Comment militez-vous ?

Merlu

Le troisième type, c'est moi
18 Fev 2019
1 796
6 175
113
32
Devant ton nez
L'idée n'est pas de faire un concours de cellui qui milite le plus, ou de la manière la plus impactante (il n'y a pas de petit militantisme)(d'ailleurs, je suis certainement un petit joueur comparé à d'autres) mais de discuter de nos actes qu'on considère comme militants, et pourquoi pas, inspirer d'autres gens. Évidemment, c'est en plus de participer activement au forum, qui va tellement de soi que la précision est inutile.

Alors, mes façons à moi de militer:

-Je suis sur des serveurs discord militants (stream her, afrogameuses et les internettes) sur lesquels je participe autant qu'un non concerné le peut, ainsi qu'un autre constitué uniquement de personnes safes (le seul connard sexiste du groupe a fini par se faire ban), ce qui permet de débattre de sujets sensibles. J'évite les réseaux sociaux, ils me font trop flipper.

-Assumer ouvertement mon émotivité en tant qu'être humain du genre masculin.

-Privilégier un maximum des oeuvres aussi safe que possible dans ma consommation d'oeuvres culturelles.

-Éditer des pages wikipédia dans un but dénonciateur (la section "impunité" de l'article sur le cyberharcèlement, c'est moi qui l'ai créée).

-Acheter uniquement bio zéro déchets (RIP mon budget :sweatdrop:).

-Écrire (quand j'y pense) en inclusif.

-Participer à certaines manifs (dont celle du 8 mars).

-Couper le ponts avec les personnes dont les valeurs insultent les miennes.

J'en oublie certainement, et j'éditerai ce post si d'autres choses me reviennent à l'esprit.

À vous.
 
Dernière édition:

HellaSly

Slytherin
3 Jan 2019
146
1 372
93
29
Pas mal comme sujet, ça peut aussi donner des possibilités et des pistes de réflexions sur le sujet du militantisme. Comment militer ? Quand ? Savoir aussi s'écouter quand c'est plus possible.

Personnellement je milite sur plusieurs couches :

Dans la vie réelle
- j'essaye au max de répondre avec pédagogie quand je rencontre des gens qui ne connaissent pas bien le féminisme et qui ne le voit qu'à travers certains clichés (les femens au militent seins nues par exemple)
- je coupe les ponts et contacts avec les personnes qui ne partagent pas mes valeurs dans mes proches (ceci dit j'accepte aussi les dissensions, mais je suis intransigeante sur certains points comme dernièrement une connaissance qui déclarerait à table avec des propos très transphobes).
- étant infirmière psy, même si ça fait un moment que je n'ai pas travaillé pour cause de handicap, je tente au mieux de parler de sujets militants avec mes collègues, d'appeler à la compréhension des troubles psy mais aussi des personnes NB, transgenres qui sont souvent mal comprises. Je tente au mieux également de lutter contre les clichés racistes (type le syndrome Méditerranéen..). C'est pas simple et cela m'a beaucoup épuisé. En tant que bipolaire j'ai aussi entendu beaucoup de jugements de la part de collègues et je ne pouvais pas leur dire que je l'étais aussi sinon c'était le harcèlement assuré. C'est fou quand même, c'est ton métier, tu es censé avoir une compréhension des troubles psys mais non, c'est même encore pire qu'ailleurs. Des collègues traitaient même des patients comme des enfants...
J'essayais avec certains patients d'ailleurs d'aborder mon propre trouble, pour leur montrer que c'est possible d'avoir un job et de vivre avec.
- je parle beaucoup aussi du handicap invisible, puisque je suis atteinte d'un lupus et que les douleurs articulaires ne se voient pas.

Sur internet :
- je suis administratrice d'un forum rpg (jeu de rôle à l'écrit). On vit une révolution depuis quelques mois notamment sur les sujets militants. On a du coup mis en place un système de Trigger Warning, pour que tous les joueurs puissent jouer sans tomber sur des trucs TW. On fait beaucoup de préventions sur le racisme. Beaucoup de joueurs jouent des personnages blancs et on encourage à jouer des personnages racisés tout en respectant aussi l'ethnie de l'avatar choisi (on joue en prenant des avatars d'acteurs le plus souvent). Donc non un avatar Coréens n'est pas japonais par exemple.
- on tente de lutter au mieux contre la romantisation des personnages avec des troubles psy (qui sont en plus très mal joués le plus souvent). Pareil pour les relations toxiques (non si x te frappe ce n'est pas de l'amour...).

- je participe sur des forums militants comme ici pour échanger, apprendre, débattre. Parce qu'on cesse jamais d'apprendre et de s'améliorer sur les sujets et heureusement sinon on se ferait vite chier dans la vie si on connaissait tout.
- j'évite tout ce qui est harcèlement, etc.
- j'apprends aussi à me distancer des conversations qui me touchent trop, à pas m'acharner pour ma santé mentale. Le burn out militant existe et c'est important aussi de le reconnaître.
- je ne joue pas aux jeux type "militant parfait". On a tous dit des propos problématiques un jour, ça peut tous nous arriver encore. Le principal c'est de le reconnaître et de s'excuser mais je n'irais pas refuser une deuxième chance à quelqu'un de maladroit. Sinon je n'aurais jamais eu la chance de devenir militante.

Bref cela ne veut pas dire que je suis une grande militante. Je fais ce que je peux avec mes ressources. Je ne participe pas aux manifs car j'ai peur de la foule et je suis handi, donc je ne peux pas rester debout trop longtemps. Je n'ose pas encore participer dans des associations car je ne sais pas si j'aurais les cuillères pour gérer ça au quotidien. Je préfère ne pas m'engager si je ne peux pas tenir mes engagements.
Je réfléchis aussi beaucoup sur mes propres biais et privilèges et tente au mieux de les comprendre.

J'aime beaucoup ce sujet pour voir comment lutte les gens au quotidien. Cela peut aussi donner des idées sur comment lutter davantage.
 

Nastasja

Well-known member
27 Fev 2019
125
891
93
Bonjour tout le monde, super idée de sujet!
Ca peut donner des idées de choses qu'on a la possibilité de faire mais auxquelles on n'aurait pas pensé!

Mes actions sont variées, je vais essayer de vous rendre ça cohérent:
Education / sensibilisation:
- être ouverte à la discussion si des gens ne comprennent pas certaines oppressions que je connais personnellement (en tant que femme, famille d'origine non-française et non-blanche).
- à l'inverse, si j'ai un-e troll irrécupérable en face de moi, il ou elle prend cher (c'est génial parce que les gens ne s'y attendent jamais quand ils sont dans le stéréotype de la poupée idiote et fragile :devilish: ). Si je fais correctement mon boulot, ça les laisse traumatisé-es et ça leur passe l'envie de recommencer * rire démoniaque*.
- je m'éduque en continu aux différentes problématiques oppressives, notamment celles qui ne me touchent pas (racisme différent de celui que je subis, grossophobie, homophobie, transphobie etc).
- j'ai donné des ressources à des copines sur la charge mentale pour les aider à s'éduquer (Depuis, ellescontre-attaquent :supermad:)


Cohérence actes/ valeurs:
- zéro scrupule à couper les ponts avec des gens irrécupérablement racistes, sexistes, homophobes, antisémites ou islamophobes, fussent-ils de mon propre sang.
- je suis prête à quitter un compagnon ou à rester célibataire de façon indéfinie plutôt que de me contenter de quelqu'un qui ne ferait pas sa part à la maison. Je refuse l'esclavage domestique et préfère être seule que mal accompagnée. La société qui ne reconnait ma valeur qu'une fois en couple peut aller se niquer.
- inclure une grande variété de protections périodiques dans les courses que je fais pour les associations (type Banque Alimentaire)


