Gérer le deuil

13 Jan 2019
15
60
13
#21
J'aimerais vous partager cette chanson de mon groupe fétiche, Feu!Chatterton.
Je l'écoutais sans trop écouter les paroles avant le décès de mon papa. Et puis en novembre, soit Un peu plus de trois mois après son décès j'ai vu Feu! sur scène, et j'ai fondu en larmes....les paroles m'ont percutées.
Je vous laisse l'écouter. Bises à toutes/tous.

 

Ptite plume

Well-known member
2 Jan 2019
174
627
93
#22
Voici le passage d'un livre sur le deuil, la perte, que j'ai trouvé percutant <3

Je me suis souvent demandé ces derniers mois : j'ai quoi à la place du cœur?
A la place du cœur, j'ai toi.
Qui a tout pris
Pardon, ta mort a tout pris.

Alors, non.

Promets-moi: tu ne m'en veux pas.

Je vais revenir à la vie.

(Arnaud Cathrine, à la place du coeur)
 

Locha

Coach et psychothérapeute vers l'infini et au delà
30 Jan 2019
100
191
43
Ho-Chi-Minh City, Vietnam
saigon.coach
#23
J'ai connu beaucoup de deuils dans ma famille - au point que ça en est devenu un sujet de thérapie. Je ne les ai pas non plus tous vécus de la même façon, cela dépend du degré de proximité que j'avais avec les différentes personnes. Le plus difficile a été le décès de mon père. J'ai trouvé très dures les réflexions qui sont venues dans les mois qui ont suivi, que ce soit de la part d'amis ou dans le travail. Tout le monde me disait que je devais "faire mon deuil et m'en remettre". J'ai fini par répondre en demandant comment on faisait ça: tout à coup, plus personne n'avait de réponse. Mais tout le monde semblait penser que c'était quelque chose qui devait se faire très vite ("ça fait quand même 2 MOIS!!" m'a gentiment dit ma boss de l'époque juste après le premier noel sans mon père...). Ce qui m'a le plus aidé, ça a été de me dire, au bout d'un moment, que je devais aller à mon rythme, que ce décès prématuré était illogique et atroce, que je ne m'en "remettrai" peut être jamais, que mon père me manquerai toute ma vie et que c'était ok. Ça fait plus de 7 ans maintenant et je suis passée par différentes étapes.. Je vais à mon rythme, et même s'il me manque toujours horriblement et que je pleure encore régulièrement en pensant à lui, j'avance. J'essaie aussi toujours de me demander ce que je peux apprendre de ce décès, histoire que cela n'est pas "servi à rien". Par exemple, mon papa a passé sa vie à bosser comme un malade, en se disant qu'il ferait ce qui lui plait une fois retraité. Sauf qu'il n'a pas atteint l'âge de la retraite. Alors j'ai fait un gros travail sur moi, j'ai changé de job, changé de vie... Chaque fois que j'ai peur de faire quelque chose, je me demande: "est-ce que, si je ne le fais pas et que je meurs demain, je regretterai de ne pas l'avoir fait?". Je ne sais pas ce qui m'attend dans la vie, mais je sais que je ne veux pas, comme lui, mourir déprimée et pleine de regrets face à tout ce que j'aurais voulu faire et que j'ai repoussé pour de mauvaises raisons. C'est ma façon à moi de le faire vivre et de tirer des enseignements de son départ. Je crois que ça m'aide aussi à donner un sens à ce décès.
Et l'autre chose: c'est de s'entourer de gens compréhensifs, qui ne te jugent pas et qui ne te répètent pas régulièrement "olalala! depuis le temps tu devrais avoir fait ton deuil quand même!!".
 
