J'ai changé d'avis (passer de "j'aurais des enfants" à childfree)

shigurette

Licorne invisible
2 Jan 2019
61
337
53
www.youtube.com
#1
Quand on est childfree, on s'entend toujours dit qu'on changera d'avis. Mais parfois on en veut et puis on change d'avis et on devient childfree.
Je trouve ça sympa de rassembler ces histoires histoire de contre-balancer le préjugé (et celles dans l'autre sens).

Plus jeune, je pensais que je voulais des enfants. Et plus le temps a passé et moins j'en avais envie.
Tout à commencer à la fin de mon adolescence quand ma première nièce est née. J'adorais m'occuper d'elle et je m'imaginais déjà avoir moi-même des enfants. Puis, puisque j'aimais les enfants, j'ai fait de l'animation (colo et scout). J'en garde de super souvenir et j'appréciais la relation avec certains enfants. Puis après quelques années, ma patience a fondu et je supportais de moins en moins certains aspecs de l'animation et j'ai arrêté.
J'ai ensuite rencontré mon mari, je pensais encore avoir des enfants parce que dans ma tête, en couple = avoir des enfants. Mais plus la limite d'age que je m'étais imposais pour commencer les essais (35 ans) et clairment moins j'avais envie d'en avoir. ça tombait bien Mr était clairement childfree.
Bref sans avoir jamais vraiment eu une envie (pressante) d'avoir un enfant, j'ai mis un certain temps à comprendre que j'étais childfree.
 
5 Jan 2019
649
1 256
93
Lyon
navisseli.tumblr.com
#2
J'ai changé d'avis, mais parce qu'avant je savais pas qu'on avait le choix. Toute ma vie on m'a dit "tu verras quand tu auras des enfants" et je savais même pas que "ne pas en avoir" était une option. Donc j'en voulais mollement, par défaut, dans le sens où de toute manière la vie sera comme ça.

J'ai commencé à clarifier dans ma pensée que je voulais pas d'enfants quand j'ai commencé à sortir avec une personne au lycée qui me mettait une pression de dingue là dessus, sur le fait que dès que j'aurais fini mes études il faudra s'y mettre, sur le fait que ça sera comme ci ou comme ça (il voulait m'imposer l'allaitement et le fait de ne pas accoucher en hôpital*), et en fait plus j'y pensais, plus je réalisais que je voulais pas ça. Le copain suivant, j'ai réussi à lui faire passer l'idée (en même temps que je clarifiais mes volontés auprès de moi-même) que je voulais pas accoucher, mais qu'adopter me dérangeait moins. Le copain suivant, que je ne voulais ni accoucher, ni adopter.

Du coup cette réalisation s'est faite progressivement mais en moins de 10 ans.

*Je sais les horreurs que de nombreuses personnes vivent en hôpital et je trouve injuste qu'on impose à celleux qui veulent accoucher avec une sage-femme, chez elleux, de médicaliser leur accouchement. Je sais également la pression qui est mise sur les parents d'allaiter mais juste chez elleux parce que c'est "indécent" de le faire en public, ou au contraire de donner le biberon parce que l'allaitement au sein alienne la femme gnagnagna. Je pense que chacun.e devrait être libre de faire comme bon lui semble. De la même manière, je ne supporte pas qu'on m'impose quoi que ce soit. C'est mon corps, j'en fais ce que je veux.
 
Dernière édition:
3 Jan 2019
19
89
13
#3
Jusqu'à la fin de l'adolescence, je ne pouvais pas m'imaginer ne pas avoir d'enfants. Sans doute parce que j'ai été élevée par une mère qui est persuadée qu'une femme ne peut être heureuse sans progéniture, et que je n'avais jamais connu aucun contre exemple, donc aucune raison de ne pas la croire. Et puis j'aimais bien les enfants.
Ensuite quand je suis entrée en fac et que j'ai commencé à côtoyer d'autres personnes avec d'autres modes de vie et de pensée, j'ai commencé à me dire que les enfants c'était sympa, mais que j'avais envie de vivre plein d'autres choses avant d'en faire entrer dans ma vie. Je me disais "dans 5 à 10 ans, j'aurais des enfants". Et le temps a continuer de s'écouler sans que cet intervalle ne se réduise, jusqu'à ce que je réalise qu'en fait, je n'envisageais pas du tout d'être mère, à quelque échéance que ce soit. Ça fait seulement 1 ou 2 ans que je me suis rendu compte de ça, et il m'arrive parfois de penser que peut être, dans un futur très lointain, j'aimerais bien avoir un enfant, mais pour l'instant je suis convaincue que la maternité n'a pas sa place dans ma vie et ne m'apporterait rien de plus.
 

