Une Rockie

Une Rockie Anonyme
25 Nov 2018
158
1 157
3
Cette jeune femme aime que ses dates payent le dîner et adore recevoir des cadeaux de ses soupirants. Elle se demande si cette nouvelle passion pour la michtonnerie ne vient pas contredire ses principes moraux et féministes…
Un article à lire sur madmoiZelle.com ! 
Lire la suite ...
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 468
5 318
113
32
Devant ton nez
Perso, ça ne me plairait pas du tout de sortir avec une "michto", j'aurais trop l'impression qu'elle se sert de moi et qu'elle sort avec moi plus par intérêt que pour des raisons sentimentales (surtout que je ne roule pas sur l'or). Et puis, ça me donne trop une image d'escorting qui ne dit pas son nom, service auqul je ne ferai jamais appel parce que le caractère transactionnel de la relation me mettrait trop mal à l'aise.
 

Balor

T'as du feu ?
21 Fev 2019
2 388
21 130
113
Ouest lyonnais
Il n'y a aucune contradiction entre "être féministe" et "accepter de se faire offrir le restau". Comme c'est justement dit dans l'article, quand il n'y a pas d'intention préalable ou de contrepartie attendue ("j'y vais POUR me faire offrir le restau" / "je paye le restau POUR qu'elle me soit redevable"), il n'y a aucun malaise.
Ce serait bien triste de toujours voir une tentative de manipulation derrière tout plaisir d'offrir - souvent il n'y a rien d'autre.

Mais de même, ça n'est pas en soi un acte féministe. Le coup de "je me sers des armes dont je dispose mais que je n'ai pas choisi", quand il s'agit d'avoir des restau gratuits, désolé mais ça fait quand même bien pompeux.

Ensuite personnellement, j'aime offrir et j'aime faire plaisir. Par contre ce que je n'aime pas et qui tue tout le plaisir, c'est quand c'est considéré comme "acquis" ou "automatique" - parce que là oui, ça fait profiteur. Tant que l'autrice de l'article se contente de trouver agréable de se faire inviter, aucun problème. Si un jour elle part du principe qu'elle DOIT se faire inviter, là ce sera différent.
 

AngèleLN

Screaming relaxes me so
1 Avr 2019
1 682
13 848
113
wordpress.com
Se faire inviter au resto n'est pas gênant en soi, tant que l'on sait rendre la pareille. Bien sûr que c'est agréable de se faire inviter mais je trouve également agréable d'inviter quelqu'un.
Il n'y a également pas de meilleures féministes que d'autres, personne n'est parfait, je ne suis personnellement pas parfaite...
Bon par contre, je ne vais pas faire un débat sur le terme de "michto" utilisé dans l'article, j'ai déjà tout dit sur un précédent article qui utilisait le mot "MILF"
 

BravoCharlie

Villain of Circumstances
7 Jan 2019
272
1 669
93
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Blague à part, j'ai moi aussi ces mêmes questionnements sur beaucoup de mes comportements individuels et quelle représentation de moi, en tant que femme, que blanche, que valide etc il peut renvoyer. Est-ce que mon comportement peut être instrumentalisé pour desservir une cause qui m'est cher? Et si je réponds - mentalement - oui, alors j'ai tendance à me restreindre (et je crois que je me déconstruis comme ça finalement). Et du coup, j'ai tendance à ne pas être michto.
 

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 468
5 318
113
32
Devant ton nez
Je trouve assez étrange de faire passer pour féministe un acte qui constitue justement à obéir à ce que le patriarcat demande de soi. Ce serait plus honnête de mettre ça sur le compte de l'imperfection militante. Après, je suis pas concerné, donc mon avis vaut ce qu'il vaut.
 
Dernière édition:

Ada

Veux être considérée en tant que tel
13 Jan 2019
1 274
11 142
113
Ile de France
@Merlu tout a fait d accord avec toi ! Je m en fou complètement que l auteure se voit offrir régulièrement des restau et accepte sans négocier l invitation, tant mieux pour elle. Mais essayer de le faire passer pour féministe ça me gêne vraiment. Et donc accepter une rose pour la "journée de la fame " c est féministe aussi ? :yawn: Ou profiter des promos sur les aspirateurs le jour de la fête des mères (ce qu on compte bien faire au passage mais on va pas essayer de prétendre qu on s approprie la discrimination en donnant moins à la société de consommation hautement patriarcale :cretin: ) ?
 
Dernière édition:

CCCC

Cessez ces "C" !
20 Jan 2019
4 002
35 537
113
Cet article mélange un peu tout (au début en tout cas)...
1/ Il y a un monde entre accepter d'être invitée et trouver ça agréable, d'un côté, et de l'autre côté séduire par intérêt financier. Ça n'a rien à voir.
2/ le terme "michetonneuse" est détestable. C'est une vraie violence contre les femmes. On sait qu'historiquement dans la société, ce sont les hommes qui ont le plus détenu le pouvoir financier. Les femmes font ce qu'elles peuvent pour s'en sortir. Donc là, on leur crache dans la gueule 3 fois : une première fois parce qu'elles ont moins de thunes que les hommes, une deuxième fois parce qu'elles sont parfois obligées d'échanger leur corps pour de la thune (ou un resto, ou l'idée d'un certain standing que cette société de merde leur a mis dans la tête) et une 3e fois on les insulte en les traitant de "michtonneuse".

Autrice de cet article, je suis d'accord avec la fin de ton article. On peut être féministe et être invitée au restaurant. Du reste, on peut aussi être féministe et femme battue, travailleuse du sexe, employée de maison, nounou... On peut être féministe et se taper tous les repas à la maison. On peut être féministe et aimer le tricot.

Edit : sur la violence de reprocher au femme de séduire par intérêt financier (les femmes seraient "vénales", elles seraient des "michetonneuses")... c'est quand même un peu fort de café dans une société occidentale où pendant des siècles, la fiancée venait avec une dot. Donc historiquement, je pense qu'il y a beaucoup plus d'hommes qui ont bénéficié financièrement d'un mariage.
 

Calipo

Well-known member
27 Mar 2019
23
375
48
Franchement je me demande ce que le féminisme vient faire là-dedans... Si à chaque fois qu'on nous offre quelque chose il faut remettre en questions toutes nos convictions ça va être très compliqué... Je le dis tout net: j'aime qu'on m'offre le resto. Est-ce que ça fait de moi une mauvaise féministe? Non. Un objet victime de la société patriarcale? Non plus.

Je n'exige pas qu'on me paye le resto, j'y viens prête à payer ma part (voire à inviter l'autre), donc si on me l'offre gentiment (sans contrepartie implicite) je ne vois pas pourquoi je me mettrai en PLS.

Désolée si ça choque mais je trouve ce genre de débat vraiment débile. Ça me ramène à mon année de seconde et à ma prof de français qui trouvait une explication hautement métaphysique à chaque placement de virgule dans Madame Bovary.
 

BravoCharlie

Villain of Circumstances
7 Jan 2019
272
1 669
93
@Calipo en fait ce qui peut choquer c'est que la somme des comportements individuels a un impact sur les perceptions et les représentations, non? Je suis (encore heureux) pour les libertés individuelles mais de là à omettre complètement que ton comportement peut avoir un impact sur la société plus généralement, non. Mais, je crois, l'article brouille le débat: il n'y a ici visiblement pas de lien entre se faire offrir le restau et être féministe, comme toi tu es féministes et tu aimes te faire offrir le restau, moi aussi, j'aime bien qu'on m'invite parfois, j'aime inviter aussi et je n'ai pas forcément besoin de passer au scan féministe après chaque restau que l'on m'offre.
Mais si l'on s'éloigne un peu de l'exemple de l'article et comme le dit @CCCC on peut être féministe et avoir un comportement ou vivre une situation individuelle qui, en apparence du moins, va à l'encontre de grands principes féministes (au hasard, l'égalité hommes-femmes). Par adhésion, par habitude ou par contrainte.

Mais si l'on ne questionne pas un tout petit peu nos comportements individuels au regard de notre féminisme, j'ai du mal à comprendre comment on peut se déconstruire. Se remettre en question, c'est une étape de compréhension aussi, ça me paraît essentiel. Peu importe la décision que tu prends à la fin 'ouais je suis féministe mais je vais quand même faire ça', je ne vois pas du tout le problème avec la démarche de questionner ses comportements au regard de son système de valeurs (encore une fois, pour l'écologie, ça fonctionne très bien).
 

Eglantine

Les deux, mon capitaine.
3 Jan 2019
683
6 309
93
@Calipo Pour moi l’article va bien au-delà de "ça me fait plaisir qu’on m’offre le resto" (je pense que la question ne se pose pas, ça fait plaisir à tout le monde de recevoir un cadeau, quel qu’il soit). L’autrice dit qu’elle prend autant si ce n’est plus de plaisir à "avoir économisé sur un meuble en rotin" qu’au moment passé avec son date, et qu’elle continue les date en partie "pour le simple plaisir de se faire inviter".

Pour moi là on sort de "tiens, untel m’offre quelque chose, c’est gentil !", on passe à un schéma sur le long terme qui est questionnable. A la fois au niveau de l’éthique personnelle (pour ma part, même sans parler de féminisme, si j’apprenais que mon date disait qu’une grosse partie de son plaisir à me voir venait du fait de se faire offrir un restaurant à chaque fois et/ou qu’il était venu au date en comptant dès le départ sur le fait que c’était moi qui allais payer car c’est en partie pour ça qu’il date, j’aurais l’impression d’être un portefeuille ambulant et pas une personne), et de comment il s’inscrit dans les schémas de la société, car quand on suit une norme on contribue à l’entretenir, et ces normes ont des conséquences.

Ca ne veut pas dire qu’il faut absolument tout faire parfaitement et clouer au pilori toute personne qui suit un schéma patriarcal (que ce soit s’attendre quasi-systématiquement à ce que ce soit lhômm qui paye le restaurant, vouloir à tout prix rester mince, s’épiler, etc). A la fin chacun fait ce qu’il ou elle veut en connaissance de cause. Mais par conte ça veut les choix individuels n’existent pas dans une bulle, et méritent d’être déconstruits - à la fois sur comment la société les influence, et comment eux influencent la société en retour.

Bref, sinon, pour les rendez-vous en général (que ce soit avec des amis, de la famille ou un date), je suis assez pour le no say no pay: Celui qui propose à l’autre d’aller à tel ou tel endroit paye, ou au moins propose de payer (et l’autre peut alors dire "t’inquiète on divise" s’il veut). Ca permet d’éviter d’avoir imposé à quelqu’un une sortie au-dessus de ses moyens, et en général ça provoque de facto une alternance.
 

Calipo

Well-known member
27 Mar 2019
23
375
48
@BravoCharlie
@Eglantine

Je suis tout à fait d'accord en ce qui concerne l'importance d'arriver à se remettre en question, pour autant on en arrive quelque fois à des développements qui tiennent plus de la masturbation intellectuelle que d'une quelconque recherche de déconstruction ou de compréhension de phénomènes inconscients.

Parce que faire tout un article sur une nana qui se fait offrir des pizzas par des mecs (consentants, on ne leur mets pas le couteau sous la gorge) pour pouvoir s'acheter un tabouret en rotin en s'inquiétant de savoir si c'est féministe ou pas, bah pour moi c'est quand même du blabla inutile.

Est-ce que c'est merdique de prendre l'autre pour un porte monnaie? Oui. Est-ce que c'est obligatoirement à relier au féminisme? Pas sûr.
Parce qu'en fait au vu des circonstances relatées ds l'article j'ai plus l'impression d'avoir simplement affaire à une bonne vieille radine qui est toute en joie à l'idée d'économiser quelques dizaines d'euros.

Après il faut reconnaître que dissimuler sa radinerie intrinsèque sous un questionnement fumeux sur le féminisme (être ou ne pas être une michto??) c'est quand même bien joué.
 

BravoCharlie

Villain of Circumstances
7 Jan 2019
272
1 669
93
@Calipo mais si on se base sur le stéréotype de la galanterie (tenir la porte aux femmes, leur servir la chaise en réunion et... payer le restau) tu ne penses pas qu'il soit légitime qu'elle s'interroge sur la compatibilité entre son féminisme et son acceptation d'une forme de galanterie?
Je ne sais pas si c'est ça de la masturbation intellectuelle, mais le fait que son interrogation puisse résonner chez d'autres personnes veut peut-être dire c'est une question qui peut se poser pour qui a des convictions. Et que les réponses apportées ici, même la tienne, peut aider les personnes comme l'autrice ou des lectrices dans son cas, à mieux comprendre pourquoi et si elle devrait être taraudée.
 

Ada

Veux être considérée en tant que tel
13 Jan 2019
1 274
11 142
113
Ile de France
@BravoCharlie dans ce cas l'angle me semble mal choisi tellement il est spécifique :unsure: Un article sur les contradictions générales qu'on peut avoir au quotidien j'aurais compris mais la j'ai du mal à comprendre en quoi ce truc spécifique est important, au même titre que si on faisait justement un article "je suis féministe mais j'aime bien qu'on m'ouvre la porte" alors que oui la galanterie est une vraie question.

edit : Et je ne parle même pas du jugement de valeur derrière le terme "michto" qui me gène énormément (j'ai bien compris la volonté de se réapproprier les termes, on va pas relancer le débat qu'on a eu avec MILF. Je trouve tout de même que ca sonne très différemment de "Est ce qu aimer être invitée au restau m'empêche d'être féministe ?")
 

BravoCharlie

Villain of Circumstances
7 Jan 2019
272
1 669
93
@Ada oui, peut-être qu'élargir à la galanterie pourrait être moins clivant que l'approche "suis-je michto" effectivement.
D'ailleurs, les contradictions c'est le thème du nouveau podcast de Mad. Il n'y a qu'un épisode pour l'instant, d'Alix, sur le cinéma d'auteur et la télé-réalité, mais peut-être que des sujets similaires à celui-ci y auront une grande place.
 

Ada

Veux être considérée en tant que tel
13 Jan 2019
1 274
11 142
113
Ile de France
@Kit-tea je suis d'accord avec toi mais le raccourci escort me fait tiquer (comme le mot michto) car au final elle dit bien a plusieurs reprises ne pas faire ces rencontres dans le but de se faire payer des trucs, juste qu'elle apprécie si ça arrive (ce qui fait que l'article a encore moins d'interet à mes yeux :ninja: )