Gérer le deuil

Shubilinda

The ones that love us never really leave us
3 Jan 2019
41
173
33
31
Paris
#1
Je me lance dans la création d’un nouveau topic mais le sujet est assez frais pour moi. Je viens de perdre ma grand mère cette nuit et même si je pensais m’être préparée, je me sens un peu en état de choc...
Pour celles et ceux qui ont été confrontés à la perte d’un proche, comment avez vous géré votre deuil ? A-t-il duré longtemps ? Qu’est ce que ça vous a appris sur vous même ?
 

Ptite plume

Well-known member
2 Jan 2019
174
627
93
#2
Coucou,

J'ai perdu plusieurs proches, comme beaucoup en grandissant, et deux amis proches ses deux dernières années... je n'ai pas vécu ses deuils tous de la même façon, pour certains j'étais en état de choc comme toi, je n'y croyais pas, ne voulais pas y croire. Pour d'autres je m'étais "préparée", je ne dirai pas que ça a été plus facile, mais j'ai l'impression que la phase de deuil a duré moins longtemps.

Ce que ça m'a appris: qu'on pouvait tout surmonter dans la vie, qu'elle est précieuse et qu'il fallait profiter de chaque petit moment. C'est bateau je sais, mais en grandissant c'est ce à quoi il faut s'accrocher à mon sens.

Bien sur pour le moment tu es dans ta douleur. Ne la refoule pas, tu passera par plusieurs étapes plus ou moins longues, et un jour tu pourra parler d'elle sans pleurer, sans être triste.

J'espère que ma réponse aura pu t'aider un peu ...

Courage !!
 

Valaya

Déesse oui oui rien que ça !
3 Jan 2019
102
546
93
Saint-Lumine de Clisson
#3
J'ai perdu ma grand il y a un peu plus de 4 ans, j'étais enceinte de 8 mois et elle habitait trop loin pour que je puisse aller à son enterrement. A L'époque j'étais triste mais avec l'arrivée de bébé je n'y ai plus vraiment pensé...à part que j'aurais voulu qu'elle la connaisse.

Il y a 2 mois la grand mère de mon conjoint est morte et j'ai pris une claque. Je me suis aperçu que j'avais pas fait le deuil de ma grand-mère et que j'avais remplacer ma grand-mère avec celle de mon conjoint. J'ai dû ou je dois encore faire 2 deuils en même temps. J'ai encore les larmes aux yeux quand je penses à elles 2 mais je sais que je suis sur la bonne voie.

La réflexion que je me suis faites quand j'ai perdu ma grand-mère qui était la dernière de mes grands-parents à partir, c'est que les prochains c'étaient mes parents...et ça fait peur.

@Shubilinda même si on n'y est préparé même si on se dit qu'ils étaient vieux c'est toujours un événement douloureux. Je te souhaite bon courage, ce qui m'aide personnellement c'est de partager plus de moments avec ceux qui restent.
 

Clipperton

Gros archipel.
2 Jan 2019
14
86
13
#4
Déjà des :hugs:de courage si tu le veux bien.

Quand j'ai perdu brûtalement ma maman il y a quelques mois, je me suis vraiment sentie démunie et désemparée, comme si on m'avait retiré mon mode de fonctionnement. J'étais la seule dans cette situation dans mon entourage et assez isolée à l'étranger, j'ai principalement vécu mon deuil seule. J'étais vraiment perdue face à ma détresse :erf:.

Du coup, j'ai essayé de trouver des réponses un peu partout, de plusieurs façons.

J'ai bizarrement commencé par lire des récits de personnes qui avaient perdu des proches dans des attentats. Pour lire à travers les mots de quelqu'un d'autre ce que ça peut faire de voir disparaitre une personne qui vous est très chère.

Dernièrement deux choses m'ont beaucoup aidée :

- le podcast Mortel de Jack Parker. Il parle de la mort et le dernier épisode est sur le deuil. C'était tellement incroyable d'entendre que ce que j'avais vécu était normal.
- un livre Vivre le deuil au jour le jour du Docteur Fauré.

Aujourd'hui je ne me pense pas guérie, il y aura encore des moments difficiles. Mais les moments de très bas sont moins nombreux tout comme les envies suicidaires (j'ai été tellement soulagée de lire dans Vivre le deuil ... que c'était commun en période de deuil).

