Expliquer à son entourage pourquoi on est child-free

ChatChocolaté

Well-known member
4 Jan 2019
237
2 333
93
#21
@Blix Perso ces notions de "sacrifice", je les trouve totalement archaïques et périmées en 2019. C'est vrai que ça infuse encore beaucoup notre société (passé judéo-chrétien bonjour :geek:), mais stop, ça n'a plus lieu d'être. Et c'est très sain de le questionner.
D'autre part, à quel moment on fait un enfant par sacrifice, ou pour se prouver (à soi-même mais surtout aux autres) qu'on est une "bonne" personne ? Ca n'a aucun sens, c'est complètement absurde. C'est même dangereux de penser comme ça. On fait un enfant par désir, par amour, par envie de transmettre, mais par sacrifice ?? Qu'est-ce qui ne va pas dans la tête de ces gens ?

(Et puis le raccourci "je fais un enfant alors je suis quelqu'un de bien / j'ai de grandes qualités morales" est tellement con. Il y a tellement de parents maltraitants, démissionnaires, abusifs, horribles, dysfonctionnels, égoïstes. Le simple fait d'avoir un gosse ne fait pas de toi une bonne personne. Ca serait un peu trop facile sinon :facepalm:)
 

Loum

Member
9 Jan 2019
4
24
3
#22
Hello,

Je viens ajouter ma pierre à l'édifice de la childfreetude. Ma mère l'a bien pris, je crois qu'elle s'en fiche complétement à vrai dire, je saurais pas trop dire pourquoi. Je pense que c'est une des seules personnes de mon entourage à ne pas avoir eu de réaction. Pour mon père c'est autre chose il est convaincu que je changerai d'avis, pour lui la vie c'est une maison avec jardin, des enfants et un chien et il imagine pas qu'on puisse être heureux autrement je crois. Du coup il me dit toujours au détour de conversation "tu verras quand tu auras des enfants" mais arghhhh que ca m’énerve... Mais en même temps si je change pas d'avis bah il me prendra pas la tête avec ca, il aura juste du mal à admettre qu'il a eu tort.
Ma belle famille a eu un peu la même réaction "vous verrez dans quelques années vous changerez d'avis"
Mes amis m'ont demandé pourquoi mais par pur curiosité, aucun jugement de leurs coté. J'ai même une amie qui m'a dit que si elle disait vouloir des enfants c'est plus parce qu'elle ne s'était jamais posée la question et que grâce à mon "témoignage" elle se rend compte qu'en fait elle n'en veut pas....
Bref des réactions plutôt "sympas" de la part de mon entourage proche, en comparaison aux expériences de certaines dans ce topic :( . Par contre quand c'est des gens que je connais pas très bien là il peut y avoir des malaises ou réactions un peu "violentes" à l'annonce de mon non désir d'enfant. Étrangement c'est eux qui se permettent le plus de donner leurs avis alors que bon ...
Du coup j'apprends à adapter mon discours en fonction de l'interlocuteur ou même à mentir dans certains cas.
Quand je connais pas la personne j'explique les véritables raisons : aka pas de désir + ça colle pas à mon mode de vie
quand je connais moins la personne je joue la carte de la sécurité : "non mais le monde est trop pourri, ça me ferait peur de mettre un enfant dans ce monde là" => en général les réactions sont positives ou alors on me dit que justement mon enfant pourrait changer le monde, genre Gandhi
Mais j'ai l'impression, quand j'en parle à des parents, qu'une très grande majorité d'entre eux me disent "non mais moi non plus j'en voulais pas au début/ a ton age/ et puis j'ai changé d'avis. tu verras" je me demande si c'est vrai ?

Bref tout ça pour dire que c'est pas facile, et qu'avec les années ça le sera de moins en moins (je suis encore "jeune" xD)
J'aborde le sujet que si on me pose frontalement la question
 

MaryJ.Anna

Ewok à poil longs.
6 Jan 2019
6
42
13
#23
En général je n'en parle que si on me pose la question. Si c'est des gens que je connais peu je me contente d'un "Nope pas envie" avec un grand sourire, en général le côté très assumé et bien dans mes baskets de ma réponse surprends et les gens me laissent tranquille :cretin:. Mes parents c'est un coup je l'accepte, un coup je t'explique quand même que 1. moi j'en voulais pas mais j'ai changé d'avis (ma mère), 2. ça change la vie quand même (mon père), 3. et ton copain il en veut pas lui ? (ma mère bis). Ce à quoi je réponds 1. on est différente, 2. c'est justement pour ça que j'en veux pas et 3. pour l'instant non et si ça change on se séparera. Les autres membres de ma famille n'en parlent pas et ça m'arrange bien. Je m'inquiète un peu vis-à-vis de ma belle-famille puisqu'ils sont très bébés et que la question m'a déjà été posé, ce à quoi j'ai répondu que c'était une question très intime. Réponse de belle-maman : on en rediscutera. :fear:

