Comment être un bon allié ?

Merlu

#TeamPrendPasPosition
18 Fev 2019
363
1 700
93
31
#1
Bonsoir,

Puisque les hommes peuvent être présents ici sans se cacher, je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire un petit guide pour éviter les impairs.

Perso, je ne me sens pas légitime de le remplir en tant qu'allié, je laisse à d'autres le soin de le faire.
 
You Rock !: Blix, Etp et Caillou

Matteus

Vieux de la vieille
7 Jan 2019
71
363
53
#5
Ma petite pierre à l'édifice : croire les concerné-es.
Ce qui ne revient pas à prendre un témoignage pour une vérité générale mais à accepter qu'un point de vue existe et lui accorder toute sa légitimité.

Si une femme te dis : "dans tel milieu pro, le sexisme est très présent et j'ai souffert de telle ou telle démonstration de sexisme", ça n'a pas de sens de lui répondre "ah mais moi je bosse dans ce domaine et j'ai jamais vu quelqu'un faire ça/dire ça à une collègue féminine".
En premier lieu, la réaction utile c'est plutôt "ça doit être dur pour toi, je n'y avais jamais pensé, je vais en discuter avec mes collègues féminines, peut-être qu'elles pourront aussi témoigner de leur expérience dans ce milieu pro".

Et ne pas tout ramener à soi.
C'est le fameux "moi je ne suis pas comme ça" quand une personne te fait part d'un comportement sexiste ou une agression. Le témoignage n'est pas une mise en cause directe de "toi personnellement mon interlocuteur". Il n'appelle pas une réponse en forme de justification. Il appelle de l'empathie (je suis désolé pour toi, cette situation est horrible), de la compréhension (si tu as besoin d'en parler encore ou de te défouler, je suis là), de l'indignation (c'est indigne, c'est pas normal, comment cette situation peut-elle se produire) et une prise en compte (tu me donnes une information nouvelle que je n'avais pas, je la prends en compte dans ma compréhension de mon environnement). Témoigner d'une situation dont on est victime est difficile parce qu'on s'expose (au jugement, à la pitié...). La réponse au témoignage doit montrer dans quelle mesure on reconnaît la situation dont la personne est victime et son courage de s'exposer. Elle doit aussi être assez positive pour ne pas décourager les témoignages d'autres personnes ou de cette personne dans le futur (ne pas réduire les victimes au silence).


En aparté : personnellement, je pense que l'éducation genrée ne prépare par correctement les hommes cis à recevoir des témoignages de cette manière. Cette éducation renforce la séparation entre les genres : les femmes étant mieux conditionnées à compatir, elles ne chercheront pas la compassion de leur entourage masculin, celui-ci sera alors maintenant dans l'ignorance de la souffrance des femmes.
 

Ecureuille

S'émerveille du monde
2 Jan 2019
1 122
13 982
113
#2
Pour moi, en tant qu'homme, ce que vous pouvez faire c'est agir au quotidien lorsque vous entendez des remarques/blagues sexistes, dire haut et fort que ce collègue/frère/ami dit de la merde.
Prendre en compte le patriarcat dans vos rapports aux femmes : lorsqu'une femme réagit vivement car elle est blessée par un acte qu'elle juge sexiste, j'aimerais que les hommes se remettent en question plutôt que se justifier "mais non j'aurais fait/dit pareil à un homme".
Ecouter quand une femme s'exprime, faire particulièrement attention à ne pas l'interrompre (à faire avec tout le monde mais les femmes sont bien plus interrompues que les hommes donc y attacher un souci particulier).
Ne pas partir du principe qu'une femme ne sait pas ou n'aura pas la force de faire seule quelque chose. Lui demander simplement si elle veut de l'aide ou si elle sait utiliser un truc, sans "surveiller".
En fait sortir de cette position (exaspérante) de "protection" envers les femmes (en général, dans la vie quotidienne)
(bon après je suis très influencée par mon milieu, je bosse en milieu agricole avec plein d'hommes et c'est si pénible d'être tout le temps infantilisée :rolleyes:)

Le truc le plus important pour moi ce serait vraiment d'agir dans votre quotidien (pas forcément en présence de femmes, donc) en reprenant les mecs qui se permettent des réflexions sexistes. La parole d'un homme a toujours plus d'impact.....
 