Je t'envoie de la force. Ca fait un mal de chien, mais petit à petit on peut s'en remettre. Je l'espère pour nous en tout cas <3.
 

Bambou

The best is yet to come!
3 Jan 2019
10
54
13
34
Lille
www.instagram.com
#5
Je pense que chaque deuil se vit d'une manière différente.
Une seule chose que je retiens, ne pas hésiter à se faire aider si jamais c'est trop difficile. Quand j'ai perdu ma grand-mère dont j'étais très proche, j'étais étudiante j'avais 19 ans, on en l'a pas vu venir, cancer 3 semaines à l'hôpital et puis l'annonce. Je n'ai pas réussi à surmonter ça j'ai beaucoup pleuré et je remettais tous en question.
Ma mère a fini par me conseiller d'en parler avec un psy, et ça m'a libérée, je ne me souviens plus combien de temps ça a pris. Mais c'est ce qui m'a aidé à faire mon deuil.

Je te souhaite beaucoup de courage, et surtout laisse toi du temps.
 
You Rock !: Prosper et Shubilinda

rice_krispies

Well-known member
3 Jan 2019
310
2 817
93
Montréal
#6
J'ai perdu mes deux grands-mères, mais pour l'une d'entre elle c'était après de nombreuses années de maladie. Je me suis consolée en me disant qu'elles avaient bien vécues, j'ai été triste un moment mais le deuil c'est fait avec le temps, et je repense aux bons souvenirs, je vois souvent ce qu'elles m'ont apporté des traits de caractère en commun ou des hobbies que j'ai et qui viennent du temps passé avec elles.

Et puis j'ai perdu une amie proche d'un cancer, je pensais ne pas m'en remettre sans difficulté, finalement la vie fait qu'on a d'autres relations et des projets qui nous absorbent, la plupart du temps je n'y pense plus autant, mais j'y pense quand même souvent, et je ne vois plus du tout la vie et la mort de la même manière, j'ai aussi encore des moments de colère qu'elle soit partie si jeune. Pour elle je n'arrive pas a me souvenir sans un sentiment de manque, et ses photos me rappellent juste qu'elle n'est plus la. Je ne m'attend pas a faire complètement mon deuil de cette relation la, juste a apprendre a vivre avec. Mais j'ai grandie avec elle, je pensais qu'elle ferait toujours partie de ma vie même de loin, donc c'est normal que ce deuil la me déstabilise particulièrement.
 

Neelope

L'Aspirobouffe.
4 Jan 2019
43
83
18
29
Lyon
#7
Pour commencer, j'ai envie de vous faire des câlins ! :hugs:

J'ai perdu mon grand-père paternel (de vieillesse) et mon oncle (qui s'est suicidé) en 2007, quand j'étais encore toute jeune, et je l'ai très très mal vécu. Il y a encore un partie de cette année dont je n'ai aucun souvenir... Je me souviens que ça a vraiment été un choc, puis le trou noir, jusqu'au moment où j'ai commencé à me sentir un peu mieux. Mais il s'est bien passé quelques années avant que je ne m'en remette vraiment, surtout pour mon oncle, ma mère étant encore plus choquée d'avoir perdu son petit-frère...

Et cette année 2018 a été bien compliquée aussi puisque j'ai perdu ma grand-mère paternelle à cause d'un cancer en février. J'ai été vraiment triste, mais aussi soulagée pour elle parce qu'elle se battait depuis des années et souffrait... :erf:
Puis, au mois de juillet, pendant des vacances à Paris, mon père a laissé un message sur mon répondeur vers 3h du matin pour me dire gaiement "Hey, je ne suis pas encore mort, alors tu pourrais me donner plus de nouvelles ! Des gros bisous ma fille, et à très vite, j'espère !", et quand j'ai essayé de le rappeler le lendemain, je suis tombée sur mon frère qui m'a annoncé qu'il était mort dans la nuit, sûrement à cause d'une crise cardiaque ou une crise d'épilepsie.

Et là, je ne comprends toujours pas ma façon de gérer tout ça, puisque depuis Juillet, j'oscille entre la tristesse d'avoir perdu mon père, mais aussi toute ma famille de ce côté-là, la colère de devoir faire face à ça avec mon frère qui a 25 ans, et le soulagement parce que mon père avait un cadre de vie pas très sain entre alcool et cigarettes à outrance, et que donc, je m'y attendais un peu depuis quelques années.
Je me fais aussi parfois un peu peur parce que malgré ce que je ressens, je garde la tête très froide, contrairement à mes réactions précédentes, peut-être parce que ce n'est pas la première fois ?

Je ne sais pas trop, en tous cas, j'ai repris contact avec le reste de ma famille du coup, parce que j'ai trop peur d'avoir des regrets, comme celui de ne pas avoir décroché mon téléphone cet été pour lui parler une dernière fois... :sad:

Je pense que le plus important, c'est d'accepter que ça va être dur un temps, se laisser être triste, demander de l'aide si c'est vraiment difficile, mais il faut se laisser du temps. Je te souhaite beaucoup de courage en tous cas, je suis avec toi ! <3
 

Shubilinda

The ones that love us never really leave us
3 Jan 2019
41
173
33
31
Paris
#8
Merci à tout(e)s pour vos partages et à celles/ceux qui vivent encore leur deuil, courage ! On se soutient :hugs:
Je pense que le chemin est encore long pour moi, même si j'arrive a ne pas montrer de signes au bureau, je me contiens toute la journée et je craque le soir.. Donc je pense que ce weekend je pourrais plus me laisser aller et ce sera un premier soulagement.

@Clipperton merci pour l'idée du podcast, je vais prendre le temps de l'écouter ce weekend
@Neelope c'est clair que ce type d'expérience te rapproche de ta famille. Au final, je trouve qu'on reprend conscience de notre mortalité et celle de nos proches, on se dit qu'il faut profiter de chaque instant comme le disait si bien @Ptite plume .. j'ai l'impression qu'on se dit souvent des choses comme ça dans la vie de tous les jours mais c'est vraiment après un décès proche, qu'elles prennent vraiment du sens...
 
You Rock !: Prosper et Neelope

khyra

Well-known member
3 Jan 2019
93
423
53
#9
Keenu Reeves a un jour dit à propos du deuil "Grief change shapes but never ends" et je trouve cette phrase très vrai. La citation n'est pas complète mais c'est cette partie que je trouve vraiment intéressante.
En ce qui me concerne, j'ai fait mon deuil dans la mesure où je ne pleure plus la personne qu'à de rares occasions, je peux y penser sans pleurer mais j'ai encore du mal à réaliser que c'est vraiment arrivé et pas un cauchemar. Des fois, je me dis que c'est fou que cette personne ait vraiment existé parce que son existence a été comme une étoile filante (plus lente) dans ma vie.
Pour mon grand-père, ça a été beaucoup plus simple. Là, je sais que j'ai fait mon deuil à 100 %

Je conseillerais de ne pas brider ses émotions et de ne pas culpabiliser si on a pas envie de pleurer. Le deuil est quelque chose de très personnel et chaque individu le gère (ou pas) comme il veut. Et de demander de l'aide si on a besoin.
 

Baobab

Et ta tête tombe de son socle de rêves
2 Jan 2019
10
104
28
Nancy
#10
Je viens de perdre mon papa samedi dernier, de façon très brutale pour nous mais douce pour lui - il est parti dans son sommeil, il avait même son petit sourire en coin quand on l'a retrouvé...
J'ai l'impression que je tiens le choc mais je me sens quand même complètement perdue, je sais que c'est normal mais c'est étouffant parfois
On vient de rentrer à la maison après en être partis plusieurs jours pour aller l'enterrer dans sa ville d'origine, et elle n'est plus la même
Je vois Papa partout et nulle part et c'est horrible
J'essaie de rester forte pour Maman, mon petit frère et ma petite soeur, je voudrais tellement prendre toute leur peine sur mes épaules, surtout celle de ma mère, maisc'est tellement dur
Ma grand-mère, la maman de mon Papa, est morte même pas deux mois avant lui, pourquoi il est parti si vite alors que c'était le plus jeune frère, alors qu'il avait encore tant et tant d'années à passer avec nous, alors qu'il aurait dû être un papi gâteau, alors qu'il aurait dû voir ma soeur avoir son bac et en être tellement fier comme il l'a été pour mon frère et moi...
J'ai l'impression de l'accepter par intermittence, mais j'ai envie d'hurler de douleur quand je pense que je n'entendrai plus sa voix, quand je pense à toutes les conversations qu'on aura plus alors que depuis quelques années il me parlait de tellement de choses, sur lui, sur notre famille, sur nos racines ; que je ne le reverrai plus arriver dans le salon surchauffé par le poele avec pourtant son bonnet sur la tête ; que je ne pourrai plus ébourriffer ses cheveux tous frisés, que je ne lui ferai plus le bisou du matin et le bisou de bonne nuit, que je ne le verrai plus prendre son café dans toujours les deux mêmes tasses, que je ne le verrai plus couché sur le canapé le soir, son chat chouchou sur le ventre, qu'on ne boira plus de tisanes tous les trois avec Maman, qu'on ne pourra plus manger tes crêpes qui sont les meilleures du monde, qu'on ne pourra plus partager le couscous que tu aimais tant tous ensemble, qu'on ne regardera plus Harry Potter ensemble alors que c'était notre rituel tous les mois ou presque
Une part de moi est arrachée, même si je le vois quand je me regarde dans le miroir, mes yeux marron, mon nez rond, mes sourcils noirs ; je me mets à aimer ces traits qu'il m'a donné alors qu'il y a eu des moments où je ne les supportais pas
Même les trucs qui m'énervaient un peu comme sa tendance à allumer la télé dès qu'il entrait dans le salon pour mettre des conneries et repartir 2 minutes après sans éteindre cette foutue télé, sa tendance soupe au lait et ronchon parfois, le fait qu'il jetait souvent ses mégots de cigarette par la fenêtre de la voiture quand on roulait, le fait qu'il commençait souvent à bricoler dans la maison sans terminer ce qui fait qu'elle a l'air d'être en travaux depuis dix ans ; même tout ça ça me manque terriblement. Maintenant ces traits de caractère qui m'agaçaient me font rire, et pleurer
Mon rapport à la foi a changé aussi, déjà depuis la mort de ma grand-mère ; j'avais l'impression que je la perdais peu à peu ces dernières années, mais je les sens tellement partout autour de moi, que je suis persuadée qu'il et elle sont bien là ; et ça me fait tant de bien finalement de retrouver cette foi et cette confiance

Oh mon papa, je ne t'ai jamais dit à voix haute que je t'aime ; je ne te l'ai dit qu'à l'oreille quand on est venus te voir au funérarium, je sais que tu l'as entendu de là où tu es mais je regrette de ne pas te l'avoir dit, même si je sais que tu le savais. Après tout tu ne me le disais plus depuis longtemps mais je le savais
Oh mon papa, je ne voulais pas me lever et vivre dans un monde sans toi ; mais il a bien fallu, parce que tu n'aurais jamais voulu que j'arrête de vivre
Alors je vis pour toi, et pour Maman, et pour J, et pour S ; et un jour quand j'arriverai à sortir de ma peine, pour moi aussi, je l'espère, parce que c'est ce que tu souhaitais
Je t'aime à l'infini Papa


(Je suis désolée de ce message si brouillon et brouillé ; je crois que ça avait besoin de sortir, même si je ne sais pas si ça me fera du bien à la fin)
 

Shubilinda

The ones that love us never really leave us
3 Jan 2019
41
173
33
31
Paris
#11
Courage @Baobab, j'ai trouvé ton message magnifique et je pense qu'il retranscrit vraiment ce qu'on ressent quand on perd quelqu'un d'aussi proche... Je te trouve très courageuse et je vois que tu veux prendre la responsabilité de la tête de famille mais il ne faut pas que tu t'oublies...
Dans tous les cas, je te soutiens par ordinateurs interposés :hugs:et je t'envoie de la force dans ces moments difficiles
 
You Rock !: Prosper

Baobab

Et ta tête tombe de son socle de rêves
2 Jan 2019
10
104
28
Nancy
#12
Merci beaucoup pour ton soutien @Shubilinda <3 c'est ma façon à moi de tenir d'essayer de rester forte pour ma famille, j'en ai besoin je crois, même si je n'arrive toujours pas à réaliser qu'il est parti alors qu'il y a tout pile une semaine on regardait Peter Pan en buvant du café et en mangeant des gâteaux tous ensemble, ça me paraît tellement absurde et inconcevable, comme la pire des blagues pas drôles
Je suis désolée de n'avoir pas lu les messages précédents, alors que vous avez certainement toutes et tous autant besoin de soutien que moi si vous traversez cette épreuve terrible du deuil ; je le ferai plus tard
En attendant on reste ensemble avec ma maman, mon frère et ma soeur, et on regarde les centaines de vieilles photos qui trainaient dans les cartons en riant à la vue de beaucoup d'entre elles, et bien sûr en pleurant parfois ; mais je suis heureuse qu'il y ai tant de belles images de mon papa. On était vraiment vraiment heureux
Et je vais essayer de garder ce sentiment dans mon coeur, comme pour garder une part de lui bien au chaud (il aimait avoir bien chaud en plus)
 
