Espace de discussion parents / childfree

4 Jan 2019
737
5 788
93
Vos messages me rassurent vraiment !
J'avoue qu'après une grosse rupture amicale vers 22-23 ans avec mon groupe d'amis depuis mes 15 ans (dispute avec une, le reste l'a suivie parce que ça les arrangeait bien de rester entre célib, moi je "voyais trop mon mec" alors que c'était un de leurs potes aussi et qu'on sortait beaucoup à l'époque) j'ai la crainte peut-etre irrationnelle que mes autres amis me fassent le meme coup. D'autant que comme je disais les commentaires de 2-3 personnes m'ont bien refroidie. J'ai supprimé mon message de base car je n'aime pas participer ici mais c'était sympa de lire vos retours. :happy:
 

Onirinaute

Well-known member
16 Jan 2019
74
353
53
De mon côté j'ai encore peu d'amis parents, même si ça ne va dans doute pas tarder pour certains.
Le seul qui est papa, on se voit toujours régulièrement mais en fait son fils a bientôt un an et je ne l'ai jamais vu, pas par volonté de l'éviter, juste qu'il est gardé quand son père sort
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Je sais pas si l'avenir me donnera raison mais j'ai l'impression que les gens continueront dans leur lancée en fait, ceux qui ont toujours fait en sorte qu'on se voie continueront à trouver un moyen, ceux qu'on voit déjà peu et seulement chez eux parce qu'ils ne sortent jamais, bah quand ils auront un enfant on en entendra peut être plus trop parler... J'espère ne pas avoir de mauvaises surprises :shifty:

Pour ce qui est de faire la leçon, aucun n'est franchement méprisant mais par contre la phrase compte triple du "tu changeras d'avis" est à égalité chez les parents, pas encore parents, célibataires... Je préfère en rire mais si la fréquence augmente il va falloir mettre les points sur les i. (J'espère que le premier qui perdra son pari à la con servira de leçon aux suivants :cretin:)
 
You Rock !: Meianne
4 Jan 2019
737
5 788
93
Pour les mamans au bout de leur vie qui en peuvent juste plus et ont besoin de rire avec d'autres dans le même cas, je ne sais pas si vous connaissez le subreddit TrollXMoms. J'adore la communauté TrollXChromosome, communauté de meufs féministes super fun, et je suis tombée via celle-là sur TrollXMoms et j'ai pensé à vous, ça pourrait vous plaire et vous faire rigoler un peu. Des memes, des blagues, revendications sur le ton de l'humour, citations de mamans à bout pour d'autres mamans à bout, histoire de dédramatiser et commisérer ensemble.

En tant que childfree il me fait mourir de rire, j'espère qu'il fera du bien à certaines ;)
 

Carlawn

Well-known member
7 Jan 2019
54
431
53
Pour revenir au fait de rémunérer les parents au foyer, je serais plutôt pour une revalorisation et un allongement du congé maternité et paternité.
Pour moi, exiger un salaire quand on est parent, ça voudrait dire qu' "être parents au foyer" c'est un métier en soi. Alors si c'est un métier, il faut une formation et un diplôme. Je suis CF et assistante maternelle à l'étranger et je m'occupe d'enfants. J'ai passé une formation et un diplôme comme tout le monde. J'ai pas un salaire de folie (et encore je gagne mieux qu'en France), alors je vois pas pourquoi des parents devraient gagner le même salaire que moi, sans avoir le bagage d'études requis. Juste parce qu'ils peuvent techniquement procréer, ce qui n'est pas le cas de tout le monde (alors que dans l'absolu, tout le monde peut devenir assistante maternelle, sauf cas de handicap spécifique ou cas de casier judiciaire).

Or, on voit très vite où ça peut dériver. Si on exige soudainement une formation pour devenir parents au foyer, je peux te jurer que ce sont les parents et futurs parents qui vont hurler les premiers (en mode "je n'ai pas besoin de formation ni que quelqu'un me dise comment je dois m'occuper de mes enfants et de mon foyer"). Ce que je comprends parce que, quelque part, c'est une intrusion dans la sphère privée.
Par contre, j'ai eu beaucoup de parents qui critiquait ma façon de faire et me prenait de haut. Moi, je n'ai jamais critiqué l'éducation qu'ils donnaient à leurs enfants à la maison (si horrible soit-elle). Je prends simplement note et j'essaye de m'adapter. Alors j'imagine même pas si en plus certaines mères (parce que oui la plupart du temps ce sont des femmes qui viennent ), avaient une formation en poche comment elles réagiraient :stare:

Sans parler des problèmes de financement, y'aura aussi des problèmes de discriminations sociales (des personnes pas forcément doués pour les études qui se feront interdire de rester au foyer), de genre (les femmes qui sont très tôt éduquées à s'occuper des enfants vont forcément être celles qui vont le plus être diplômées)etc. Il faudrait déjà que l'Etat mette les sous pour les services de la petite enfance et de l'école en général, ce serait déjà un pas en avant.
 

CCCC

Cessez ces "C" !
20 Jan 2019
1 785
13 694
113
Pour les mamans au bout de leur vie qui en peuvent juste plus et ont besoin de rire avec d'autres dans le même cas, je ne sais pas si vous connaissez le subreddit TrollXMoms. J'adore la communauté TrollXChromosome, communauté de meufs féministes super fun, et je suis tombée via celle-là sur TrollXMoms et j'ai pensé à vous, ça pourrait vous plaire et vous faire rigoler un peu.
J'en pleure de rire !
 

Aesma

Menstruoloque
6 Jan 2019
344
1 589
93
@Carlawn Pour moi en fait c'est un peu pareil. Si y a revalorisation et allongement du congé mat/pat ben de fait on rémunère mieux les parents au foyer - après je précise je parle bien de parents de jeunes enfants, jusqu'à ce qu'ils aillent à l'école donc environ 3 ans (éventuellement à voire pour le prolonger pour des enfants en situation de handicap ou souffrant de certaines pathologies graves)

L'histoire de la formation euh.. c'est bizarre et dans le même temps j'ai l'impression qu'il y a quand même des mini-formations genre en mater' pour pas faire n'importe quoi avec le nourrisson. Fin ça me fait penser j'ai appris récemment que si tu avais élevé 3 enfants tu n'avais pas besoin de diplôme pour passer le concours de l'Éducation Nationale. Donc on considère quand même qu'être parent apporte un certain lot d'xp.
 

*looloo*

Well-known member
3 Jan 2019
1 687
9 875
113
@Aesma il en est de même pour les sportifs de haut niveau.

Je suis assez de l'avis de @Oiselle je vais toucher 697e en congé parental (c'est mon 2e bébé, j'avais déjà pris 6mois pour ma première, ça a été un creve cœur de retourner bosser). Pour prendre ce congé j'ai mis de côté et pourtant c'est moi qui gagne le plus dans notre foyer, je perds quand même pas mal sur mon salaire, même si on compte les frais de garde pour la petite et garderie/cantine pour la grande mais il était hors de question pour moi de retourner travailler avec un bébé en bas âge, j'ai envie de profiter de mes filles et de permettre à ma grande une rentrée en ps plus douce.
 

Oiselle

Sous la tyrannie d'un oisillon joli
3 Jan 2019
1 303
14 066
113
@*looloo* : Perso, je pense aussi que la société patriarcale n'explique pas tout. Au risque de paraître neuneu pour certaines (même si c'est déjà le cas, pas grave), même en étant dans une société égalitaire entre hommes et femmes (ce qui, je pense, n'arrivera jamais), il y a un paramètre qui ne changera pas : c'est que ce sont les mères qui portent l'enfant. Bien sûr, on ne réagit pas toutes pareil face à la grossesse et la maternité mais je pense quand même qu'il y a un lien très fort, intense entre la mère et son bébé durant les premiers mois. Et que ce n'est pas juste le modèle patriarcal qui pousse les femmes à vouloir rester avec leur bébé le plus possible.
 

c_koi_la_suite

Aller on avance
5 Août 2019
68
296
53
@Oiselle : les bébés ne sont pas toujours portés par des "mères" (quid de la gestation pour autrui). Tu peux essentialiser le lien mère-enfant si ça correspond à ta vision de la chose mais il reste que ça n'est pas une expérience universelle pour autant. Et je trouve que ça nie aussi les émotions très fortes que peuvent ressentir les co-parents au moment de l'accouchement lorsqu'ils et elles rencontrent leur enfant pour la première fois. Il suffit de voir les témoignages de parents qui ont adopté.

Le pouvoir des émotions sur le biologique est non négligeable (sécrétion d'hormones et tout). Donc même si des parents qui ont adoptés un enfant ne l'ont pas conçus ou porté pendant 9 mois, ça ne les empêchera pas d'être 100% prêts à accueillir l'enfant et à s'y attacher plus que tout. Quid également des relations fusionnelles entre père et enfants qui peuvent l'être plus qu'avec la mère (par exemple si celle-ci était moins prête que le père à avoir des enfants).

Essentialiser l'instinct maternel sur la base de l'histoire naturelle une graine de papa et une graine de maman c'est beaucoup trop basique. La réalité est multi-paramètre et il y a des dizaines d'ingrédients qui jouent.
 

Oiselle

Sous la tyrannie d'un oisillon joli
3 Jan 2019
1 303
14 066
113
reste que ça n'est pas une expérience universelle pour autant
Ça tombe bien, je n'ai pas dit que ça l'était. On peut donner un avis sans avoir pensé à toutes les situations possibles et imaginables aussi, juste en partant du cas qui reste le plus répandu et qui me concerne puisque je le vis. La grossesse, l'accouchement, l'allaitement etc sont autant d'expériences qui peuvent créer une fusion mère-enfant expliquant l'envie de certaines de rester à la maison avec bébé, sans être un pur mouton issu du modèle patriarcal, c'est ce que je voulais dire. Je n'ai pas dit que c'était le cas de tout le monde bien sûr...
 

c_koi_la_suite

Aller on avance
5 Août 2019
68
296
53
cas qui reste le plus répandu
Parce que les normes (bien souvent patriarcales) ne permettent pas à tout le monde d'être forcément à 100% dans sa vérité et encouragent à suivre un modèle unique. Modèle qui peut rendre des gens très heureux, mais qui biaise complètement ce qu'on estime être normal et naturel.

J'ai hâte qu'on soit dans un monde (en tout cas pour la France) avec plus de familles qui ne sont pas forcément constituées d'uniquement 2 parents (mais pourquoi pas 3 ou 4), qui ne soient pas quasi-systématiquement hétérosexuelles, qui même dans le cas d'une hétérosexualité soient pas forcément assujetti à des normes genrées (les femmes sont empathiques et portent des jupes, les hommes sont solides comme des roc et sont plus forts en math), qui trouve le moyen d'avoir un système de fonctionnement de la nation qui permettent de mieux répartir le temps de travail et la richesse pour qu'on puisse travailler moins et plus prendre le temps pour ce qui nous rend heureux.

Je suis persuadée qu'à ce moment là la "norme" n'aura plus rien à voir.
 

Psyduck

Noot Noot !
12 Août 2019
389
2 837
93
@c_koi_la_suite : Je pense que la clef du problème c'est aussi ne de pas dénigrer ceux qui sont heureux dans cette norme. Perso, je ne serai jamais ma prosélyte de mon style de vie "normal" :clin:


Quand je vois les progrès des mentalités en 20 ans sur les familles monoparentales :

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


je pense qu'on peut se permettre d''avoir de l'espoir pour la suite.
 
1 Oct 2019
6
55
13
La société assume constamment nos choix de vie:

- Quelqu'un qui a un enfant qui va à l'école va bénéficier de l'école "gratuite"
- Quelqu'un qui a fumé/bu/trop manger toute sa vie peut coûter une fortune en soin médicaux et hospitalisation
- Quelqu'un qui fait des sports extrêmes, voir pas extrême d'ailleurs, peut également un beau jour coûter une fortune en hospitalisation (est ce qu'on interdit la moto maintenant ou pour les présidentielles de 2022 ?)
- Quelqu'un qui emprunte une départementale ou nationale tout les jour pour aller au boulot (que se soit parce qu'il a pas trouvé de boulot plus près ou alors parce qu'il gagne plus dans cette entreprise ci située plus loin) va profiter plus que d'autre de l'entretient de la voirie
- Quelqu'un qui doit être jugé va "profiter" de la justice

Des choix en partie personnelle assumées par la société (et les impôts) !

Après en ce qui concerne le congé parentale, c'est quand même triste de se dire que des gens sont obligés de laisser leur bébé de 2 mois et 1 semaine en garde chez une nounou/crèche parce qu'ils ne peuvent pas prendre ne serait-ce que deux mois de congé parentale, alors qu'ils ne se sentent pas de le laissait si petit.

C'est quand même bizarre que très peu de gens soit en mesure de garde et d'éduquer eux leur bébés, que se soit jusqu'à leur 4 mois ou leur 3 ans. Ont est dans un société qui valorise le travail, la consommation et la croissance mais pas du tout le naturel et la famille. C'est totalement admis sociétalement qu'il faut se débarrassé de son bébé à 10 semaines et payer quelqu'un d'autre pour s'en occuper si l'on veut pouvoir se payer à manger, c'est quand même bizarre... (Alors que la majorité des gens re-travailleraient bien avant les 3 ans de leurs gosses :ROFLMAO:)

De même quand il faut s'occuper d'une personne malade ou vieillissante, on paie quelqu'un, on ne le fait pas nous, car si on s’arrête de travailler, on ne bouffe pas.
 
2 Jan 2019
857
8 724
93
Je le redis ici mais purée les CF vous êtes des warriors a supporter le corps médical !
J'ai envie de leur péter les genoux quand je vois les remarques que vous vous mangez ! J'hallucine complètement !

Sinon hier je me suis sentie très TRÈS childfree quand dans le train je me suis retrouvée dans la même voiture que le groupe "enfant voyageant seul.e.s" . C'est comme pour les avions, la sncf les prend en charge etc... j'avais envie de me lever, d'aller les voir et de leur dire bien dans les yeux "crie encore une fois et je te balance par la fenêtre du train en marche. C'est clair ?". J'ai 2 week end par an ou je voyage SEULE, ou je peux regarder ma série SANS être interrompue. C'est pas pour que des morveux me gâche ce moment :yawn:
(Et je dis tout ça en ayant conscience qu'un jour, des passagers penseront la même chose de ma morveuse a moi. Sauf que pour une fois qu'elle n'était pas avec moi j'aurais aimé en profiter a 100% :yawn: #mereindigne )
 
5 Nov 2019
34
207
33
Hello c'est intéressant ces discussions et échanges parents/non parents..
Je suis mère (entre autres) et les amies dont je suis très proches ne le sont pour la plupart pas... Par choix, chemin de vie. Parfois avec joie, d'autres avec résignation,et certaines avec peine.
Alors j'adore être mère, et je n'aurais pas aimé ne pas le devenir. J'adore mes copines qui ne veulent pas d'enfant et on ne se frite pas, je me demande pas secrètement comment ça se fait ni me dis qu'elles vont changer d'avis. J'adore aussi mes amies qui n'en ont pas et en souffrent et qui viennent quand même me voir avec mes trois enfants, dont un bébé trop mignon qui leur fait envie.
Je comprends les raisons qui poussent à ne pas vouloir d'enfant, qu'elle soient philosophiques, idéologiques ou tripales.
Il y a aussi le grand tabou de celles qui sont devenues mère et qui trouvent que c'est la pire décision ou expérience de leur vie. Au moins les childfree ont entamé une réflexion qui fait qu'elles savent qu'elles n'en veulent pas. Même si bien sûr certaines femmes en voulaient vraiment un et après le regrettent car on nous leurre à mort sur l'épanouissement que peut représenter un enfant.
J'ai eu peu d'amies mères, parce qu'elles me soulaient la plupart et récemment j'ai rencontré des nanas mamans qui ne semblaient pas avoir vu leur réflexion et leur personnalité avoir fondu en devenant mères. Et c'est sympa aussi. Souvent les enfants sont un peu plus grands (j'ai 35 et mon chéri est plus vieux que moi) ce qui fait qu'on sort de la zone mon bébé est le centre du monde. Bizarrement, je vais beaucoup en section parentalité parce que j'ai pas envie de souler mes potes CF (j'en ai que 3 en fait dans les très proches) ni mes potes qui n'en ont pas eus ou en voudraient sans y arriver ou sans avoir le géniteur pour. Au moins là c'est une section réservée et j'ai pas de scrupules à parler allaitement, nuits, éducation...

Je ne sais pas si ça prend trop de place sur rockie mais en tous cas moi je suis arrivée parce que même sans connaître l'ancienne version j'aimais justement que la parentalité soit là parmi d'autres éléments de la vie, et pas LE point central même si j'ai aimé le ton et le fait de pouvoir parler parentalité sans que ce soit horrible comme sur d'autres forums.

Et je trouve super qu'il y ait un espace childfree pour qu'il y ait une sorte de communauté et de compréhension parmi les femmes ou hommes qui conçoivent leur vie sans enfant.

Plus jeune, je ne voulais pas d'enfant . Assez vite j'en ai souhaité, sans que ce soit une obsession et j'ai eu la chance d'en avoir sans trop de difficultés. La vie m'a apporté un bébé surprise pour mes 34 ans alors que mes grands sont grands. Et je savoure cela. A fond, plus que les premiers qui étaient un frein aussi à la vie que j'avais dessinée dans la tête, mes aspirations libertaires.
Mais jamais jamais je ne prends mon parcours personnel et ma vie de famille comme une sorte d'idéal ou de référence. Car c'est une vie qui peut être très chiante, pleine de contraintes et c'est vrai que tout tourne autour des 3. Et mes potes CF en effet, je ne les convaincs pas parce que je les aime aussi avec leurs convictions et leur chemins et parce que concrètement je pense qu'elles seraient malheureuses dans ma vie. Elles font de l'art, ont pas d'horaire, partent en voyage quand elles veulent, lisent et étudient beaucoup. Je trouve leur vie aussi belle que la mienne, aussi remplie, aussi valable. J'ai peut-être, encore que, plus de mal à comprendre mes amies qui n'ont pas de père pour en faire un et qui aimeraient plus que tout fonder une famille, alors que peut-être elles profiteraient mieux de la vie en voulant créer autre chose comme univers, même si je comprends le désir d'enfant, comme je l'ai vécu moi-même.

C'est différent d'ailleurs de dire j'adore/je refuse/ je déteste être mère que dire j'adore / je refuse/ je déteste avoir des enfants. Ça se rejoint mais dans le fait d'être mère on dirait qu'il y a un rapport au rôle social. On devient mère. Quand on exprime son avis en axant sur le fait d'avoir des enfants, ce n'est pas le fait d'être mère qui est interrogé (genre je rate ma vie si je ne deviens pas mère. . Ou bien je n'ai aucune envie de devenir une mère) mais le rapport à l'enfant... J'adore être en lien avec des enfants que j'ai créés/élevés et que j'aime.. ou je n'ai pas envie de transmettre, d'avoir les contraintes liées aux enfants, d'avoir la charge ou la responsabilité de... Les deux façons d'exprimer les choses disent des choses différentes.

Je ne suis pas sûre en fait de kiffer être mère. Mais je kiffe vivre avec mes enfants. Certaines c'est le contraire. Elles sont fières d'être mères mais ont du mal avec la vie avec leur enfant. Et parmi mes potes childfree l'une le dit clairement, elle n'a pas envie d'être une mère alors qu'elle aime les enfants des autres . Et l'autre le dit plutôt sur le plan purée un gosse mais qu'est ce que tu voudrais que j'en fasse sérieux ? J'aime pas les enfants, bon un peu ceux des copains, je les tolère. D'ailleurs elle a 52 ans et a coupé court à plusieurs grossesses. Et avec elles, je sais que je peux être gaga de mes enfants sans qu'elles me jugent mais je sais aussi que si je leur parle de moi, en dehors de mon rôle de mère, elles vont être super présentes et ne pas me réduire à cela comme pour elle c'est pas le truc important dans qui je suis.

Je sais pas si je suis claire...
 
Dernière édition:

Kettricken

Hate is always foolish, love is always wise
3 Jan 2019
1 754
17 809
113
Je voulais signaler aux CF un des derniers épisodes du podcast Bliss Stories. Vu qu'il s'agit d'un podscast sur la maternité, il y a peu de chances que les CF l'écoutent mais cet épisode, le 55, est un interview de Fiona Schmidt qui est CF et qui étonnament gère le compte Instagram "Bordel de mère".

Je trouvais certains de ses propos intéressants.
Bon le début du podcast n'est pas particulièrement intéressant car il s'agit juste d'une discussion sur le fait que mais oui, une femme peut ne pas désirer d'enfant. C'est un peu des platitudes.
Mais dans ce que j'ai trouvé plus intéressant, c'était par exemple quand elle raconte qu'elle a eu tendance, pour qu'on lui foute la paix, à coller aux stéréotypes qu'on colle au CF. Elle a ainsi clamé longtemps qu'elle détestait les enfants alors qu'elle les adore. Parce que dire "je ne veux pas d'enfant" suscite déjà assez d'incompréhensions sans ajouter derrière "j'adore les enfants ceci dit'".
J'ai aussi aimé ce qu'elle raconte de l'évolution de sa relation aux parents. Comment elle a aussi pendant longtemps collé aux parents les stéréotypes habituels du type "une femme qui a un enfant ne devient plus que mère". Parce qu'être CF est tellement dur d'un point de vue social qu'elle s'est sentie obligée d'entrer en opposition. Et qu'elle a changé son fusil d'épaule ensuite.

Bref, au cas où ça en intéresserait certaines :
https://www.bliss-stories.fr/2019/10/28/episode-55-fiona-je-ne-veux-pas-denfant/
 
Dernière édition: