Culture littéraire et Science

3 Jan 2019
122
215
43
#1
dimanche Matin je me suis réveillé en pensant à la fct° mathématique permettant de convertir les degré fareneith en degrés Celsius (y a 10 ans, un exos de math qui m'a marqué)(f(x)=1,8x+30) , puis mon esprit vagabonde et je me met à penser au bouquin Farenheith 451, j'ai donc entrepris de convertir de tête en degré celsius. Petit tour sur internet pour vérifier ma reponse et me cultiver

Vous arrive t il d'avoir des réflexions scientifiques a partir de références littéraires? Si oui je serais ravi de connaitre vos reflexion.

Un jour je m'ennuyais j'ai fais un arbre de proba a partir d'un extrait du bourgeois gentilhomme.

Si le titre du roman SF "Farenheit 451" désigne la température ou brûle le papier alors il brulerais à grosso modo 233 °C. Or JM Most, chercher au cnrs en ingénierie des matériaux et spécialiste des incendies nous explique que la t° d'inflamation dune substance varie énormément de facteurs externes comme l'humidité ou la composition. En réalité, selon Ignition Handbook, référence pour les experts en incendie, la T° d'auto-inflation du papier varie de 170 à 270 degrés celsius.
J'étais ravie d'apprendre ça.
Pour la petite histoire, l'article que j'ai lu après venait d'un Science&Avenir et avait été publier suite au décès de Ray Bradburry en 2012.
 

CCCC

Rangez vos cahiers, sortez une feuille et un stylo
20 Jan 2019
1 381
9 251
113
#2
J'aime beaucoup toutes les réflexions transversales entre plusieurs disciplines ! Un arbre de proba à partir du Bourgeois gentillhomme, c'est quand même assez balèze...

J'ai une formation purement littéraire (mon dernier cours de maths remonte à la classe de 1e...) donc j'aurais plutôt tendance à avoir des réflexions poétiques et philosophiques sur les objets scientifiques qui croisent mon chemin. Mais il y a beaucoup d’universitaires, de chercheurs et d'auteurs en sciences humaines et en lettres qui utilisent des concepts purement scientifiques. L'autre jour j'ai lu un post intéressant (mais assez ancien) sur l'utilisation que Boris Cyrulnik fait de la notion d'attracteur. J'ai aussi eu tout un cours de littérature il y a fort longtemps sur l'entropie dans une œuvre de Joseph Conrad. Mais mon professeur savait-il vraiment ce qu'était l'entropie ? Je l'ignore, et il n'y avait pas un seul scientifique dans la salle pour vérifier. Depuis je me suis un peu renseignée sur les lois de la thermodynamique, mais guère plus, je reste très ignorante...

Avec mon chéri, très très matheux, on regarde parfois des conférences scientifiques pour comprendre un peu le monde qui nous entoure (transition énergétique, astrophysique, énergie nucléaire, perturbateurs endocriniens...) et on a beaucoup apprécié une conférence de Roland Lehoucq sur l'astrophysique dans les films (Gravity ou interstellar par exemple) :
C'est un peu plus "fun" que celle sur les ondes gravitationnelles...
 

Martesmartes

Well-known member
3 Fev 2019
231
1 047
93
#3
@triste_songe
Merci pour cette idée de topic enthousiasmant ! Pour les réflexions sur la transversalité sciences/littérature, je n'ai rien qui me vient pour l'instant :)
Je suis de formation littéraire mais en ce moment je me remets aux maths.
En terme de vulgarisation scientifique, je recommande les conférences d'Étienne Klein, physicien et philosophe des sciences, c'est toujours passionnant. Elles sont disponibles sur youtube.
 

Chocovore

éclair au chocolat
9 Jan 2019
958
6 211
93
#4
Moi je suis scientifique de formation (pour être précis je suis plutôt technicien) et dans ma sphère personnelle hors sciences et techniques il y a une hypertrophie de la partie histoire. Ce qui fait que j'adore l'histoire des sciences et des techniques.

D'autant plus que jusqu'à une époque en somme toute récente, les intellectuels sont souvent : auteur, philosophe, scientifique, ont de grosses notions de théologie,...

Ce qui fait que je m'émerveille souvent sur les réalisations ancienne réalisées alors qu'on avait une maîtrise beaucoup plus empirique du monde et de son fonctionnement.
 
You Rock !: Martesmartes