Comment apprendre à se déconnecter quand on est accro à son smartphone

Clémence

Rédactrice en chef
Équipe Rockie
21 Nov 2018
84
448
53
28
#1
Tu as parfois l’impression que ton smartphone te contrôle plus que tu ne le contrôles ? Bienvenue au club ! Du coup, j’ai demandé à Jessica Rolland, autrice du livre Objectif Digital Detox : pourquoi et comment se déconnecter intelligemment, comment avoir une relation plus saine avec la technologie.
Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ce livre ?
C’est venu lorsque j’ai compris que j’étais sur une pente addictive. Je suis social media manager et je travaille en tant qu’indépendante, donc mon métier implique d’être très connectée. J’ai toujours une bonne excuse pour être sur mon smartphone ou mon ordinateur.
J’y consacrais énormément de temps et ma fille voyait bien avec ses yeux d’enfants qu’il y avait un souci puisqu’elle me le reprochait. Moi j’avais l’impression que c’était plutôt la norme autour de moi d’être accro au web. J’ai lancé un appel sur Twitter et j’ai reçu énormément de témoignages qui m’ont donné envie de me pencher sur le sujet.

La plupart des bouquins existants...
Lire la suite ...
 
Dernière édition:
You Rock !: Myush78 et Polaire
16 Jan 2019
25
96
13
#2
Merci pour cet article :cheer:
C'est court mais c'est vital !

J'ai moi-même lâché la grappe de mon smartphone après mon burn out (bye bye les notifications stressantes et autres bippages) et pendant ma première grossesse (bye bye les ondes), aujourd'hui j'estime être une utilisatrice raisonnable. Je suis capable d'aller faire une promenade "toute nue sans téléphone" et je l'éteins systématiquement la nuit. Quand je m'occupe de ma fille, la plupart du temps, je le pose à distance.
Par contre autour de moi c'est la cata :oops:
Mon conjoint a compris qu'il était accro, c'est déjà ça... Atteint de la maladie du scrolling ! Fatigué, stressé ? Il scrolle. Sans but. Comme ça, ça le détend.

Je sais qu'un jour on mettra une corbeille à l'entrée de la maison et : pouf ! On déconnectera le soir en rentrant. Mais pour ça il faut que tout le monde soit moteur.
Parce que quand je vois l'exemple qu'on donne aux enfants qu'on élève, ça fait un peu peur...
Ceci dit ma fille de un an a déjà compris qu'il suffisait de crier plus fort quand papa est sur son smartphone :LOL:
 
3 Jan 2019
14
59
13
#3
Je suis carrément addict à mon smartphone...j'en ai eu un tardivement et c'est vrai que depuis que je l'ai je suis en permanence dessus...je m'en vais de ce pas installer une des applis pour voir à quel point c'est grave, ça ne sera qu'une motivation supplémentaire pour m'aider à me déconnecter...
Merci pour cette article !
 

Lilydouce

De la volonté, rien que de la volonté
2 Jan 2019
40
275
53
30
#4
La detox digitale est une question qui me taraude de plus en plus. Surtout depuis la naissance de mon fils effectivement. :hesite:
Mais, même si je suis capable d’avoir une volonté d’acier pour pleins de choses, j’ai du mal à décrocher à cause du côté multifonctions : c’est mon réveil, mon gps en voiture, mon mp3, mon appareil photo, mon ordinateur portable...En revanche, j’ai désinstallé les jeux sans souci :drama:
 

Ora

Well-known member
2 Jan 2019
107
626
93
#5
Merci pour cet article !

