J’ai arrêté de me maquiller et j’en ai été la première surprise

16 Jan 2019
5
32
13
#1
Lorsque j’écris ces lignes, ça fait un mois et demi que mon visage n’a pas été en contact avec du fond de teint ou du mascara. Il n’y a encore pas si longtemps, je n’aurais pourtant jamais envisagé de sortir de chez moi sans maquillage.
Avant de te raconter comment j’en suis arrivée à arrêter de me maquiller, je vais t’expliquer mon rapport compliqué aux cosmétiques, qui ne date pas d’hier.
Mes débuts avec le maquillage
J’ai commencé à me maquiller au collège vers mes 13 ou 14 ans.
À cet âge, j’étais très mal dans ma peau. Je ne me maquillais que les yeux, mais je mettais une sacrée couche de crayon khôl façon Cléopâtre un peu bourrée.
Évidemment mes muqueuses oculaires, peu enclines à supporter autant de produits cosmétiques, se mettaient à pleurer : je finissais alors mes journées avec un rendu œil au beurre noir avec supplément coulure aux coins internes des yeux. (miam mioum)

Ayant de l’acné (car : l’adolescence) et des cernes très prononcées, l’étape « fond de teint /...
Lire la suite ...
 
Dernière édition par un modérateur:

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
177
1 163
93
#2
Le gif de Trump:yawn:.

Personnellement je lâche l'affaire du maquillage progressivement (je me maquillais presque quotidiennement au début de ma vie post-lycée, léger mais souvent) : en fait au bout d'un moment ça m'ennuie de mettre autant d'argent pour quelque chose dont je ne profite pas moi-même visuellement... parce que les palettes 50 euros, qu'il faut changer pour éviter les infections ou autre, ça finit par faire cher, idem pour le mascara, et le temps passé dessus aussi (surtout l'étape du démaquillage, qui est beaucoup plus chiante que le maquillage lui-même : avant de me coucher j'ai souvent la flemme de me tartiner d'huile et de me rincer ensuite).

Y a aussi le fait que j'ai l'impression, pour les produits pour les lèvres (gloss, même certains baumes chimiques) que je "mange" le produit au fil de la journée, et qu'au final je finis par ingérer un truc pas très comestible, jour après jour.
Et comme ça m'arrive de faire du sport maquillée, quand je vois mon crayon imbiber ma paupière je trouve ça très joli mais j'arrête pas de me dire que ça doit pas être bon pour la peau.

En plus, j'ai pas fait de sondage, mais avec le temps j'ai quand même l'impression que les hommes n'aiment pas trop, en moyenne. En tout cas quand je demande à ceux de mes connaissances, ils me disent préférer les femmes sans maquillage. Ce qui est d'autant plus étonnant qu'ils sont incapables pour la plupart de voir si une femme est maquillée (surtout quand c'est léger). Je crois que si j'embrassais une femme, je préférerais qu'elle ne soit pas maquillée non plus (pour éviter le côté "collant" du rouge à lèvres).

Après, je reconnais que je me trouve "mieux" dans le miroir quand je me maquille. Dilemne :facepalm:. Du coup je continue à me maquiller ponctuellement.
 

Stl_44

Cramez tout ! Y aura pas de révolte.
24 Avr 2019
11
116
28
#3
Personnellement j'ai eu aussi une période Khôl dépressive ! Mais j'en suis sortie à la fac.
Au début je ne mettais que du mascara et de l'eye liner donc pour certaines de mes amies ça restait léger. Je n'ai jamais mis de fond de teint ou d'anticerne car je ne trouvais jamais la bonne carnation et je trouvais que les produits puaient accessoirement. Progressivement j'ai arrêter l'eye liner et maintenant ce n'est qu'un peu de mascara le matin et c'est tout. Le mascara me permets aussi de prendre un temps pour moi le matin, de m'occuper de ma peau, et j'ai du mal à m'en occuper si je ne mets pas de mascara. Donc c'est léger et ça m'assure une routine. Ma mère et ma grande sœur ne se sont jamais beaucoup maquillées même si ma mère était très féminine. Elle passait par les bijoux et les boucles d'oreilles. Autant je pourrais sortir sans mascara mais jamais sans boucles d'oreilles tout simplement car j'adore ça :D
Bref, un peu de mascara pour ma part et des bijoux, des bijoux, des bijoux !
Ps : mon homme me préfère sans maquillage ce qui m'arrange bien quand j'ai la flemme.
 

