Depuis quand « être une bonne mère » veut dire « se sacrifier » ?

Coco l’asticot

Well-known member
12 Jan 2019
828
3 436
93
@CCCC le truc c’est que c’est justement ce genre d’appelation qui est méprisant et qui participe à la culpabilisation des parents de manière assez vicieuse : on met dans la tête qu’il existe une opposition entre ça et tout le reste , donc non pour moi ça passe pas
Désolée mais ce que te disait ta mère oui c’est carrément méchant et malveillant même si évidemment je ne doute pas qu’elle t’aimait de tout son cœur
 
Dernière édition:

klifer

Le temps passe vous savez ...
2 Jan 2019
1 178
15 330
113
www.mokumonmywrist.eu
@CCCC J'allais réagir la dessus aussi, dans le sens où je ne fustige pas les principes qui se trouvent derrière ce terme, notamment la lutte anti VEO, comme beaucoup de gens de ma génération. Mais est ce une erreur de remettre en question ceux qui clament que si on ne suit pas à la lettre certaines choses on est un parent violent ? Et qui font culpabiliser les parents qui auraient le malheur de ne pas pouvoir suivre tous les préceptes ? Moi par exemple je ne porte pas, mon bébé est en poussette, et je le laisse pleure 2 minutes pour aller aux toilette. Pour certains amateurs de la parentalité bienveillante c'est déjà inadmissible. Et ce que je critique c'est quon mette ça au même niveau que le fait de dire des choses blessantes, ou de faire du chantage affectif à son enfant. Le mot bienveillant est également problématique puisqu'il suggère que toute autre façon de faire, ou que si l'on ne suit pas tout à la lettre, on n'est pas bienveillant. Or si je ne suis pas tout à fait d'accord avec @Coco l’asticot et qu'il ne suffit pas de ne pas être violent / abusif pour être un bon parent, il n'y a pas une seule façon de faire et ce n'est pas juste de s'approprier ce terme et d'en exclure quiconque ferait différemment.
 

Coco l’asticot

Well-known member
12 Jan 2019
828
3 436
93
@klifer attention je ne dis pas qu’il suffit de ne pas être violent et abusif pour être un bon parent
Je dis qu’un mauvais parent pour moi c’est : insulter violer et violenter (insulter : rabaisser, se moquer, comparer tout le temps ...)
Et je n’aime pas le terme bon parent car je le trouve trop stressant, je préfère l’idee de la mère suffisamment bonne de winnicot
Voilà :)
 
  • You Rock !
Reactions: klifer

CCCC

Cessez ces "C" !
20 Jan 2019
3 197
25 012
113
@Coco l’asticot et @klifer je vois ce que vous voulez dire.
Je crois qu'on peut s'accorder à dire que les dogmatismes et la culpabilisation sont néfastes, mais selon mon expérience ils n'ont rien à voir avec les courants, disons "philosophiques" dont il est question dans l'éducation "bienveillante", "proximale" etc. On trouve des dogmatismes partout, cela ne dit rien sur le fond de la question. Je suis désolée si vous avez été culpabilises par des gens qui se revendiquent de l'éducation "bienveillante", ça me semble aberrant.

La première chose que j'ai apprise en découvrant ce courant, c'est qu'il n'est pas d'éducation bienveillante qui ne soit d'abord bienveillante envers les parents. En lisant le livre de Dr. et Martha Sears (the Baby Book - c'est un peu les premiers à avoir théorisé ce qu'ils appellent "attachment parenting") c'est la première chose qui en ressort. Justement, il n'est pas question de sacrifices, il est question d'équilibre. Ils disent aussi qu'on peut tâtonner, on peut craquer, on peut ne pas être parfait, notre enfant ne va pas être traumatisé à vie à cause de ça. Ce qui compte, c'est le lien qu'on crée sur le long terme. En lisant Filiozat ça m'a semblé peut-être un peu moins clair, mais c'est là quand même.

J'avais trouvé ça beaucoup moins culpabilisant que tous les discours que j'ai entendus de nombreuses fois sur "il faut que le bébé ait sa chambre, sinon c'est malsain" (merci mais on n'avait pas le choix...) "Il faut arrêter d'allaiter madame, vois n'avez pas assez de lait, vous faites du mal à votre bébé" (ça n'était pas vrai et j'ai changé de pédiatre) et autres jugements à l'emporte-pièce.

À part sur ce forum, je ne suis pas sur les réseaux, jamais personne ne m'a dit que je n'allaitais pas assez longtemps ou que que je ne portais pas assez ma fille, ou que j'étais une tortionnaire de lui donner sa propre chambre quand on a enfin pu.

Donc pour moi, les ouvrages que j'ai lus concernant l' "attachment parenting" sont au contraire une libération des injonctions tout aussi dogmatiques reçues principalement au sein de la famille et dans le milieu médical. (Biberon toutes les 4h, c'est mal mal mal de laisser l'enfant s'endormir dans le lit parental, il faut retrouver une vie de couple et sortir, etc.)

Quant à ma mère... Non, elle n'était pas méchante du tout ! Elle ne me disait pas ça par méchanceté ! Simplement on lui avait inculqué l'idée qu'un bon parent devait éviter que son enfant devienne colérique, et donc devait faire cesser les "colères" et les "caprices". Je pense qu'elle était même assez fière d'elle d'avoir trouvé une solution qui n'implique pas des baffes, elle devait trouver ça "moderne", et peut-être même "bienveillant" ! Mais elle aussi a eu son lot de culpabilisation, hein, donc je ne veux pas l'accabler. Elle est pas parfaite mais elle m'a offert de belles choses aussi.
 

klifer

Le temps passe vous savez ...
2 Jan 2019
1 178
15 330
113
www.mokumonmywrist.eu
@Coco l’asticot je pense que sans être violent on peut avoir des comportements néfastes (indifférence, ego centrisme etc) mais je suis d'accord avec toi le terme bon parent ne veut rien dire.

@CCCC Oui mais je ne pense pas que ce soit de cette éducation positive dont parle l'article. Je ne remet pas en cause l'intérêt de certaines pratiques voire même de la plupart d'entre elle (je me retrouve bien dans ce que tu dis) mais le fait que le pack complet parentalité positive en mode sacrificiel soit présentée comme la seule alternative si l'on veut des enfants épanouis sur internet.

Au final le problème c'est qu'on lutte parfois contre des injonctions stupides qui préconisent de dresser les gamins, de les déshabituer de nous et de les empêcher de faire trop de bruit, avec d'autres injonctions "bienveillantes". Et c'est de ces injonctions très présentes sur internet que lon parle. Mais je suis bien d'accord avec toi, les règles archaïques de dressage des petits-enfants c'est de la connerie. Bref vive le juste milieu !
 
Dernière édition:

couettecouette

Well-known member
4 Jan 2019
904
5 542
93
Quand je lis sur le forum " j'ai cassé mon bébé " ou le #veo. J'avoue que j'ai de la peine pour ces mamans qui se mettent une pression de ouf sur les epaules.
Et quand je lis en commentaires merci de nous faire decilpabiliser .. mais il n y a pas a culpabiliser
Laisser pleurer son bebe parce qu on doit faire pipi ou prendre une douche ne va pas le casser..
L 'allaiter au biberon plutot qu'au sein ne fera pas de vous une mauvaise mère mais l'important c'est qu'il soit nourri dans un climat serein non?

On a vu les derives de Dolto avec l'enfant est une personne qui est devenu le problème de l'enfant roi
La on arrive aux memes derives les meres se mettent une pression de fou il faut arreter avec ça.
 

envoituresimone

Well-known member
23 Août 2019
231
2 583
93
Ce qui me gène énormément parfois dans ce que je lis d'un tel courant, ce sont les justification qui prônent une éducation qui s'oppose à celle d'avant. De façon générale, j'ai remarqué que chaque époque veut se créer un nouvel ordre moral en réaction à celle d'avant. A chaque époque, des personnes viennent expliquer que la génération du passé à créée ses acquis sur des bases malsaines ou immorales et qu'il faut rompre avec cet héritage. Un certain courant autour de l'éducation n'y déroge pas : nos parents nous ont mal éduqué : remarques culpabilisantes sur le poids, insultes, indifférence ou mépris ostensibles face à nos émotions, etc. Ils nous ont laissé pleurer, et d'ailleurs selon leurs propos, "on en est pas morts". Heureusement, l'ordre moral est rétabli avec une éducation en totale rupture avec le passé, histoire de bien montrer à nos mères que l'on fait mieux, nous.
Je n'aime pas le moralisme à outrance, d'où qu'ils vienne. Dès lors qu'une idéologie se soucie aussi de régler ses comptes avec le passé, j'ai du mal. Je lis beaucoup de femmes qui ont j'ai le sentiment une profonde aversion pour la façon dont les grands parents se comportent(surnoms, insultes légères, remarques sur le genre etc) avec leurs enfants, qui ont pour certaines besoin/envie de se démarquer voire de régler leurs comptes.
D'un côté, c'est humain. Nous voulons exister en dehors de ce que nos parents ont fait de nous. Nos enfants ne seront pas ceux de nos parents.
D'un autre côté, je me méfie. Vouloir à tout prix expliquer que nos anciens faisaient mal et que nous ferons mieux, c'est suspect.
J'ai conscience d'être très outrancière et d'y aller avec des gros sabots, tout ce que j'exprime ici est à prendre avec des pincettes car je ne détiens aucune vérité . Mais juste, j'ai remarqué ça pour chaque génération et cela me conduit encore plus à tout relativiser.
 

couettecouette

Well-known member
4 Jan 2019
904
5 542
93
@Coco l’asticot c'est pas l'avoir balancé a travers la piece je te rassure . Plusieurs mamans en font mention dans la salle commune. Et en général quand je lis ces mots il transparaît une angoisse d'avoir vraiment fait une grosse erreur.. de se sentir sur le coup une mauvaise mère.
Et c'est pas le cas.
 
  • You Rock !
Reactions: Pimprenelle

Weena88

Luna Loufoca Lovegood
2 Jan 2019
9 533
87 991
113
www.ungrandmarche.fr
@Coco l’asticot c'est parce que les gourous extrême d'un certains type de parentalités "bienveillante" t'explique en long en large et en travers à quel point les neuroscience ont montré les dégâts du stress/pleurs/punitions/whateveryouwant sur le pauvre petit cerveau fragile et immature des bébés :sweatdrop:
Alors tu as l'impression que chaque erreur, chaque décision que tu prends va influencer le bon développement de ton bébé. Ça peut être très angoissant avec un tout petit qui pleur beaucoup sans décodeur, mais ça l'ai tout autant avec un jeune enfant chez qui les magnifiques princeps des bouquins ne fonctionnent pas (j'ai le cas avec mon deuxième fils et c'est horrible de ne pas savoir comment "réparer" la relation parce que rien ne marche comme on le voudrait :tears: )
 
Dernière édition:

charberlotte

Well-known member
25 Jan 2019
78
533
83
32
@Weena88 @couettecouette @Coco l’asticot j'ai regarde les premiers episodes de la serie 'Babies' sur netflix et la conclusion du premier episode etait que tant qu'on donne de l'amour a son bebe tout va bien. Mais ca venait apres dire que si on ne conforte pas son bebe il va apprendre a se soulager/calmer seul (souvent sucer son pouce ou quelque chose de similaire) et ca va prendre la place dans leur cerveau de l'exploration et la decouverte de nouvelles chose.
Alors depuis je culpabilise a chaque fois que ma puce suce son pouce, par exemple quand je la pose pour faire pipi alors qu'elle est fatiguee/enervee et veut etre dans mes bras, ou a chaque fois qu'elle s'endort (en general session de pleurs et sucage son pouce pour s'endormir plus ou moins vite). Pourtant c'est la seule facon pour elle de s'endormir (dans mes bras elle ne veut qu'explorer le monde). Alors bon je ne sais pas trop que penser ou que faire pour ne pas culpabiliser...
 

Weena88

Luna Loufoca Lovegood
2 Jan 2019
9 533
87 991
113
www.ungrandmarche.fr
@charberlotte sachant qu'elle a trouvé son pouce toute seule, je ne vois pas le problème :hesite: :non:.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Donc, à bas les dogmes et réflexions à la c**, chaque enfant est différent, et la dure réalité des parents, c'est qu'il faut s'adapter à chacun :dunno:. ta fille a trouvé les ressources pour s’apaiser (seule) c'est que tu fait tout bien :calin:
 
Dernière édition:

diad

Well-known member
20 Mar 2019
10
134
28
@charberlotte

Comme @Weena88 je trouve cela sain que ta fille trouve des moyens d'appaisement seule. Comme la tienne la mienne ne pouvait s'endormir aux bras ( un lieu de jeux si réjouissant!) et nous avons rapidement opté pour la tétine, je n'étais pas pour au départ mais voir l'apaisement que cela lui apportait m'a rassuré. Je reste persuadée, même si ce n'est pas dans l'air du temps, que notre rôle n'est pas d'éviter les difficultés de la vie à nos enfants ( dormir seul au bout de quelques mois, plus grand faire face à des individus pas forcément sympathiques parfois à des réflexions blessantes ) mais bien de leur donner suffisamment confiances pour que ces événements deviennent " insignifiants" à leur yeux. En d'autres termes j'essaie tout le temps de dédramatiser les situations.. tout en étant à l'écoute des émotions bien évidemment. L'idée n'étant pas de ballayer du revers de la main avec indifférence les vexation, les peines mais bien d'accompagner l'enfant dans une sorte d'acceptation et de prise de recul. Et c'est une leçon qui me sert bien puisqu'étant moi même plutôt angoissée j'essaie de grandir également sur ce point en même temps que ma fille. Depuis son plus jeune âge, elle chante pour s'endormir. Maintenant qu'elle a 4 ans elle raconte des histoires sensationnelles à ses doudous ( très drôle à écouter ! ). Je suis contente qu'elle ait rapidement trouver ce moyen de se rassurer sans notre présence. Après je ne donne aucune leçon ! J'ai de grandes difficultés sur d'autres points (on en parle des " courses poursuites " dans les magasins ;) ) et j'ai totalement conscience que chaque enfant est différents, je n'ai aucune idée de ce qui m'attends pour le deuxième. Je suis moi aussi en pleine phase d'apprentissage du " non à la culpabilité maternelle pour tout ;) " et j'essaie de trouver les méthodes qui me, qui nous conviennent. En tout cas merci à toutes celles qui ont répondu à mon message sur l'éducation bienveillante, vous m'avez rassurées et j'ai pu comprendre pourquoi ces méthodes sont si chères à certaines/certains.
 

Coco l’asticot

Well-known member
12 Jan 2019
828
3 436
93
@charberlotte peur être que si tu culpabilises ça n’a rien à voir avec cette histoire de pouce (d’ailleurs j’ai compris le problème honnêtement lol) mais à cause d’un truc plus profond genre l’arbre qui cache la forêt ? Peut être les gens te font douter de toi avec des remarques et des attitudes ?
 
  • You Rock !
Reactions: charberlotte

Mimine2407

Active member
16 Jan 2019
7
26
13
Merci pour cet article. Comme nombre de ceux sur la parentalité, il me parle beaucoup. Merci à Rockie d'ouvrir la parole sur ces sujets !
Une lecture qui m'a beaucoup aidée à c'est "l'éducation approximative" d'Agnès Labbé.
 
  • You Rock !
Reactions: Weena88

Lysae

^^
12 Avr 2020
115
851
93
Ah, bin moi j'ai pas mal adhéré à ce que j'ai appelé "éducation bienveillante" mais je suis pas sûre qu'on parle de la même chose? Je m'y suis intéressée parce que la communication c'est un truc important pour moi, je verbalise beaucoup et pour moi c'est une recette à la fois pour comprendre mes enfants mais aussi pour me faire comprendre. Ce qui m'a motivée c'est une formation à la communication non violente que j'ai fait, où une grande étape à été de nous la faire appliquer à nous même, mettre le doigt sur ses propres sentiments, se pardonner ses limites et les exprimer, pour moi l'éducation bienveillante elle commence par la bienveillance envers soi même et l'écoute de ses sentiments, si je me sens triste ou en colère je vais devoir régler ça avant d'écouter les problèmes de mes enfants (l'histoire des masques à oxygène dans les avions est une bonne comparaison).
Du coup je dis sans culpabiliser aux enfants que pendant 30min il faut qu'ils jouent entre eux et que je ne suis pas disponible ou que s'ils ne veulent pas ce qui est dans leurs assiettes, ils mangerons mieux demain.
Il faut dire que mes parents m'ont plutôt élevée comme ça (l'adage de ma mère: en tant que parents ont peut toujours faire de notre mieux, ce ne sera jamais assez bien, alors c'est pas la peine de se mettre la pression...)

J'ai pas mal d'empathie pour les parents en difficulté parce que je me dis que j'ai eu de la chance au départ et que tout le monde n'a pas cette ressource pour construire sa parentalité, courage à nous, on va y arriver.

Pour ce qui est des plans pour le partage des tâches et se garder du temps pour soi par contre, bin moi aussi j'avais de belles ambitions, puis le papa à fait une dépression suite à la naissance donc je me suis collée plus de 80% de la charge mentale, ça ne s'est pas arrangé et avec la séparation je me suis dit que j'aurais au moins un weekend sur deux pour souffler un peu, raté... Bref, j'élève deux enfants toute seule et je culpabilise un peu de les faire garder pour aller au ciné glander mais ça va ^^
Je trouve qu'on s'en sort pas mal et les gens me disent que mes enfants on l'air bien, pleins de vie et en forme, donc objectif rempli pour le moment...
 

klifer

Le temps passe vous savez ...
2 Jan 2019
1 178
15 330
113
www.mokumonmywrist.eu
@envoituresimone je suis assez d'accord avec toi mais je pense qu'il y a un effet de groupe et comme tu dis peut-être un besoin de s'affirmer en tant que parent face au parent.

Personnellement j'ai tendance à laisser couler mais j'ai la chance d'avoir un entourage bienveillant envers les enfants donc est-ce que je serais aussi "zen" si ma famille multipliait les comportements débiles, je sais pas, mais je n'ai pas l'impression que mon enfant ou moi soyons en danger quand on nous fait une réflexion. Ma mère est plus old school que ma BM mais je sais que elle ne sera pas toxique pour mes enfants et au contraire leur apportera beaucoup de choses.

Par contre pour ce qui est de rejeter l'éducation, on est quand même une génération (la dernière je pense) qui a reçu son lot de brimades et de châtiments corporels. Je trouve ça normal que à la lumière de ce que l'on sait aujourd'hui, notamment sur l'impact des fessées et du chantage affectif on veuille faire sans. Et je ne parle pas des courants bienveillants "extremistes" mais simplement de communiquer un minimum avec son gamin et d'éviter de lui faire du chantage affectif, lui coller des pensées limitantes dans le crâne et de le frapper même si cest "juste" une petite fessée (même si un dérapage peut arriver, surtout quand on a été éduqué ainsi). Apres chez nous même si mon mari et moi avons pu souffrir de violences (avérées et reconnues) nous avons gardé plein de choses de nos éducations que nous souhaitons transmettre et nous savons faire la différence entre parents et grands-parents. C'est chouette que nos enfants soient confrontés à de nouvelles façons de faire, tant que les comportements abusifs de l'époque ne sont pas reproduits. Les petits commentaires vieillots par contre j'avoue je m'en fiche.