« J’ai une tête à consentir ? », la mobilisation qui fait débat parmi les féministes

Clèves

Y en a même qui disent qu'ils l'ont vue voler
4 Fev 2019
202
2 668
93
J'avoue que quand j'ai entendu parler de cette initiative, à première vue, j'ai pensé que c'était plutôt une bonne idée : j'ai pu me rendre compte au détour de certains débats sur la question que certaines personnes n'ont aucune idée de ce à quoi ressemble réellement un.e adolescent.e de treize ans. Souvent parce qu'ils n'ont pas l'occasion de mettre régulièrement les pieds dans une salle de classe, parce que leur vision des personnes de cet âge remontent aux souvenirs de leur propre adolescence qui sont forcément faussés (parce que sur le moment on se pense bien plus grand que l'on est réellement), parce qu'ils ont des idées reçues et un peu foireuses sur "la jeunesse d'aujourd'hui", qui serait forcément hyper sexualisée et délurée. Du coup quand on leur rappelle concrètement ce qu'est une jeune fille de moins de quinze ans, ça remet les idées en place.

Mais c'est vrai que la formulation n'est pas des plus heureuses. C'est vrai qu'il existe aussi des jeunes filles qui sont formées plus tôt que les autres, dont l'apparence évoque plus celle de jeunes femmes. Sans que ça ne veuille dire quoi que ce soit de leur capacité à consentir. J'en faisais partie : si on avait montré une photo de moi à douze ans en maillot de bain, il s'en serait peut-être trouvé certains pour penser que j'avais "une tête à consentir", alors que Dieu sait que c'était pas le cas :lol:

Le passage à la fin sur la petite fille noire dont le violeur a été acquitté est vraiment terrible... Un tel concentré de sexisme et de racisme ("la chaleur africaine" :goth:), ça en dit long.
 
Dernière édition:

ColorZeLoutre

Well-known member
14 Jan 2019
45
391
53
Je pose ça là c'est un texte que j'ai chopé via Tan de Polyvalence, je ne suis pas juriste mais me semblait important à faire tourner :


#consentement13ans
Je suis juriste et j'aimerais vous rassurer sur cette histoire de loi sur le consentement à 13 ans votée par le Sénat.
Cette loi n'abaisse rien, au contraire elle durcit la loi.
C'est un sujet complexe, les juristes et les associations de protection de l'enfance travaillent dessus depuis des années.
Déjà, il ne faut pas confondre âge de majorité sexuelle et âge du consentement.
En France il est autorisé d'avoir des relations sexuelles avec un partenaire d'au moins 15 ans (art 227-25 Code pénal) et à la condition qu'il n'y ait pas de rapport d'autorité (prof, moniteur, parents...)
Cela ne changera pas avec la nouvelle loi : la majorité sexuelle restera à 15 ans. Il sera toujours interdit pour toute personne de coucher avec un mineur de moins de 15 ans.
Sous peine de délit d'atteinte sexuelle, passible de 7 ans de prison.
Donc je le répète ça reste INTERDIT.
L'âge du consentement ne fait qu'instaurer une présomption automatique de viol en cas de rapports avec un mineur de moins de 13 ans.
Le viol est la pénétration sexuelle par contrainte, menace ou surprise. Le fait de violer un mineur de moins de 18 ans est passible de 20 ans de prison pour le crime de viol aggravé.
Cette présomption de non consentement, et donc de viol, pour un mineur de moins de 13 ans, n'existait pas avant. C'était flou et décidé au cas par cas.
C'est donc plus protecteur qu'avant.
Et entre 13 et 15 ans, c'est interdit aussi dans tous les cas mais c'est pas un viol s'il y a consentement, c'est un délit d'atteinte sexuelle.
Imaginez le cas d'un jeune de 18ans qui couche avec sa copine de 14 ans consentante et qui est dénoncé par les parents : oui il sera puni, mais mérite t-il de passer devant une cour d'assises pour viol aggravé, 20 ans de prison, comme s'il avait violé une inconnue dans la rue ?
Enfin, une précision très très importante:
Ce débat concerne uniquement les couples ENTRE JEUNES.
La trop grande différence d'âge entre l'auteur et la victime constitue la contrainte caractérisant un viol sur mineur (art 222-22-1 Code pénal et arrêt Chambre criminelle 7 dec 2005), donc un mec de 50 ans ne pourra pas coucher avec une mineure, sa différence d'âge est une contrainte et donc un viol.
Donc non cette loi sur le consentement n'est pas plus souple, elle est plus sévère.
Non elle ne permettra pas aux gens de 50 ans de se taper des gamines.
Elle fixe une limite claire qui n'existait pas avant et qui pouvait donner lieu à des égarrements jurisprudentiels...
Mais en même temps, elle ne fixe pas cet âge du consentement au même âge que la majorité sexuelle, afin de permettre au juge de s'adapter intelligemment au contexte de l'infraction et choisir une peine pertinente qui n'enverra pas un jeune pas dangereux devant la cour d'assises...
Merci de votre attention, parlez-en autour de vous.
Les gens ne sont pas tous juristes, la question est complexe, et quand je vois que même certains journalistes disent n'importe quoi là dessus à la télé en parlant "d'abaissement à 13 ans", je pense qu'il est urgent de rétablir la réalité pour soutenir cette loi et ainsi mieux protéger les mineurs.
 

