Comment j’ai changé de vie en partant m’installer en Suède

Une Rockie

Une Rockie Anonyme
25 Nov 2018
8
39
3
#1
Je viens d’une famille modeste et mes parents se sont saignés aux quatre veines pour que l’on puisse, moi et mes soeurs, partir en vacances et faire des études.
Ils m’ont transmis l’idée assez répandue dans notre société qu’il faut se battre pour réussir, et avoir un métier, un bon salaire et un certain confort de vie.
Je me suis donc accrochée pour faire des belles études et une fois mon Master 2 en poche j’ai pu décrocher un job passionnant dans l’innovation et le digital avec un salaire correct à la clé. Finis les découverts bancaires et à moi le crédit immobilier pour devenir propriétaire.

Je sentais mes parents fiers et rassurés de me savoir casée, avec un métier et une maison. Ils ont tellement tout donné pour cette réussite sociale que le contraire les aurait peinés et inquiétés. J’avais rempli ma mission !
Une routine pesante
J’ai mis du temps avant de comprendre que je me sentais enfermée dans une case trop petite et que la routine me pesait.
Dans le groupe industriel...
Lire la suite ...
 
Dernière édition par un modérateur:
You Rock !: Valaya et Myush78

wood louse

New member
21 Jan 2019
1
1
3
#2
Merci pour cet article. J'ai toujours été attiré par les pays scandinaves sans jamais prendre le temps d'y aller. Tu me motive pour organiser mes futures vacances la bas.
 
You Rock !: Affrenchie
5 Fev 2019
25
80
13
Autriche
#4
J'adore la Suède! J'y ai passé plus d'un an pendant mes études et je n'ai que des bons souvenirs. Pas vu Göteborg par contre, il faudra que j'y retourne. ;) Je te souhaite plein de bonheur!
 
You Rock !: Affrenchie

muimosa

New member
24 Jan 2019
2
12
3
#5
Merci pour cet article ! J'aimerais en savoir plus sur l'intégration (barrière de la langue, ouverture ou non des gens vis-à-vis des étrangers qui souhaitent s'installer durablement sur place, etc...)
 

Krisprolls

Croustillante.
2 Jan 2019
10
43
33
#6
:hello:
Je ne suis pas l'autrice de l'article mais comme j'ai vécu 3 ans en Suède je me suis dit que j'allais partager mon expérience à celleux qui demandent comment se passe l'intégration...

Et bah franchement : chaud-patate.
Comme dit dans l'article, avec 8 mois d'hiver par an, on favorise le cocooning... Beaucoup d'événements se font entre très proches, à la maison, et il y a peu de place pour les nouveaux. Ça n'est pas qu'iels soient fermés aux étrangers, tu peux avoir des discussions très très cool, juste... iels ont déjà leur cercle et ça leur suffit sans toi dedans :hesite:
Également assez peu d'occasions de faire des rencontres style concerts, festivals, assos... par rapport à ce que tu trouves en France.

Niveau langue, jamais rencontré quelqu'un.e qui ne parlait pas anglais là-bas. Au taf, je parlais anglais car équipe très internationale, mais j'ai eu des échos de personnes tombant au milieu d'équipes plus locales qui étaient snobées, avec des gens qui parlaient suédois autour d'elles sans prendre la peine de traduire. Il y a des cours de Swedish For Immigrants gratuits auxquels tu t'inscris dès que tu as une carte d'identité, mais ils sont assez... peu performants ? Si possible, préférer un prof particulier, les grosses entreprises ont des initiatives pour leurs employés aussi.

Voilà pour le point "intégration" de mon point de vue :hesite: Si jamais, je peux en détailler d'autres :happy:
 

Affrenchie

New member
10 Fev 2019
6
3
3
#7
Merci pour cet article. J'ai toujours été attiré par les pays scandinaves sans jamais prendre le temps d'y aller. Tu me motive pour organiser mes futures vacances la bas.
Merci pour ton retour :) et j'en profite pour remercier Clémence et Rockie pour avoir fait de mon témoignage un super article :)
 

Affrenchie

New member
10 Fev 2019
6
3
3
#8
Merci pour le témoignage. Ce serait intéressant d'avoir son retour sur expérience avec un an/un an et demi de recul :).
Est-ce que c'est facile de s'intégrer en Suède, quels sont les trucs qui varient particulièrement d'une culture à l'autre....?