Aide aux gens:
- je me suis déjà interposée plein de fois physiquement (malgré mon gabarit de poupée) dans des cas d'agressions sexistes ou autres oppressions. Cela dit, je ne le recommande pas à tout le monde pour des raisons évidentes de sécurité physique (aller appeler à l'aide ou proposer de témoigner en cas de plainte, c'est bien aussi, ça compte!). Ca ne sert à rien de se mettre en danger si on ne "le sent pas".
- j'ai suivi des formations de C. de Haas (sur les violences conjugales notamment)
- aider à déculpabiliser et soutenir des filles victimes d'agressions sexuelles ("c'est pas ta faute" etc)
- ça m'est arrivé plus rarement pour des hommes mais soutien aussi , évidemment (dans ce cas, le soutien prend une forme différente, notamment avec la reconnaissance que oui, les hommes peuvent aussi être victimes)
- avoir des paroles positives, apaisantes et déculpabilisantes pour mes proches (parfois même des inconnu-es, genre en soirée) quand ils ou elles me confient leurs complexes sur leur physique ou leur poids.
- j'ai déjà gardé chez moi (dans un studio à l'époque) une victime de violences conjugales le temps qu'elle rebondisse

Divers:
- regard critique sur ce que je consomme, comme la mode, la culture, etc. Je n'utilise pas, ou le moins possible, ce que je juge trop problématique (comme Amazon, ou les bouses type 50 Shades). Pour d'autres, je sais d'où ça vient mais si ça me plait, je ne vois aucun problème à continuer (exemple: chaussures à talons, maquillage, épilation). Il y a des choses avec lesquelles je galère un peu (comme certaines maisons de mode qui ont un passé que je vomis - rapport à la colonisation par exemple - mais dont j'adore les produits pour leur qualité et leur durabilité increvabilité notament ; c'est ma zone grise, je ne sais pas comment me positionner face à ça).
- ne pas employer d'insultes ou de mots oppressifs (comme une injure homophobe ou de slut-shaming).

Je pense que j'en oublie, car au final pour moi ce sont de "petites choses". J'éditerai au pire (avec mention edit).
Après, je ne sais pas si on peut me qualifier de militante, dans le sens où je ne vais pas aux manifestations (j'ai peur de la foule) et où mes actions se résument à des actes plutôt liés à la vie de tous les jours.
 

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
649
3 984
93
Je ne "théorise" pas le militantisme, pour moi tout le monde milite pour quelque chose dès qu'il y a discussion, mais quand je parle de féminisme avec une personne en discussion réelle... je me demande si c'est pas se mettre une balle dans le pied mais je fais très attention à mon apparence à cause de ça.
Parce que si une femme est belle, dans les standards, c'est d'autant plus surprenant pour le misogyne en face. Là dessus je suis d'accord avec ce qu'a dit @Nastasja , c'est vrai que voir certains hommes se décomposer quasiment littéralement quand ils se rendent compte que la femme qu'il essaye de séduire est féministe, c'est presque drôle (oui je suis pas très sympa j'admets mais bon personne n'est parfaite, et puis ils ont qu'à aimer les féministes aussi, non mais oh).

Pour moi l'avantage c'est que déjà ça montre que toutes les femmes sont féministes, même celles qui pourraient "jouer de leur charme" pour obtenir des trucs. Moi je veux pas jouer de mes charmes, je veux avoir le pouvoir de faire ce que je veux sans devoir faire la roue devant un homme. Mais bref. L'autre avantage c'est que ça coupe l'argument "les féministes sont moches", enfin un peu. Le cliché qui à mon avis s'explique parce que certaines femmes féministes refusent les codes genrés qui "rendent belles", pas parce que les féministes seraient moches en vrai. Elles sont pas plus moches ni plus belles que n'importe qui.
Bref, quand je suis en jogging-basket-pas coiffée-vieux tote bag...bref je fais pas un dessin, ben je ne rentre pas trop dans les débats qui peuvent se faire, pour justement éviter de nourrir les clichés.

Mais pour le coup je me dis quand même que quelque part je me mets une balle dans le pied sur le long terme. Parce que quelque part il faut que les hommes acceptent que les femmes s'habillent comme elles veulent, et donnent leur avis, peu importe leur apparence. Je comprends complètement les femmes comme Dworkin, qui refusaient de rentrer dans ce jeu là.



Ou Madeleine Pelletier


Bref...c'est compliqué.
 

CiseauxSiamois

Adieu le rond vert, j'ai enfin mis une PP !
28 Mar 2019
111
499
63
25
Pas mal cette idée de topic ! Est-ce qu'on se centre sur le militantisme féministe, où toutes les causes en général ?

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

J'ai l'impression que mon long paragraphe fait un peu "regardez tout ce que je fais" alors que c'est pas le but >< En fait j'ai du mal à imaginer que mes actions soient du militantisme, comme @Nastasja (déso pour la double mention) j'ai plus la sensation que c'est des actes du quotidien, et dans mon esprit le militantisme c'est plus un combat, des actions de plus grandes envergures, bref, quelque chose qui te mouille plus et demande un vrai investissement personnel, physique et temporel. Mais j'espère glaner des idées sur le topic, et que vous lire tou.te.s me donnera l'impulsion pour enfin me mettre dans un collectif :fleur:
 

Ayrshire

Well-known member
15 Jan 2019
56
309
53
c'est une bonne idée ce topic..!

déjà, j'essaie de m'éduquer... et c'est pas une mince affaire. je suis une femme cis non racisée, mon milieu familial d'origine est plutôt CSP++ pour ne pas dire petit bourgeois, je n'ai pas de handicap. du coup, je deale comme beaucoup de monde avec la misogynie, le machisme... mais en fait c'est tout, et je ne vis pas dans ma chair beaucoup d'oppressions qui sont pourtant monnaie courante. alors j'essaie de faire en sorte d'écouter, d'apprendre, de déconstruire. j'ai fait une partie du chemin, mais je pense qu'on n'a jamais vraiment fini ce travail sur soi. alors j'essaie de ne jamais m'arrêter, et de respecter la parole des personnes qui sont le mieux placées pour en parler.

j'essaie dans la mesure de mes moyens de ne pas être toxique... c'est pas toujours facile. dans la vie de tous les jours, c'est mon travail qui m'occupe le plus de temps, et c'est là où je pense que mon comportement a le plus d'impact. en dehors de mon taf, ma vie sociale est somme toute assez réduite. dans la vie je suis véto, et des gens, j'en vois défiler un bon paquet tous les jours. dans mes clients, j'ai entre autre des couples lesbiens, gay, des personnes trans, des personnes atteintes de handicap visible ou non, des sdf, des gens du voyages, des psychotiques... des gens très intégrés dans la société, des gens très en marge, des gens très aisés, des gens très en difficultés, des gens calmes, des gens vénères... tous les jours, c'est une petite surprise! alors pour tous ces gens, j'essaie à minima de ne pas être la personne qui va leur gâcher une partie de la journée, et quand j'y arrive, je suis très contente d'avoir réussi à leur rendre la vie un peu plus agréable. je pense que je n'y arrive pas toujours... parce que je suis faillible, que quand je suis fatiguée (et ça arrive souvent, car je bosse depuis des mois en sous effectif avec un nombre de client croissant), j'ai moins de filtres, et j'imagine que de temps en temps, il doit bien y avoir une phrase ou deux qui m'échappent, et doivent blesser au passage mon interlocuteur.

"d'abord ne pas nuire", je crois que c'est le principe fondamental de la médecine, et j'essaie de l'appliquer tous les jours dans mes relations aux autres. par extension, si je surprends mes collègues à avoir un mot malheureux sur une personne en off, je les reprends. je ne sais pas si j'ai vraiment réussi à créer un espace safe pour les personnes opprimées dans ma petite salle de consultation, mais en tout cas j'essaie très fort ;)


pour le reste de ma vie, j'essaie de faire comme je peux... dans mon idéal, j'aimerais acheter l'essentiel de mes produits de consommation courante via des circuits courts... générer le moins de déchets possibles... ne pas commander sur amazon... je m'applique mais c'est pas parfait. mon métier tient vraiment une place dévorante dans ma vie. c'est un choix, mais les conséquences de ce choix, c'est que quand je sors de la clinique, l'essentiel de mes actions consiste à recharger un peu mes batteries qui sont mises à rude épreuve, et à assurer le bon fonctionnement de la maison pour que tout le monde y vive bien. m'épargner, pour pouvoir continuer sur le long terme. c'est le paradoxe des soignants, il faut soi même être pas trop mal en point, si on veut pouvoir s'occuper convenablement des autres.
 
  • You Rock !
Reactions: Nab and Kniphofia