5 Fev 2019
7
37
13
#24
Bonjour ❤
En quelques années j'ai perdu ma grand-mère, mon papa et mon grand-père auxquels j'étais très attachée.
Je tenais simplement à partager avec vous la référence d'un livre qui m'a beaucoup aidée dans ces périodes de tumultes:

Vivre le deuil au jour le jour de Christophe Fauré.
Un bijou à consulter à l'envie et en fonction des chapitres qui nous parlent.. le dit Christophe Fauré pose des mots clairs sur ces émotions et comportements parfois incompréhensibles que l'on peut traverser.. et que la société est peu prompte à nous expliquer

Des bisous doux ❤
 

Ellesméra

Well-known member
10 Jan 2019
139
413
63
#26
@Anaïs* Je ne pense pas qu'il y ait de "bonne" réaction, surtout quand le décès suit une longue maladie. On sait que ce décès va arriver, donc on ne le vit pas de la même manière qu'un décès soudain. Laisse toi le temps de réaliser ce qu'il s'est passé :fleur: Et plein de courage pour la suite
 
27 Mar 2019
10
20
3
#27
Ce topic n'est plus très actif mais je pense que je vais avoir besoin de vous et de m'y exprimer car je viens de perdre ma grand-mère cette nuit. Je ne sais pas comment je vais traverser ça, tout se mélange, j'ai peur des mauvais jours à venir...
Bref, je viendrai m'épancher sur le sujet ces prochains jours je pense.

(Je ne me suis pas présentée mais celleux qui étaient sur Madz reconnaîtront sûrement un de mes avatars et l'indice dans mon statut)
 
12 Juil 2019
84
653
83
#28
@Hellébore :hugs:

J’ai perdu ma 2e grand-mère la semaine dernière et je culpabilise parce que je n’ai rien ressenti. Rien. Je ne l’avais pas vu depuis 2 ans, elle était un peu démente, je suis arrivée trop tard pour la voir dans ses derniers instants (décédée le matin, j’arrivais l’aprèm) et je ne suis pas allée à son enterrement car trop loin de chez moi. Le jour de son enterrement j’y ai repensé plusieurs fois en mode « oh j’avais oublié ». Et puis c’est tout.

Tout à fait l’inverse de ce que j’ai pu vivre au décès de mon autre mamie, dont j’étais très proche. J’avais écrit un texte que j’ai tenté de lire à son enterrement, entre les sanglots. Et je l’ai affiché dans ma chambre avec sa photo, à chaque fois que je le relis je pleure un bon coup puis je passe à autre chose (ça fait deux ans et demi déjà). Au début je comptais les jours, puis les mois puis j’ai arrêté de compter. Son décès a été d’autant plus difficile pour moi qu’elle a énormément souffert pendant des mois, que je l’ai accompagnée jusqu’à son dernier souffle et qu’ensuite j’ai vu son corps au funérarium. Du coup j’ai plein d’images très dures qui me restent. Et un sentiment d’injustice.

Et mon grand-père est en fin de vie, je sais que je vais très mal vivre aussi sa disparition. En attendant je profite des moments que j’ai avec lui du mieux que je peux.
 
Dernière édition:

Hermia

Le roseau plie, mais ne cède... qu'en cas de pépin
3 Jan 2019
43
204
33
#30
Je pensais que j'avais "réussi" à faire mon deuil, mais en fait c'est pas aussi simple... ça fait 2 ans et demi que j'ai perdu ma mère, au quotidien j'arrive à gérer malgré parfois des moments de blues mais il y a des choses au dessus desquels je n'arrive pas à passer. Je peux parler d'elle (anecdotes par exemple) mais quand je dois verbaliser à quelqu'un qu'elle est décédée, j'ai les larmes aux yeux. J'ai le ventre qui se tord quand les autres parlent de leurs mères, je pleure quand je repense au fait qu'elle n'était pas présente à mon mariage ou quand je repense à ce qu'étais ma vie/famille avant sa mort et qui n'existera plus jamais.
Rien que d'écrire tout ça me donne envie de pleurer.
Je pense qu'il faudrait que je sois aider par un psy mais j'ai pas vraiment trop les moyens et je ne me sens pas légitime à aller en CMP.

A quel moment on fini par aller vraiment mieux ?
 

LuLa

That awkward moment between your birth and death
4 Jan 2019
3 002
15 583
113
Lyon
#31
@Hermia c'est différent pour chaque personne. As tu lu certains livres sur le sujet? Il y en a plusieurs qui peuvent peut-être t'intéresser, comme ceux d'Élisabeth Kubler-Ross. Ou encore Vivre le deuil au jour le jour de Christophe André. Dans les librairies il y a des rayons spécialisés sur le sujet. Ça peut t'aider si tu ne peux pas voir de psy pour le moment.
 
12 Juil 2019
84
653
83
#32
@Hermia : Pourquoi dis-tu que tu ne te sens pas légitime à aller en CMP ? Pour y avoir travaillé, ta demande serait tout à fait légitime, sans faire de hiérarchie de la souffrance psychologique, certaines personnes consultent pour moins que ça. Et puis dans les CMP où je suis passée (je ne sais pas si c’est partout pareil), les patients sont d’abord reçus par un infirmier avant d’être redirigés au besoin vers un psychologue ou psychiatre.
Plein de courage à toi ! :fleur:
 
Dernière édition:
You Rock !: Lataie et Moonwyn

Hermia

Le roseau plie, mais ne cède... qu'en cas de pépin
3 Jan 2019
43
204
33
#33
@LuLa : Merci pour les références, j'ai feuilleté rapidement celui de Christophe André, je pense que je vais l'acheter :)

@New Yorkaise : En fait j'ai longtemps bossé auprès d'un public avec d'importants troubles psy et je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'il y a largement pire que ma situation et j'aurai l'impression de prendre la place de quelqu'un qui souffre plus que moi. Mais ça me rassure un peu ce que tu dis, je vais y réflechir. Merci beaucoup de ton retour en tout cas.
 
You Rock !: SunnyJude et LuLa

Callicyne

Mi-Sorcière, mi-Sirène
3 Jan 2019
311
3 019
93
#34
@Hermia Je me permet de te répondre parce que j'ai les même difficulté que toi à faire mon deuil.
J'ai perdu mon père il y a 2 ans dans des circonstances un peu particulière
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
J'étais suivi au CMP depuis un moment alors que je ne me sentais pas légitime au début(je les avait contacté quand j’étais au fond du gouffre à cause de importante envie d'enfant que je n'arrivais pas à surmonter) , quand ça s'est produit, ma psy était en vacance et tout commencé à aller beaucoup mieux pour moi. Je les ai appeler et c'est une confrère qui m'a aider durant cette période.
Appelle les, iels pourront t'orienté.

J'ai perdu le derniers de mes grand-parents il y a 2 mois et depuis, je me tâte à faire une chose que j'ai vu dans le Disney Coco. Une sorte d'autel avec les photos de mes disparus pour le jour de la Toussaint. Je suis athée, chéri aussi mais j'ai envie de marqué ce jour et pas forcement en passent par le cimetière, pour moi et mon fils qui est encore petit, sauf que j'ai peur de faire une appropriation culturelle.
 
5 Fev 2019
7
37
13
#35
Callicyne
Ça reste mon avis mais l'appropriation culturelle est problématique dès lors qu'elle est utilisée à des fins publiques, commerciales.. Or, là, ça n'est pas du tout le cas et c'est une très bonne idée je trouve.
Ce dessin animé me met beaucoup beaucoup de baume au cœur également ❤
 
7 Avr 2019
74
92
18
31
Entre Troyes et Paris
#38
Bonsoir tout le monde..
C'est vrai que faire son deuil ou passer à autre chose ce n'est pas chose aisée. Cela ne le sera jamais. Je trouve que les décès des gens qu'on aime sont autant de petites blessures plus ou moins profondes qui se refermeront plus ou moins bien et pourront toujours recommencer à saigner quand on est dans des moments de fragilité.
Je viens de perdre une de mes grand-mère il y a 2 semaines. Elle était âgée mais moins que l'espérance de vie moyenne des femmes en France.. je la savais fatiguée mais je ne m'y attendais pas... rien que d'y penser j'ai les larmes qui montent. Je sais qu'elle aurait préféré partir comme ça chez elle.. Pas seule ou à l'hôpital avec des inconnus. Mais c'est toujours douloureux de se dire qu'on a pas pu se dire aurevoir. Je chéris le moindre souvenir que je garderai d'elle. Cette année jai aussi perdu un grand père (other side). J'ai été proche de lui aussi mais différemment. C'etait il y a 8 mois, mais j'ai encoree pleuré recemment en repensant à sa vie et ce qu'il m'avait apporté...
Le plus compliqué c'est que je suis aussi inquiète pour d autres personnes de la famille aussi... J'ai l impression que la vie est tellement ténue en ce moment..
 
You Rock !: Lataie et LuLa