Kitchie

Well-known member
3 Jan 2019
166
1 027
93
#4
J’ai aussi changé d’avis dans l’autre sens. Je me suis toujours imaginée élever seule un enfant sans conjoint et au final j’ai rencontré mon conjoint assez jeune et du coup l’envie d’enfant a disparu et au fil des années c’est devenu une certitude que nous n’aurions pas d’enfant, tout simplement parce que nous ne le souhaitions pas. Mais mon conjoint ne se voyait pas sans enfants non plus à la base et lui comme moi on aurait peut-être eu des enfants avec quelqu’un d’autre. Maintenant on est childfree convaincus et quand on voit nos amis avec leurs familles nombreuses on ne regrette pas du tout notre choix.
 

HufflepuffLegend

Childfree green witch living on the road.
10 Jan 2019
5
25
13
#5
En grandissant, je me suis toujours dit que j’aurais des enfants “un jour” parce que, tout comme @Etp , on m’a toujours dit “quand tu auras des enfants”, jamais “si tu as des enfants”. A l’adolescence, j’adorais les enfants de mon entourage et il m’arrivait de réfléchir à de futurs prénoms. J’ai été célibataire longtemps et n’avait donc pas à me poser la question.
J’ai rencontré mon partenaire actuel à 22 ans, suis tombé enceinte par accident au début de notre relation et l’IVG était pour nous une évidence (tout s’est très bien passé et je me suis rendu compte plus tard, notamment grâce à Mad, de la chance que j’ai eu d’avoir une équipe médicale merveilleuse et un partenaire qui a été présent à chaque instant). Cela a été pour nous l’occasion de parler d’enfants très rapidement et, à l’époque, nous étions d’accord sur le fait que nous voulions des enfants mais “un jour”, “plus tard”, “dans longtemps”.
Plus les années passaient et plus nos familles respectives insistaient sur notre absence de progéniture, notre horloge biologique et leur agacement face à nos “plus tard”.
Finalement, il y a environ un ou deux ans, mon partenaire a commencé à questionner nos “plus tard”. Il est un peu plus âgé que moi et ne veut pas être un père âgé mais ne se sentait toujours pas prêt à être père. Nous avons donc commencé à envisager la possibilité de ne jamais avoir d’enfant. J’avais moi-même entamé une réflexion dans ce sens là notamment à cause de l’impact écologique, de l’incertitude de l’avenir de notre société, de mon désir de liberté, de nombreuses questions que je me posais sur l’éducation auquelle je n’avais aucune réponse, etc...
Etrangement, même si nous avions chacun de notre côté entamé cette réflexion, nous avons tous les deux été légèrement blessé par le choix de l’autre. Cela n’a duré que quelques minutes et nous étions finalement soulagé de partager la même décision sur notre avenir.
Nos familles respectives ont malheureusement été très vocales sur leur désaccord avec notre décision mais je pense qu’elles commencent à l’accepter.
Il nous arrive encore d’avoir un pincement au coeur et des moments d’incertitude lorsque nous sommes avec des enfants de notre entourage mais nous sommes toujours heureux de les quitter pour retrouver notre vie à deux.

Je me demandais si vous avez aussi ces moments d’incertitudes?
 
5 Jan 2019
649
1 256
93
Lyon
navisseli.tumblr.com
#6
Je me demandais si vous avez aussi ces moments d’incertitudes?
Jamais. Les rares fois où je me prête à penser à "et si ?" me confortent toujours plus dans mon choix que je me rappelle tous les inconvénients que ça implique. Par contre j'ai peur d'en avoir un jour, ça serait une trahison de moi à moi, et pour être sûr de ne pas avoir d'enfants même si un jour j'ai des incertitudes, je compte me faire stériliser :top:
 

HufflepuffLegend

Childfree green witch living on the road.
10 Jan 2019
5
25
13
#7
Jamais. Les rares fois où je me prête à penser à "et si ?" me confortent toujours plus dans mon choix que je me rappelle tous les inconvénients que ça implique. Par contre j'ai peur d'en avoir un jour, ça serait une trahison de moi à moi, et pour être sûr de ne pas avoir d'enfants même si un jour j'ai des incertitudes, je compte me faire stériliser :top:
Je n’ai peut-être pas été très claire mais c’est un peu ce que je voulais dire par des moments d’incertitude. Ce ne sont pas des semaines entières pendant lesquelles je doute profondément, mais plutôt quelques secondes, voire minutes, pendant lesquelles je me dis aussi “et si?” et, comme toi, la liste infinie des inconvénients me revient trèès rapidement en tête et je me rappelle pourquoi j’ai pris cette décision.
Mais c’est vrai que ces instants d’incertitudes me gênent parfois.