cilijoya

Carabistouilles !
2 Jan 2019
873
3 564
93
Cette campagne me met très mal à l'aise. Autant, je comprends l'idée de mettre un coup de projecteur sur ce qu'il se passe à l'assemblée et au sénat en ce moment et de faire savoir qu'on voudrait que la loi sur le consentement passe de 13 à 15 voire 18 ans. Autant, ça m'insupporte qu'une nouvelle fois, on renvoie ça à l'apparence qui est un des plus gros arguments des prédateurs sexuels. Perso, à 14 ans on m'en donnait 20. En colo j'étais régulièrement prise pour l'animatrice du groupe. Je pouvais acheter de l'alcool sans qu'on me demande ma carte d'identité. Les gens me confondaient avec ma grande soeur qui a 8 ans de plus que moi. Pour autant, je n'étais pas capable de consentir, je n'avais pas la maturité que laissait supposer mon physique. Je ne comprends pas pourquoi la campagne ne s'est pas limitée à quelque chose du genre "J'avais 13 ans, pas de consentement." et pourquoi rajouter ce truc "d'avoir l'air de".... Dans le cadre de mon boulot, je croise beaucoup d'ados. On a des tarifs pour les moins de 18 ans. Honnêtement, au moment de l'inscription, je pense qu'au moins 1 fois sur 4 je me planterais de tarif si je n'avais pas la date de naissance et que je me fiais simplement à mon "iel a l'air de".
 

Rheanna

Well-known member
30 Juin 2020
3
56
13
J' ai une soeur jumelle, on ne se ressemble pas du tout, à 13 ans je devais en faire 10 ou 11 et elle peut être 16 ou 17.
Et franchement on a toutes les deux été emmerdées/ harcelées/ mains au cul... autant par des enfants de notre âge que par des hommes beaucoup plus âgés. Donc cette campagne partait peut-être d' une bonne intention mais l' apparence ne veut pas dire grand chose.
Par contre là où je trouve que ces agresseurs sont d' une mauvaise fois épouvantable, c' est qu 'au delà de l' apparence en discutant avec une gamine au bout de quelques minutes on se rend vite compte de son âge, je suis désolée mais ça se ressent il faut arrêter de se payer notre tête.
 

KtyKonéko

adulte à temps partiel & autrice de fanfiction
ma sœur a 4 ans de moins que moi,
Quand j'avais 17-18 ans, beaucoup de personnes pensaient qu'elle avait mon âge

cette campagne photo est certes maladroite
mais elle la le mérite de mettre les pieds dans le plat
à 13 ans, une enfant peut tout autant avoir l'air d'une petite fille que d'une jeune femme
Comme le dit bien @Rheanna, il suffit de parler avec elle pour se rendre compte que ce n'est pas une adulte

moi, à 15 ans, j'avais un corps de femme, une bouille de jeune fille, et la maturité d'une gosse de 13 ans...
 

envoituresimone

Well-known member
23 Août 2019
231
2 583
93
Je pose ça là c'est un texte que j'ai chopé via Tan de Polyvalence, je ne suis pas juriste mais me semblait important à faire tourner :


#consentement13ans
Je suis juriste et j'aimerais vous rassurer sur cette histoire de loi sur le consentement à 13 ans votée par le Sénat.
Cette loi n'abaisse rien, au contraire elle durcit la loi.
C'est un sujet complexe, les juristes et les associations de protection de l'enfance travaillent dessus depuis des années.
Déjà, il ne faut pas confondre âge de majorité sexuelle et âge du consentement.
En France il est autorisé d'avoir des relations sexuelles avec un partenaire d'au moins 15 ans (art 227-25 Code pénal) et à la condition qu'il n'y ait pas de rapport d'autorité (prof, moniteur, parents...)
Cela ne changera pas avec la nouvelle loi : la majorité sexuelle restera à 15 ans. Il sera toujours interdit pour toute personne de coucher avec un mineur de moins de 15 ans.
Sous peine de délit d'atteinte sexuelle, passible de 7 ans de prison.
Donc je le répète ça reste INTERDIT.
L'âge du consentement ne fait qu'instaurer une présomption automatique de viol en cas de rapports avec un mineur de moins de 13 ans.
Le viol est la pénétration sexuelle par contrainte, menace ou surprise. Le fait de violer un mineur de moins de 18 ans est passible de 20 ans de prison pour le crime de viol aggravé.
Cette présomption de non consentement, et donc de viol, pour un mineur de moins de 13 ans, n'existait pas avant. C'était flou et décidé au cas par cas.
C'est donc plus protecteur qu'avant.
Et entre 13 et 15 ans, c'est interdit aussi dans tous les cas mais c'est pas un viol s'il y a consentement, c'est un délit d'atteinte sexuelle.
Imaginez le cas d'un jeune de 18ans qui couche avec sa copine de 14 ans consentante et qui est dénoncé par les parents : oui il sera puni, mais mérite t-il de passer devant une cour d'assises pour viol aggravé, 20 ans de prison, comme s'il avait violé une inconnue dans la rue ?
Enfin, une précision très très importante:
Ce débat concerne uniquement les couples ENTRE JEUNES.
La trop grande différence d'âge entre l'auteur et la victime constitue la contrainte caractérisant un viol sur mineur (art 222-22-1 Code pénal et arrêt Chambre criminelle 7 dec 2005), donc un mec de 50 ans ne pourra pas coucher avec une mineure, sa différence d'âge est une contrainte et donc un viol.
Donc non cette loi sur le consentement n'est pas plus souple, elle est plus sévère.
Non elle ne permettra pas aux gens de 50 ans de se taper des gamines.
Elle fixe une limite claire qui n'existait pas avant et qui pouvait donner lieu à des égarrements jurisprudentiels...
Mais en même temps, elle ne fixe pas cet âge du consentement au même âge que la majorité sexuelle, afin de permettre au juge de s'adapter intelligemment au contexte de l'infraction et choisir une peine pertinente qui n'enverra pas un jeune pas dangereux devant la cour d'assises...
Merci de votre attention, parlez-en autour de vous.
Les gens ne sont pas tous juristes, la question est complexe, et quand je vois que même certains journalistes disent n'importe quoi là dessus à la télé en parlant "d'abaissement à 13 ans", je pense qu'il est urgent de rétablir la réalité pour soutenir cette loi et ainsi mieux protéger les mineurs.
Oui et je me permets de simplifier encore plus : la proposition de loi vise à créer une nouvelle infraction sexuelle qui serait le crime de pénétration sexuelle sur mineur de moins de 13 ans. Autrement dit pour cette infraction, qui serait punie de 20 ans de réclusion criminelle, les seules critères à prendre en compte seraient : pénétration sexuelle/sur mineur de moins de treize ans/par majeur. Cela signifie que l'argument du consentement disparait totalement de la scène, peu importe en fait. Il se servira à rien du côté de la défense de prouver qu'il y avait consentement ou il sera inutile pour le demandeur de prouver que non. Ce n'est donc même pas un "viol" comme dit ici car le viol, c'est quand il n'y a pas de consentement. Là, ça n'est même PAS la question donc cela simplifie la caractérisation de l'infraction. Pour info, cela s'inspire des législations au Royaume uni. L'infraction d'atteinte sexuelle sur - de 15 ans existe toujours; mais cela reste un délit de 7 ans. Si c'est - 13 ans, c'est un crime. Ils avaient essayé de le faire dans la Loi Sciappa mais ça avait été rétoqué car trop gros risque d'inconstitutionnalité car ils voulaient instaurer une présomption de non-culpabilité. Là c'est + clean, car on laisse à l'auteur une seule marge de défense : rapporter la preuve qu'il ignorait l'âge de la victime (compliqué)...
Je suis toujours triste quand le débat s'enflamme et que les journalistes ne font pas bien leur travail de vulgarisation en disant n'importe quoi. Je vous invite à aller lire.........ce qu'en écrivent les auteurs même de la proposition de loi. Même si c'est - facile à lire qu'un article de journal, c'est accessible en fait :

proposition de loi visant à protéger les jeunes mineurs des crimes sexuels (exposé des motifs)
 

ColorZeLoutre

Well-known member
14 Jan 2019
45
391
53
@envoituresimone Comme je disais je ne suis pas juriste donc c'est bien que quelqu'un d'un peu plus calé vienne appuyer le texte ( j'aurai aussi accepté un démenti hein ) mais en général Tan trie ce qu'elle publie, je me suis dis qu'avant de se faire une rupture de la rate ou pouvait commencer par là :) Merci à toi by the way !
 

Tournesol34

Active member
16 Avr 2019
4
42
13
Je partage l'avis de beaucoup de personnes ci-dessus à savoir : la démarche est maladroite pour les filles de 13 ans qui en font plus. Mais l'immense majorité des filles de 13 ans ont l'air d'avoir 13 ans, et la campagne dit : voila à quoi ça ressemble une fille de 13 ans, c'est une enfant. Une pré-adolescente à la limite. Je pense que beaucoup de personnes qui minimisent l'importance de l'âge, ne se rappelle plus c'est quoi d'avoir 13 ans. Les seules images qu'ils ont sont dans les séries/films ou les ados sont joués par des adultes de 18/20 ans.

Un truc interessant pour compléter et montrer l'aspect "psychologique", ce serait de faire des petites vidéos ou on demanderait des questions du style "quel est ton rêve ?" "que penses tu de la politique ? " "comment ça se passe au collège ?" etc à pleins de personnes de 13 ans d'apparences différentes.
 

Albertine

Classic shit.
3 Jan 2019
70
684
83
Dans les champs.
Merci pour tes précisions et ta lecture de juriste. Il y a cependant un truc qui me chiffone.

Imaginez le cas d'un jeune de 18ans qui couche avec sa copine de 14 ans consentante et qui est dénoncé par les parents : oui il sera puni, mais mérite t-il de passer devant une cour d'assises pour viol aggravé, 20 ans de prison, comme s'il avait violé une inconnue dans la rue ?

A 13 ou 14 ans on est en 5/4ème non ? Alors oui, peut-être qu'il est important de se demander si une relation y compris "consentie" d'une jeune fille collégienne avec un homme de 18 ans, donc en terminale, étudiant, actif, ne pose pas un problème (!), en tout cas comment protéger les jeunes filles sans forcément que les parents doivent porter plainte. Perso je me revois à 13 ans, je pouvais avoir une attirance pour un homme plus âgé mais clairement pas la maturité pour me protéger de l'ascendant et de la pression qu'il aurait pu exercer sur moi au niveau sexuel.

Actuellement, il y a forcément atteinte sexuelle dans ce cas ? Ou il faut qu'il y ait plainte ? Concrètement, un homme adulte risque quoi à avoir une relation sexuelle avec une jeune fille de 13 ans ?
 

Gringo

Anciennement Gringo
2 Jan 2019
874
5 361
93
@Albertine A la rentrée de ta 3ème tu as 14 ans (classiquement si t'es né avant septembre), c'est pas déconnant de sortir avec un mec qui a 17 ans et qui aura 18 ans avant que la fille n'ait 15 ans (à quelques mois près s'il est né en janvier et elle en août et si le mec a redoublé une ou deux classes). Ca voudrait dire qu'avant janvier, c'est légal, entre janvier et août c'est illégal et après août c'est de nouveau légal.

Moi j'aime bien justement cet entre deux de 13-15 ans où c'est à l'appréciation du juge et de la situation (on est d'accord 25 ans/14ans et demi, c'est plus le même délire que 18 ans et 1 jour/14 ans et 11 mois. La première me semble inacceptable, la seconde peut être une relation tout à fait saine.)

Et pour la sexualité des jeunes filles, le podcast "Mes 14 ans" a été très instructif. Il y a des jeunes filles qui a 14 ans ont très très envie de faire l'amour.
 

Albertine

Classic shit.
3 Jan 2019
70
684
83
Dans les champs.
@Gringo Merci pour ta réponse. J'ai écouté le podcast effectivement. Je pense que j'avais très envie à 13 ou 14 ans. Mais pour autant pas la maturité de me défendre d'un ascendant d'un homme adulte.

Tu as raison les deux situations que tu décris sont différentes ! Je n'ai pas de solution, mais je trouverais chouette que la loi (et aussi de l'éducation sentimentale et sexuelle !!!) reflète cette réflexion sur l'ascendant que peut procurer la différence d'âge. J'ai eu une ma première relation avec un homme de 26 ans quand j'en avais 15, et sur le coup, j'en avais très envie. Avec 15 ans de recul et la suite de cette histoire très malsaine, j'aurais aimé que la société (et mes parents) ne trouvent pas ça normal, ou au moins s'interrogent. Toute la popculture nous envoie le signal qu'il n'y a pas de problème, mais de fait il y a de vrais risques pour notre santé mentale et sexuelle.
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
1 121
5 586
113
Bah moi aujourd'hui j'ai une tête à consentir... ça veut pas dire que je suis tout le temps consentante. Cette "camapgne" me mets trés mal à l'aise de doit l'avouer... on est consentant ou on ne l'ai pas point et un enfant ne l'est pas
 

ColorZeLoutre

Well-known member
14 Jan 2019
45
391
53
@Albertine Coucou,

Le texte n'est pas de moi, comme précisé dans mon post et je n'ai aucune connaissance ou qualification juridique, après à titre personnel j'aime et j’exècre complétement l'idée de laisser le choix au juge selon le dossier, ça s'est pas bien passé pour moi mais c'était une autre époque, j'espère que les juges sont aujourd'hui plus sensibilisé à ces questions. Tout dépend sur qui tu tombes, j'aurai tendance à dire tout dépend de la justice de ton pays à quel point tu as foi en elle. Personnellement viol à 12 ans mais relation consentie à 13 ans. On est pas toutes foutue pareille encore une fois.
 
Dernière édition:

Gringo

Anciennement Gringo
2 Jan 2019
874
5 361
93
@Albertine Ma position serait que si une relation (saine et sans contrainte) est commencée entre deux mineurs de plus de 13 ans, elle peut se poursuivre même si l'un des deux atteint 18 ans et alors l'autre n'a pas encore 15 ans.
Par contre un-e adulte n'aurait aucun droit de commencer une relation avec un-e mineur-e de moins de 15 ans.