4 Jan 2019
817
6 777
93
#13
@Baobab ton message m'a fait pleurer :tears:.

J'ai perdu mon papa de manière très brusque moi aussi il y a quelques années, et ça m'a remuée, ce que tu écris, ça m'a tellement remuée.
Ce sentiment d'absurdité... La veille au soir, on s'est vus à l'hôpital au chevet de ma maman, il lui avait amené des fleurs... Il faisait encore des blagues de papa, et ma sœur et moi roulions des yeux en soupirant avec quand même un petit sourire aux lèvres. Quelques heures plus tard, le lendemain, je rentre et tout bascule. C'était tellement inconcevable, comme tu le dis. Une blague pas drôle.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Enfin, bref. C'est la vie... Ca a beau faire plusieurs années, et heureusement la douleur s'apaise, elle n'est plus aussi violente, mais ça reste un petit brasier au fond du cœur, un brasier de douleur qui par moments s'enflamme et m'étreint la poitrine. Comment je peux exister dans un monde où il n'existe plus ?

@Bobbylapointe ton message est vraiment très beau aussi, merci beaucoup de l'avoir écrit.

Courage à celleux qui sont en deuil actuellement, mes pensées sont avec vous.
 
Dernière édition:

Baobab

Et ta tête tombe de son socle de rêves
2 Jan 2019
10
104
28
Nancy
#15
@Ptite plume Merci <3
@Bobbylapointe merci pour ton message qui redonne du courage, je me dis aussi que j'ai eu de la chance que mon papa soit mon papa, je suis tellement fière de lui, de la personne qu'il était...

@Scarlett O'Hara Merci, merci beaucoup pour ton message qui m'a aussi fait pleurer mais qui m'a fait beaucoup de bien <3 Je suis tellement désolée pour toi que tu aies eu à perdre ton papa comme ça, c'est tellement dur... Je t'envoie aussi plein de soutien <3
Je comprends tellement quand tu dis que tu ne voulais pas que le temps passe, hier ça a fait une semaine, et pour moi ça fait à la fois dix ans et quelques heures qu'il n'est plus là... Je crois que je n'arrive toujours pas à croire que je ne le verrai plus jamais, comment c'est possible, il y a juste deux semaines on allait voir Les Animaux Fantastiques en famille, il avait bien aimé ce film et il me disait à la sortie "rah mais quand même, c'est énervant, deux ans c'est long pour savoir la suite" :tears: Je suis contente qu'on ait pu y aller tous les cinq, ça faisait quelques années qu'on avait pas eu une sortie en famille comme ça, mais j'aurai tant aimé qu'il y en ai plein d'autres ; il aimait bien faire ça en plus, une petite soirée ciné-resto, mais on n'en a pas assez eu l'occasion..
Je n'ai pas encore regardé le Roi Lion, quand je le ferai je sais que je ne pourrai pas retenir mes larmes, déjà quand j'étais petite et que je regardais ce film dans ses bras je pleurais, alors maintenant, sans même sa présence physique.. je le sens partout dans la maison, et ça fait aussi mal que c'est réconfortant, parce que si son corps est parti, lui est quand même encore là. Je sais que ça paraît complètement irrationnel mais c'est quelque chose que je ressens vraiment, et tellement fort que je me dis que c'est forcément réel
Je pense que je vais demander à mes tantes de m'apprendre leur langue maternelle, qui était aussi la sienne ; il m'a appris quelques mots quand j'étais petite ("bonjour", "bonne nuit", "merci", "à tes souhaits", "viens voir",... , et la prière du soir ; il me disait que c'était contre les cauchemars :jv:), mais je voudrais la parler vraiment. Et demander la double nationalité, pour avoir même sur mes papiers cette part de lui, et de mes grands-parents ; on devait faire les démarches ensemble, et maintenant ça me tient encore plus à coeur

Je n'arrive plus à pleurer depuis quelques jours, sauf quand je vois son bonnet rayé qu'il portait tout le temps sur la tête posé sur le buffet de l'entrée, ou sa vieille chemise à carreaux qu'il portait tout le temps pour traîner à la maison, ses vieux patins et ses sandales toutes abîmées mais qu'il ne pouvait pas se résoudre à jeter car il les adorait ; ces vêtements ne seront pas vides car je tiens à les porter et continuer à les faire vivre en quelque sorte, ma famille pareil, mais ils ne seront plus portés par lui... J'ai encore tellement l'impression d'être dans un mauvais rêve, dont j'espère me réveiller un jour
Mon petit papa...


Courage à vous tou.t.e.s <3
 
13 Jan 2019
15
60
13
#16
Tout d'abord je voulais faire un câlin général, vos témoignages m'ont beaucoup émus. surtout le tien @Baobab car il me renvoie à ma situation.
Mon papa est parti cet été...
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Dans ce malheur j'ai quand même réussi à revoir deux fois mes soeurs malgré la distance et la nouveauté pour l'enfant unique que j'étais.
 
4 Jan 2019
817
6 777
93
#17
@Baobab c'est peut-être irrationnel de le sentir partout parce qu'objectivement, il n'est plus là, mais quand mon papa est décédé, moi qui ne crois pas à la vie après la mort, je suis montée dans leur chambre à ma maman et lui, pour chercher des papiers et... j'ai eu l'impression de sentir sa présence, je ne pourrais pas le traduire avec des mots, je l'ai juste vraiment "ressenti", j'ai couru jusqu'à la fenêtre en l'appelant, je me suis sentie comme "enveloppée" par son énergie, je savais que c'était lui. C'est bizarre et ça paraît fou mais je comprends quand tu dis que tu le "sens" partout. Je pense que malheureusement il faut l'avoir vécu pour le comprendre, et je souhaite à tout le monde de ne pas le comprendre ou, en tout cas, le plus tard possible...
Je suis contente que tu aies pu vivre de bons derniers moments avec lui, c'est très important, ça permet de réduire un peu les regrets je trouve. De notre côté, on avait passé son dernier réveillon de Noël juste tous les quatre, sans nos copains à ma sœur et moi, juste le noyau familial, on avait mangé des zakouskis et des apéros et des petits trucs faciles, on alternait le canapé où on regardait un bêtisier de Noël avec la table de la salle à manger où on buvait du champagne et du vin en grignotant. On a fait une photo tous les 4 et je pense que c'est la seule photo que j'ai de nous quatre, et la seule photo que j'ai avec mon père où j'ai plus de 12 ans. C'est rien du tout mais ça me fait tellement de bien d'avoir cette photo, et d'avoir ce souvenir du dernier Noël en famille...
 

Clipperton

Gros archipel.
2 Jan 2019
14
86
13
#18
Aujourd'hui c'est (c'était ?) l'anniversaire de ma maman. Je pensais bien le vivre parce qu'elle détestait cette date, l'idée de vieillir l'horrifiait et elle n'a jamais aimé fêter ses anniversaires. Mais voilà, ce matin Facebook m'a envoyé une notification à ce sujet et ça m'a brisé le coeur. Parce que même si elle n'aimait pas cette date, je l'aurais appellée, pour la faire rire je lui aurais fêté ses 22 ans et elle m'aurait dit que c'est un jour comme un autre.
Je sais qu'on s'habitue plus ou moins à vivre avec cette absence mais aujourd'hui c'était particulièrement difficile.
 

Jim Sterling

Active member
2 Jan 2019
42
196
33
#19
- le podcast Mortel de Jack Parker. Il parle de la mort et le dernier épisode est sur le deuil. C'était tellement incroyable d'entendre que ce que j'avais vécu était normal.
Je voulais conseiller la même chose, cet épisode particulièrement était très puissant, et m'a aussi fait du bien, même 3 ans après les faits. Ce qui m'a particulièrement marqué c'est d'entendre que le deuil n'est pas linéaire, et surtout que ça dure des années.

Ce que je peux conseiller aussi, c'est d'avoir un suivi psy si on peut se le permettre. Ca veut pas dire commencer une thérapie sur 10 ans, on peut aussi y aller pendant quelques mois, histoire d'accompagner un peu la chose, de pouvoir faire sortir les émotions, et aussi être rassuré sur celles-ci. J'ai entamé une thérapie 9 mois après le décès, et ça m'a très vite fait du bien, avec le recul j'aurai dû m'y mettre bien plus tôt. :)