
 
You Rock !: Mawax et Polaire

MrsAnonyme

New member
6 Fev 2019
1
16
3
#53
Hello les Rockies ! :)
Je suis l'auteure du témoignage. Au départ, je ne pensais pas participer aux commentaires mais devant le nombre de vos réactions, les parcours partagés, les émotions identiques (ou non), tout cela me pousse à donc à répondre aujourd'hui. Je suis très émue de voir que mon témoignage a pu pousser certain(e)s à s'exprimer, à se sentir, peut-être, moins seules dans cette longue et difficile attente du bébé tant désiré. Très touchée aussi par certains parcours très douloureux. A toutes (et tous, j'ai noté la présence d'un Rockie dans les rangs), plein de big hugs ! :calin:
Et un grand merci pour tous vos messages de soutien, qui me sont allés droit au coeur ! :jv:

Je réponds à quelques points plus précis soulevés ici et là :
@Amys344 je ne connais pas le détail de ta relation avec ta cousine, mais tu sais, je me suis aussi éloignée d'une proche depuis que je suis en essai et alors qu'elle a eu des grossesses facilement. Il y a eu quelques paroles malheureuses de sa part mais la raison première de mon éloignement, c'est que cela m'était trop douloureux de voir son ventre s'arrondir puis de voir le bébé. A présent que le bébé est plus grand, j'ai moins de peine alors je renoue tout doucement le contact. J'ignore si c'est là la raison qui a fait que ta cousine a coupé le contact avec toi, chaque histoire est particulière, et je suis désolée que tu te sentes aussi mal mais ne culpabilise surtout pas. Parfois la souffrance est telle qu'on s'isole. J'ai failli faire cette bêtise puis j'ai réalisé que perdre des proches dans l'affaire n'était pas non plus génial pour mon bien-être comme celui des proches en question.

@Mai Léo j'apprécie ta sollicitude mais, comme tu t'en doutes, j'ai déjà réalisé un gros travail sur moi auprès d'une psychothérapeute ;) D'ailleurs, j'ai poussé la porte de la psy peu après mon changement brusque d'avis au sujet du désir d'enfant - je n'y allais pas pour ça, au départ, mais le sujet est aussi venu au cours de la thérapie, ce qui m'a permis de savoir où ce changement d'avis prenait racine, pourquoi, etc. Je n'en ai pas parlé dans mon témoignage car ce n'était pas ce dont je souhaitais parler. Non, j'étais plutôt surprise et me sentais très seule de ne rien voir nulle part au sujet des affres de l'attente, ni des effets néfastes de cette fameuse phrase. Parmi mes amies qui ont galéré à tomber enceinte (alors qu'elles n'avaient pas de soucis médicaux), une seule m'avait partagé ses souffrances et encore, c'était bien avant que je sois moi-même en essai. Comme si c'était tabou.

Depuis la rédaction du témoignage, tous les résultats des examens médicaux sont arrivés, pour moi comme pour mon chéri, et rien ne cloche. Autant vous dire qu'en plus de "n'y pense pas !" j'ai droit maintenant aux "ah bah tu vois, c'est dans ta tête que ça bloque !":facepalm: (sérieux les gens, réfléchissez avant de parler...)

Par contre @Mai Léo tu as tout à fait raison quand tu suggères que me recentrer sur moi ne peut que me faire du bien - depuis que je sais qu'il n'y a priori pas de souci de machinerie, j'ai envoyé valsé thermomètre, courbes, et autres calculettes histoire de prendre du recul (et puis au bout de 6 mois de ce régime, j'en avais aussi marre). J'ai aussi entamé depuis plusieurs mois un traitement via la médecine douce (acupuncture). J'y vais autant pour aider au niveau fertilité que pour le stress et l'apaisement - pour les deux derniers cas, ça fonctionne, je me sens plus "sereine" depuis. Cela dit, je continue à avoir des pincements au coeur quand je croise des femmes enceintes ou que des proches m'annoncent une grossesse ou une naissance et l'arrivée des règles est toujours source de grosse déprime (même juste le SPM me fait pleurer), bref, mes montagnes russes sont toujours là même si elles sont moins vertigineuses. Et big up à mon chéri, toujours constant dans son soutien et son réconfort <3

Plein de :hugs:à toutes !
 
3 Jan 2019
1
5
1
#55
Hello, je viens poser ma petite pierre! Je n'ai pas encore connu ce que décrit la personne qui a écrit ce touchant témoignage, mais l'attente, je connais bien. En effet, je suis atteinte d'une maladie auto-immune qui dérègle ma thyroide et qui a fait qu'au moment où mon compagnon et moi étions enfin prêt à nous lancer dans une grossesse, je n'ai pas été autorisée à retirer mon stérilet car mon taux d'hormones était trop bas et une grossesse aurait été dangereuse. J'ai donc du patienter de longs mois (la thyroide a tout son temps m'voyez), et je connais bien cette torture d'entendre différentes personnes de l'entourage annoncer leur grossesse (j'ai l'impression d'en avoir eu une par mois ces six derniers mois) et moi de me dire que je ne PEUX pas me lancer. C'est très dur. Maintenant ça y est, j'ai le feu vert, mais je ne peux m'empêcher d'angoisser : combien de temps vais-je devoir attendre maintenant avant que la grossesse arrive et surtout, est-ce que mes hormones sauront se tenir tranquille le temps que cela arrive?
 
8 Jan 2019
19
96
13
#57
Joli témoignage et c'est cool d'avoir un retour ;)

Non mais sérieusement, les gens qui disent de ne plus y penser sont bêtes ou le font exprès?
"Pense pas à une girafe!" et là boum tu penses à quoi? ...

Un projet de vie aussi important c'est matériellement pas impossible de juste "plus y penser".
Soutien!!!!!!
 

kawick

New member
13 Fev 2019
2
17
3
#58
6 ans. 6 ans que j'essaie d'être enceinte. Etant atteinte d'une maladie génétique je suis d'abord passée par la FIV avec diagnostique implantatoire. C'est à dire qu'on n'implante qu'un embryon sain non atteint et non porteur de la maladie. 4 Tentatives 3 échecs et demi. Pourquoi et demi? j'ai été enceinte . Oui je l'ai été pendant deux mois. Un mois jusqu'à ce que l'embryon cesse sa croissance et un mois avant qu'il ne soit plus là du tout. La période FIV avec DPI sans parler du temps délai d'attente avant de commencer les traitements à durer 3 ans. J'ai ensuite testé la PMA, ou on m'a découvert une endométriose. Endométriose légère mais opérée avec reconstruction d'une trompe. J'ai fait 3 inséminations avec le risque que le bébé soit malade et la possibilité après un diagnostique pré-natal de faire une interruption médicale de grossesse. Négatifs pour les 3 sur les 2 dernières années. La il ne me reste qu'une seule chance le don d'ovocyte et avec toute les démarches administratives ça va nous prendre un an avant de commencer les transfert d'embryons. Et encore c'est pas sûr que ça fonctionne.
Entre-temps 14 grossesses autour de moi. Amies, collègues, soeur, belle-soeur, elles y sont toute passées! Et ma soeur même 2 fois en moins de 14 mois! (c'était une épidémie contagieuse! sauf pour moi à croire que j'étais immunisée! Dès qu'une accouchait y en avait une autre qui nous annonçait sa grossesse!)

Bref je m'acharne contre mère nature, je serre les dents quand on m'annonce encore une nouvelle grossesse dans mon entourage et la fameuse question et toi c'est pour quand? Franchement j'aimerais bien le savoir!

Faut que j'arrête d'y penser? tic tac tic tac j'ai 36 ans mon horloge biologique elle ne m'oublie pas!

Ah et c'est pénible les gens qui connaissent des couples ou des amis d'amis qui ont un jour décidé de tout arrêter et d'adopter et qui finalement sont tombés enceintes, ou alors ce couple qui est parti en vacances et quand ils sont revenus ben ils étaient enceintes. Y en a marre de ces histoires!
Parce que oui y a des couples qui ont beaucoup de chance qui laissent tombé et arrête d'y penser et BOUM ça fonctionne.
Parce que moi aussi j'ai essayé d' arrêter d'y penser mais tout les mois ou presque y a avait mes règles pour m'y faire repenser.
Parce que j'ai moi aussi tenter le voyage au bout du monde pour souffler et ben a part un coup de soleil et une piqure de méduse géante sur le tibia ben j'ai pas attrapé de grossesse!

De plus j'ai rencontré un couple qui a tout tester aussi : insémination, FIV dons d'ovocytes, et adoption. Rien n'y a fait! Pour l'adoption, ils sont tombés sur une assistante sociale (qui a foiré sa vocation) qui s'est pointée enceinte jusqu'aux yeux chez eux, qui s'est assise avec difficulté et a sorti droit dans les yeux de la femme : " vous pouvez pas connaitre ça vous!" direct l'homme l'a prié de sortir de chez eux et par la même mis fin a leur rêve d'enfant.

C'est con de résumer la féminité à cela, mais le fait de pas réussir à porter la vie ça m'a brisé. J'ai eu et j'ai toujours l'impression d'être incomplète. De pas être une vraie Femme. Et avec tout ces traitements, ces hormones et ces kilos, j'ai eu l'impression que mon corps ne m'appartenait plus . Que ce petit imbécile me trollait! ( maladie génétique, endométriose et en plus stérile?). Je me suis reprise en main, avec l'aide d'un psy, et surtout au sport histoire de reprendre ce petit fourbe de corps et le faire filer droit.

Et pour parfaire le tout : l'amie qui devait faire don de ses ovocytes à la banque d'ovocytes afin d'accélérer mon dossier et me permettrede faire un retrait d'ovocytes pour moi ben... devinez quoi? Ben elle est tombé enceinte!



Donc soit je suis immunisée soit j'ai un don et je suis immunisée: les femmes qui m'entourent tombe enceinte !