J’ai décidé de faire une IVG à 29 ans, alors que j’ai un couple et un boulot stable

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
192
1 261
93
#21
@Scarlett O'Hara Oui, pour l'IVG médicamenteuse tu dois le faire avant un certain temps.

Mais comme l'a bien dit @Fonkey_fanini , l'IVG par anesthésie peut se faire tout le temps.
C'est apparemment le moyen le moins douloureux, et le moins angoissant aussi, si on a peur de paniquer face aux pertes de sang (qui peuvent être abondantes, et le truc c'est que parfois, c'est tellement abondant que ça peut être un problème. Mais quand on est pas pro, et qu'on a tendance à s'inquiéter facilement, ça peut être un souci, alors qu'en fait tout se passe bien).

edit : je me rends compte que j'ai pas répondu à la question principale, est-ce que c'est un choix ou non.
En fait j'ai demandé directement l'IVG par anesthésie pour ma part, parce que ma doctoresse m'avait dit de dire ça, et d'éviter l'IVG médicamenteuse (pour les raisons que j'ai cité) et ça a pas posé de problème. Je sais pas si parfois d'autres gynéco peuvent faire blocage pour ça. En tout cas, à partir d'un certain temps c'est la seule possible, donc ils ne peuvent pas imposer la médicamenteuse si tu es au-delà de 7 semaines après tes dernières règles selon le site en .gouv. (donc à 5 semaines de grossesse)
 
Dernière édition:

Cococat

Active member
3 Fev 2019
26
150
28
#22
En fait les deux solutions sont proposées. Sauf à partir de 9 sa où on ne peut le faire que par aspiration. Pour ma part j’avais choisi la solution médicamenteuse car je pouvais faire la dernière prise de comprimé chez moi et que je ne souhaitais pas d’anesthesie Générale. Mais c est sur que pour quelqu’un de très sensible aux douleurs utérines, l’aspiration est présentée comme bien moins « traumatisante » (je mets entre guillemets car je n ai pas été traumatisée pour ma part, j ai « juste » eu mal).
 
3 Jan 2019
9
36
13
#23
Ayant vécu un accouchement par voie basse, une ivg médicamenteuse à quelques semaines (4-5 sa au plus, quelques jours après mon retard de règles) et une aspiration à 10 sa (suite à une fausse-couche), voilà mon ressenti : l'ivg médicamenteuse a été de loin le moins douloureux pour moi, physiquement parlant (sûrement car un stade très tôt). C'était des douleurs de règles, à peine plus fortes, et ça a duré quelques heures seulement. On m'avait prescrit de la codéine, j'ai du prendre un cachet ou deux max.

L'aspiration, c'était compliqué, emotionnellement et physiquement : les piqûres, le cathéter, ne pas boire ni manger pendant des heures et des heures, être à l'hôpital, l'anesthésie locale qui ne fonctionne pas ( + brèche de la dure-mère : impossible de me lever pendant 4 jours), puis l'anesthésie générale finalement, en dernier recours, avec les risques que ça représente, et l'immense difficulté à émerger après et à devoir gérer les infirmières toutes les 30 minutes alors qu'on arrive pas à garder les yeux ouverts.

Bref, chaque expérience est propre à chacune, je voulais juste partager un autre son de cloche :top:
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
400
1 506
93
#24
Merci pour ce témoignage. Je n’ai jamais avorté mais je donne des indications « techniques » aux femmes qui le veulent et parfois je les écoute. Je me rendais pas compte que le discours majoritaire pouvait être culpabilisant. Je ne pense pas que ce soit volontaire mais maintenant que tu explique tout ça c’est vrai que ça me semble évident.
 
You Rock !: Fonkey_fanini
3 Jan 2019
61
375
53
28
#25
Personnellement je n'ai jamais vécu d'ivg médicamenteuse mais je n'ai rien à dire sur l'ivg par aspiration, je n'ai eu que des douleurs de règles, les professionnels étaient à l'écoute et safe. Oui c'est vrai que le cathéter n'est pas ce qu'on peut appelait un soin sympa (mais j'ai l'hbaitude de prêter mes veines aux étudiants que j'ai en stage alors j'ai supporté largement). Pour le coup de ne pas boire ou manger ça peut-être pénible effectivement, j'ai eu la chance d'être prise assez tôt (9h) et j'ai pu manger un petit déjeuner à 11h. Le réveil s'est fait en douceur avec une perfusion d'acupan que j'ai demandé car j'avais un peu mal. Bref je recommanderais cette technique si vous avez le choix (j'étais à 6 ou 7 semaines, je sais plus, ça date maintenant).

Et merci pour ce témoignage qui effectivement peut déculpabiliser certaines femmes dans ta situation. Perso j'avais beau être en couple stable (mais avec un ex qui m'a fait subir viols et violences conjugales), j'étais aussi étudiante. Et même si je me suis longuement posée la question de le garder parce que j'avais envie d'être une mère jeune à cette époque, je ne regrette absolument pas au vu du comportement de mon ex qui a bien changé par la suite. C'est même la meilleure décision que j'ai prise dans ma vie à vrai dire. Et aujourd'hui si je tombais enceinte, même si on a un projet bébé pour dans un ou deux ans, je serais de toute façon obligée d'avorter par rapport à mes traitements toxiques pour le fœtus (maladie auto-immune). Trop de risques de malformations et aussi des risques que ma ma maladie s'amplifie et fasse des dégats. Mon envie de grossesse devra être bien surveillée malheureusement et surtout prévue au moins un an à l'avance, pour voir comment mon corps réagit à l'arrêt des traitements et aussi pour bien purger mon organisme des substances toxiques pour un embryon. Bref un peu la marde quoi moi qui rêve plutôt d'une grossesse pas sur médicalisée avec un accouchement sans peri. Et même si je n'avais pas tout ça, c'est pas du tout le moment pour nous et on aurait choisi cette solution aussi avec mon mec, parce qu'on en veut pas à l'instant T. Même si couple stable, boulot stable, etc
 
23 Juil 2019
4
20
3
#26
J'ai avorté en Allemagne, parce que j'y vivais, et je venais de dépasser le délais pour la méthode médicamenteuse donc méthode chirurgicale avec anesthésie générale. Par contre je n'ai pas eu de cathéter si je me souviens bien, cette partie est un peu floue. Et pas énormément de douleurs ou même de gène passé les premières 24h. J'avais pas le choix de la méthode mais avec du recul je suis contente d'avoir eu une anesthésie générale, avec le gynécologue qui s'occupe de tout Et même si une chirurgie c'est considéré comme plus invasif, j'ai peu saigné et eu peu de douleur après le réveil donc finalement c'était moins impressionnant que de façon médicamenteuse je pense. Après j'ai eu la chance d'être dans une clinique où tout le monde était bienveillant, c'est sûr que si c'est pour devoir supporter du personnel désagréable, vaut peut être mieux privilégier la méthode médicamenteuse, si on n'a le choix.

Par rapport au témoignage, moi j'avais plusieurs raisons "pratiques" mais qui pouvaient être contrebalancées (jeune et en étude mais avec une relation stable et un conjoint qui gagnait bien sa vie) donc si j'avais voulu, j'aurais pu le garder sans devoir faire face à des difficultés insurmontables. Mais j'en avais tout simplement pas envie, et les rares fois où j'en ai parlé c'est ce que j'ai invoqué. L'envie ou non de devenir parent, je crois qu'à la fin c'est quand même très viscéral (même si je ne crois pas à l'instinct maternel), c'est pour ça que certaines avortent alors que toutes les conditions théoriques sont réunies et que d'autres passent par des parcours très éprouvants physiquement et mentalement pour réussir à concevoir. Quand l'envie est là et ne peut pas être accomplie, on parle quand même de deuil, ça montre à quel point c'est difficile d'aller contre. Après pour la non-envie d'enfant et l'avortement, il faut pouvoir s'écouter et réussir à sentir que non, à cet instant T, on n'a pas envie de devenir parent. C'est compliqué ça quand tout, la société, notre éducation, nous crie le contraire et du coup je suis heureuse pour toi @Fonkey_fanini, que tu aies réussi à t'écouter, même si la suite n'a pas été facile :fleur:
 
