Comment motiver mon mec à faire un enfant, et vite ?

Onirinaute

Well-known member
16 Jan 2019
314
1 883
93
J'aime beaucoup cette réponse, le ton mais aussi le fond sérieux, vraiment je trouve que c'est bien réussi. Mais.
Le passage sur le sabotage de contraception, même pour rigoler, c'est non. Je sais pas si c'est ma sensibilité personnelle mais je trouve ça abusé, cette situation existe, côté homme comme femme, c'est une stratégie classique de personne toxique pour piéger sa moitié d'ailleurs. Je n'aurai pas trouvé marrant une blague sur le viol qui proposerait d'engrosser sa copine pendant son sommeil, sans vouloir mettre les deux tout à fait au même niveau on est quand même sur quelque chose de grave et ça me paraît tout à fait déplacé.
 

Eitae

Well-known member
3 Jan 2019
448
1 887
93
29
Je me suis fait la même réflexion, avant de lire l'article. En voyant le titre je me suis dit "j'espère que ça sera pris au sérieux parce que poser cette question peut être le point de départ d'un éventuel sabotage de contraception"...
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

blobette

Well-known member
9 Jan 2020
53
486
53
J'ai été dans la situation de cette femme. Pour moi le résultat est compliqué : je lui ai demandé de se decider une fois pour toutes sinon je finirai par partir. il a dit oui, mais a passé son temps à changer d'avis, à hésiter... Un jour je suis tombée enceinte et il a flippé (je ne lui ai pas fait dans le dos évidemment) et m'a pourri ma grossesse avec ses doutes.Je n'en pouvais plus je lui ai dit, il a arrêté, au moins d'exprimer les doutes en question.

Résultat : il est fou de sa fille ça pas de problème, mais on s'est énormément éloignés. Je ne sais pas si ça s'arrangera un jour.
 

Carlawn

Well-known member
7 Jan 2019
123
1 043
93
Pareil, je trouve ça vraiment déplacé le truc de sabotage de la contraception (surtout que le ton de l'article est plutôt sérieux), sur un magazine qui se prétend féministe. Faut pas oublier que les femmes, en cas d'accident de contraception ou d'un éventuel sabotage, ont toujours le choix de la pilule du lendemain ou de l'avortement. Les hommes n'ont aucune alternative si la femme veut garder l'enfant. Forcer quelqu'un à devenir parent, alors qu'il n'est pas prêt ou n'en n'avait pas envie, c'est hyper violent.
De plus, on vit encore dans une société où le non-désir d'enfants est rarement pris au sérieux, encore moins chez les hommes. Où il y a beaucoup de pression social autour des enfants arrivé à un certain âge. Donc en parler dans le couple, c'est important, mais foutre la pression sur l'autre, non !
 

Mai Léo

Well-known member
14 Jan 2019
36
378
53
Je ne suis pas sûre d'adhérer à la solution d'un ultimatum à poser à l'autre personne. Parce qu'au final, si l'on ne prends pas ses propres décisions à son propre rythme, alors il peut y avoir des biais (même inconscients) du genre "bon, je vais dire ok pour un enfant dans l'année pour pas qu'elle ne me quitte", et dans ce cas on en revient à un point intelligemment soulevé par la daronne : mieux vaut pour tout le monde (et surtout pour les enfants en question) donner la vie avec un partenaire plutôt surmotivé que sous-motivé.

À mon sens, la question que se pose la Rockie est une question à laquelle elle doit répondre seule : est-ce que je veux des enfants, dans quelles conditions je veux des enfants (avec un partenaire impliqué ou non), est-ce que je pourrais renoncer à devenir mère pour rester dans ce couple ?
Et en suivant ses réponses, elle peut se poser une deadline à elle-même : si dans un an ça n'a pas évolué, alors je lâche l'affaire.

Et je sais qu'à 30 ans, ce sont des questions difficiles à se poser, parce que je suis passée par là.
C'est terrifiant de quitter quelqu'un qu'on aime et de se retrouver célibataire à l'âge où la société te hurle dans les oreilles que "HÉ TON HORLOGE BIOLOGIQUE" (même si c'est globalement très exagéré et on est d'accords, l'argument de la biologie c'est jute une couverture pour le patriarcat). Difficile de faire abstraction. Malgré tout, à mon sens, on ne résout pas certaines questions en espérant "faire changer d'avis" quelqu'un ou en cherchant à accélérer une décision qu'il ne prendra peut-être jamais. Ca se rapproche trop dangereusement de la manipulation.