Deuil périnatal et parents endeuillés

Vatn

Aventurière en pantoufles
3 Jan 2019
148
2 154
93
Pluton
#1
Parce que parfois la vie est cruelle en plus d'être injuste et qu'on peut être parent d'un enfant qui lui n'est plus là...

Que ce soit une fausse-couche, une IVG, une IMG, un décès post-natal, l'accompagnement en soins palliatifs d'un enfant qui va mourir, la perte d'un enfant plus âgé, comment gérer ce deuil et cette peine ?
Comment en parler ?
Que dire aux proches ? Aux frères et sœurs ?
Aux institutions ?

Que ce soit pour parler de vos difficultés, de vos progrès, de vos interrogations,vde vos coups de gueule, de l'accompagnement, de la paperasse...
Cet espace est pour vous parents endeuillés.
Il est aussi ouvert aux proches de parents endeuillés parce que c'est vous qui faites toute la différence.

En espérant que ce topic sera le moins actif.
 

Vatn

Aventurière en pantoufles
3 Jan 2019
148
2 154
93
Pluton
#3
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Où en suis-je maintenant?

J'ai mis quelques mois à m'en remettre, c'est toujours difficile, mais j'apprends à vivre avec. Je peux parler de cet enfant sans pleurer, mais avec la gorge serrée. J'ai eu un suivi psychiatrique à la maternité pendant 1 an et demi. Je viens tout juste d'arrêter.

J'ai eu "le bébé d'après" qui s'est invité 3 mois et demi après mon accouchement. C'est un bébé surprise, j'ai été ambivalente à son sujet pendant toute ma grossesse. L'annonce de sa venue à mes proches s'est faite au compte-goutte, j'ai prévenu mon père la veille de ma césarienne programmée.
Je n'ai pas caché cette grossesse, j'ai juste omis de la mentionner. Les gens qui nous voyaient l'ont su :cretin:

Basile est né exactement un an après. C'est un bébé merveilleux, même si j'ai eu du mal à nouer des liens avec lui, d'où le suivi psy à la maternité avant et après sa naissance. J'avais besoin de le voir pour réaliser qu'il était vraiment là et vivant.

Je me suis aussi engagée dans une association sur le deuil périnatal, je commence une formation d'écoutante. C'était important pour moi de donner ce que moi j'avais pu recevoir. Je remercie toutes les personnes, IRL ou sur internet qui m'ont aidée à traverser la période la plus sombre de ma vie.

La vie est belle et continue malgré et j'ai le droit d'être heureuse, contrairement à ce que j'ai pu penser suite au décès.

Cet enfant m'a permis de me découvrir autrement, forte, persévérante, optimiste, il a fait de moi une meilleure personne, une meilleure amie, une meilleur conjointe et une meilleure mère. Même si son passage sur Terre a été bien trop court. Pour ça je lui suis éternellement reconnaissante.
Et on se retrouvera ailleurs ou dans une autre vie.
 
Dernière édition:

Enola

La tête dans les nuages
3 Jan 2019
201
797
93
#4
J'ai posté ce message sur le sujet " fausse couche et grossesse interrompue" mais je pense qu'il est également à sa place ici.

Je copie mon message ici :

Je suis tombé enceinte pour la seconde fois, sous stérilet mi septembre. Début octobre j’ai du retard mais je ne m’inquiète pas persuadé qu’avec le stérilet je ne suis forcément pas enceinte ! Je me décide à faire un test quelques jours plus tard. Surprise il est positif. Je suis sous le choc, mon copain également. Je file chez ma gynéco qui me confirme cette grossesse bien qu’elle soit très récente. Je décide d’enlever mon stérilet sachant que cela peut engendrer une fausse couche. Les jours passent tout va pour le mieux et bébé s’accroche. 13SA arrive la première écho officielle et la mauvaise nouvelle avec... nuque trop épaisse, beaucoup trop épaisse (valeur à 5.85) en urgence nous voilà parti dans l’hopital De ma région qui dispose d’un centre anté natal faire une biopsie du throphoblaste, l’examen n’est pas douloureux mais assez désagréable. Les premiers résultats 48h après sont bons: il n’y a pas de trisomie. Puis plus rien pendant plus d’un mois jusqu’a l’echographie de contrôle des 18 semaines début janvier. Entre temps le caryotipe complet arrive et nous confirme qu’il n’y a pas d’anomalies de chromosomes et nous apprend par la même occasion que nous attendons un garçon. Nous sommes ravis, nous avons déjà une petite fille ! Puis le jour de cette fameuse échographie ou nous allions plutôt sereins (ma gynécologue m’avait annoncer deux jours plutôt que la nuque avait réduit et que c’était très encourageant).. Là tout s’effondre : malformation du cerveau, du cœur, reins non visibles, pieds bots, fente du palais et cette fameuse nuque qui est passé de 5.88 à 8 !!!
Très vite nous avons pris la décision d’interrompre cette grossesse, notre fils n’aurait pas eu une vie décente, il n’y avait d’ailleurs aucune garanti concernant sa survie après l’accouchement. A ce moment tout s’effondre. Je ne sais plus où je suis je ne réalise rien du tout. Nous avons était extrêmement bien entourés dans ce service. Je fais le choix d’avoir une date au plus vite. Une semaine plus tard je suis hospitalisée et on déclenche l’accouchement. Avant celui ci on me fait une amiocinthese la lecture des puces ADN de ma biopsie n’ont pas fonctionné. Ce fut long mais pas douloureux. Notre fils est né sans vie à 17h10 lundi 15 janvier. Il était magnifique. J’étais sure de vouloir le voir dès le début ainsi que mon conjoint en étant tout à fait conscient que son apparence auraient pu nous choquer (j’ai accouché à 19sa +4) nous le regrettons absolument pas. On a pu passer quelques heures avec lui et cela nous a fait beaucoup de bien.

Je pense que j'aurais besoin de venir m'épencher ici sur mon ressenti, comment je me sens etc...
 

Enola

La tête dans les nuages
3 Jan 2019
201
797
93
#5
DP :fleur:

J'ai envie d'écrire un courrier de remerciements à l'équipe de la maternité où j'ai accouché, notamment la sage femme qui nous a accompagné au centre de diagnostic pré natal, le docteur qui a réaliser mes examens et qui nous a annoncés les mauvaises nouvelles et les deux sages femmes présentes lors de l'accouchement (dont une est ma cousine, j'ai prévue de lui faire un petit cadeau) mais vous en pensez quoi? J'ai peur que ça soit ridicule et inapproprié.
Et surtout comment vais je réussir a trouver les mots justes !
 

Enola

La tête dans les nuages
3 Jan 2019
201
797
93
#7
Merci pour vos retours @UranusMarie et @Marelle.

Je vais tenter de m'y mettre aujourd'hui. J’espère trouver les bons mots, j'ai peur de paraitre bête en fait qu'ils se disent " mais c'est juste notre métier " alors moi je l'ai ai trouvés vraiment extraordinaires, doux et bienveillants du début à la fin et a chacun de nos rdv.

J'ai fait le courrier que je voulais adresser à ma gynécologue pour lui signaler mon mécontentement par rapport a ce fameux stérilet... Je le poste ce matin, ça m'a remué mais j’espère que ça me soulagera. J'attends pas forcément de réponse mais je voulais qu'elle sache.
 
You Rock !: Hermione1234

Meianne

Madeleine ouestrienne - Little Booh : 92% DL
12 Jan 2019
2 293
16 820
113
28
Nantes
#9
@Enola d'expérience on ne trouve jamais bêtes les gens qui laissent des lettres dans le service, au contraire ça fait très plaisir en général d'avoir des retours de personnes qu'on a accompagnées même dans des moments douloureux.

Donc si pour toi c'est bien, que tu as ressenti vraiment beaucoup de bienveillance de leur part, fonce. Tu n'auras certainement pas l air bête et c'est tout à fait approprié.
 
You Rock !: Enola et Shampoo

Enola

La tête dans les nuages
3 Jan 2019
201
797
93
#10
Je reviens avec mes histoires de courriers !

Ma gynéco (plutot ex) m'a rappelé suite à la réception du courrier ce matin et selon elle elle a parfaitement fait son travail, n'a rien a se reprocher et m'a bien dit qu'il resté une branche de mon stérilet. Je n'en ai aucun souvenir, ceux à quoi elle a repondu " c'est normal avec tout les évements récents vous pouvez pas vous souvenir de tout " sans commentaire ... elle s'est meme permise de me dire " ne tombez pas enceinte dessuite, reprenez une contraception " je lui ai dit que tout cela ne l'a concernait plus et j'ai raccroché ! Je suis furax mais je m'attendais pas a grand chose de sa part.
 

Enola

La tête dans les nuages
3 Jan 2019
201
797
93
#11
@Marelle. oui c'est exactement le sentiment que j'ai aussi... j'ai rdv que mi-mai avec mon nouveau gynécologue. Ça m’embête un peu parce que si j'ai une quelconque question relative à mes cycles etc je n'aurais personne pour qui l'a poser mais bon il n'y a pas de raison que ça n'aille pas !
 

Enola

La tête dans les nuages
3 Jan 2019
201
797
93
#13
@Lilydouce tendres pensées pour vous :jv:

J'ai appelé l’hôpital, le service de pré natal où je suis suivi. Ça me tracasse trop de savoir si on allait avoir une quelconque réponse avant notre rdv de génétique.
Il m'a dit que dans quasiment tout les cas les résultats n'étaient rendus qu'a ce moment là mais que si il avait connaisance de quelque chose dans l'intervalle il me passerait un coup de fil. Il m'a expliqué (en gros je ne me souviens pas des termes médicaux avec lesquels il m'a expliqué même si il a largement simplifié) ils étaient en train de faire des recherches sur les tissus. Et si ils trouvent un signe d'appel alors a ce moment là ils feront nos caryotypes à mon copain et à moi. Seul celui de notre fils à été fait et est revenu sans soucis. Donc si j'ai bien compris, on va peut etre me dire en juillet qu'ils faut que les recherches se poursuivent et devoir attendre encore ...

Donc, j'attend désesperement un rdv pour avoir une explication sauf que peut-être que j'en aurais pas car "faute a pas de chance/accident" ou qu'il va encore falloir attendre d'autres choses :tears:
 

Lenny Leguellec

Guerrière à plein temps
7 Jan 2019
107
345
63
31
#14
Diagnostiquer SOPK a 18 ans, ma genyco de l’époque m’avais déclarée stérile. Après un test de dépistage IST/MST avec mon compagnon de l’époque nous n’utilisions pas de contraceptif pas de risque d’enfanté. Je suis tombé enceinte mais je l’ignorais.
Après d’horribles nausées (que je prenais pour une gastro ou une intoxication alimentaire) mon médecin généraliste a insisté pour une prise de sang avec test de grossesse « les miracles ça existe ». J’insiste pas je le fais sans grande conviction. Résultat sans appel grosse de 5 semaines.
J’étais abasourdie premièrement, je n’étais pas stérile, deuxièmement j’étais enceinte. Que vais-je faire à 22 ans.
Je suis rentré chez moi sans un mot après avoir acheté une petite grenouillère (idée débile).
Pendant la soirée j’ai commencé à avoir des crampes abdominales semblable à des crampe menstruelle. Sur le moment j’ai pas fait le liens. J’étais entrain de perdre le fœtus. La nuit fut longue. Le lendemain, les draps étaient tachés... j’ai pleurée toutes les larmes de mon corps ...puis j’ai continue comme si de rien (je vivais avec ma grand mère a l’époque pas avec mon copain) j’ai pris rendez-vous en urgence avec mon généraliste pour savoir quoi faire (je n’avais plus confiance en ma genyco).
Malgré le fait qu’il soit catho à mort pro vie etc... c’est lui qui m’a orienté vers un centre spécialisé dans les ivg fausse couche et autre. Mais il m’a prévenue que tous les médecins ne pense pas comme lui à savoir que la patiente a le choix et qu’en temps que médecins il devait le respecter même si moralement ce n’était pas le leur, que je pouvais tomber sur des gens indélicats.
Indélicat n’est pas le terme cruel serais mieux après des examens je devais subir un curetage.
Le médecins qui devait intervenir a été condescend et limite violent (aujourd’hui il se serais pris mon genoux dans les noix pour lui apprendre la délicatesse). J’ai du subir un curetage. L’intervention a été pratiquée sous anesthésie local et pendant tout le long il m’a parler, me disant qu’avorter c’etais mal que mon corps me punissais pour avoir pris une vie , pour avoir tuer mon enfant que j’y réfléchirais à deux fois avant d’écarter les cuisses...
Connard, il n’avait même pas lui mon dossier...
Comment a-t-il pu me juger ?
Que savait-il de ma vie ?
Croyait-il que j’étais là par pur plaisir ?
Que c’est par amusement ?
Je venais de perdre mon enfant... si petit etait-ilelle c'était mon enfant
Ma cousine est passée me récupérer et nous sommes rentré sans un mot. Elle m’avait pris un (plusieurs) énorme pot de glace chocolat. J’ai mis du temps à me reconstruire... à en parler... à accepter...
Chaque jour je repenses à cet enfant qui aurait pu être le miens.. à ce qu’ilelle aurait pu ressembler... au son de sa voix... cet enfant aurait eu sept ans.. aujourd’hui ilelle aurait pu fêter les un an de son cousin... jouer avec lui...grandir avec lui... lui apprendre toute les bêtises du monde...

Je ne veux pas d’enfant...ni aujourd’hui ni à l’avenir.
Ce traumatisme encré dans ma chair et mon âme sont suffisante pour une vie....
 
Dernière édition:

Aesma

Menstruoloque
6 Jan 2019
371
1 723
93
#18
@Weena88 Si j'ai partagé cette histoire aujourd'hui ce n'est pas vraiment un hasard. Si tu as des questions auxquelles je puisse répondre n'hésite pas.

Pour tes aînés ils sont en effet plus grands que mon frère ne l'était mais justement peut-être assez pour comprendre et exprimer leurs émotions. J'espère que cela les aidera à surmonter cela du mieux possible. :fleur:
 

Aribeth

La roue tourne
6 Jan 2019
424
3 443
93
#20
oh mon dieu @Weena88
Je ne suis pas passée depuis un moment et te pensais absente d'insta à cause de ton chat. La brutalité de la réalité vient de me tomber sur la tête. Avec du retard, j'ai pleuré pour toi, que j'ai tellement l'impression de connaître IRL. Je suis tellement désolée, ce doit être tellement dur. Je pense à toi et à ta famille.