Sonea

Aime comme tu l'entends
13 Jan 2019
1 567
10 500
113
Strasbourg
#4
Moi je me maquille quand j'ai envie, j'ai commencé lors de mes études supérieures.
Je maquille systématiquement quand je vais avoir une situation stressante au travail qui risque de me faire rougir. Je me sens plus forte si on devine moins mes émotions à la couleur de mes joues (même si ça se voit quand même un peu).
Mais je suis très loin de me maquiller tous les jours.

En plus, j'ai pas fait de sondage, mais avec le temps j'ai quand même l'impression que les hommes n'aiment pas trop, en moyenne. En tout cas quand je demande à ceux de mes connaissances, ils me disent préférer les femmes sans maquillage. Ce qui est d'autant plus étonnant qu'ils sont incapables pour la plupart de voir si une femme est maquillée (surtout quand c'est léger).
Moi dans mon entourage ils préfèrent le maquillage nude que celui voyant ou que sans maquillage généralement.
 

Gringo

Anciennement Gringo
2 Jan 2019
195
1 133
93
#5
Pareil, je me suis énormément maquillée pour correspondre à une vision de moi un peu idéalisée (eye liner, lèvre rouge, poudrée). L'année dernière quand j'ai rencontré mon copain et qu'il m'a dit "j'aime pas le maquillage et les poils je m'en fous", j'ai très vite laissé tombé et le maquillage et l'esthéticienne et ce n'était pas "pour lui faire plaisir".
 
You Rock !: LuLa et Mélody Blue

Nymphetameen

Madeleine des mers bretonnes
3 Jan 2019
800
7 056
93
Breizh
#6
Je me suis arrêtée au maquillage « dark et yeux de panda » du lycée, que j’ai vaguement porté jusqu’en terminale (mais assez peu finalement parce que j’oubliais et je me frottais les yeux). À la fac je devais me maquiller une ou deux fois par an pour les grandes occasions. J’étais entourée d’amies qui ne se maquillaient pas ou ne s’intéressaient pas au maquillage, donc ça ne m’a jamais trop tracassée. En fait j’ai découvert assez récemment que c’était un complexe assez fort chez pas mal de femme! Je suis vraiment passée à coté de ça, je ne comprenais pas pourquoi c’était si important pour certaines. L’article m’a bien éclairée. Merci! :fleur:
 

FilledeLoup

Well-known member
8 Mar 2019
559
3 216
93
#7
Quand je ne me maquille pas, j'ai systématiquement des "Ca va, tu as l'air fatiguée ?" donc ça n'aide pas à s'accepter.
Le genre de truc qu'on ne dit jamais aux hommes... Pourtant je ne mets jamais de fond de teint ou d'anti-cernes, mais juste un peu de fard à paupière me donne meilleure mine.
Ca me donne aussi le sentiment d'avoir l'air d'être beaucoup beaucoup plus jeune quand je ne suis pas maquillée... :/
Pour finir, j'ai les sourcils plein de trous et je n'assume pas du tout.
 
6 Fev 2019
4
52
13
Liège
#8
Personnellement j'ai une relation tellement détendue au maquillage que je suis souvent étonnée de l'impact psychologique qu'il peut avoir pour d'autre. J'ai grandi dans une famille très détendue là dessus où le maquillage était un truc qu'on faisait de temps en temps. Résultat j'adore me maquiller mais je vois le maquillage comme un accessoire qui me permet de rajouter une touche à un look plutôt que comme une obligation et je me maquille uniquement quand ça me prends.
 
Dernière édition:

cilijoya

Carabistouilles !
2 Jan 2019
438
961
93
#9
J'ai eu une relation au maquillage assez compliquée. Plus jeune, le maquillage c'était le mal ! Je l'associais à l'idée que c'était fait pour plaire aux hommes adultes. Or, je voulais éviter totalement leur regard. J'ai subit jeune les regards insistants, les réflexions sur mon physique, le harcèlement sexuel... J'ai été formée tôt et j'ai eu assez vite une forte poitrine, des fesses, des hanches. Autant la forte poitrine je ne pouvais pas y faire grand chose à part cacher mes formes dans des cols roulés et des vêtements ultra larges , ce n'est pas monté sur châssis ces trucs-là :cretin:, autant le maquillage je pouvais agir donc c'était refus total ! A tout ceux qui me disaient des trucs du genre "mais tu serais tellement jolie avec un peu de mascara/rouge à lèvres..." je répondais d'aller bien se faire cuire le cul. Laissez-moi me cacher et passer inaperçu.

Vers l'âge de 20 ans, j'ai commencé à m'accepter telle que j'étais, mon corps, ma bissexualité, mes goûts. Là, le maquillage n'était plus mon ennemi mais je ne me maquillais toujours pas car : LA FLEMME. Pourquoi perdre 10 minutes de sommeil le matin et rebelote le soir. Quelques années plus tard, une amie a eu besoin d'une danseuse pour un projet d'étude. Elle voulait que ce soit moi. Comme j'avais confiance en elle et que j'aimais beaucoup son projet, j'ai dit ok. J'ai donc été maquillée et habillée par ma pote pour être filmée. Quand j'ai vu le résultat, ça a été un électrochoc. Y'avait un canon à l'écran et le canon, c'était moi. Ce clip m'a fait un bien fou. Je ne me maquille toujours pas beaucoup. Je peux être des mois sans me maquiller mais une fois de temps en temps, quand j'ai envie, je prends le temps. C'est un moment où je prends du temps pour moi, où j'ajoute une touche différente à ma tenue parce que j'en ai envie, un peu comme un bijou/un sac/un foulard.
 

Dog

New member
12 Juin 2019
2
3
3
#10
Pour moi, le maquillage a toujours été assez peu, et maintenant c'est un "soin". Je m'explique, j'utilise du kajal au camphre pour les yeux , et de la poudre de perle pour le visage, qui en a pas mal amélioré la qualité. Pour les rouges et tout ça, ca sera toujours des recettes naturelles et hydratate. En général, je vais faire mes stocks dans une boutique qui fait de la reconstitution de recette historique de cosmétique. J'utilise finalement peu de make-up qui peut modifier l'image (le contouring , j'ai jamais essayé et le seul réel fond de teint que j'ai est un fond de teint solide lush qui est extra, mais j'ai si peu l'habitude de me voir avec une tête unifiée que c'est très bizarre).
 
You Rock !: Nouche et cilijoya

P.Mey

New member
3 Jan 2019
2
12
3
#11
Moi j'ai une expérience différente avec le maquillage.
Personnellement, j'ai commencé à me maquiller vraiment sur le tard comparé aux autres autour de moi, peut-être vers le milieu du lycée il me semble. Et de façon assez soft, du crayon noir léger, du mascara, de l'anti-cernes, point barre.
Puis j'ai eu une maladie de peau et j'ai commencé le fond de teint. Ca me faisait me sentir beaucoup mieux. Et progressivement j'ai ajouté des étapes, cumulé les produits... Après le combo mascara-crayon-anti-cernes-fond-de-teint, j'ai rajouté le blush, puis le fard à paupières, puis le rouge à lèvres, puis le crayon à sourcil, puis le contouring, puis l'highlighter. Le tout en version naturelle, en dix minutes chrono. Sur le papier ça fait beaucoup, dans les faits, on remarque que je suis maquillée uniquement les jours où je porte du rouge à lèvres et/ou de l'highlight.

Je n'ai pas vraiment l'impression de me perdre en faisant ça, au contraire, j'ai l'impression de me reconnaître, d'afficher sur mon visage ma version idéale, ma créativité, j'ai l'impression de m'associer à ce que je porte et à mes goûts. De ''faire'' un truc qui me ressemble.
Quand je ne porte rien, j'ai l'impression de n'avoir rien défini, d'avoir juste le visage qu'on m'a attribué et point. Je ne déteste pas, il est bien, et je n'angoisse pas spécialement à l'idée de sortir sans maquillage, mais je préfère y ajouter ma propre touche sinon je trouve ça morose.

Avant c'était par 'honte' que je ne me maquillais pas justement : De ne pas savoir faire aussi bien que les autres, de faire un truc que je juge beau mais que tout le monde trouverait moche, par peur d'être remarquée aussi si j'osais mettre de la couleur, ou qu'on me dise que je cherche à attirer l'attention ou ce genre de choses. J'avais une confiance en moi au point zéro alors je ne faisais rien. Ou alors je me maquillais dans ma salle de bain et j'effaçais tout pour sortir.
Plus j'ai pris confiance en moi et plus je me suis maquillée. J'ai confiance en mes goûts, je les assume pleinement et je n'ai plus peur de montrer ce que j'aime/aimerais, ce à quoi je ressemble que ce soit intérieurement ou extérieurement.

Juste pour apporter une expérience un peu différente qui sort du cadre habituel ''je me maquille pour me cacher''. :giggle: Par contre on est d'accord que le démaquillage est juste l'une des choses les plus chiantes. Mais je m'en accommode bien, après tout je déteste aussi faire la vaisselle alors que j'adore cuisiner, à chaque activité sa contrepartie. :lol:
 
Dernière édition:

chblues

New member
18 Fev 2019
2
10
3
#12
Pour moi, le maquillage a toujours été assez peu, et maintenant c'est un "soin". Je m'explique, j'utilise du kajal au camphre pour les yeux , et de la poudre de perle pour le visage, qui en a pas mal amélioré la qualité. Pour les rouges et tout ça, ca sera toujours des recettes naturelles et hydratate. En général, je vais faire mes stocks dans une boutique qui fait de la reconstitution de recette historique de cosmétique. J'utilise finalement peu de make-up qui peut modifier l'image (le contouring , j'ai jamais essayé et le seul réel fond de teint que j'ai est un fond de teint solide lush qui est extra, mais j'ai si peu l'habitude de me voir avec une tête unifiée que c'est très bizarre).

Je suis vraiment intrigué par les produits de soin que tu utilises. Où est-ce que tu te les procure?
 

Ju'

Avant j'étais une pomme ;)
3 Jan 2019
98
381
53
#13
Je vis également la première année de ma vie depuis l'adolescence où je peux sortir sans maquillage sans avoir envie de me planquer et sans me sentir mal. Ça s'est fait petit à petit, d'abord j'ai mis moins de fond de teint, remplacé par des bb crèmes, arrêté l'ombre à paupières, mis moins de poudre / blush...
Je me regarde aussi beaucoup moins dans le miroir et ça fait tellement du bien ! Maintenant c'est un peu de mascara et de crayon à sourcil si j'ai envie d'en faire un peu, rien si pas le temps / pas spécialement envie et je ressors le total look très rarement ! (j'en viens même à me demander comment je me trouvais mieux avec du fond de teint !)
Je me sens tellement plus libre, plus "moi-même" et mon copain m'encourage également pas mal dans cette voie de l'acceptation de soi, ce qui m'a permis de me rendre compte qu'en fait 95% des gens que je côtoie n'en ont rien à faire de si j'ai du maquillage ou non ! (et on remarque aussi beaucoup plus un maquillage raté que pas de maquillage du tout !)
 
16 Jan 2019
5
32
13
#14
ce qui m'a permis de me rendre compte qu'en fait 95% des gens que je côtoie n'en ont rien à faire de si j'ai du maquillage ou non !
Et bien je fais le même constat que toi ! Personne ne m'a fait de remarques sur le fait que je n'étais pas maquillée, les gens n'avaient pas trop remarqué. Contrairement à @FilledeLoup je n'ai eu aucune remarque sur le fait que j'avais l'air fatiguée (alors que je m'y attendais vraiment vu que mes cernes sont bien marquées naturellement). Peut-être que c'est parce que moi aussi j'ai arrêté progressivement. Les gens ont eu le temps de s'habituer et moi aussi par la même occasion !
Merci à vous toutes qui avez laissé un commentaire ! Je suis contente si cet article peut en éclairer certaines comme @Nymphetameen :giggle: et ça me fait plaisir de lire vos ressentis et de constater les différences d'expériences liées aux maquillages. (y)
 
13 Fev 2019
5
34
13
#15
Super initiative !

J'aimerais vraiment réduire ma consommation de maquillage. Mais malheureusement, avec une peau très pâle (et pas le "joli" pâle) et un teint brouillé, c'est très difficile de sortir sans... C’est d’ailleurs pour ça que j’avais commencé à porter du fond de teint au lycée. Etant à l’époque mince et très blanche, je recevais des commentaires inquiets quotidiens, que ce soit de la part de mes amis, de mes parents, mes profs, d’inconnus, et même de mon médecin.

En plus de ça, je vis aujourd’hui dans un pays ou même avec mon total look de maquillage (je porte quotidiennement fond de teint, poudre, blush, eye liner et mascara), je suis encore très loin des standards, qui sont : contouring, highlighter, faux cils épais, et faux ongles. Et la chirurgie esthétique est très présente.

Peut-être que si je vivais en France je m'en détacherais plus facilement ? Je me pose la question.
Ceci dit, j’utilise parfois cette situation a mon avantage… Certains rares jours ou je suis malade mais pas assez pour quitter le bureau, je ne me maquille pas le matin. Ainsi, résultat garanti : tous mes collègues sont horrifiés de mon allure et m’exhortent à rentrer chez moi :shifty::shifty::shifty: (bon ok je n’en suis pas ultra-fière, mais ça va je n’en abuse pas). Avec ma mine naturelle de cadavre, ça marche à tous les coups !
 
Dernière édition:
4 Jan 2019
69
256
53
Paris
retard-magazine.com
#16
Rah, mais personne ne pose la question ESSENTIELLE ! @Mélody Blue , le mec de l'escalator alors, tu as accepté de lui filer ton zéro six ?

Nan parce que moi les rencontres mignonnes dans le métro ça me fait fondre alors là je trouve que y'a vraiment trop de suspens (et je boude) !

Article très intéressant, j'ai eu un rapport au maquillage assez similaire et je me contente finalement aujourd'hui du minimum (aka une BBcream par temps de fête, un trait d'eye liner quand je suis assez réveillée pour le faire le matin, rare, et du mascara quand il pleut [ben quoi ?]).

Par contre, étonnamment, lâcher le maquillage, ça m'a fait retourner chez le coiffeur à fond et reporter des bijoux, donc j'estime que je compense et que je suis encore loiin du naturel... et surtout du lâcher prise total.
 

kerdj

on devrait tjs être légèrement improbable (OWilde)
25 Fev 2019
801
6 205
93
#17
@Nouche hahaha tu fais bien de profiter de cet "atout"! Je suis aussi une blanche-neige, on voit toujours mes cernes même après une nuit de 10h, y compris en été quand j'ai "bonne mine", il m'arrive souvent que mes potes ou collègues me demande si je vais bien.

Si j'ai envie et le temps je mets un peu de fond de teint poudre et du mascara, souvent rien.
 
You Rock !: Nouche
5 Fev 2019
3
17
3
#18
Pendant longtemps je ne me suis plus maquillée, mais quand je vois certains rouge à lèvres j'ai vraiment envie de craquer.

J'ai 35 ans et je me suis maquillée principalement au lycée et à la fac, pour faire comme les autres. Mascara, fard à paupières souvent, rouge à lèvre et fond de teint parfois. J'étais une adepte d'Yves Rocher, de sa carte fidélité, et des rouges à lèvres nacrés. J'ai fini par arrêter, je devais me lever genre 20 min plus tôt le matin, et le soir j'avais qu'une envie : brossage de dents et au dodo.
Et comme j'ai le teint très pâle et la peau très sèche/sensible, difficile de trouver un fond de teint qui fasse naturel.

Tous ces produits ne m'ont jamais manqué, mais des fois j'aimerai bien juste mettre une touche de sophistication sur mon visage :unsure:
 

Ann Ha

Well-known member
6 Jan 2019
815
6 338
93
30
#19
Article intéressant, bien que pour moi le standard de maquillage tienne de la science-fiction : je ne me suis jamais maquillée, je n’ai jamais ressenti d’injonction à le faire. Après, je viens d’une famille sans maquillage et j’ai fait mes études / je bosse dans un milieu d’hommes...
Je trouve ça joli sur les autres, je serais incapable de le faire et j’ai la flemme d’apprendre.
Donc, à toutes les nouvelles no make up : bienvenue ! Vous verrez, ça ne change rien à part l’heure de votre réveil le matin.
 
16 Jan 2019
5
32
13
#20
Rah, mais personne ne pose la question ESSENTIELLE ! @Mélody Blue , le mec de l'escalator alors, tu as accepté de lui filer ton zéro six ?
AHAH ! Je ne laisserai pas planer le suspense plus longtemps : j'ai décliné gentiment son offre. Je suis en couple depuis un petit bout de temps maintenant, et puis, au delà de ça, il n'était vraiment pas mon genre ! :shifty: Désolée si je casse la magie !!:yawn:

Super initiative !
J'aimerais vraiment réduire ma consommation de maquillage. Mais malheureusement, avec une peau très pâle (et pas le "joli" pâle) et un teint brouillé, c'est très difficile de sortir sans...
Figure toi que j'étais dans le même cas que toi ! Je suis très pâle de nature, je considérais mon teint très brouillé (comme gris avec plein d'imperfection) alors s'il y a bien UN truc dont je pensais ne pas pouvoir me passer c'était le fond de teint (ou au mieux l'anti-cerne).
Et puis au fil des mois, j'en ai mis de moins en moins, et je me suis progressivement habituée à mon teint. Il faut dire aussi qu'après + d'un mois sans fond de teint, j'ai l'impression que ma peau va mieux (moins d'imperfection, la peau plus lisse, le teint moins gris...)

Ce qui a aidé aussi c'est que j'étais en vacances, où j'ai pu bronzer légèrement. Ce petit hâle sur mon visage a pas mal participé à mon acceptation de moi au naturel ! Du coup, maintenant que j'ai perdu mon bronzage, je m'applique une légère couche d'auto bronzant Végan/Bio de temps en temps, et j'ai vraiment meilleure mine ! Je ne dis pas que c'est la solution à tout, il y a 6 mois ça n'aurait clairement pas suffit à ce que je me sente mieux dans ma peau (surtout que l'effet est très léger), mais pour moi pour l'instant ça fait le job, et ça me laisse l'illusion que l'été n'est pas tout à fait fini ! :geek:
 
You Rock !: Nouche et Ju'