Dix ans qu’on attend la PMA pour toutes, on se foutrait pas un peu de nous ?

Melys

Well-known member
2 Jan 2019
2 119
15 929
113
@Chocovore Je suis intriguée, qu'est-ce qui te (vous puisque si je comprend bien c'est un projet de "couple") bloque dans le fait que le don ne soit plus anonyme?
Il me semble que dans les pays où les dons ne sont plus anonyme, il n'est pas question de créer un lien entre le "donneur" et "le fruit de son don". Mais juste de permettre (généralement à la majorité) à l'enfant d'avoir des réponses à ses questions, de pouvoir eventuellement mettre un visage sur celui qui a permit qu'il existe. L'enfant n'a pas pour autant le droit de te demander des comptes ou quoique ce soit.
 

Coco l’asticot

Well-known member
12 Jan 2019
828
3 436
93
@Melys a titre personnelle mon copain va faire un don de sperme d’ici quelque semaines et si j’apprend que l’anonymat va être levé je lui demanderai de ne pas le faire car je n’ai aucune envie de voir débarquer dans notre vie d’ici 30,40 ans, une personne qui viendra demander à faire connaissance, surtout qu’on a déjà une petite fille donc pas envie non plus qu’un « frère » ou « soeur » vienne la perturber. Attention si c’est la volonté du donneur de donner des info sur lui pour l’enfant ok, par contre s’il dit non je ne veux pas en laisser alors il faut que ce soit respecter
 

Chocovore

éclair au chocolat
9 Jan 2019
2 745
21 430
113
@Melys Pour poser un peu l’historique global, il y avait eu à l’époque des débats lors de la première loi de bioéthique à ce sujet.
Il y a un conflit entre le droit de l’enfant à connaître ses origines et le droit à la vie privée du donneur. Et qu’il est moins facile que dans d’autres cas de trouver un juste milieu qui conviendra à tous. Lors de la première loi les dons de gamètes avaient été alignés sur les autres dons (sang, plaquette,...) pour lesquels l’anonymat était la règle (mais aussi en France, la gratuité).
Sachant qu’il existe aussi des donneurs qui aimeraient être non anonymes.

Lors d’une révision de la loi il avait été proposé (mais cela n’a pas été retenu) de faire deux stocks de gamètes : un anonyme et un non anonyme.

A noter que dans le cas de l’accouchement sous X il est possible de laisser des informations si on le souhaite, c’est possible mais pas obligatoire.

Il y a une sorte de compromis appelé “informations non identifiantes" qui permet de transmettre des informations sur le donneur sans permettre son identification. Mais dans les pays qui les utilisent c’est souvent un première phase avant les “informations identifiantes”

Je ne suis pas contre la levée de l’anonymat pour les nouveaux dons, c’est juste qu’en cas d’obligation de transmettre des données identifiantes, nous n’en ferons pas. (Ce qui ne poserait pas le moindre problème si les stocks n’étaient pas insuffisant en permanence)
On attendra la version définitive de la loi pour voir si on continue.

Je dirais que notre décision se base dans un premier temps sur notre vision de la famille où les liens construits sont plus forts que les liens biologiques. Nos contextes familiaux sont très différents mais nous avons la même conclusion : le parent c’est celui qui prend soin de l’enfant et pour nous donner des gamètes c’est comme donner du sang (sauf que bien sur le sang ne grandit pas et qu’il ne devient pas une personne).
Et aussi (mais c'est plus marqué pour ma femme) le fait qu'on le ferait pour aider des futurs parents (mais si ça fonctionne il y a forcément un enfant qui va naître et grandir...)

Je vois (ça on en a pas discuté en couple) aussi la PMA comme une activité collective : Un parcours PMA à part les exceptions de dons artisanaux (qui ne concernent que le sperme et ou la mère à alors de grande chance de savoir qui est le donneur) implique un grand nombre des gens : médecins, personnel infirmier et de laboratoires,...chacun s’appuyant sur d’autres et sur une société toute entière pour faire sa part. Le donneur n’est qu’un petit rouage dans cette grande machine, il ne compte pas plus que les autres dans ce projet.
 

Julie Coton

turquoise forever
2 Jan 2019
441
2 916
93
www.instagram.com
@Melys Désolée je réponds alors que la question ne m'est pas adressée, mais j'envisageais de faire un don d'ovocytes, et depuis que l'anonymat est remis en question c'est clairement un non ferme et définitif.

J'ai l'impression que ça peut être un peu violent à lire pour des gens concernés alors je mets en spoiler, j'espère ne blesser personne
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Et à côté de ça, je comprends parfaitement que des personnes nées d'un don puissent avoir besoin de savoir. Simplement ça fait que le don n'est absolument plus possible pour moi. Et ce n'est pas grave, j'imagine que pour d'autres ça ne change rien, et tant mieux, j'espère que plein de gens continueront !
 

Melys

Well-known member
2 Jan 2019
2 119
15 929
113
@Chocovore ça ne répond pas vraiment à ma question. :hesite:
La galette n'est pas qu'une poussière dans la conception PMA. C'est quand même la moitié des gènes d'un futur bébé, d'un futur enfant, d'un futur ado puis adulte. Je suis moi aussi dans la conviction que c'est pas les gènes qui font les parents mais le vécu. Mais on ne peut pas dire que les gènes ne sont pour rien dans ce que l'on est et ce que l'on devient.
Rien que d'un point de vue médical, c'est pas pour rien que l'on demande souvent les antécédents familiaux, qui permettent parfois de diagnostiquer des maladies plus ou moins rares. Or ces "antécédents" ne sont pas forcément connus au moment du don et peuvent se révéler par après. Mais si le donneur n'est pas connu, l'enfant ne saura jamais qu'il a tel "antécédent".:hesite:
Enfin le donneur a quand même un impact différent sur la vie du futur enfant que l'infirmière du service PMA.
Il ne s'agit bien sûr pas de voir apparaître un "fils" dans la vie du donneur ou un frère ou une soeur pour les enfants du donneur. Mais juste parfois de permettre de trouver la pièce manquante du puzzle pour l'enfant.

Ma cousine a été conçue par PMA. Ca n'a jamais été un tabou pour personne, ni pour elle, ni ses parents. Elle les aime énormément. Son père est son père et il n'en sera jamais autrement. Mais il lui manque qqch malgré tout, "comme si une de ses racines était coupée, la laissant instable face aux vents de la vie" (c'est son expression). Elle a consulté pas mal de psy etc à cause de ça. Notamment au moment de vouloir, elle, tomber enceinte et former une famille.
Si elle devait retrouver le donneur, il ne serait absolument pas question pour elle de devenir sa fille ni de demander à faire partie de sa vie. Juste de pouvoir mettre un nom, un visage, savoir qui remercier (car c'est le sentiment principal, une grande reconnaissance pour la personne qui a permis qu'elle soit ).

Édit @Julie Coton je posais la question @Chocovore car c'était lui qui disait que le fait que ça ne soit plus anonyme devenait un frein pour lui, mais bien sur le point de vue de toute autre personne qui est dans le cas m'intéresse également. Et ta réponse m'éclaire un peu.
 
Dernière édition:

Kettricken

Hate is always foolish, love is always wise
3 Jan 2019
3 763
47 747
113
@Julie Coton
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Une fois encore : je comprends totalement que la levée de l'anonymat puisse freiner les donneurs. Mais si c'est pour le bien des enfants, ça me parait difficile d'argumenter contre
 
  • You Rock !
Reactions: Julie Coton

elly10

Well-known member
16 Déc 2020
172
2 175
93
La nécessité d'avoir au moins un enfant pour un don de gamètes à été levée sur la dernière loi de bioéthique il me semble (pour tenter le limiter la pénurie de dons, surtout pour les ovocytes où la fenêtre est courte entre la première maternité à 30 ans en moyenne et l'âge limite pour donner de 36 ans).
 

Roserouge

Sans Blanche-Neige
7 Oct 2020
98
679
93
Bretagne
@Kettricken
En France, depuis 2016, il n'est plus nécessaire d'avoir un enfant pour faire un don de gamètes.

@Chocovore
Tu dis que pour toi "donner des gamètes c’est comme donner du sang (sauf que bien sur le sang ne grandit pas et qu’il ne devient pas une personne)". Mais si le don du sang n'était plus anonyme, serait-ce quelque chose qui t'empêche de donner ? A mon sens, ce que tu as mis entre parenthèse montre bien que donner du sang et donner des gamètes, c'est différent justement. Les enjeux ne sont pas les mêmes.
 

Chocovore

éclair au chocolat
9 Jan 2019
2 745
21 430
113
@Melys Bien sur la gamète est indispensable pour la PMA mais pour moi tout le reste autour aussi. Car si les autres font une mauvaise manipulation la PMA sera un échec et il n’y aura pas d’enfant se posant des questions.

Pour le volet thérapeutique dans la procédure actuelle il est déjà demandé de transmettre au CECOS toute maladie génétique découverte. Si le CECOS juge que c’est pertinent les parents ou l’enfant issu du don sont avertis. (cette dérogation est inscrite dans la loi actuelle)

Après, je comprends que ma vision d’une aventure collective sur ce sujet ne soit pas partagée par tous.

@Roserouge Pour le sang je ne sais pas si j'arrêterais de donner, mais pour de l’argent dans une association oui. Le fait de ne pas être mis en avant fait et que ça passe par la mutualisation via un “pot commun” est clairement pour moi une motivation (vis ma vie de kropotkinien).

Mais pour mon sang je décide seul alors que là on est dans une décision prise à deux. Notre source de motivation c’est l’aide aux adultes existant dans leurs difficultés présentes. Au delà , c'est un autre périmètre qui ne correspond pas à notre vision des choses.
 

Syndromes

Active member
14 Jan 2019
10
41
13
@Roserouge disons que le don du sang j'aimerais pas avoir une personne transfusée qui débarque chez moi en mode "coucou tu m'as sauvé la vie", heureusement les risques sont plus limités !

@Kettricken Je ne comprends pas vraiment ce que tu comprends pas : tu peux très bien vouloir aider un couple qui n'arrive pas à concevoir mais ne pas vouloir d'enfant à toi, je vois pas en quoi c'est incompatible. :hesite:

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Julie Coton

turquoise forever
2 Jan 2019
441
2 916
93
www.instagram.com
@Kettricken Alors honnêtement avant de lire ton post et les réponses plus bas, je ne savais pas que ça avait été fermé aux nullipares puis ouvert :ninja: J'ai commencé à m'y intéresser il n'y a pas longtemps, puis j'ai vu que l'anonymat allait probablement être levé, donc j'ai abandonné.

Pour répondre à ta question : Je voulais donner des ovocytes parce qu'à moi, ils ne servent à rien, alors que d'autres personnes en ont désespérément besoin, et ça me semble très très dommage, injuste, et absurde comme situation. On a eu plusieurs couples d'ami.e.s qui ont eu beaucoup de mal à concevoir, et leur désarroi m'a rendue très triste, je me suis dit que si je pouvais faire ça, je pourrais diminuer la tristesse d'autres gens, ce serait bien. Donc oui, par altruisme je suppose :hesite:

Avec l'anonymat, c'était "juste" aider des gens à avoir un enfant, ça ne rentrait pas en conflit avec mon childfreeisme.

Sans, c'est différent. Je suis CF en partie parce que pour moi, parentalité rime avec perte totale de liberté. (Je sais que ce n'est pas le cas pour tout le monde, mais c'est ma vision des choses). Une personne née de mes gamètes qui se ferait connaître de moi entraverait ma liberté. (par exemple ça ferait naître chez moi un sens du devoir dont je ne veux pas: le devoir entre autre d'être au moins sympa avec, parce qu'iel aurait rien demandé et j'aurais pas envie de niquer sa vie en me comportant de manière égoïste)
 

Sonea

Aime comme tu l'entends
13 Jan 2019
1 820
15 754
113
@Melys j’envisageais aussi de donner des ovocytes, et la levée de l’anonymat est quelque chose qui me bloque beaucoup. Si un enfant a envie de connaître ses origines, j’ai du mal à penser qu’il n’y aurait aucune attente de sa part de vouloir me connaître. Et moi je n’aurais pas envie, je voudrais pas qu’il/elle devienne concret/e dans ma tête. Je ne veux pas risquer de pouvoir y mettre de l’affect, ou de ne pas être à la hauteur des attentes.
 

Roxie

Avatar by Patate_masquee
2 Jan 2019
316
1 680
93
Je fais partie du club des cf qui ont fait un don. Je ne vois pas non plus ce qu'il y a d'incoherent.

Je l'ai fait à l'étranger, au Royaume Uni. D'une part parce que je me suis sentie bien mieux accompagnée niveau santé en France. Tout était très bienveillant niveau santé. On t'explique les choses on prend vraiment le temps de le faire. Du coup je l'ai fait un peu par curiosité, pour vivre un peu ce que peuvent vivre certaines personnes (les piqûres tous les jours, les contraintes niveau emploi du temps, les rdv gynéco en pagaille...). L'idée d'aider un couple en détresse à aller mieux me plaisait, même si je ne ressens pas leur besoin d'un enfant, je comprends qu'ils puissent le ressentir et que ce soit une souffrance. Et je me dis que si un jour j'étais dans une situation similaire pour autre chose, j'aimerai qu'on fasse ça pour moi.

En France c'est beaucoup plus froid le monde médical, de ce que j'en ai expérimenté. Beaucoup d'infantilisation aussi. Et quand je me suis renseignée et que j'ai comparé les conditions de don au UK et en France, je me suis dit que si je devais le faire c'était là-bas.

Pour moi déjà il est hors de question que mon conjoint ait son mot à dire sur ce que je fais de mon corps. Il a le droit de ne pas comprendre pourquoi je fais les choses, mais qu'il faille son autorisation, juste wtf. Bon il s'en fout en l'occurrence mais c'est le principe que le corps médical lui demande son avis qui m'énerve. Du coup c'est niet.

Concernant les personnes qui peuvent bénéficier de mon don, je me souviens d'un moment "drôle" où la dame m'a expliqué que mon don pouvait aider un couple de même sexe (et peut-être une femme célibataire je ne sais plus exactement). Et j'ai bugué parce que je ne comprenais pas pourquoi elle le précisait. Elle a cru que ça me posait soucis que mon don aille à ces personnes. Du coup j'ai dû lui expliquer que pas du tout, c'est juste que je ne comprenais pas pourquoi la question se posait, et que c'était même l'inverse. Si elle m'avait dit justement "rassurez-vous votre don ne servira qu'à des couples un papa une maman" j'aurai fui.

Bon et sinon un avantage d'avoir fait ça, c'est que j'ai une réponse toute prête pour ceux qui te sortent "c'est quand même triste que toi qui peut faire des enfants tu n'en fasse pas alors que plein de couples ne peuvent pas en faire alors qu'ils en veulent. Tu penses à eux avant de crier au monde que tu ne veux pas d'enfants ?". Je leur réponds en souriant "mais tout à fait j'ai d'ailleurs donné mes ovocytes pour compenser cette injustice. Et toi à part faire un gosse ce qui leur fait une belle jambe à ces couples en manque d'enfant, tu as fais quoi au juste ?"

Du coup je sais qu'une grossesse a eu lieu suite à mon don. Je n'y pense pas vraiment. Si un jour on vient se présenter à moi je serai ravie de rencontrer cette personne et de répondre à ses questions, mais elle n'aurait pas une place particulière à mes yeux. Ce ne serait pas mon enfant. Juste une famille que j'ai aidé au cours de ma vie, comme il y en a beaucoup en fait. Ma maman y pense plus souvent que moi, ça l'amuse et lui plaît beaucoup de se dire qu'elle a un "petit-enfant" quelque part qui parle sûrement anglais (aucune de nous 3 n'a fait d'enfants). Elle le mentionne parfois avec des petites étoiles dans les yeux, et ça me fait plaisir que ça lui fasse plaisir.

Et pour le côté financier de la chose, clairement la compensation est bien peu de choses vu les désagréments du don. Les douleurs sont supportables mais clairement pas négligeables. Et surtout j'ai eu de la chance d'avoir un agenda flexible car mine de rien il y a beaucoup de rendez-vous. Plus la journée à poser le jour du don. Financièrement ça a un coût tout ça. La compensation financière de mémoire était de 750 pounds (de mémoire donc je me trompe peut-être). Ça semble beaucoup (et je trouvais que c'était trop avant de le faire) mais après l'avoir vécu je me rends compte de tout ce que ça implique et franchement c'est important que cette compensation soit là. Sinon vraiment personne ne le ferait je pense (enfin beaucoup moins).
 

Syndromes

Active member
14 Jan 2019
10
41
13
@Roxie aux USA c'était 15000 dollars (j'ai touché à peu près 10000 net après impôts etc.) mais chez eux il n'y a pas d'anonymat : l'agence prend ta photo et les couples qui font appel à l'agence choisissent la donneuse dans un petit catalogue avec photo, mensurations, IMC, niveau de diplôme, emploi, langues parlées, etc. Clairement je l'aurais jamais fait si c'était pas aussi bien payé (je m'étais fait démarcher sur ma ligne professionnelle, en fait ils appellent toutes les femmes qui travaillent dans des emplois qualifiés pour leur expliquer qu'un bachelor c'est + tant de point, une IMC "dans la norme" c'est + tant de point, un PhD c'est tant, etc)
 

Kettricken

Hate is always foolish, love is always wise
3 Jan 2019
3 763
47 747
113
Je crois que si j'y vois une incohérence, c'est du fait de mon biais personnel.
Rationnellement, je considère que la filiation n'est pas une question de biologie. Mon frère a adopté ses deux enfants et ce sont mes neveu/niece, point.
Mais je sais que en ce qui me concerne, je ne peux pas passer outre la filiation biologique. Si j'étais adoptée, la question de la filiation biologique serait très importante pour moi. Et je ne pourrais pas donner mes gamètes pour ces raisons. Ça n'a rien de rationnel, je trouve même ça un peu stupide, mais le sang compte pour moi.

Mais en y réfléchissant deux secondes, si on n'a pas ce prisme, c'est évident qu'il n'y a pas de contradiction
Par contre, je dois dire que j'admire le fait de donner ses ovocytes car c'est quand même vachement plus contraignant que le don de sperme
 
Dernière édition:

epitaxie

Well-known member
15 Mar 2019
27
190
28
@Coco l’asticot C'est mieux que rien... oui et non.
Ca restera très discriminatoire. Qui seront remboursées de leur AMP? Les femmes infertiles, sous la condition qu'elles couchent avec un homme.
Ex: une femme (Gertrude) avec une endométriose sévère sera prise en charge en AMP et remboursée si elle est en couple avec Gilbert (et que Gilbert est un mec cis), mais pas si elle est en couple avec Gilberte, ou qu'elle vit seule. Plus encore, si cette femme et Gilbert ne parviennent pas avoir d'enfants mais que leurs résultats d'examens sont normaux (20% des couples infertiles), ils seront pris en charge.
Juste pour revenir sur le dernier point car étant personnellement concernée je voulais préciser quelque chose : infertilité inexpliquée ne veut pas dire sans raison. Si la PMA est prise en charge pour les couples avec des résultats normaux c'est parce que les examens nécessaires pour s'inscrire en PMA ne vérifient pas tout, mais qu'il reste anormal qu'il n'y ait pas eu de grossesse après autant d'essais. Il y a notamment la partie purement fécondation (la rencontre de l'ovule et du spermatozoïde) et la partie implantation qui ne sont pas vérifiés (vérifiables ?) avant de commencer effectivement des cycles en PMA.
Les examens visent seulement à vérifier que cette rencontre est possible (ovulation, spermogramme ok, perméabilité des trompes).
 

Roxie

Avatar by Patate_masquee
2 Jan 2019
316
1 680
93
Ah oui j'ai parlé de mon ressenti mais j'ai zappé le point anonymat. Ton message me le rappelle.

Pour moi étrangement c'est important que la famille sache que ça ne me dérange pas d'être retrouvée et contactée si l'enfant qui est né de mon don (si il existe) le souhaite. J'ai été prévenue que la famille n'était pas obligée de dire à l'enfant qu'il était né d'un don, et que si elle le faisait ils ne chercheraient pas forcément à savoir qui j'étais. Mais pour moi c'était important que ça soit possible. Parce que savoir et comprendre les choses c'est ultra important pour moi. Donc je trouverai ça violent d'un point de vue personnel qu'on m'empêche d'avoir accès à une information qui me concerne. Il y a assez de témoignages de personnes qui sont justement en souffrance à cause de ça.

Donc pour moi ça fait partie du deal de pouvoir offrir ce savoir si la personne en a besoin.

Et même si je suis childfree, ça ne me dérangerait pas qu'un.e adulte vienne toquer un jour en disant que j'ai participé à lui donner la vie. Je ne sentirai qu'une obligation à répondre à ses questions pour l'aider à comprendre qui iel est. Pas d'obligation de prendre soin de lui sous une quelconque autre forme. Ça c'est le job de ses parents et de ses proches. D'autant que l'info de mon identité ne peut pas lui être donnée avant sa majorité même si les parents et l'enfant le veulent il me semble (juste je crois une lettre qu'ils m'ont demandée d'écrire qui explique un peu qui j'étais à l'instant t du don sans divulguer d'informations permettant de me contacter).
 

A Kane

Well-known member
2 Jan 2019
232
2 362
93
@Roxie je commence à me poser la question d'un don et je suis au UK, est-ce que tu serais d'accord que je te contacte par mp pour en savoir un peu plus sur le processus, comment tu l'as vécu, etc. ?
 
  • You Rock !
Reactions: Roxie

Roxie

Avatar by Patate_masquee
2 Jan 2019
316
1 680
93
Bien sûr aucun soucis. Par contre ça remonte à quelques années déjà le miens et je suis un poisson rouge ambulant. Il est donc possible que je ne me souvienne plus ou que je mélange certains trucs, et que les infos que j'ai soient datées et plus à jour.
 
  • You Rock !
Reactions: A Kane