Manon Portanier

Rédac actu & parentalité
Équipe Rockie
11 Fev 2020
396
1 385
93
Pour moi, Diana Kadouch c’est ma copine de collège à Nice, c’est les week-end passés ensemble à faire du cheval, c’est les cours de piano, c’est nos premières boums, et c’est aussi la première personne à avoir vu ma fille, seulement quelques heures après sa naissance, parce qu’elle finissait sa garde d’interne dans la maternité où je venais d’accoucher.
Diana et moi c’est des années d’amitié à distance, et une présence dans la vie de l’une et de l’autre malgré le temps qui passe à une vitesse folle.
Aujourd’hui, Diana est envoyée en renfort dans une autre unité de l’hôpital Bichat, où elle travaille initialement en tant que médecin nutritionniste dans un service d’endocrinologie, diabétologie et nutrition, tout en étant également médecin du sport. Un beau CV quoi.
Pandémie de Covid-19 oblige, elle travaille désormais dans l’unité des maladies infectieuses, le REB (Risques Épidémiques et Biologiques), où elle aide comme elle peut les urgentistes et les médecins réanimateurs...
Lire la suite ...
 
Dernière édition:

Lolita

Petite mais féroce
3 Jan 2019
817
5 355
93
Super intéressant cet article! Merci!

J'ai repéré une petite coquille au début du texte: "les élections municipales n’auraient jamais dû avoir lieues "

Sinon, je me suis "abonnée" au service d'information spécial covid du Monde sur Whatsapp, mais je ne comprend pas comment ça marche, j'ai juste eu le message d'accueil initial et rien depuis, est-ce normal? Si quelqu'un d'autre a tenté l'expérience et peut m'éclairer?
 
  • You Rock !
Reactions: beapouet

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 970
93
Ce serait pas une "médecin très empathique", plutôt que très "emphatique" ? Les deux sens pourraient marcher, hein, mais y en a un qui colle plus au contexte que l'autre, du coup je me demande si c'est bien ça (parce qu'une médecine emphatique, c'est une médecine qui s'exprime/agit avec beaucoup d'exagération, si j'ai bien compris le mot).

édit mis dans un autre message.
 
Dernière édition:
  • You Rock !
Reactions: beapouet

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 970
93
Edit mis en message :
Pour
l'autrice du témoignage : merci d'assurer la continuité du service public, y compris dans des conditions aussi difficiles.
Je ne suis pas d'accord sur certains trucs (ou la façon dont le témoignage a été découpé par la rédaction du magasine). Mais comme le témoignage est utilisé sur Rockie en général pour donner un angle d'analyse par le magasine, je suis obligée de rebondir à partir de ça. Je suis assez mal à l'aise à l'idée de discuter à partir du témoignage d'une soignante, surtout actuellement, mais la façon dont Rockie présente les sujets d'actualité ne laisse pas vraiment le choix : je dois choisir entre ne rien dire pour manifester mon remerciement, mais en même temps ne pas être d'accord et trouver pas mal de trucs vraiment gênants, et dire quelque chose et risquer d'être maladroite ou blessante vis-à-vis d'une personne que je ne peux que remercier. Tout ça pour dire : à l'autrice, merci, comme à tous les soignants. Et si je critique, c'est pas dans un but destructeur, mais parce que je pense que l'analyse a faire est différente, pour améliorer l'état de notre service public et de la paix sociale, à long terme. Donc à ne pas lire si c'est sensible en ce moment, d'ailleurs j'ai beaucoup hésité à publié ce commentaire. Ce qui m'a décidé, c'est que ce n'est pas parce qu'on est en période de crise sanitaire qu'on doit étouffer la parole et les discussions politiques, et qu'au contraire à mon avis ce serait nocif.

Tout ça pour dire : on a une partie du témoignage qui insiste sur les gens qui ne respecteraient pas le confinement. Ce qui est tout à fait logique.
Mais pour moi le souci, c'est que pour le même article, la partie sur l'incurie du gouvernement est très limitée en proportion, par rapport à la partie sur "les gens sont inconscients".
La critique met l'accent (en gras) sur un "manque de lucidité".
Déjà à mon avis c'est pas un manque de lucidité. C'est la conséquence de politiques néo libérales enchaînées sur des années (y a cet article France culture qui en parle, ou cet entretien de qgmédia).
Le dernier truc de notre gouvernement : (je cite un article Médiapart d'aujourd'hui) : "la Caisse des dépôts travaille à un plan pour l’hôpital public. Mediapart en révèle le contenu. Au lieu de défendre l’intérêt général, il vise à accélérer la marchandisation de la santé et sa privatisation rampante."
"Jean-Philippe Gasparotto, secrétaire de l’Union des syndicats CGT de la CDC, est tout autant atterré : « C’est affligeant et très inquiétant. Cette note confirme le cours délétère de la Direction des investissements de la CDC et d’une façon générale de la Banque des territoires de la CDC qui suit elle-même l’exemple de BPI France dans sa logique libérale de banalisation bancaire. Loin de s’inscrire en réponse aux besoins criants de financements d’investissements publics d’un secteur public hospitalier à l’agonie : recherche fondamentale, manque de lits et de matériels, manque d’équipements dans tous les services, manque généralisé de valorisation des personnels, développement anarchique de secteurs privés, manque de service de prévention et surtension des urgences du fait de manque de places et de personnels, maillage territorial en déshérence, désagrégation des parcours de santé, dislocation du lien médecine libérale de ville/ hôpitaux/CHU et développement des déserts médicaux… ce qui aurait dû conduire la direction des investissements à proposer des modèles de financement et d’investissement de long terme compatibles avec l’intérêt général (utilisation des ressources d’épargne populaire (LA) ; réallocation d’actifs des fonds d’épargne ; recherches de co-investissements avec les fonds européens (BEI…) tels qu’ils sont développés par exemple sur le champ du logement social… »
Et le responsable syndical ajoute : « Au contraire, la quasi-totalité des propositions avancées s’inscrivent dans une logique de continuité de la privatisation de l’hôpital et du secteur de la santé : soutien au PPP ; développement de secteur privé de recherche ; montage de fonds de partage et de dette avec des institutionnels privés, propositions saugrenues d’affrètement de navire-hôpital sur modèle des PPP pratiqués dans le remorquage, dette à gestion déléguée… tant de recettes éculées et hors sol, que l’on aurait plutôt attendues du service investissement corporate d’une banque commerciale. Triste. »"

De ce que j'ai compris de l'article de Médiapart les économistes interrogés et les soignants interrogés partagent quasiment l'avis du syndicaliste (j'ai mis son témoignage parce qu'il était assez clair et court, y a aussi des développement plus longs sur la gestion à partir de Fillon part exemple, et des témoignages de soignants qui trouvent qu'en général les calculs sont pas bons Kévin).

J'ai par contre du mal avec la critique des comportements telle qu'elle est présentée dans l'article (je sais pas si ce découpage est voulu ou pas) : rien par exemple sur les parisiens, pour la plupart riches, qui sont partis contaminer la France entière, sans que le gouvernement ne dise rien. Le XVIe arrondissement de Paris a pourtant vu partir entre 15 et 20% de sa population (et je suppose que les autres arrondissements bourgeois sont sur la même ligne). Pourtant là on a un comportement clairement irresponsable.

Bref, je ne suis pas d'accord avec cette présentation symbolique des parts de culpabilités : aucun souci pour appuyer sur les abus des sorties, à condition que les autres abus, ceux des riches, soient tout autant dénoncés. Sinon c'est du deux poids, deux mesures. Pas de raison que seuls les pauvres supportent le coût psychique et physique du confinement. Par exemple, et j'ai l'impression que c'est pas assez médiatisé : les horaires pour l'ouverture des magasins d'alimentations dans un quartier encore populaire de Paris ont été réduit à 4 heures seulement par jour (bfmtv), de 10h à 12h et de 14h à 16h. Ça risque de concentrer les gentes, et de favoriser le virus, ce genre de mesure. Qui vise les pauvres, et les personnes racisées, encore une fois.

Faut pas oublier que le confinement, c'est de la souffrance psychologique et physique dans des appartements urbains souvent petits. Une souffrance nécessaire, évidemment, je ne dis pas l'inverse, puisqu'en face il est question de mort. Évidemment que maintenant, à cause des choix politiques qui datent de plusieurs années au moins, on a pas le choix. Mais ce serait bien de ne pas passer trop vite sur les vrais responsables, et sur les comportements des classes aisées de la société, comme les bourgeois partis à la campagne, qui ont sûrement fait au moins autant de mal que les pauvres dans leurs cages à lapins qui sortent pour lutter contre la souffrance qu'un confinement engendre. C'est injuste, de demander à un gamin de 10 ans qui vit en clapier HLM, de supporter le confinement comme les gens du XVIe arrondissement sur l’île de Ré.
 

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 970
93
Désolée pour le DP, je rajoute cette citation d'un article Médiapart (toujours d'aujourd'hui) sur pourquoi le gouvernement allemand, sans instaurer de restrictions drastiques des libertés publiques (confinement édit : strict), ont réussi à gérer correctement cette crise sanitaire :
"Mais comment font les Allemands pour avoir moins de morts ? Mercredi matin, comme tous les jours, l’institut épidémiologique Robert Koch (RKI) a publié les statistiques nationales avec un décompte de 67 366 personnes contaminées pour 732 décès. Soit un taux de mortalité de 1,08 %. La France affiche un bilan bien plus lourd avec « seulement » 44 550 cas testés mais 3 523 décès.

Pour lutter efficacement contre la maladie, la question de la méthode allemande fait donc sens. Cela, d’autant plus que nos voisins ne pratiquent qu’un confinement partiel. Berlin et les Länder privilégient ainsi « le contrôle du contact plutôt que du déplacement » et ne contrôlent ni le nombre ni la durée des sorties, pourvu que celles-ci se fassent seuls, avec des personnes partageant le confinement ou encore à deux personnes « à distance » au maximum.

Pour le microbiologiste berlinois Olfert Landt, également patron de TIB Molbiol, la principale entreprise allemande de fabrication de tests de dépistage viral, la réponse se trouve sans doute dans une réaction précoce, une politique massive de dépistages et des structures sanitaires qui tiennent encore bien le coup "

"Les décideurs économiques et politiques allemands, et c’est une donnée importante de l’explication, sont donc déjà en alerte rouge avant même que la pandémie touche officiellement le pays. Quand Webasto communique, fin janvier, sur la contamination de ses collaborateurs, l’information fait la une des médias allemands et tout le monde en saisit la portée. À ce moment La Charité de Berlin, le plus gros hôpital allemand et l’un des principaux centres de recherches médicales d’Allemagne, a envoyé à tous les laboratoires du pays les procédures de tests du Covid-19. "
 

beapouet

Well-known member
7 Jan 2019
92
922
83
Bruxelles
Merci pour cet article, c'est intéressant de voir l'envers du décor, un point de vue sur la situation.

Je note quelques petites fautes, en plus ce celles qui ont déjà été reléves :
le REB (Risques Épidémiques et Biologiques), où et elle aide comme elle peut > je crois que le "et" est de trop
de part leur état de santé, > "de par" ou, encore mieux, "du fait de"
C’était assez prophétique, au vue de la situation > au vu de
théories du complot qui circulent aussi facilement que les MST de Donald Trump. > pas de faute, juste LOL XD j'ai littéralement ri tout haut dans mon salon. Merci.
Désolée si ça fait un peu scolaire, ma mère est prof de français, j'ai des séquelles ;-)
 
  • You Rock !
Reactions: grenouilleau

Manon Portanier

Rédac actu & parentalité
Équipe Rockie
11 Fev 2020
396
1 385
93
Merci pour cet article, c'est intéressant de voir l'envers du décor, un point de vue sur la situation.

Je note quelques petites fautes, en plus ce celles qui ont déjà été reléves :
le REB (Risques Épidémiques et Biologiques), où et elle aide comme elle peut > je crois que le "et" est de trop
de part leur état de santé, > "de par" ou, encore mieux, "du fait de"
C’était assez prophétique, au vue de la situation > au vu de
théories du complot qui circulent aussi facilement que les MST de Donald Trump. > pas de faute, juste LOL XD j'ai littéralement ri tout haut dans mon salon. Merci.
Désolée si ça fait un peu scolaire, ma mère est prof de français, j'ai des séquelles ;-)
Elles m'aident bien tes séquelles, merci ! J'avais trop le nez dedans, au bout d'un moment je ne pouvais plus voir les coquilles, et elles sont même passées dans les filets de la relecture. Merci de ta vigilance ;)
 
  • You Rock !
Reactions: Simone and beapouet

Sophie L

Well-known member
11 Mar 2019
315
1 897
93
@grenouilleau, merci. Ton message reflète exactement ce que je ressens.

Je suis également choquée de constater que de nombreuses personnes se rassemblent encore à l'extérieur, par petits groupes.
Mais je n'ai vraiment pas envie d'être culpabilisée de sortir prendre l'air, seule, en ce moment, en respectant les conditions.
Je suis enseignante, donc je travaille depuis chez moi, tout en m'occupant, avec mon conjoint, de mon enfant et des tâches ménagères. Je vis dans 35 m2. Mes rythmes biologiques commencent à être déstabilisés, tout comme mon psychisme.
Je ne suis pas allée voir mes parents, qui vivent dans une maison à 800 km. Non, je ne suis pas allée à la "campagne".
J'essaie d'être solidaire, à ma façon, en faisait des courses pour mes voisins et en faisant des dons.
Je ne souhaite pas me sentir pointée du doigt alors que j'ai juste besoin de marcher un peu au soleil, de façon limitée dans le temps et l'espace, pour ne pas complètement péter une durite.

Oui, il y a la réalité du métier de médecin urgentiste et du médecin réanimateur, du métier d'aide-soignant et d'infirmier.
Il y a aussi les conditions de vie des citoyens.
 

Natylia

Bisounours mais je me soigne
22 Avr 2019
351
1 817
93
33
Merci pour ce témoignage et, surtout, bon courage !!!
 

Eglantine

Les deux, mon capitaine.
3 Jan 2019
721
6 752
93
@Sophie L D’accord avec toi. En fait c’est surtout que je ne suis pas d’accord avec l’idée qu’en marchant/courant même-dans-une-rue-déserte-vide-en-respectant-les-distances-de-décurité on donne des mauvaises idées aux gens qui nous voient en leur faisant croire que la situation n’est pas grave. Ca leur donne juste l’idée que marcher seul dans une rue vide n’est pas dangereux, ce qui est vrai. Et s’il y en a qui interprètent cette vision autrement, bah ça a peut-être justement aussi quelque chose à voir avec la communication à ce sujet ? :dunno: J’ai l’impression qu’en focalisant toute la communication sur #RestezChezVous :

1/ On passe à la trappe l’idée que ce sont les contacts humains (et les contaminations de surfaces touchées par les gens) qui transmettent le virus, ce qui pousse certaines personnes à croire à tort qu’ils font bien de courir dans la cage d’escaliers publique de leur immeuble plutôt que dans la rue (et oui, j’ai vu ça)
2/ Quand les gens finissent par sortir quand même, parce qu’il faut acheter à manger ou parce qu’ils veulent éviter de péter un plomb, ils finissent souvent par oublier certaines consignes de sécurité (éviter de toucher et reposer des articles par exemple), parce que tout ce qu’ils ont retenu c’est "à partir du moment où je suis dehors, je suis dangereux", et honnêtement je ne peux pas leur jeter la pierre.

J’ai l’impression que c’est une opinion impopulaire, mais je ne pense pas que "Ne vous approchez pas à moins de 2 mètres d’autrui et/ou d’objets ne vous appartenant pas" soit une consigne incompréhensible par le grand public, et je la trouve beaucoup moins trompeuse que "Restez chez vous", qui était très utile quand rendre visite aux autres était encore dans les options, mais ne me semble plus apporter grand chose en plus de la loi.

Bref, comme @grenouilleau , tiraillée entre "je ne suis pas d’accord avec certains points" et "Merci infiniment, et bon courage" (et je pense les deux), je trouve la posture assez délicate ! J’espère vraiment ne pas être trop maladroite :ninja: J’espère avoir l’occasion de donner un coup de main aux soignants, mais je n’ai pas eu de retour d’En Première Ligne pour le moment.
 
Dernière édition:

Ahimsa

Well-known member
6 Jan 2019
54
299
53
Est ce qu’on pourrait arrêter de dire

« les infirmières »

mais plutôt « les infirmier.es »

merci :clin:

comme dans tous les articles sur les soignants dans tous les media actuels (la même chose pour les caissier.es même si ici il n’en est pas fait mention)

:fleur:
 

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 970
93
Ce genre de truc, par exemple (l'auteur du tweet est député et dit avoir vérifié l'info auprès de la RATP) : apparemment une photo d'un quai de gare du nord ce matin, rempli de salariés qui sont obligés d'aller travailler parce que nos dirigeants nous moralisent à coup de rester chez vous mais refusent d'arrêter les productions non essentielles à la vie du pays pendant une crise sanitaire.

Y a aussi les entrepots amazon, qui ont continué de fonctionner alors que les mesures de sécurité ne pouvaient pas y être respectées. Résultat, des gentes sont tombés malades.
 
  • You Rock !
Reactions: Natylia

Derniers messages