Sinon quand les gens sont très relous et que je les connais peu, je sors la carte de la stérilité (pas totalement un mensonge vu que j'ai des problèmes de fertilité reconnus et ai été porteuse d'une maladie pouvant rendre stérile pendant deux ans, disons que je doute pas mal de ma capacité réelle à enfanter mais comme on ne peut le vérifier que si on a un projet bébé je ne peux pas être sûre à 100%). Au moins c'est radical, iels arrêtent directement et je me dis qu'iels réfléchiront peut être à deux fois avant d'insister auprès de quelqu'un maintenant. :goth:

Dans l'ensemble en tant que CF je me fiche pas mal des questions et du jugement, c'est relou mais sans +. Ce que je trouve triste c'est que bien souvent le discours pro-natalité qu'on me tient est extrêmement violent pour ... les personnes infertiles/stériles voulant des enfants. :facepalm: Tous ces discours comme quoi sans la parentalité on ne peut pas s'épanouir, que c'est la plus belle chose au monde, qu'on est un monstre si on vit sans enfant etc ... autant c'est facile de s'en foutre quand on est cf (même si ça peut blesser/être relou) autant ce doit être dévastateur quand on veut mais ne peut pas avoir d'enfant. :erf: C'est ce que je trouve terrible dans les mouvement anti-childfree/pro-natalité, iels ne se rendent pas compte que ce n'est pas aux childfree qu'iels font le plus de mal. :mur:
 

Louisette_

révolutionnaire de salon
29 Jan 2019
86
238
33
#25
on s'approche de la trentaine, ça fait 10 ans qu'on est ensemble avec mon mec... mais je suis prête ! haha de mon côté de la famille je l'ai toujours fanfaronné et quand on commençait à dire des "oui bon tu verras" je les coupais direct en leur disant de se sortir ça de la tête parce que non, ça n'arriverait jamais. Du coup on a jamais eu de vrai discussion mais je crois que ça a fait son chemin. Ma grand-mère en aurait pas eu non plus si elle avait été née plus tard, ça fait plaisir de la voir nous soutenir là dessus :) par contre mon papi c'est à chaque qu'il nous demande si on a perdu le mode d'emploi haha mais c'est juste qu'il aime les petits alors ça ne me froisse pas du tout :)

Côté belle-famille ça a été discuté avec la belle-soeur un peu plus jeune sans aucun accro, et j'ai bien dit à mon copain que si des questions se posaient c'est lui qui s'en chargerait, j'ai pas envie de devoir mener ce débat du côté de sa famille juste parce que je suis la meuf du couple. Comme ça la charge est répartie. Il a d'ailleurs évoqué ça avec sa mère il y a pas longtemps et apparemment elle est partie se promener pendant 2h... haha affaire à suivre
 

Nadolig

cyberspace ace
2 Jan 2019
129
703
93
#26
Avec ma mère j'essaie de faire passer le message par petites touches, subtilement. L'autre jour on discutait de ma marraine, qui a 60 ans et n'ai jamais eu d'enfants (pas par choix, mais c'est une autre histoire). Et donc j'ai dit à ma mère "j'ai de la chance d'avoir dans ma vie un modèle de femme qui a n'a pas eu d'enfants mais est épanouie dans sa vie malgré tout". Elle n'a pas vraiment relevé, mais je pense qu'elle a enregistré l'information se cachant derrière cette remarque :yawn:
 

c_koi_la_suite

Aller on avance
5 Août 2019
249
1 270
93
#27
Il y a peu, j'ai abordé le sujet avec un mec que j'hébergeais chez moi. Sa copine est enceinte alors qu'ils ne l'avaient pas prévu si tôt (ils ont genre 26 ans), donc on en arrive à parler d'envie d'enfants et je dis que je ne pense pas en avoir. Et là il me regarde avec un petit sourire en mode "oh ben ça pourra changer hein, moi j'en voulais pas maintenant à la base non plus". Ce à quoi j'ai répondu "non, pas maintenant ni plus tard". Je le vois dubitatif, donc je lui demande "est ce que toi tu te voyais vieillir vieux sans enfants ou avec?", il me répond "avec" et là j'ai mis le coup de massue "hé bien moi je me vois très bien vieillir sans". Après ça il n'a plus rien dit.

J'aurais pu être méchante mais ça ne se fait pas... Au final ça faisait trop le mec qui essayait de se rassurer de sa situation subie... Hé bien mec dans 4 mois t'es dans les couches, et moi je vais kiffer la life, hé ouais. :cretin:
 

Giraffestronaute

Well-known member
3 Jan 2019
18
78
13
#28
J'avais lu dans un bouquin sur la maternité que le réflexe, des femmes surtout, de vouloir convaincre les child free de faire des enfants c'était une façon de valider leur propre expérience de mère ou future mère. Et quand je vois la vraie colère qui se dégage de certaines femmes si on parle de ne pas vouloir d'enfant ... ben leur réaction va un peu dans ce sens là.

De mon côté en tant que célibataire je suis pas trop ennuyée hormis par ma mère. Elle veut des petits-enfants absolument et elle a du mal à admettre que sa propre fille ne lui en donnera pas. Et mon frère étant à priori célibataire aussi, ça risque de ne pas arriver tout de suite, voire jamais :lunette:
Elle commence tout juste à tolérer l'idée sauf que elle en vient à faire des parallèles ou des blagues mal placées sur le sujet

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
M

Merlin

Guest
#30
Ma fille de 21 ans n'en veut pas non plus. J'espère que c'est pas moi qui lui ai mis cette idée en tête et qu'elle l'a prise en toute conscience....(je regrette pas d'en avoir mais si c'était à refaire, hum...)En fait je me demande si ça dérange pas le monde que quelqu'un ne soit pas dans un moule. Quand je dis que mes enfants ne fument pas et boivent quasiment pas en soirée tout de suite on me répond que c'est pas vrai, que je suis pas là pour contrôler etc...Childfree relève peut-être du même raisonnement...une femme DOIT avoir des enfants...un jeune adulte DOIT se bourrer la gueule le samedi...
C'est bien les enfants, hein, mais honnêtement tu passes les trois quart de ta vie à te faire du souci... et c'est pire quand ils sont grands...grands enfants, grands problèmes. je peux dire que l'adage est parfaitement exact...
Bon, je vais pas les rendre non plus...
 

ChatChocolaté

Well-known member
4 Jan 2019
237
2 333
93
#31
@Merlin C'est intéressant ce que tu dis parce que je me suis toujours dit qu'autant avoir des enfants en bas âge doit être particulièrement chiant, autant les voir devenir adultes doit être super cool parce qu'on peut enfin partager de vraies choses avec eux et avoir une relation moins basée sur l'autorité, le soin, la "surveillance", etc. Une relation libérée des contraintes, en somme.
C'est pour ça que le "grands enfants, grands problèmes" me laisse assez dubitative :cretin: (et peut-être aussi déçue, car le fait que les enfants finissent par grandir est le seul argument qui pourrait me faire un jour passer de l'autre côté de la barrière haha)
 

Roanne

Well-known member
4 Jan 2019
218
545
93
#32
C'est pour ça que le "grands enfants, grands problèmes" me laisse assez dubitative :cretin:
Pourtant, on en parle de plus en plus, de ces trentenaires / quarantenaires / cinquantenaires tellement bignés par la vie qu'ils... retournent vivre chez leurs parents.
C'est arrivé dans mon cercle familial (associé à des trucs vraiment pas drôles) et ça, pour te pourrir ta retraite bien comme il faut, ça se pose là.
Mais ça reste un gros tabou, parce que évidemment, les grands enfants sont censés être des adultes équilibrés qui font eux-même des enfants et qui veilleront au bien-être de leurs vieux parents.
Sans parler des "grands enfants" qui n'assurent pas eux-mêmes en tant que parents et abandonnent plus ou moins la nouvelle génération chez les grands-parents... qui se retrouvent à endosser un rôle qui n'est pas le leur (aussi vécu dans ma famille). Quand tu n'as pas vraiment désiré d'enfants et que, déjà, tu ne t'es pas épanoui.e en tant que parents, et qu'en plus tu dois remettre le couvert, ça doit être un poil stressant, d'autant plus qu'à 60 / 70 ans, tu n'as clairement pas le même niveau d'énergie.
 
M

Merlin

Guest
#33
@ChatChocolaté , je vais être honnête, quand il sont grands, tu perds le contrôle sur ce qu'ils font ou disent. Cette perte de contrôle s'accompagne d'un grand sentiment d'impuissance. C'est un peu déstabilisant. Tu as raison à propos des activités que tu peux faire avec eux mais ça ne dure pas vraiment. J'ai eu la chance de pouvoir consacrer une semaine par an à mon grand dés qu'il eut une quinzaine d'années et l'on partait en voyage que tous les deux (rando en Irlande, Ecosse, Bretagne, Alsace...). Maintenant, ça le gonfle...:cretin:.
Mais je digresse...cette perte de contrôle ne te permet plus que de faire du curatif quand les problèmes surviennent. je ne veux surtout pas minimiser les problèmes que l'on peut rencontrer quand les enfants sont petits, ma fille a été hospitalisée à 3 semaines et mon grand à vécu pendant des années toutes ses nuits sous une tente à oxygène...mais justement, on pouvait y faire quelque chose. Il y avait des solutions. Le chômage, les études supèrieures, les problèmes d'argent, les peines de coeur, les accidents de la route, les agressions (pour ma fille) là, tu n'y peut rien...tu les prends dans tes bras, tu pleures avec eux mais c'est tout. Je ne sais pas si je m'explique bien...
 

Melou

Tout ça c'est dans ma tête
18 Jan 2019
467
3 033
93
#34
@Merlin Je comprends tout à fait, c'est une des raisons pour lesquelles je ne souhaite pas d'enfants. Tant qu'ils sont petits tu peux encore veiller sur eux (même si tu ne peux pas les protéger de tout, il y a toujours les maladies, accidents etc. ) Mais quand ils sont grands tu ne peux plus rien faire pour les protéger et tu revis avec eux par procuration tous les moments pas top que tu as toi-même vécu dans le passé : chagrin d'amour, rejet des autres, le stress de choisir les bonnes études, le chômage... (Et encore je ne liste que des trucs pas trop grave qui font partie de la vie mais ce serait déjà tellement au-dessus de mes forces que je ne peux pas imaginer des choses pires...) Mona Chollet l'explique très bien dans son livre "Sorcières"

@Fekete Macska ma grand-mére m'a dit "les enfants n'ont pas demandé à venir au monde" (sous-entendu : en tant que parent qui les a fait tu en portes la responsabilité et tu dois les aider toute ta vie)
 

Clem'

HP bien dans ses pompes (enfin trouvé ma pointure)
22 Sept 2019
730
3 544
93
Lausanne
#36
@Nadolig : si on te pose la question «C’est quand que… », pourquoi pas répondre en posant une question absurde en retour, comme « C’est quand que tu te fais greffer une troisième main sous l’œil ? »

Mais de toute façon, ce genre de question sur, même pas « môme ou pas », mais « môme, quand ? » sent la mise en accusation relou, et de par sa nature-même, ferme le possible débat.

J’adore la réponse sur les enfants en cage à la SPA…

Une collègue d’un jour (je faisais de l’intérim) me demande à la pause « T’as des enfants ? », je réponds direct « Pourquoi faire ? » Oh la tronche… et les rires des autres…

Et puis que penser des femmes qui n’ont élu un homme que pour qu’il devienne le père de leurs enfants… Casting de merde, ouais…

« T’as pensé aux gens qui ne peuvent pas en avoir ? », Là c’est le sommet du blues de la connerie, comme si ça corrigeait… quoi ? les statistiques ? l’injustice du hasard et de l‘univers ? Tiens ça me fait penser à ma mère qui me sortait que les petits biafrais seraient si contents d’avoir la soupe que je ne voulais pas avaler : elle est restée comme deux ronds de flan quand je lui ai tendu l’assiette en lui suggérant de la leur envoyer… on va quand même pas devenir mère porteuse, ou quoi ?

Pour le coup des deux personnes qui ont voulu un enfant, puisque nous-même on est nées… ben j’ai cette petite histoire : mes parents ont surtout voulu se sortir chacun de leur famille toxique respective. Le présé est resté sur la table de nuit, ça faisait un an qu’ils couchaient ensemble, mon père venait d’avoir son diplôme d’imprimeur, ils pouvaient se lancer seuls mais il fallait un prétexte… ma grand-mère a voulu faire avorter ma mère… et moi je suis le résultat d’un retour de couches mal géré. Bref, ma sœur est donc quelque part un être mis au monde comme on va louer un camion de déménagement – sauf qu’on peut pas le rendre à l’agence.


Comment on peut savoir que ça va être si formidable d’être mère et enfant, même à l’âge adulte ? Et si on finit par se détester, c’est quoi l’idée ? Je ne parle plus à ma mère depuis 6 ans, tellement elle est devenue méchante de ne pas avoir pu se réaliser, à cause des enfants, entre autres, et malgré un demi-doctorat de droit… jamais elle ne fait un compliment, qui ne contienne un saloperie dénigrante… et elle est aussi comme ça parce que sa propre mère l'a maltraitée, l'ayant faite, et laissée fille unique, parce que tout ce qu'elle voulait c'était avoir une reconnaissance sociale, ne plus être bonniche - le premier gentil garçon, pas trop malin, qui est passé à sa portée, hop, elle l'a chopé.

On peut ici et maintenant faire autrement que de se marier et de pondre un gniard pour devenir "quelqu'un", heureusement.
 
Dernière édition: