Grossesse non désirée : continuer ou faire une IVG ?

Aesma

Menstruoloque
6 Jan 2019
2 264
11 037
113
@LilyOnMarch Je comprends que le temps qui passe puisse avoir un impact sur ta décision. Je rejoins @Ashyko sur le fait qu'en parler à une personne neutre pour faire un point pourrait t'aider (vous aider ?) à avancer dans votre réflexion.

Si tu as la possibilité tu peux te rendre dans l'une des associations départementales du Planning Familial où tu pourras en discuter IRL avec et/ou sans ton copain, et sinon j'avais donné dans le premier post le numéro vert 0 800 08 11 11, la moitié des écoutantes sont des conseillères conjugales et familiales, c'est moins bien qu'en visu mais ça reste accessible de partout. :fleur:
 
Dernière édition:

Esky

Well-known member
4 Jan 2019
241
1 505
93
@LilyOnMarch
Je sais pas trop trop si tu veux une experience "inverse", mais ma meilleure pote et ancienne coloc a vécu la même chose que toi (je vais d'ailleurs vite effacer le spoiler vu que c'est pas ma vie)
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Clairement je n'écris pas du tout ça pour te pousser à l'IVG ou quoi, je pense que au final, quoi que tu choisisse ce sera le bon choix. Il n'y a pas de bon ou mauvais choix, simplement celui avec lequel tu te sens le plus en adéquation. Je voulais juste t'apporter un petit témoignage différent (mais qui finit quand même bien) vu que tu as également eu les témoignages de personnes ayant continué la grossesse et pour qui ça s'est bien passé :fleur:
 
Dernière édition:

Aesma

Menstruoloque
6 Jan 2019
2 264
11 037
113
@Honey L'hôpital pour la médicamenteuse c'est vraiment pas l'idéal. Les services sont blindés, il y a trop d'attentes et le personnel est débordé. Les internes qui viennent juste de finir leurs études et enchainent des gardes de 24h se retrouvent en mode automatique et n'ont plus aucune compassion. Il y a de plus en plus de médecin-e-s de ville et de sages-femme libéral-e-s qui peuvent délivrer les médicaments pour ce type d'IVG donc quand c'est possible on est souvent mieux pris-e en charge.

Dans tous les cas ton médecin traitant aurait dû t'orienter (il me semble que c'est obligatoire, puis c'est gentil de renvoyer sur Google mais tout le monde ne sait pas utiliser internet ou avoir accès à internet - puis quand on voit tous les sites anti-choix qui y pulullent franchement beurk) et l'interne :non: Franchement tu as bien fait de te mettre en colère ça évitera peut-être qu'il recommence. :fleur:
 

LilyOnMarch

Your lips my lips, apocalypse
3 Jan 2019
31
291
53
@Honey Je suis terriblement désolée pour les soignants incompétents que tu as côtoyés, t'as bien eu raison de te mettre en colère, je ne pense pas que j'aurais eu le courage d'élever la voix à ta place. En tout cas oui il n'y a pas photo, là je suis passée par une sage femme, c'était complètement différent, elle a été vraiment top, j'ai beaucoup plus apprécié le côté intime et personnel, et imaginer vivre ce que j'ai vécu là dans une chambre d'hôpital, dans un milieu hospitalier... arf non.

Et beaucoup de soutien pour ces moments difficiles :calin:

Je n'étais pas venue raconter la suite, au final j'ai eu plus de mal que je ne le pensais.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Honey

Baby Looove
6 Mai 2019
95
949
83
Merci pour votre soutien, ça fait beaucoup de bien. <3

@LilyOnMarch :calin: je te souhaite également de courage pour ces moments difficiles.
Je comprends tellement ce que tu ressens, ce traumatisme malgré un choix assumé, ces pensées peu joyeuses.
Si tu sens le besoin d’en parler, n’hésites pas. :fleur:

De mon côté, je sens que je reprends le contrôle de moi même et de mes émotions. Je remonte la pente malgré quelques moments de solitude et cette sensation de vide par moment.
 

Honey

Baby Looove
6 Mai 2019
95
949
83
Petit update pour vous dire que la dernière écho faite a bien confirmé que tout allait bien et que tout était bien parti.
Encore merci à toi @Aesma, tu m’as beaucoup rassurée.

Par contre j’ai eu un coup de mou ces derniers jours.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

lipma

Well-known member
26 Juin 2019
33
94
18
Je profite de ce topic pour écrire le récit de mon avortement médicamenteux après une grossesse sous stérilet en cuivre (alors encore en place). Je ne le mets pas en spoiler car les témoignages récents sur les grossesses sous stérilet sont rares...

Après trois ans avec un stérilet en cuivre (Mona Lisa, modèle court), je suis tombée enceinte. Ce fut une surprise totale car je le faisais contrôler chaque année et rien n'indiquait le moindre problème.

A la surprise s'est très vite ajoutée la difficulté à avorter avec un stérilet en cuivre encore présent : sur Paris, j'ai été baladée de médecins en médecins, d'hôpital en hôpital. J'ai trouvé finalement une place à l'Institut Alfred Fournier dans le 14ème - que je recommande.

J'ai commencé par un entretien avec une conseillère qui a pris le temps de m'écouter et de m'expliquer la démarche : dans mon cas, il fallait d'abord vérifier que la grossesse n'était pas extra-utérine, ce qui peut arriver avec un stérilet en cuivre. J'ai pour cela fait une échographie.

J'ai ensuite du retirer le stérilet (ce qui peut déclencher une fausse couche) : ça a été douloureux mais cela s'est bien passé.

Une semaine plus tard, j'ai eu le premier médicament à prendre - je n'ai pas ressenti de douleur particulière.

Enfin, 48 heures plus tard, j'ai pris le second médicament à mon domicile. L'erreur que j'ai fais est que j'ai pris les anti-douleurs en même temps que le médicament pour l'IVG : je recommande de prendre les anti-douleurs en amont car ils peuvent mettre du temps à agir. L'avortement s'est déclenché une demi-heure après la prise de médicaments : concrètement, j'ai ressenti des douleurs très vives - comme des crampes de règles ++++, des bouffées de chaleur, des vertiges et un gros état de fatigue. Je recommande d'utiliser une bouillotte et d'avoir un brumatiseur avec soi pour se calmer. J'ai personnellement passé une heure allongée sur mon carrelage froid :erf:

J'aurais aimé qu'on me donne concrètement plus d'informations sur ce que le corps peut rejeter pendant un avortement médicamenteux : attention aux lignes suivantes pour les plus sensibles d'entre vous. Mon corps a rejeté du sang - une quantité importante - ainsi qu'une poche ("oeuf"). Il s'agit d'un morceau visqueux de taille variable (une pièce en chocolat pour moi) blanc qui contiendra le futur embryon. La sensation n'est en rien comparable avec ce que je connaissais jusqu'ici et cela peut être choquant.

Je recommande de faire un bilan sanguin après l'avortement : le corps peut avoir perdu beaucoup de sang et peut présenter des carences (fer notamment).

Pour le reste, si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter en mp !