17 Jan 2019
4
35
13
#27
J'ai fait les deux méthodes d'IVG (la deuxième grossesse a été détectée trop tard). J'ai eu super mal pendant quelques heures avec la médicamenteuse et aucune douleur avec la chirurgicale en anesthésie générale. Mais si c'était à refaire je choisi la méthode médicamenteuse sans hésiter. L'hôpital, l'attente, le réveil, la galère pour rentrer chez soi après, la fatigue extrême après l'anesthésie ... Je préfère avoir mal un moment mais être dans le confort de mon appartement et pouvoir tout gérer tranquillement que d'être seule à l’hôpital pendant des heures.
 
You Rock !: Kerann et HellaSly
23 Juil 2019
4
20
3
#28
J'ai fait les deux méthodes d'IVG (la deuxième grossesse a été détectée trop tard). J'ai eu super mal pendant quelques heures avec la médicamenteuse et aucune douleur avec la chirurgicale en anesthésie générale. Mais si c'était à refaire je choisi la méthode médicamenteuse sans hésiter. L'hôpital, l'attente, le réveil, la galère pour rentrer chez soi après, la fatigue extrême après l'anesthésie ... Je préfère avoir mal un moment mais être dans le confort de mon appartement et pouvoir tout gérer tranquillement que d'être seule à l’hôpital pendant des heures.
Ah oui c'est sûr que si ça dure des heures... Moi j'étais accompagnée, on avait du arriver environ une heure avant le RDV et on a pu partir à peine 3/4 d'heure après le réveil. Et puis c'était un tout petit centre où ils faisait que des "petites" opérations en ambulatoire
 
17 Jan 2019
4
35
13
#29
Ah oui c'est sûr que si ça dure des heures... Moi j'étais accompagnée, on avait du arriver environ une heure avant le RDV et on a pu partir à peine 3/4 d'heure après le réveil. Et puis c'était un tout petit centre où ils faisait que des "petites" opérations en ambulatoire
Moi c'était à l'hôpital et il y avait eu pas mal d'urgences avant donc beaucoup de retard. Ils m'avaient appelé la veille pour que je vienne plus tard que prévu mais j'ai quand même attendu 4h. 4h dans une salle d'attente avec les autres femmes qui venaient pour la même chose, en blouse et avec la perfusion dans le bras (je tournais de l’œil à chaque fois que je regardais mon bras). Du coup mon copain n'a même pas pu attendre avec moi alors heureusement que la batterie de mon portable a bien tenu. J'avais tellement hâte de rentrer chez moi que j'ai avaler ma collation post opération à une vitesse folle. Tout le personnel a été au top mais ma seule obsession du jour était de me caler dans mon canapé avec mon chéri
 

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
400
1 506
93
#31
@Tarteauxpommes c’est tellement vrai ce que tu dis. Très vite après l’échec de mon parcours PMA, j’ai eu l’idée de militer au planning familial. C’est très peu compris dans mon entourage et à chaque fois que j’ai un coup de bad dû au deuil que je suis en train de vivre mon entourage me dit « bah forcément tu n’arrête pas de parler à des femmes qui refusent ce que tu espères tant ». Je ne serais pas vraiment mettre des mots sur ce que je ressens mais pour moi, ces femmes et moi on vit la même chose. Une sorte de panique d’être dans une situation qu’on ne veut pas
 
Dernière édition:
30 Juin 2019
7
38
13
#32
C'est "marrant", j'ai vécu une IVG assez traumatisante cet été, et j'avais prévu d'envoyer mon témoignage à rockie (il est fait d'ailleurs, mais bon...)

Pour apporter également mon son de cloche aux discussions sur les différentes méthodes d'IVG, pour ma part c'était par aspiration avec anesthésie locale, et c'est une des pires expériences de ma vie... je crois que ça dépend vraiment de chacune, y a pas de règle malheureusement
 
You Rock !: Kerann