Edit : reformulation d'un truc pas clair
Hello, oui je suis d'accord un peu plus de recul ce serait bien :) aujourd'hui ça fait 9 mois que je vis en Suède et franchement je pense que ce qui est dans mon témoignage (écrit il y a plusieurs semaines maintenant) et toujours valable aujourd'hui :) pour toutes tes questions, à la base je ne pas fais ça du tout pour faire ma pub, mais si vraiment ça t'intéresse j'ai un blog et une chaîne youtube "affrenchie" où je parle entre autre de mon expérience en Suède, belle journée à toi
 
You Rock !: grenouilleau

Affrenchie

New member
10 Fev 2019
6
3
3
#9
Merci pour cet article ! J'aimerais en savoir plus sur l'intégration (barrière de la langue, ouverture ou non des gens vis-à-vis des étrangers qui souhaitent s'installer durablement sur place, etc...)
je pensais pas que vous seriez intéressée pour en savoir plus ! cool de voir que je ne suis pas la seule attirée par ce pays :) encore une fois comme dis dans un autre commentaire, j'avais juste envie de partager mon expérience mais si vraiment vous voulez en savoir plus j'ai un petit blog et une chaine youtube au nom de affrenchie, sinon il y a aussi pleins de sites et de forums sur le sujet de l'expatriation en Suède, belle journée :)
 

Affrenchie

New member
10 Fev 2019
6
3
3
#10
:hello:
Je ne suis pas l'autrice de l'article mais comme j'ai vécu 3 ans en Suède je me suis dit que j'allais partager mon expérience à celleux qui demandent comment se passe l'intégration...

Et bah franchement : chaud-patate.
Comme dit dans l'article, avec 8 mois d'hiver par an, on favorise le cocooning... Beaucoup d'événements se font entre très proches, à la maison, et il y a peu de place pour les nouveaux. Ça n'est pas qu'iels soient fermés aux étrangers, tu peux avoir des discussions très très cool, juste... iels ont déjà leur cercle et ça leur suffit sans toi dedans :hesite:
Également assez peu d'occasions de faire des rencontres style concerts, festivals, assos... par rapport à ce que tu trouves en France.

Niveau langue, jamais rencontré quelqu'un.e qui ne parlait pas anglais là-bas. Au taf, je parlais anglais car équipe très internationale, mais j'ai eu des échos de personnes tombant au milieu d'équipes plus locales qui étaient snobées, avec des gens qui parlaient suédois autour d'elles sans prendre la peine de traduire. Il y a des cours de Swedish For Immigrants gratuits auxquels tu t'inscris dès que tu as une carte d'identité, mais ils sont assez... peu performants ? Si possible, préférer un prof particulier, les grosses entreprises ont des initiatives pour leurs employés aussi.

Voilà pour le point "intégration" de mon point de vue :hesite: Si jamais, je peux en détailler d'autres :happy:
C'est intéressant d'avoir le retour d'une autre personne, je pense que cela dépend de chacun, de ses attentes, de ses envies, de son caractère. Pour préciser dans l'article je ne dis pas 8 mois d'hiver mais 6 mois par an, et encore cela dépend où, ça peut être moins au Sud de la suède. Pour l'intégration, clairement ne pas parler suédois peut être plus difficile pour s'intégrer, parce que parler une autre langue pour les locaux c'est un effort supplémentaire mais pour moi ça n'a aucun rapport avec les suédois, je pense que des expat qui vivent en france et qui cherchent à se faire des amis français en parlant que anglais c'est plus difficile, non ?
pour ce qui de la vie culturelle c'est assez étonnant, je ne partage pas car au contraire je trouve qu'il y a une vie culturelle beaucoup plus développée qu'en France du fait que tu en trouves partout, même dans des tout petits villages, ils ont les "maisons du peuple" où tu retrouves concerts et théâtre, et dans les grandes villes bien sur il y a tout ce qu'il faut. Ce que j'aime en plus c'est qu'ils font tout pour rendre ça accessible : beaucoup de musées gratuits et des concerts vraiment pas chers. Peut être que tu devrais te renseigner sur les sites de villes, il y a souvent des pages avec les événements.
Pour le SFI (ls cours pour immigrés) cela dépend de sur qui tu tombes, en fait je pense qu'il ne faut pas faire de généralité, la Suède n'est pas parfaite et pas tout le monde y trouvera son compte c'est certains, pour autant attention aux préjugés/clichés dans un sens ou dans un autre ;)
 