J’ai quelques tatouages que je regrette mais, qu’à l’époque, je pensais ne jamais regretter et j’ai aussi énormément changé ces dernières années et j’ai donc décidé de ne plus jamais prendre de décision irréversible donc la stérilisation n’est pas une option pour moi mais respect à toi et bon courage pour tes démarches et pour trouver des professionnels qui n’essaieront pas de te faire changer d’avis :jv:
 
You Rock !: Gunnm, WQT et Etp
3 Jan 2019
19
89
13
#8
@HufflepuffLegend Ca m'arrive aussi, les moments d'incertitude :)
Par exemple, récemment une amie a annoncé qu'elle était enceinte, elle avait l'air hyper heureuse, et tout le monde était tellement enthousiaste et content pour elle que dans l'euphorie du moment, je me suis dit que moi aussi, j'aimerais bien vivre ça un jour aussi. Ca a duré dix minutes, le temps que je me remémore toutes les raisons pour lesquelles je pense que la maternité n'est pas faite pour moi :cretin:
 

Shoujiki

Well-known member
3 Jan 2019
413
1 548
93
#9
Je ne veux pas d'enfants, hier j'en voulais pas non plus et j'envisage pas non plus d'en avoir dans le futur. Je ne traîne pas trop sur ce forum car je ne sais pas si j'ai ma "place", je ne veux pas d'enfants et c'est plutôt un non sujet pour moi. Mais vu qu'ici on parle des doutes, cela fait longtemps que je suis en couple et parfois on aimerait bien savoir ce que ça donne un mélange de nous deux, physiquement. Ca nous fait rire, mais pas au point de vraiment faire un enfant pour savoir.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Sonea

Aime comme tu l'entends
13 Jan 2019
1 725
12 216
113
Strasbourg
#10
Bonjour à tous et à toutes. Mon compagnon et moi sommes en pleine réflexion. Pendant plusieurs années j’ai eu le sentiment de ne pas vouloir d’enfant, puis pendant environ un an d’en vouloir vraiment. Ce n’était pas le moment, car mon compagnon était en reconversion professionnelle. Depuis l’envie m’est passée. On a tous les deux 30 ans, une situation professionnelle stable, mais on ne sait pas trop si on veut des enfants...

On a peur du monde dans lequel nos enfants pourraient naître (écologie, politique...), mon ami a peur que ça change trop notre vie alors qu’on est heureux comme ça. Mais on a aussi peur de regretter plus tard.

Je me suis toujours dit que si j’en voulais (ou non) ce serait une évidence. Mais j’ai l’impression que tous les deux, on pourrait être heureux avec des enfants, mais l’être tout autant sans !

Les précédents témoignages me confortent dans l’idee que ce n’est pas forcément une évidence dès le début.

J’espere qu’un jour ( si possible avant mes 35 ans) la réponse à cette question sera évidente
 
5 Jan 2019
1 919
11 658
113
aucoindelatre.home.blog
#11
Jusqu'à mes 20 ans, je pensais vouloir des enfants avant de me rendre compte que j'avais accepté un schéma qui m'avait été inculqué sans me poser de questions. J'ai bientôt 30 ans et cette décennie m'a permis de me rendre compte que je ne voulais pas d'enfant. Parce que j'ai une maladie psy chronique, que je n'ai pas confiance en ce que l'avenir nous réserve et qu'un enfant serait trop de contraintes pour moi.

Parfois mon copain me relance sur le sujet parce qu'il est encore partagé par moment, il a le même avis que moi la plupart du temps, mais parfois il a une petite voix qui lui dit que ce serait quand même bien d'avoir un enfant et de transmettre nos valeurs.
 

Cactus

Aïe ! Ça pique !
2 Jan 2019
174
1 618
93
#12
Idem que les autres. Je n'ai jamais vraiment voulu avoir des enfants. J'étais persuadée enfant et ado que j'en aurais parce que je croyais qu'un jour, j'aurais envie d'en avoir. Je croyais, à cause du matraquage sociétal, que tout le monde avait envie d'avoir des enfants un jour.

Je trouvais ça normal de ne pas être passionnée par le pouponnage car j'étais jeune.

J'ai même dit vers l'âge de 16 ans à une amie me disant qu'elle ne voulait pas d'enfant la fameuse phrase "Tu changeras d'avis".

Et puis vers 18 ans j'ai compris qu'en fait, non. On n'avait pas tous envie d'avoir des enfants et on n'était même pas obligé d'en avoir ! Et en en apprenant davantage sur la complexité de l'éducation d'un enfant et sur tous les sacrifices que ça implique, je me suis rendue compte que ça n'était pas ce que je voulais pour ma vie.

J'ai quand même eu quelques récidives car je me souviens à 22 ans avoir dit que je voulais faire tel truc avant l'âge de 26 ans car j'aimerais bien ensuite pouvoir me poser et faire un premier enfant vers 28 ans. Et je ne sais plus quand et comment mais j'ai re-changé d'avis. D'ailleurs, j'ai 28 ans l'année prochaine et c'est inconcevable pour moi d'avoir un enfant l'année prochaine, j'aurais l'impression qu'on m'annonce que dans 1 an je vais mourir ou que je serais envoyée en prison à perpétuité.

Édit : ortho
 
Dernière édition: