Comment briller en entretien d’embauche

Clémence

Rédactrice en chef en congé maternité
Équipe Rockie
21 Nov 2018
494
2 283
93
29
#1
This entry is part 3 of 3 in the series Le guide ultime pour trouver un jobLe recruteur t’a rappelé·e après ta (brillante) candidature et tu as réussi à relever le défi de l’entretien téléphonique (souvent, il s’agit simplement de vérifier dans les grandes lignes ton parcours, tes diplômes, tes disponibilités, etc.)
Maintenant, il te reste à affronter le boss de fin de niveau : l’entretien en face-à-face. Et là, on n’est pas tous égaux. Certaines personnes plutôt extraverties y vont avec le sourire, quand d’autres angoissent des jours à l’avance.
La bonne astuce pour se décontracter -outre imaginer le recruteur tout nu, mais ça personnellement, ça a plutôt tendance à me déstabiliser- c’est de se rappeler que l’entretien d’embauche est une discussion, pas un examen.
OK, la personne en face est là pour savoir si tu peux convenir pour le poste, mais toi aussi tu...
Lire la suite ...
 
Dernière édition:

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
546
3 572
93
#2
J'ajoute qu'il faut faire attention à un chose : penser qu'on est déjà en train de passer l'entretien dès la sortie de la rame de métro/ du bus. En bref, la légende-urbaine-cliché-dans-les-films qui veut qu'on croise la personne avec qui on a rendez-vous avant d'arriver, ça peut se réaliser : dans la rue, dans l'ascenseur qui mène aux bureaux de l'entreprise... sur le chemin quoi.
C'est finalement assez logique, puisque vous avez tou.tes les deux rendez-vous, que les deux se déplacent donc sans doute aux mêmes horaires, que le ou la responsable peut avoir pris un café en salle de pause au rdc avant de te rencontrer au 5e étage...

Et en cas de réponse négative, ne pas se remettre en cause personnellement (bon, si on est arrivé en pyjama, peut-être que là y a quelque chose de notre côté).
Les embauches dépendent de pleins de critères, et penser que tout se joue avec nous, c'est ignorer cette donnée :
- le poste peut déjà avoir été promis à d'autres (le neveu du meilleur pote du directeur du personnel), et les entretiens servent juste au ou à la responsable à "faire semblant" (aux yeux de ses propres responsables) d'organiser une campagne de recrutement, alors qu'en fait c'est déjà plié.
- une sombre histoire de gue-guerre interne, qui fait qu'untel.le va bloquer les décisions de untel.le, et donc le ou la candidat.e choisie par lui ne sera pas pris au final.
- tu ressembles à l'ex-compagne de l'un.e des décisionnaires, sur ce critère pas du tout objectif on écarte ta candidature.
- l'employeur recherche tel type de personnalité, et ce n'est pas la tienne : ben y a rien à faire, et c'est pas une question de compétence.

Bref, c'est important de ne pas prendre personnellement, comme une remise en cause de soi, une réponse négative. C'est une réaction fréquente, qui n'est fondée, dans l'immense majorité des cas, sur rien (sauf si pyjama, toujours).

Pour le cas où ce serait pas encore connu de tou.tes : les questions personnelles qui n'ont rien à voir avec l'emploi proposé n'ont pas lieu d'être en entretien (il faut un lien direct avec l'emploi).
ex typique : "prévoyez-vous de faire des enfants ?", ou "croyez-vous en Dieu" (sauf peut-être si on postule pour être prêtre, là ok). Si par hasard ça arrive, comme c'est une question illégitime, on a parfaitement le droit de mentir. Ça ne peut pas avoir de conséquences juridiques. Y a aucun souci sur le plan du droit pour répondre par un mensonge, ça ne peut pas faire annuler l'embauche :) Par contre il risque d'en avoir plus tard, malheureusement. Mais ça peut déstresser de le savoir à l'avance : on peut mentir si l'autre abuse.
 

Ann Ha

Well-known member
6 Jan 2019
1 839
18 813
113
30
#3
Un truc que je trouve important dans la préparation : s'entraîner à raconter son parcours comme une suite de décisions logiques. Même si votre parcours est en zig-zag, même s'il comporte des échecs, je trouve ça hyper important d'être capable d'expliquer à un interlocuteur pourquoi on a fait chaque choix (et a priori je dirais qu'il n'y a pas de mauvaise raison). A mon avis le pire c'est de montrer qu'on s'est laissé porter par le vent. L'employeur, ce qu'il veut c'est qu'on ne soit pas venu à son entretien par hasard alors même si en vrai c'est la cas, il vaut mieux que ça ne se voie pas.
Et puis raconter une belle histoire, ça permet de donner un sens aux échecs et aux erreurs de parcours, donc d'avoir beaucoup moins honte d'en parler. Ça aide à se sentir plus à l'aise avec son parcours.
 

LoconteRock

Well-known member
3 Jan 2019
45
266
53
#4
L'article tombe bien, c'est celui que j'attendais le plus =)

La tenue c'est clair que c'est selon le poste, si c'est dans l'animation d'un centre de loisir ou d'un camping, arriver en costume ou tailleur c'est pas utile. Bon on arrive pas en short claquettes non plus.
Encore ça je gère bien, le reste c'est une autre histoire, je suis tellement stressée que j'ai tendance à raconter mon parcours en disant le début et la fin sans raconter le milieu. Ce qui donne une ambiance sacrément gênante, heureusement je suis tombé sur des gens bienveillants qui ont compris que j'étais en plein stress et m'ont posé des questions pour que je puisse reprendre calmement. Je pense qu'on peut dire à l'employeur qu'on est stressé, sans s'effondrer non plus et iel peut comprendre lui/elle aussi est passé par là.
Je pense aussi qu'en tant que candidat, on peut aussi remarquer si l'employeur est intéressé par ce qu'on lui raconte. Si déjà en plein stress je me rend compte que mon interlocuteur en a rien à péter de ce que je lui raconte et se montre ennuyé ça me donne pas envi de continuer. Je peux comprendre que l'employeur soit fatigué parce qu'il a vu défiler plein de candidats mais quand même, surtout quand tu es au contact de clients.
 

PingouinMasqué

Well-known member
8 Jan 2019
189
1 621
93
#5
Cet article et les commentaires précédents sont de bons conseils :)

Moi pour déstresser, j'essaye de garder en tête que moi aussi j'ai déjà fait passer des entretiens et que j'étais aussi stressée que la personne en face. L'employeur-euse prend un risque lors d'un recrutement et on est presque sur un échange d'égal-e à égal-e.

Selon le "niveau" du poste, la notion de salaire est souvent abordée; il est important, surtout lorsqu'on est jeune diplômé-e d'avoir une idée de "combien en vaut", en brut sur l'année (il existe des convertisseurs pour faire le calcul), parce que le salaire net, ça ne parle pas aux employeur-euses; et ça permet d'éviter d'avoir l'air bête lorsque la question est posée. Et puis quand on est déjà en poste et qu'on veut changer, il peut être pertinent de donner son salaire actuel et expliquer pourquoi on demande plus... ou pas (par exemple pour moi, lorsque j'ai changé de poste, j'ai demandé plus parce que je changeais de statut, je partais d'une PME dans une zone sinistrée où le niveau de vie est relativement bas, et que j'avais un bilan plutôt pas mauvais).

Personnellement je me fais toujours un petit dossier quand je vais en entretien : une fiche avec les principales infos sur l'entreprise (le type de gouvernance, les filiales, les activités, les principales entreprises clientes, les effectifs, le CA, les certifications etc.), une copie de l'offre d'emploi, un CV, une lettre de motivation (identiques aux documents envoyés pour candidater) et un carnet dans lequel j'ai déjà noté quelques questions sur l'entreprise et le poste.
 

Pipistrelle_pygmée

Well-known member
9 Jan 2019
26
111
28
#6
@Ann Ha Ca arrive souvent qu'on demande de raconter son parcours? (Ca ne m'est jamais arrivé mais je ne suis pas en France). Et du coup, on s'attend à ce que tu racontes depuis les études?
 

Lyth

Mi-ours mi-Godzilla et re mi-ours derrière
9 Jan 2019
36
74
18
#7
@Ann Ha Ca arrive souvent qu'on demande de raconter son parcours? (Ca ne m'est jamais arrivé mais je ne suis pas en France). Et du coup, on s'attend à ce que tu racontes depuis les études?
Perso je suis en plein dedans, on me le demande à chaque fois...
Du coup je me suis entrainée à le raconter de façon fluide, en gardant ce que je veux garder pour que le parcours fasse le plus cohérent possible, quitte à enjoliver certaines choses
Par exemple :dans mon cursus je n'ai fais qu'une année dans une école et n'ai pas été acceptée en 2e année, en entretien ça donnera pour moi : "j'ai fait une année dans telle école, c'était vraiment enrichissant pour moi, j'ai beaucoup appris sur tel et tel domaine, mais ce n'étais pas ce que je recherchais donc je me suis orientée sur une autre école" et idem pour les expériences professionnelles, n'hésite pas à t'entrainer à te raconter une histoire, celle de ton parcours pour que ça finisse par être fluide et naturel en entretien, ça permet aussi de prendre un peu le "contrôle" de l'entretien pour ma part, j'en profite pour rebondir avec des questions sur le poste.
 

Ann Ha

Well-known member
6 Jan 2019
1 839
18 813
113
30
#9
@Pipistrelle_pygmée on demande souvent de parler de compétences / expériences sur la base du CV alors pour moi c'est l'occasion de se raconter. Comme c'est un truc préparable à l'avance je trouve ça bien pour se mettre dans le bain de l'entretien (à l'aise serait peut être exagéré, mais c'est l'idée). En plus c'est un moment où tu as la parole presque sans interruption donc c'est une opportunité pour caler des infos que tu trouves importantes.
 

Pipistrelle_pygmée

Well-known member
9 Jan 2019
26
111
28
#10
@Ann Ha merci! j'ai l'habitude de questions beaucoup plus spécifiques, où il faut démontrer un savoir ou une capacité précises, par exemple. C'est utile de savoir comment ca peut se passer différemment
 
You Rock !: Ann Ha

Shiho

Well-known member
17 Fev 2019
54
236
33
#11
Je confirme ce que dit @Lyth !
C’est ce que nous avait préconisé un consultant quand j’etais en école et ça marche très bien.

Quoi que tu racontes comme « histoire », tu dois maîtriser ton parcours. C’est ta vie, si tu n’arrives pas à dérouler le fil ou que c’est incohérent, c’est louche et ça renvoie l’image d’un entretien non préparé.
Il faut faire le lien avec les compétences requises par le poste aussi souvent que possible.

Autre point (vécu en tant que recruteuse) : être clair sur ce qu’on réalisait concrètement dans ses expériences précédentes. Ça paraît évident mais j’ai reçu une personne avec qui j’ai dû batailler pour savoir si elle faisait telle ou telle tâche (et si oui à quelle fréquence). Quand on fait un entretien, c’est que le profil matche les critères a priori. Si la personne ne sait pas faire quelque chose ou manque de pratique, ce n’est pas forcément rhédibitoire, il faut juste le savoir. Soit ça ne correspond pas au besoin du poste et ça évite de recaler la personne à la période d’essai, soit on peut s’en accommoder et on adaptera l’organisation ou l’accompagnement. Ça ne rend service à personne de jouer sur le flou artistique du « avec ma précédente équipe, on faisait ci ou ça ». Je n’embauche pas toute l’équipe, uniquement la personne assise en face de moi.
 

grenouilleau

Well-known member
9 Jan 2019
546
3 572
93
#12
@Shiho Tu parles du point de vue du recrutement, mais il faut aussi prendre en compte le fait que le salarié (futur) peut se moquer complètement des intérêts de son employeur. La question posée par l'article était "comment briller en entretien d'embauche", pas "comment être un futur bon salarié et jouer cartes sur table avec son patron".

Tu dis qu'une tricherie/exagération lors de l'embauche peut-être sanctionnée par l'employeur par le biais de la période d'essai, où la rupture du contrat de travail est facilitée : c'est vrai en partie. La durée des périodes d'essai varie selon le type de contrat (CDI, CDD, interim...). Dans le monde merveilleux du néo-libéralisme, c'est-à-dire actuellement, la majorité des embauches se font hors CDI = la durée des périodes d'essai sont donc assez courtes, et le contrat peut même ne pas en prévoir, pour différentes raisons (ex : une convention collective peut limiter l'usage de la période d'essai dans telle ou telle branche).

Le risque d'être "recalé" durant les premières semaines du contrat est finalement assez faible pour une bonne partie des salariés (2 jours max en période d'essai en interim de 1 mois, de ce que j'ai compris).

Donc l'intérêt de noyer le poisson lors de l'entretien d'embauche est évident pour la majorité des genTes qui n'ont que le salariat pour survivre. L'intérêt d'obtenir le poste peut-être alimentaire. Quand on voit les salaires actuellement, on peut comprendre qu'être honnête avec son patron est pour beaucoup le dernier des soucis : on peut s'attendre à ce que les genTes fassent bien leur travail dans la mesure où on les paye correctement. Sinon, faut pas s'attendre à des miracles (cette phrase n'est pas une adresse personnelle, simplement un constat).

Comme tu l'as compris, je ne suis pas d'accord avec l'expression que tu emploies "ça ne rends service à personne de jouer sur le flou artistique" : si, ça dépend des cas, si les revenus du travail sont les seuls qui permettent de vivre, la personne trichera, par nécessité.

À cela s'ajoute les pressions qu'actuellement les chômeurs subissent de la part des organismes d'allocations (Pôle Emploi) : dans ce cadre, avoir obtenu un job, même 2 jours, peut-être intéressant financièrement parlant. Avec tout le cinéma qu'exige Pôle emploi des bénéficiaires d'allocation, aller jusqu'au bout d'une procédure de recrutement, même en se faisant virer peu après, est sans doute positif pour le dossier. Je précise que je ne suis pas spécialiste des allocations-chômage, donc sur ce point je ne fais que des suppositions, mais il me semble bien que deux jours de boulot donnent droit à deux jours de chômage payés (et si on se situe dans le domaine du "survivre", ce qui est le cas de plus en plus de personnes, ben c'est pas rien).

En tout cas on voit bien que le fait de mal indemniser les chômeurs, ou de leur mettre la pression pour qu'ils trouvent un poste à tout prix, n'aide ni la personne sans emploi, ni les employeurs qui recherchent des employés compétents.

edit : ajout de précisions
 

Shiho

Well-known member
17 Fev 2019
54
236
33
#13
@grenouilleau : je n’ai pas une grosse expérience comme recruteuse, j’ai fait passer des entretiens pour 2 CDD de 6mois (en CDI depuis) et 1 CDI, dans une branche qui recrute beaucoup (dev web). Par chez nous il y a presque plus de demandes que d’offres, les candidats ne sont pas aux abois (déjà en poste pour certains).

Être honnête, c’est pas pour faire plaisir au patron ou à la boîte, c’est aussi pour que le poste convienne à celui qui l’occupe. On va pas se leurrer, si j’ai le choix entre un candidat qui dit cash qu'il y a un truc qu’il ne sait pas faire parmi la liste des compétences demandées et un autre qui aura essayé de noyer le poisson en permanence, je prendrai le candidat qui aura été clair. Organiser un tutorat ou une formation de quelques jours, c’est pas compliqué, faut juste le prévoir dans l’organisation de l’équipe. Derrière, la personne est en mesure de faire son taf correctement, tout le monde y gagne. Dans la boîte où je travaille, c’est ce qui se fait. Et je ne vis pas à Bisounoursland, même si je sais que c’est pas courant d’avoir une telle politique RH. :)

Si vraiment le profil du second est intéressant et qu’il n’y a pas trop de concurrence en face, je lui ferai passer un nouvel entretien orienté technique pour approfondir. De toute façon, avant d’embaucher, je finirai par avoir une idée plus claire. Mais si j’ai quelqu’un qui convient à peu près, je ne perdrai pas mon temps à essayer de deviner ce que sait réellement faire candidat numéro 2. Ne soyez pas candidat numéro 2 :cretin:
 

Marinade

Active member
19 Fev 2019
10
28
13
#14
En cours de marketing, j'avais un prof qui nous disait d'essayer différentes stratégies en passant des entretiens pour des postes qui ne nous intéressent pas vraiment, afin de faire redescendre la pression des entretiens d'embauche.
 
You Rock !: grenouilleau et Lyth

Lyth

Mi-ours mi-Godzilla et re mi-ours derrière
9 Jan 2019
36
74
18
#15
En cours de marketing, j'avais un prof qui nous disait d'essayer différentes stratégies en passant des entretiens pour des postes qui ne nous intéressent pas vraiment, afin de faire redescendre la pression des entretiens d'embauche.
Pas faux ! et mine de rien ça fait un peu connaître dans le milieu, là par exemple je viens de retrouver en entretien une RH que j'avais déjà rencontrée avant dans une autre entreprise et avec qui ça avait bien collé, c'était tout bénéf pour cet entretien-là ! (tellement bénéf que je commence lundi :free:), et au "pire" effectivement ça permet de s'entrainer plutôt bien :)
 
You Rock !: Shiho

PingouinMasqué

Well-known member
8 Jan 2019
189
1 621
93
#16
Ah, question : quand on passe des entretiens, que tous les voyants sont au vert, que la boîte doit nous rappeler rapidement et que non seulement on a pas de nouvelles mais qu'en plus l'offre d'emploi re-pop sur LinkedIn miraculeusement ?
 

Lyth

Mi-ours mi-Godzilla et re mi-ours derrière
9 Jan 2019
36
74
18
#17
Déjà, c'est pas cool de leur part de pas te rappeler... compassion, tout ça ! :(
De ton côté si tu le peux, n'hésite pas à les relancer, sans les accuser de quoi que ce soit, ni parler de l'annonce.. (pour leur laisser le bénéfice du doute c'est peut-être une erreur ou un algorithme mal foutu, on ne sait jamais >_<), ça peut aussi être parce qu'ils doivent voir d'autres candidats et c'est parfois un peu long...

Ce qui est pas mal c'est de pouvoir les contacter le lendemain par exemple, par mail ou téléphone selon ce que tu préfères, pour : remercier tes interlocuteurs de t'avoir reçu(e), confirmer ton intérêt pour le poste, et dire que tu es à leur disposition pour toute question complémentaire.
Après la balle n'est définitivement plus dans ton camp mais tu as joué toutes tes cartes...

Et j'en remets une couche en passant : vraiment nul de la part d'une entreprise de ghoster les candidats après les avoir reçus. Bon courage pour l'attente !
 

PingouinMasqué

Well-known member
8 Jan 2019
189
1 621
93
#19
Merci pour le soutien, je passerai à mon mari, malheureusement c'est à lui que c'est arrivé ce vendredi.
Je ne comprends pas à quel moment c'est devenu normal de faire preuve d'une lâcheté pareille. Ça coûte quoi de prendre 3minutes et de rappeler la personne qui a consacré plus de 3 heures à passer entretiens, tests etc. pour venir travailler pour toi, pour lui dire que finalement tu ne l'embauches pas?!

Je ne comprends pas les attitudes des recruteureuses. Même moi, j'ai régulièrement des gens qui me contactent, me proposent des choses, et puis après pouf, disparaissent.

Je parle même pas des boîtes qui veulent des gens hyper compétent-e-s mais en les payant au ras des pâquerettes et que tu vois ensuite s'épancher dans les journaux qu'iels n'arrivent pas à recruter.

Désolée, mais... Monde du travail de merde.
 

Lyth

Mi-ours mi-Godzilla et re mi-ours derrière
9 Jan 2019
36
74
18
#20
:sad: ouaip... complétement d'accord.
Je croise vachement les doigts pour lui en tous cas.

Les cabinets de recrutement sont souvent payés par les boîtes au CV envoyé ou à chaque présentation de candidat ET à chaque embauche (si quelqu'un bossant dans le milieu passe par là pour me corriger n'hésitez pas, il me semble que c'est ça mais je peux me tromper !), du coup si ça ne l’intéresse pas plus que ça ou si sa rémunération est basée là dessus y'a des chances pour que ton mari soit tombé sur une personne qui a "fini son job" juste en l'ayant présenté pour un entretien...

J'avais pu discuter avec une RH, ex-recruteuse qui connait vraiment bien le milieu, qui me disait que les cabinets de recrutements sont rarement 100% intègres (en tous cas dans mon domaine).
Par exemple, j'ai été suivie par une recruteuse d'un cabinet qui avait de plus grosses commissions quand elle envoyait des candidats en entretien dans une société en particulier qui ne m’intéressait pas, ils me l'ont proposée 5 fois, m'ont vraiment forcé la main, j'ai fini par avoir un entretien téléphonique qui ne s'est pas bien passé et la recruteuse a minimisé mon ressenti en disant que j'étais trop difficile (et j'ai appris plus tard que la société possédait des parts du cabinet de recrutement pourtant normalement indépendant...).

Bref tout ça pour dire que ce n'est pas lui ni sa performance en entretien qui a généré cette situation mais certainement plus des genres de transactions RH :/

Mais je précise aussi que j'ai pu rencontrer des RH géniaux, intègres et qui font merveilleusement bien leur boulot :jv: et que ça change tout !
J'espère de tout coeur qu'il arrivera bientôt à croiser le chemin d'une entreprise qui le mérite ! Si il a la foi de rappeler la boîte qu'il n'hésite pas, des fois que ça soit une erreur de leur côté, on se sait jamais ça serait trop dommage de ne pas tenter.
Bon courage !:calin: