J’ai eu une mauvaise mère et je refuse d’en devenir une

Une Rockie

Une Rockie Anonyme
25 Nov 2018
163
1 198
3
Appel à témoignagesLa rédaction de Rockie est constamment à la recherche de témoignages de ses lectrices et lecteurs. Si tu souhaites partager un morceau de ton vécu avec nous, tu peux nous envoyer ton texte ici.
Elle ne l’a pas fait exprès. Elle voulait être une bonne mère, « tout l’opposé de la sienne ». Qui elle-même avait essayé de ne pas être… comme la sienne.
Car voyez-vous, dans ma famille, on mange ses enfants.
C’est pratique, un enfant, quand on a faim. Ça ne peut pas s’enfuir, ça ne peut pas se battre, résister – ou alors peut-être un peu – mais ça finit par rentrer le soir dans la maison du parent affamé, où les portes se ferment pour la nuit.
Le monstre est à l’intérieur.
Ma mère, une mangeuse d’enfants
D’où venait la faim désespérée de ma mère? De quoi avait-elle tant besoin?
Elle voulait être aimée, soutenue, comprise, vue telle qu’elle était. Elle voulait quelqu’un qui reconnaisse ses blessures, quelqu’un qui lui...
Lire la suite ...
 
Dernière édition par un modérateur:

Meresankh

Well-known member
3 Jan 2019
9
79
13
Wouah... j'ai l'impression de lire mon histoire. Ma mere a été aussi dans le même genre d'école, s'est plainte de n'avoir rien eu de ses parents, pas de jouets, rien et d'avoir été obligée de s occuper de ses grabataires de tantes.
Elle nous l'a fait payer longtemps, encore aujourd'hui et on est selon elles ingrats de ne pas montrer de reconnaissance de ne pas avoir connu la même chose...
 

Kettricken

Hate is always foolish, love is always wise
3 Jan 2019
3 783
47 989
113
Magnifique témoignage.
J'ai ressenti beaucoup d'indignation, et beaucoup de tristesse pour l'autrice, mais aussi du soulagement quand elle dit s'être évadée et s'être construite loin de cette ascendance vampirique. Ca demande une force peu commune, que j'admire et salue.
 

Sylvie

Well-known member
16 Jan 2019
487
4 106
93
Très belle écriture! Je ne suis pas concernée mais ce récit m'a donné des frissons et les larmes aux yeux. La mangeuse d'enfant... c'est poétique et horrible à la fois.
La métaphore va, je pense, me travailler un certain temps.
Je suis admirative du parcours de la personne qui témoigne et je lui souhaite le meilleur.
 

Elize

Well-known member
10 Fev 2019
28
208
28
Témoignage bouleversant, très dur et merveilleusement bien écrit.
Ma mère est très loin d'être comme ça, mais je reconnais en elle ce besoin d'être aimé, valorisée, qui ne mon père ni ses parents ne lui ont donné (du moins, pas suffisamment), et la façon dont inconsciemment, elle m'en a fait souffrir. Aujourd'hui, ce qui me fait souffrir, c'est surtout de la savoir comme ça, et d'assumer mon choix de ne pas interférer.
Merci à l'auteure.
 

Zeby

Well-known member
6 Août 2019
15
116
28
L'article est très bien rédigé et le récit est poignant.
Je soupçonne également ma mère d'être borderline, mais comme d'autres rockie, c'est difficile d'en attester puisque ma mère ne se remet pas en question. Pour elle, c'est toujours la faute des autres...

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Margot

Un jour après l'autre
8 Fev 2019
2 058
20 353
113
Tout mon soutien à la Rockie qui témoigne (j'ai beaucoup aimé ta plume) et à celles qui racontent leur expérience en commentaires :fleur:

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Je suis également attrisée de voir tout ces témoignages, suite à cet article et à d'autres qui parlent de sujets similaires. J'ai l'impression qu'il y a tellement de personnes qui vivent des choses difficiles dans le privé, et qui doivent continuer à vivre comme si de rien n'était. Au temps pour les images d'Epinal de la famille épanouie...
 

marierogersss

Well-known member
4 Juil 2019
15
70
13
J'ai eu peur au "je déclare forfait, je commets un suicide" !! Que ton article me parle... On est 5 ici à avoir fait les frais, non seulement d'une mère, mais aussi d'un père destructeur. Le père, aussi détestable qu'il soit, on lui trouve des circonstances atténuantes... Enfance difficile avec un père alcoolique et mère qui lui ramène un homme pédophile. Dépressif à 50 ans, diagnostiqué bipolaire. La mère, je l'ai soupçonné d'être une pervers narcissique. Bon je suis juste sûre que c'est un cas pour la psychologie. Pour elle pas de circonstances atténuantes, à part peut-être une mère aux méthodes des années 40, qui en demande toujours trop, qui est stricte à en être ridicule ou en faire peur... Et c'est ce qu'elle est devenue, ça a donné la mère que j'ai. Pour moi la grand-mère, c'est le fruit pourrit qu'a pourrit tout le panier, parce que les frères et soeurs sont pas mieux. Affreusement dur de se construire, puis de se reconstruire, avec des parents qui ont été défaillants, qui nous ont cassé. Le nombre de fois où mes parents m'ont fait pleurer et donné envie de mourir... Ma mère ne m'a jamais accepté, et m'acceptera jamais, pour elle ce ne sera jamais assez, je n'attends jamais d'elle un compliment, des félicitations ou quoi que ce soit. La sacralisation des parents et de la famille en général, c'est à la poubelle. Rien de plus débile. Égoïste de croire qu'on a tous eu de bons parents et une bonne famille. Dangereux de répéter ça quand on pense que des gamins se laissent frapper ou violer par leurs parents ou par des membres de la famille justement parce qu'ils ont tous les droits, sont censés vouloir notre bien. Et puis super irrrespectueux aussi. Je pense au seul enfant des tueurs Fourniret. Il a renié ses parents. Qu'on aille lui dire qu'on renie pas ses parents, que les parents c'est sacré, on doit tout leur pardonner. Et puis il y a des parents qu'on peut aimer que de loin, comme j'aime le dire. Enfin, personnellement je ne veux pas d'enfants, pour plein de raisons mais aussi parce que mes parents m'ont dégouté de la parentalité et me l'ont fait ressentir comme un fardeau, une corvée. Ma soeur est devenue maman et parce qu'elle a souffert de notre éducation, fait attention à comment elle élève son petit bonhomme. Et elle sait que si un jour elle se comporte comme notre mère, je manquerai pas de lui dire. De tout coeur avec toi, prend les décisions qu'il faut pour être heureuse et sors les personnes toxiques de ta vie sans hésitation.
 

marierogersss

Well-known member
4 Juil 2019
15
70
13
L'article est très bien rédigé et le récit est poignant.
Je soupçonne également ma mère d'être borderline, mais comme d'autres rockie, c'est difficile d'en attester puisque ma mère ne se remet pas en question. Pour elle, c'est toujours la faute des autres...

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Tu viens de décrire ma mère. Ne pas se sentir coupable, surtout face aux discours des gens, c'est le plus dur. Pour une histoire, j'ai fait dire à un de mes personnages une fois "je suis pas épanouïe en tant que fille de, mais je le suis en tant que personne". Bon en vrai c'est pas aussi facile que ça... mais l'idée est là. Si c'est ta mère qui te rend malheureuse, te fait douter de toi et pour qui tu ne fais jamais assez, c'est en tant que fille de. Écarte toi de ce rôle, prend tout l'air dont t'as besoin et comprend qu'heureusement, on est pas définis par ses parents. Courage à toi
 

Derniers messages