Dernière édition:
You Rock !: grenouilleau

Matteus

Vieux de la vieille
7 Jan 2019
39
162
33
#11
J'assume le HS mais j'ai bugué sur cette phrase
des gens sans artifices ou faux semblants. Ici on ne fait pas la bise, on ne dit pas bonjour à des inconnus, on ne tient pas la porte
Faire la bise et tenir la porte, c'est un faux-semblant pour l'autrice ?
Et je ne comprends pas trop de quoi elle parle sur le fait de ne pas dire bonjour aux inconnus, mais on se salut bien quand on rencontre quelqu'un (j'y ai pas passé 9 mois mais toutes les personnes que j'ai croisé à Stockholm disent bonjour pour entamer la conversation et on salue les gens quand on entre dans un magasin, une salle d'attente ou un autre lieu public, après, c'est peut-être un truc qui se fait qu' à Stockholm, je ne sais pas).
 

Louisette_

New member
29 Jan 2019
9
23
3
#12
ooooh après trois ans à Goteborg je suis ravie de lire que vous avez eu un coup de coeur pour la ville :) Je reprendrai bien les navettes vers l'archipel pour un weekend, ou une ballade dans la réserve naturelle autour du jardin botanique ! C'est vraiment un pays où je me verrai bien m'installer, même si je pense que je viserai plus Stockholm que Gbg, pour une météo plus sèche et une ville à tomber par terre #archipel
 

Krisprolls

Croustillante.
2 Jan 2019
10
43
33
#13
pour autant attention aux préjugés
Ah mais c'est pas des préjugés, c'est des vrais jugements négatifs basés sur mes 3 ans là-bas :cretin:

Je dis 8 mois d'hiver pour la neige de novembre à avril. Dans mon coin (Uppsala), pas de Folket Hus (ou alors bien planquée), et c'est pas faute d'avoir écumé le site de la ville pour trouver des trucs à faire, mais je dois être une sale snob parce que j'ai jamais trouvé ça transcendant comme offre.
En 3 mois de SFI, 3 de mes profs sont partis en burn-out. J'y ai eu l'impression qu'on me faisait monter les niveaux pour décharger les classes débutants et pas parce que je progressais, et j'ai arrêté parce que ça devenait trop difficile par rapport à mes capacités d'apprentissage.
Et évidemment que personne dans aucun pays n'a le devoir de faire des efforts pour intégrer la princesse que je suis, mais par exemple dans notre équipe mixte Suédois/expats, les Suédois passaient très rarement du temps avec nous, alors qu'on allait par exemple aller boire des coups tous ensemble en tant que collègues. Après chacun fait ce qu'il veut de ses soirées et tant mieux, mais je leur ai trouvé cette tendance à préférer rester dans leur cercle déjà constitué.

Là ça fait un an que je suis rentrée en France et ça va vachement mieux :yawn:
 

Affrenchie

New member
10 Fev 2019
6
3
3
#14
J'assume le HS mais j'ai bugué sur cette phrase

Faire la bise et tenir la porte, c'est un faux-semblant pour l'autrice ?
Et je ne comprends pas trop de quoi elle parle sur le fait de ne pas dire bonjour aux inconnus, mais on se salut bien quand on rencontre quelqu'un (j'y ai pas passé 9 mois mais toutes les personnes que j'ai croisé à Stockholm disent bonjour pour entamer la conversation et on salue les gens quand on entre dans un magasin, une salle d'attente ou un autre lieu public, après, c'est peut-être un truc qui se fait qu' à Stockholm, je ne sais pas).
Merci pour ton retour, en effet je me suis peut être mal exprimée ! Pour ma part mon expérience est que l'on ne se dit pas bonjour à tout va et on ne se fait pas la bise, on se dit bonjour à l'oral bien entendu quand on rencontre quelqu'un, ce que j'avais envie d'exprimer, et c'est très personnel, c'est qu'ailleurs j'ai souvent cette impression de faux semblants, de se forcer à sourire et dire bonjour par politesse, je trouve qu'ici c'est plus sincère, on va créer peu de lien mais des liens plus forts, je ne sais pas si c'est plus clair :)
 
You Rock !: Matteus

Affrenchie

New member
10 Fev 2019
6
3
3
#15
Ah mais c'est pas des préjugés, c'est des vrais jugements négatifs basés sur mes 3 ans là-bas :cretin:

Je dis 8 mois d'hiver pour la neige de novembre à avril. Dans mon coin (Uppsala), pas de Folket Hus (ou alors bien planquée), et c'est pas faute d'avoir écumé le site de la ville pour trouver des trucs à faire, mais je dois être une sale snob parce que j'ai jamais trouvé ça transcendant comme offre.
En 3 mois de SFI, 3 de mes profs sont partis en burn-out. J'y ai eu l'impression qu'on me faisait monter les niveaux pour décharger les classes débutants et pas parce que je progressais, et j'ai arrêté parce que ça devenait trop difficile par rapport à mes capacités d'apprentissage.
Et évidemment que personne dans aucun pays n'a le devoir de faire des efforts pour intégrer la princesse que je suis, mais par exemple dans notre équipe mixte Suédois/expats, les Suédois passaient très rarement du temps avec nous, alors qu'on allait par exemple aller boire des coups tous ensemble en tant que collègues. Après chacun fait ce qu'il veut de ses soirées et tant mieux, mais je leur ai trouvé cette tendance à préférer rester dans leur cercle déjà constitué.

Là ça fait un an que je suis rentrée en France et ça va vachement mieux :yawn:
En effet tu n'as pas vécue une expérience facile, comme je le disais on ne peut pas avoir tous la même expérience et que cela dépend de beaucoup de choses, ravie qu'en France tu te sentes mieux :) pour notre part il est vrai que l'on vit une expérience incroyablement positive mais ça ne peut pas être le cas de tout le monde c'est certain.
 

happydrunkmouse

Ouais, ma tête en gros plan, c'est un peu flippant
3 Jan 2019
46
98
18
#16
J'habite en Angleterre (Birmingham team!) depuis un an et demi, et je ne me suis jamais autant sentie chez moi !

Je ne regrette pas une seconde d'etre partie, et la France n'est plus ma "Maison" (Home). Tant mieux, je m'en sens d'autant plus libre !
 
3 Jan 2019
6
18
3
#17
J'habite en Israël depuis 2013 (avec 2 retours de 6-8mois en France pour des histoires de visas), je suis arrivée là-bas pour du travail au départ, sans lien particulier avec le pays et le judaïsme, et j'ai ADORÉ vivre à l'étranger pendant les 3-4 premières années, maintenant j'ai une vision un peu plus nuancée (même si je ne regrette pas mon choix): c'est cliché mais c'est vrai que vivre à l'étranger t'ouvre vraiment l'esprit, te fait grandir en tant que personne etc. J'y ai vécu mes meilleures années entre 21-25 ans, tu sors, tu rencontres plein de gens, tu te sens libre et tu apprends énormément sur toi-même et les autres.

Aujourd'hui encore j'adore avoir deux cultures, deux maisons, parler plusieurs langues etc mais à 27 ans, après la période fac/stages/fêtes/jeunesse, de nouveaux points négatifs sont apparus auxquels je n'avais pas pensé avant:
- on "perd" tous des amis quand on vieillit, mais quand on vit a l'étranger c'est amplifié parce qu'on a tous ses amis d'enfance/d'école en France, et c'est difficile parfois d'avoir la majorité de ses amis loin et de les voir 1x/an ou moins
- maintenant que mes parents vieillissent, mes frères et soeurs ont des enfants, ma famille me manque de plus en plus, j'aimerais pouvoir aller les voir le dimanche, ou juste un weekend (et encore j'ai de la chance je n'habite pas si loin que ça) et je me sens un peu coupable d'être loin de mes parents qui deviennent vieux
- quand tu vis a l'étranger, une grosse partie de tes vacances est consacrée à rentrer en France voir ta famille/tes amis, et encore plus si tu n'as pas un budget illimité et/ou beaucoup de vacances (ici la norme c'est 12 jours par an), alors je sais, c'est très "first world problem" haha mais par exemple ca fait 1 an et demi que j'ai pas vraiment fait de vacances-voyages parce que je rentre voir ma famille 2x/an et que je n'ai pas le budget ni les congés pour faire autre chose.
- ce dernier point s'applique plus pour les gens qui habitent hors "pays Occidentaux" je pense, mais les difficultés du quotidien (barrière de la langue, différences culturelles, standards de vie différents) peuvent devenir pesantes aprés quelques années et des fois je me dis que tout serait plus simple si j'habitais en France, dans mon pays ou je maitrise tout les codes, je comprend tout et c'est "façile".
 

happydrunkmouse

Ouais, ma tête en gros plan, c'est un peu flippant
3 Jan 2019
46
98
18
#18
- quand tu vis a l'étranger, une grosse partie de tes vacances est consacrée à rentrer en France voir ta famille/tes amis, et encore plus si tu n'as pas un budget illimité et/ou beaucoup de vacances (ici la norme c'est 12 jours par an), alors je sais, c'est très "first world problem" haha mais par exemple ca fait 1 an et demi que j'ai pas vraiment fait de vacances-voyages parce que je rentre voir ma famille 2x/an et que je n'ai pas le budget ni les congés pour faire autre chose.