Nedjma

Punk bibliothécaire
3 Jan 2019
638
2 007
93
#3
Comme ça, je dirais aussi d'arrêter de juger tout le temps une femme quant à son physique, que ce soit en bien ou en mal. Éviter de faire des remarques aux femmes sur leur physique ( encore une fois en bien ou en mal ). Les femmes n'en pensent pas moins sur les hommes, mais ne se permettent pas des " t'as grossi ", " ce jean met ton cul en valeur " ou autres.
Reprendre les potes quand ils commentent voire sifflent les nanas dans la rue.

Même pour une femme que l'on trouve jolie, désirable et tout, l'aborder en lui parlant direct de son physique c'est malsain. ça nous renvoie au fait que l'on n'existe que par rapport à notre apparence, c'est réducteur et ça mine notre confiance en nous. On a bien sûr le droit de complimenter une femme, mais un peu de subtilité ne fait jamais de mal.
 

Ada

Psychanalyse sa peur de la psychanalyse
13 Jan 2019
203
1 158
93
Ile de France
#4
J'ajouterais éviter les généralités : le fameux "les femmes aiment/font/sont ...". Ne pas partir du principe que parce qu'on s'adresse à une femme elle s'y connait en beauté/cuisine/autre truc associé généralement la féminité. Ni du principe que l'avis d'une femme sur un sujet est représentatif de l'avis des femmes en général. L'inverse est bien entendu aussi valable, mais c'est souvent mieux assimilé je trouve.

Mais aussi ne pas hésiter à remettre en question les "blagues" souvent misogynes et/ou homophobes qui reposent sur le fait qu'associer un homme à une femme c'est humiliant pour lui : du "je te tiens la porte car les femmes d'abord", au "on va appeler sos homme battu" . Ne jamais remettre en question la virilité ou la féminité de quelqu'un en règle générale (ça devrait être la base mais malheureusement ça ne semble pas acquis pour beaucoup de personnes que j'ai fréquenté)

Et sinon ne pas être trop susceptible et essayer de ne pas prendre les remarques personnellement. J'ai conscience que quand on est un homme cis hétéro on peut vite avoir le sentiment d'être "" l'ennemi"" (doubles guillemets !) mais on sait que les reproches faits au groupe ne s'appliquent pas forcément à vous, et que même si c'est le cas ça ne fait pas forcément de vous de mauvaises personnes. Etre allié c'est aussi accepter la critique et se remettre en question si besoin. C'est tellement long de se déconstruire, y comprit pour une femme (perso c'est loin d'être fini !), on se fait tous reprendre à un moment où l'autre. Des fois c'est justifié, d'autre fois moins, mais c'est toujours intéressant d'y réfléchir.
 

emma

True Beauty Is Found Within
4 Jan 2019
64
274
53
Lille
#6
Joli sujet. Je rejoins vos discours. En ce qui me concerne, lorsque je me suis retrouvée en couple, l’homme de part son éducation étant considéré comme la personne "forte" du couple, celui qui doit "protéger" sa compagne, j’ai eu l’impression de me retrouver dans un rapport « père/petite fille » comme si je ne savais rien faire. À l’époque amoureuse, pour faire plaisir à mon chéri, j’ai inconsciemment développé le syndrome (imaginaire) de la petite fille perdue qui avait besoin d’aide. Mes relations avec les hommes ont toujours été compliquées, je n’ai jamais réussi à exprimer que ce que je j’attendais d’une relation amoureuse c’est qu’ils m’accompagnent, pas qu’ils m’aident ni me protègent. Il faudrait sérieusement qu’ils arrêtent de nous infantiliser. Finalement je crois que je préfère vivre seule.
Bref, encore aujourd’hui, cela me fait bizarre d’entendre un homme me dire : « Fais attention à toi... Sois prudente... Tu veux que je t’aide... » alors qu’à quinze ans déjà je faisais les courses, le ménage, le repas, la lessive, j’accrochais des tringles à rideau, je prenais le ferry pour l’Angleterre, je traînais seule dans les rues... Avec le recul, je me rends compte que oui, j’ai fait des mauvaises rencontres, oui je me suis mise en danger parfois, mais j’ai appris ! Ça s’appelle l’école de la vie. La vie de couple n’est pas un besoin, c’est une envie. Je suis et veux rester une femme indépendante et autonome... mais avec un chéri ce serait mieux ;)
 

LouMartha

Active member
20 Jan 2019
50
187
33
#7
J'ai un témoignage/ question sur ce sujet, ça m'intéresse beaucoup !

Il y a pas longtemps, j'ai raconté à un ami proche, qui se veut et qui se dit allié, une histoire personnelle sur descomportements sexises que j'ai subi
Mon ami a fini par me couper en me disant que c'était trop dur pour lui de m'écouter, et qu'il fallait qu'on change de sujet. Pour lui, le viol était horrible, il ne comprenait pas comment je pouvais vivre avec ça, et ne pouvais pas écouter.

Pour moi, c'était très violent, et ce n'est pas une posture d'allié. Mais on en a reparlé, et pour lui, il n'y a pas de problème à son positionnement.
Ça m'interroge grandement:hesite:
 
Dernière édition:

Nedjma

Punk bibliothécaire
3 Jan 2019
638
2 007
93
#8
@LouMartha peut-être que cet ami a subi lui-même des violences sexuelles ou a un.e proche en ayant subi, peut-être pas ... En effet c'est vraiment dommage qu'il n'ait pas eu la force de t'écouter, c'est déjà si dur de trouver des interlocuteurices pour se confier ... En effet il n'a pas été un bon allié dans le sens d'un bon ami. Disons qu'il a d'abord pensé à lui avant de penser à toi, sur le coup. Je suis vraiment désolée pour toi, j'espère que tu as dans ton entourage des gens un peu plus solides pour t'aider.
 
You Rock !: Etp et Moonwyn

LouMartha

Active member
20 Jan 2019
50
187
33
#9
@Nedjma effectivement j'aurai compris, mais je le connais bien et ce n'est pas ça. C'est justement le fait que ce soit très étranger à ses propres expériences, et que cela lui fait peur.

Mais sinon j'ai des gens plus solides, et tout va bien !
 
Dernière édition:

Nedjma

Punk bibliothécaire
3 Jan 2019
638
2 007
93
#10
@LouMartha bon, c'est le principal. Mais je comprends que tu te sois sentie mal à l'aise, voire rejetée sur le coup. En tout cas bravo pour avoir le courage d'en parler, c'est aussi comme cela que les choses avancent :fleur:
 
You Rock !: LouMartha

Ellesméra

Well-known member
10 Jan 2019
139
413
63
#11
J'ajouterais aussi, écouter et chercher à comprendre quand une femme dit que quelque chose n'est pas normal. Quand, par exemple, on dénonce le fait que Seth Gueko fasse des séances de dédicaces alors qu'il a fait de la prison pour violences conjugales et que ses textes sont très limites, comprendre pourquoi on dit ça, plutôt que tout de suite monter au créneau pour contredire la personne.
 
You Rock !: Nedjma, Etp et Ada

Gunnm

Even my feelings have feelings
3 Jan 2019
188
735
93
Sydney
#14
Dans l'ensemble je suis d'accord mais ce passage me gêne fortement :
-être globalement contre la pornographie et la prostitution (Pour un cas libre, combien de cas se retrouvent là-dedans pas nécessité économique? Si ces femmes font ça pour leur survie, ce n'est pas vraiment un choix, si ? De plus cela reproduit et réaffirme des scénarios de domination/non consentement/humiliation et vraiment, ce n'est pas top. A la limite en littérature/bd pourquoi pas, mais éviter d'utiliser des êtres humains réels aux situations économiques périlleuses pour vos orgasmes).
La question de la pornographie et de la prostitution est beaucoup plus complexe que ça et fait déjà débat dans la plupart des cercles de féministes donc ça me parait un peu subjectif de le donner en exemple pour être un bon allié. Par contre se renseigner sur le sujet et écouter la parole des travailleur•ses du sexe, oui c'est important.
 

Gunnm

Even my feelings have feelings
3 Jan 2019
188
735
93
Sydney
#16
@Blix Très bien si c'est ton avis mais je ne pouvais pas laisser passer ce point de peur qu'il soit justement pris pour argent comptant.

Quand quelqu'un•e demande des conseils pour être un bon allié•e j'aurais surtout tendance à mentionner les points qui sont les plus fédérateurs (et qui peuvent d'ailleurs s'appliquer à d'autres domaines que le sexisme) : écouter et partager la parole des concerné•es, faire des recherches et approfondir les sujets par soi-même, reprendre les autres sur leurs remarques et propos problématiques, etc...
Ce topic ne me semblait pas le lieu pour pousser vers l'un ou l'autre des courants féministes, ou alors en le précisant ("des conseils pour être un bon allié du féminisme abolitionniste/intersectionnel/whatever") mais ce n'est que mon avis.
 

BravoCharlie

Villain of Circumstances
7 Jan 2019
100
661
93
#17
@Gunnm @Blix Concernant la pornographie, la bannir est quand même assez fort, étant donné qu'on peut aussi réorienter sa consommation vers des productions éthiques, féministes (en fait, juste respectueuse de tou.te.s). Personnellement, je consomme de la pornographie en essayant de choisir des contenus qui promeuvent un cadre sain à ce genre. Je ne voudrais pas m'interdire toute pornographie. Je ne suis pas certaine qu'il y ait un consensus ferme sur cette question effectivement. Les allié.e.s peuvent tout à fait se renseigner sur le porno qu'iels regardent, et choisir des productions conscientes des enjeux éthiques de ce secteur.
 
You Rock !: Etp et Gunnm

Blix

Member
4 Jan 2019
19
42
13
#13
Bonjour :)

Il y a cet article très bien écrit sur le sujet:
https://scenesdelavisquotidien.com/2019/03/21/etre-allie-des-feministes/

Pour résumer l'article de cet auteur, qui lui-même essaie d'être un allié, il faudrait:

-lire de la littérature féministe pendant un an/se renseigner seul là-dessus au lieu d'attendre des cours particuliers de la part de ses potes féministes.

-comprendre que les hommes, même "gentils", profitent d'avantages qui leur sont donnés et ceci grâce aux actions violentes des "autres" hommes qui maintiennent ainsi la peur et l'ordre actuel. Le viol de la voisine vous permet d'avoir plus d'argent alloué aux créations théâtrales mises en scène par des hommes, par exemple.

-accepter que certain endroit reste non-mixte pour les femmes pour qu'elles puissent de temps à autre échapper à tout ça.

-aider à la logistique, à la levée de fond pour des causes féministes.

-profiter de votre accès à l'entre soi masculin pour subtilement distiler des idées féministes et amener d'autres hommes à se préoccuper du problème.

-intervenir ouvertement lorsque d'autres mecs font des blagues ou ont des comportements sexistes.

-se former une nouvelle identité non comme "homme" mais comme être moral en faveur de l'égalité et de la justice.

-comprendre que, quand les hommes disent aux féministes qu'elles ne les aiment pas, ils disent "tu déranges mon confort permis par ta soumission. Si tu ne veux pas mon confort, tu ne veux pas mon bien donc tu ne m'aimes pas." Ils devraient plutôt se rendre compte que c'est eux qui n'aiment pas les femmes, s'ils veulent leur soumission totale en premier lieu.

-être globalement contre la pornographie et la prostitution (Pour un cas libre, combien de cas se retrouvent là-dedans pas nécessité économique? Si ces femmes font ça pour leur survie, ce n'est pas vraiment un choix, si ? De plus cela reproduit et réaffirme des scénarios de domination/non consentement/humiliation et vraiment, ce n'est pas top.
A la limite en littérature/bd pourquoi pas, mais éviter d'utiliser des êtres humains réels aux situations économiques périlleuses pour vos orgasmes).

-arrêter de minimiser à quel point vous faites partie de la caste vip des hommes en invoquant le fait d'être de gauche, racisé, gay, efféminé ou autre. "Non, je ne profite pas des privilèges spécifiquement masculins" n'aide pas du tout.
Ça sert juste de couverture pour ne pas prendre votre part de responsabilité dans le maintien des choses par votre inaction. Ça n'aide pas.

Voilà je ne sais pas si j'ai oublié des choses. Mais n'hésitez pas à consulter le blog entier. C'est très intéressant et bien expliqué.

Ps: J'ajouterais aussi personnellement ceci:
-militer pour développer une contraception masculine satisfaisante si vous n'aimez pas le préservatif. Pour que le choix et la discussion de qui prend quoi soit vraiment possible entre des partenaires sexuels.

Edit (pour ajouter ce point): -vous entraîner à faire du "care", à savoir encourager ou féliciter à voix haute au moins une fois par jour une femme qui entreprend quelque chose. Il ne s'agit pas de mentir, parler sur les trucs que vous admirez vraiment mais parlez vraiment.
C'est fait pour donner confiance en soi et c'est quelque chose que les femmes sont elles sociabilisées à faire pour les hommes. Essayez de le faire pour nous, svp.
 
Dernière édition:
You Rock !: Eitae et Cactus

Blix

Member
4 Jan 2019
19
42
13
#15
@Gunnm effectivement, c'est subjectif. La subjectivité de l'auteur de l'article que j'ai essayé de résumer. La mienne. Et celle de certains courants féministes.

Après si les hommes intéressés veulent se renseigner sur les différents types de féminisme et sur les points qui les opposent et ne pas prendre pour argent comptant ce que je dis, ils peuvent s'éduquer.

Mais je présente bien là une position défendue une partie du féminisme. Et j'y crois donc c'est valable à mes yeux de la citer.
 
Dernière édition:
You Rock !: Cerna