Ca fait presque 3 ans que je vis a l'étranger, et j'ai eu le meme problème, et ça m'a soulé de devoir dépenser beaucoup d'argent tous les 3-4 mois juste pour revenir au même endroit, voir les même personnes et finalement plus rien découvrir.
Ayant vraiment une âme de voyageuse, j'ai décidé de rentrer en France qu'à Noël : ça me fait plaisir de revoir mes proches à ce moment mais je ne ressens pas l'envie de les voir tout le temps. De plus, tous mes vrais amis sont venus me voir en Angleterre, certains plusieurs fois. Du coup j'ai vraiment aucune raison de revenir plus qu'une fois par an, et tant mieux, à moi les voyages !
 

Matteus

Vieux de la vieille
7 Jan 2019
39
162
33
#19
c'est cliché mais c'est vrai que vivre à l'étranger t'ouvre vraiment l'esprit, te fait grandir en tant que personne
J'aimerais bien avoir des précisions sur la manière dont tu perçois ce "cliché qui n'en est pas un". Parce que, dans mon expérience personnelle, c'est vraiment un cliché.
En fait de mes proches ayant vécu à l'étranger y'a vraiment trois grandes catégories (c'est hyper schématique et simplifié, ce sont des cases avec leur limite) :

- les gens qui étaient déjà, avant leur expatriation ou leurs voyages, curieux et ouverts, qui ont envisagé leur vie dans un autre pays comme un prolongement de leur découverte du monde et de l'Autre. Mais globalement ce trait de personnalité pré-existait à leur vie à l'étranger. edit : et cet état d'esprit continu après leur retour dans leur pays d'origine.

- les gens qui ont une adoration pour leur pays d'accueil et en se conçoivent pas ailleurs que dans ce pays et leur corollaire les gens qui ont une haine pour leur pays d'origine et se conçoivent vivre partout sauf dans leur pays d'origine. Je trouve ces comportements assez excessifs et difficilement compatible avec la notio d'ouverture d'esprit.

- les néo-colons (la quasi totalité des expats dans des pays Africains et une bonne partie des expats dans des pays d'Asie que j'ai croisé). Qui dissimulent leur néo-colonialisme derrière un vernis de bons sentiments (les gens là bas, ils n'ont rien et ils donnent tout, ils ont un sourire grand comme ça....)

Donc je me demandais comment tu expliques et analyses la manière dont tu vois les choses sur le rapport entre "vivre à l'étranger" et "être ouvert d'esprit et grandir en tant que personne" ?
C'est une vraie question, je suis très curieuse d'avoir un avis de l'intérieur.
 
Dernière édition:
29 Jan 2019
9
23
3
#20
@Matteus je me permets de donner un bout de réponse :vieux:

Je pense que c'est avant tout le fait de se retrouver seul et sans beaucoup de ses repères qui fait "grandir". Disons que ça chamboule pas mal de schémas pré-construits et ce sur plein de sujets. Je trouve que c'est un bon moyen de prendre du recul et de remettre en question beaucoup de façons de faire, de vivre et d'appréhender l'autre et le monde. À la fois parce que tu es confronté à d'autres façons de faire et de voir le monde, et parce que l'alternance de moments d'échanges forts et de solitude sont propices à la réflexion :) Je trouve que ça permet de rajouter d'un coup plein de nuances de gris dans une vision un peu trop simpliste du monde qu'on a souvent quand on reste dans son milieu :)

Ceci dit tes trois catégories sont pas mal du tout, la troisième me sort un peu par les trous de nez à aller se chercher au bout du monde - c'est juste à cause des exemples que j'ai eu autoru de moi le prenez pas perso. Et pour la deuxième je serai un peu plus compatissante, je sais que je suis passée par là, et que c'était un peu comme un réflexe pour surmonter une rupture, t'en rajoutes pour te convaincre et rendre le manque/ton choix plus facile à vivre.
 
You Rock !: Balasana et Matteus