Je suis gravement accro au smartphone, et j'ai déjà fait plusieurs premier pas :
- j'ai compris que j'avais un besoin irrépressible de m'occuper le cerveau. Chez moi, le smartphone n'est venu que remplacer/simplifier des comportements pré-existants : depuis toute petite je passais ma vie dans les bouquins (5 minutes entre deux tâches ? Hop, bouquin !) au point d'en être inaccessible aux sollicitations sauf à littéralement me secouer, et depuis ado, bien avant les premiers smartphones, mon premier réflexe du matin était d'allumer mon PC pour aller faire un tour des forums et sites internet (avant Facebook, déjà)... L'arrivée d'un terminal interactif qui regroupe tout au même endroit n'a donc fait qu'empirer une situation pré-existante...
- j'ai compris que ça avait peut-être un lien avec ma précocité (un ami clairement surdoué a le même problème... en pire !) et ma curiosité intellectuelle (outre le très addictif Facebook, je suis une accro des sites d'actu et des publications de vulgarisation scientifique), mais aussi qu'à force de scroller de site en site, je ne retenais plus grand chose de ce que j'y lisais ! Donc c'est contreproductif en fait...
- j'ai mis en place une limite de temps d'écran grâce à IOS, et je m'y tiens à peu près (portable en mode "portable uniquement" de 22H à 7h30 le matin, limitation à 1h de réseaux sociaux et 1h30 d'autres applis par jour).

Par contre autant j'étais sur une bonne pente, autant là, je suis arrêtée deux semaines et "au repos complet" chez moi, et j'ai complètement replongé... Les premiers jours, j'avais carrément fait sauter ma limitation de temps d'écran, ben résultat des courses, je ne sais pas où sont passées ces premières journées d'arrêt ! Donc je l'ai remise et j'essaie de réorienter mon attention vers la lecture notamment... Mais c'est difficile car l'addition aux écrans modifie les câblages de l'attention : on se rend rapidement compte qu'on n'arrive plus à être attentif à un contenu fixe pendant plus de quelques minutes, on décroche de sa lecture pour avoir le réflexe de consulter son téléphone ("juste cinq minutes"...)

Bref, c'est difficile, mais je pense que la prise de conscience est au moins un premier pas, bien qu'elle ne soit pas salutaire à elle seule. Et comme on attend notre premier enfant, je voudrais quand même réussir à me déconnecter avant son arrivée, je m'en voudrais d'être plus attentive à mon téléphone qu'à mon bébé...
 

Lolita

N'oublions pas ceux qui nous nourissent
3 Jan 2019
74
316
53
#6
Merci pour l'article, c'est un vrai sujet!
Les smartphones sont tellement utiles...
Perso, j'ai mis des limitations de durée sur certaines applications:
- 15 minutes max par jour pour Facebook (Je n'ai pas d'autre réseau social)
- 1h15 max par jour de navigation Internet (c'est court les jours où je m'ennuie en réunion...). Je passe pas mal de temps à lire des articles, trouvés via feedly ou ailleurs,et à traîner sur le forum.
- 15 minutes max par jour de feedly, un agrégateur de flux sur lequel j'ai toute ma veille d'information, la lecture complète des articles s'effectue sur la navigation Internet d'où la faible durée. Je ne regarde pas la tv et n'écoute pas la radio, c'est ma source d'information n°1.
J'utilise aussi Deezer pour la musique et les podcasts, un GPS, Pinterest, Wikipedia, une application de suivi du cycle, l'application de ma banque, celle d'EDF et celle de la SNCF, pour discuter j'ai whattsap et messenger, et j'utilise mail/photo/calculatrice etc.
Je ne peux pas m'en passer dans ma vie quotidienne (rien que le GPS...), j'essaie de limiter le temps passé à flâner dessus via la limite de temps...
 
You Rock !: Reynalde

Scrapy

Well-known member
1 Fev 2019
98
339
53
#7
Dans mon cas : smartphones = box Internet, livre de cuisine, GPS, réveil, Netflix, radio, musique, infos, emploi du temps de la fac (qui changeait parfois dans la journée meme)... En gros il m'est vraiment indispensable, mon smartphones c'est vraiment devenu un deuxieme ordinateur. Je pense pas être accro dans le sens où je l'éteins sans soucis quand je bosse, je joue pas dessus, je scroll dans des très rares cas, en soiree avec les amis on s'en sert pour picolo, des karaokes et la musique mais c'est tout. Puis si je l'oubli un jour chez moi je vais pas mourir...
 
You Rock !: Reynalde
6 Jan 2019
12
26
13
#8
Salut :hello:

C'est un article intéressant. :happy: ça pousse à la réflexion sur notre rapport au smartphone et notre dépendance.
Je n'ai pas encore évalué le temps que je passais sur mon smartphone mais je sais déjà que je peux l'utiliser "pour rien" et perdre mon temps.

Il est aussi multifonction pour moi:
- C'est mon réveil le matin
- C'est le meilleur moyen pour communiquer avec mes proches qui sont loin de moi (sms, mails, appels)
- Je l'utilise pour suivre les actualités chaque matin
- J'utilise l'appli météo chaque jour (exit la télé)
- Quand j'en ai besoin et que le tomtom est à la maison, il est aussi mon GPS
- C'est aussi mon appareil photo principal
- Pour la musique ou la radio c'est aussi lui que j'utilise avec mon enceinte
- Quand j'ai besoin d'une recette rapidement et que je ne veux pas sortir le pc portable, il est mon guide de recette
- J'y lis les articles et vais sur le forum avec lui quand j'ai une pause au travail
- C'est mon bouclier anti-relous / anti interactions sociales quand je suis dans l'espace publique où je fais semblant d'être occupée dessus

Il y a quelques années j'ai passé plusieurs jours à la montagne, sans connexion ni réseau, pour une formation.
Comme pour Jessica et sa retraite de yoga, le manque n'était pas présent car on était toujours occupés.
J'avais quand même ressenti un grand bien être lié à cette coupure et je profitais à fond du moment présent.
Bien entendu, à peine de retour en ville les vieilles habitudes sont revenues.
 

Chopin

Pizza, pizza, dans mon estomac
2 Jan 2019
1 235
4 823
113
Paris
#9
En somme, le portable provoque un conditionnement :hesite:
Une mesure bête mais utile pour déconditionner le réflexe de toujours le regarder: réveil et montre, investir dans l'achat d'un journal papier et désactiver le wifi ou la 4G (on reste joignable, on a accès à nos photos et on peut en prendre).
Ca fait trois étapes qu'on peut mettre en place tous les 3 jours. Il faut en effet trois jours pour mettre une habitude en place :happy:
 

A&A

New member
17 Jan 2019
1
0
1
#10
Je vais de ce pas télécharger une appli pour "mesurer" mon temps d'écran.
Je passe également énormément de temps sur mon PC portable : quelqu'un(e) connait-il/elle un moyen de "mesurer" le temps d'écran sur PC ?
Merci
 
27 Jan 2019
11
17
3
#11
Et nous voilà une fois de plus à nous interroger et nous auto-justifier : oui mais moi j’en ai besoin pour ça, ça et ça... je crois pour ma part qu’en général le smartphone est un outil bien pratique et sympathique y compris pour buller. Il faut vivre avec son temps.

Je pense que les accros en souffrance ne sont pas si nombreux que cela, qu’on essaie de nous faire croire que nous sommes tous en addiction et ça fait le beurre d’auteurs divers et de psys. C’est une source de revenus magique.

Le beurre aussi des fabricants et ingénieurs du domaine: une appli pour mesurer le temps passé sur les applis :oops:

C’est mon ressenti à moi toute seule, je ne prétends pas que c’est la vérité pure :clin:
 

Chopin

Pizza, pizza, dans mon estomac
2 Jan 2019
1 235
4 823
113
Paris
#12
Et nous voilà une fois de plus à nous interroger et nous auto-justifier : oui mais moi j’en ai besoin pour ça, ça et ça... je crois pour ma part qu’en général le smartphone est un outil bien pratique et sympathique y compris pour buller. Il faut vivre avec son temps.

Je pense que les accros en souffrance ne sont pas si nombreux que cela, qu’on essaie de nous faire croire que nous sommes tous en addiction et ça fait le beurre d’auteurs divers et de psys. C’est une source de revenus magique.

Le beurre aussi des fabricants et ingénieurs du domaine: une appli pour mesurer le temps passé sur les applis :oops:

C’est mon ressenti à moi toute seule, je ne prétends pas que c’est la vérité pure :clin:
Bien sûr, les psys inventent des maladies pour faire de l'argent.
Les labos inventent les maladies pour vendre des vaccins et même qu'on m'a dit
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Chopin

Pizza, pizza, dans mon estomac
2 Jan 2019
1 235
4 823
113
Paris
#14
Ce n’est pas ce que j’ai dit mais je pense que tu le sais. En tout cas le coup de la marmotte :yawn:
Oui et non. Le problème du téléphone portable est que l'addiction est cachée et socialement perçue comme une norme mais quand on creuse un peu, ça crée des problèmes (le fameux moment où on n'est pas dispo pour un proche alors qu'on sait que ce qu'on est en train de faire sur le portable est secondaire, le moment où on est dispo mais où au fond ça fait chier parce qu'on préférerait être sur le téléphone... En bref, le moment où il y a incidence négative sur la vie de l'usager).
Après, c'est à la personne de voir si elle a envie ou non de travailler ça.

J'ai réagi à ton post à cause de la phrase "on essaie de nous faire croire qu'on est tous en addiction... le beurre d'auteurs divers et des psys... Le beurre aussi des fabricants..." (deso, je ne peux pas citer, les mots que je cite sont ceux qui me posent problème).
Si on veut faire du beurre, on ne fait pas psycho et mettre les psys sur le même plan que ceux qui créent le marché est insultant.
Les psys soignent, ils n'exagerent pas les addictions pour gagner du fric et quand on voit à quel point il y a des soucis de santé mentale dans la population et à quel point on manque de moyens, à quel point tout le monde n'a pas accès à ces soins, un commentaire comme le tien ne fait pas plaisir.
 
You Rock !: Chane
27 Jan 2019
11
17
3
#15
Oui et non. Le problème du téléphone portable est que l'addiction est cachée et socialement perçue comme une norme mais quand on creuse un peu, ça crée des problèmes (le fameux moment où on n'est pas dispo pour un proche alors qu'on sait que ce qu'on est en train de faire sur le portable est secondaire, le moment où on est dispo mais où au fond ça fait chier parce qu'on préférerait être sur le téléphone... En bref, le moment où il y a incidence négative sur la vie de l'usager).
Après, c'est à la personne de voir si elle a envie ou non de travailler ça.

J'ai réagi à ton post à cause de la phrase "on essaie de nous faire croire qu'on est tous en addiction... le beurre d'auteurs divers et des psys... Le beurre aussi des fabricants..." (deso, je ne peux pas citer, les mots que je cite sont ceux qui me posent problème).
Si on veut faire du beurre, on ne fait pas psycho et mettre les psys sur le même plan que ceux qui créent le marché est insultant.
Les psys soignent, ils n'exagerent pas les addictions pour gagner du fric et quand on voit à quel point il y a des soucis de santé mentale dans la population et à quel point on manque de moyens, à quel point tout le monde n'a pas accès à ces soins, un commentaire comme le tien ne fait pas plaisir.
Tu as raison, mais je n’ai pas dit, ni ne pense, le contraire.

J’ai écrit : le beurre d’auteurs divers et DE psys.

DE psys, cela ne veut pas dire DES psys. Cela veut dire de certains psys. Je ne les mets sur aucun plan, je ne les compare à personne, je ne dis pas qu’ils ne sont pas de bonne foi.

Je suis dérangée par mon impression qu’on ne peut plus rien kiffer sans être soupçonné d’addiction et envoyé chez un psy.

Encore une fois je ne dis rien de ce que tu écris, je trouve que tu interprètes mes propos et me fais un procès d’intention. Sérieux, si c’est pour en arriver comme sur Madz ça m’ennuie. Je ne vais pas reprendre chaque mot et tout expliquer, tout justifier.

Tu as écrit sur un autre sujet que la sagesse universelle n’est pas sur internet ou quelque chose comme cela et je suis d’accord. Nous ne faisons que discuter, je regrette simplement ce genre d’incident.
 

Chopin

Pizza, pizza, dans mon estomac
2 Jan 2019
1 235
4 823
113
Paris
#16
Tu as raison, mais je n’ai pas dit, ni ne pense, le contraire.

J’ai écrit : le beurre d’auteurs divers et DE psys.

DE psys, cela ne veut pas dire DES psys. Cela veut dire de certains psys. Je ne les mets sur aucun plan, je ne les compare à personne, je ne dis pas qu’ils ne sont pas de bonne foi.

Je suis dérangée par mon impression qu’on ne peut plus rien kiffer sans être soupçonné d’addiction et envoyé chez un psy.

Encore une fois je ne dis rien de ce que tu écris, je trouve que tu interprètes mes propos et me fais un procès d’intention. Sérieux, si c’est pour en arriver comme sur Madz ça m’ennuie. Je ne vais pas reprendre chaque mot et tout expliquer, tout justifier.

Tu as écrit sur un autre sujet que la sagesse universelle n’est pas sur internet ou quelque chose comme cela et je suis d’accord. Nous ne faisons que discuter, je regrette simplement ce genre d’incident.
En fait, je suis d'accord que si tu kiffes, il n'y a pas forcément addiction et pour le téléphone, c'est l'usager qui sent s'il y a malaise. Si pour lui c'est OK, ça veut dire que c'est OK (sauf cas particuliers mais bon, il y a toujours des cas particuliers).
Le phénomène que tu décris (qu'on appelle la psychologisation) est une plaie. En général, on l'utilise quand on veut faire entrer une personne dans une norme ou quand on a un conflit avec elle qu'on ne peut pas évoquer directement. Il y a des ressources sur ça si ça t'intéresse (pour dire que tu n'es pas seule à avoir l'impression et que c'est étudié).

Je note la différence entre "de" et "des" mais pour moi, ça ne fait guère de différences (j'explique plus loin pourquoi).

En ce qui concerne le procès d'intention et Madmoizelle, je ne vois pas le rapport. On est sur un forum, on interagit. Jusque là, pareil que sur Madmoizelle. La différence sera, j'espère, qu'on ne se limitera pas à *une* interprétation parce que c'est l'usage du forum et surtout que ca ne fera pas taire les différents points de vue.
Ca ne veut pas dire qu'on ne doit pas réagir au point de vue de l'autre.
Là, on n'est pas d'accord et ça ne veut rien dire de plus :dunno:

En ce qui concerne la sagesse sur internet, et bien oui mais... ici, nous sommes chacune "l'Internet" de l'autre :yawn: Toi tu as l'impression que je veux policer ta pensée et moi j'en ai marre d'Internet qui juge une pratique ou des pratiquants professionnels psy (a l'exception notable des coachs que je ne compte pas dans la sphère de soin) sans idée des enjeux derrière.

Mais comme tu le dis, on discute et c'est tout. Sur ce point, peut-être que tu as été traumatisée par madz et que tu interprète ce que je t'ai dit pas rapport à ça ? Je n'avais pas d'autres intentions que d'expliquer pourquoi je n'étais pas d'accord :dunno:
Désolée du malentendu !
 
You Rock !: Femme Allumette
27 Jan 2019
11
17
3
#17
En fait, je suis d'accord que si tu kiffes, il n'y a pas forcément addiction et pour le téléphone, c'est l'usager qui sent s'il y a malaise. Si pour lui c'est OK, ça veut dire que c'est OK (sauf cas particuliers mais bon, il y a toujours des cas particuliers).
Le phénomène que tu décris (qu'on appelle la psychologisation) est une plaie. En général, on l'utilise quand on veut faire entrer une personne dans une norme ou quand on a un conflit avec elle qu'on ne peut pas évoquer directement. Il y a des ressources sur ça si ça t'intéresse (pour dire que tu n'es pas seule à avoir l'impression et que c'est étudié).

Je note la différence entre "de" et "des" mais pour moi, ça ne fait guère de différences (j'explique plus loin pourquoi).

En ce qui concerne le procès d'intention et Madmoizelle, je ne vois pas le rapport. On est sur un forum, on interagit. Jusque là, pareil que sur Madmoizelle. La différence sera, j'espère, qu'on ne se limitera pas à *une* interprétation parce que c'est l'usage du forum et surtout que ca ne fera pas taire les différents points de vue.
Ca ne veut pas dire qu'on ne doit pas réagir au point de vue de l'autre.
Là, on n'est pas d'accord et ça ne veut rien dire de plus :dunno:

En ce qui concerne la sagesse sur internet, et bien oui mais... ici, nous sommes chacune "l'Internet" de l'autre :yawn: Toi tu as l'impression que je veux policer ta pensée et moi j'en ai marre d'Internet qui juge une pratique ou des pratiquants professionnels psy (a l'exception notable des coachs que je ne compte pas dans la sphère de soin) sans idée des enjeux derrière.

Mais comme tu le dis, on discute et c'est tout. Sur ce point, peut-être que tu as été traumatisée par madz et que tu interprète ce que je t'ai dit pas rapport à ça ? Je n'avais pas d'autres intentions que d'expliquer pourquoi je n'étais pas d'accord :dunno:
Désolée du malentendu !
Merci d’avoir pris la peine de me répondre. Je comprends bien ce que tu dis, je salue ton analyse et je comprends mieux ta réaction :)

J’ai eu la chance de ne pas encore être traumatisée personnellement par Madz mais j’ai vu tant de gens ramer et je n’ai pas envie de rejoindre la galère :yawn:

Donc oui, nous pouvons ne pas être d’accord sans problème et déboucher sur des malentendus, dont je suis désolée aussi d’ailleurs. Il n’y a pas de lézard :clin:, merci encore à toi :happy:
 
You Rock !: Chopin

Chopin

Pizza, pizza, dans mon estomac
2 Jan 2019
1 235
4 823
113
Paris
#18
Merci d’avoir pris la peine de me répondre. Je comprends bien ce que tu dis, je salue ton analyse et je comprends mieux ta réaction :)

J’ai eu la chance de ne pas encore être traumatisée personnellement par Madz mais j’ai vu tant de gens ramer et je n’ai pas envie de rejoindre la galère :yawn:

Donc oui, nous pouvons ne pas être d’accord sans problème et déboucher sur des malentendus, dont je suis désolée aussi d’ailleurs. Il n’y a pas de lézard :clin:, merci encore à toi :happy:
Pour tout dire, j'ai trouvé le malentendu enrichissant (je suis en pleine introspection de mes manières de faire :happy: )
Merci à toi et bonne journée :happy:
 
You Rock !: Femme Allumette

Linselli

Well-known member
3 Jan 2019
78
395
53
Seine et Marne
#20
Merci pour cet article. Je suis complètement addict à mon smartphone, et à l'écran en général. Si encore j'y faisais quelque chose d'intéressant (des jeux, des conversations, des vidéos ou j'apprends des choses)... Mais non, je n'y fais rien du tout, je parcours les fils d'actualité, les notifications à la recherche de quelque chose qui pourrait m'intéresser.. C'est même devenu un automatisme dès que je n'ai rien à l'esprit, je dégaine mon téléphone pour y poser mes yeux.
J'essaye de limiter les réseaux sociaux (en bloquant l'accès au fil d'actualité de Facebook, et instagram par exemple), de troquer les vidéos contre des podcasts..

Mais je sens bien que ce n'est pas suffisant. A tel point que je suis devenue incapable d'occuper mon esprit autrement qu'en regardant le portable ! Quand je me force à le laisser dans un coin, j'ai ZERO idée de ce à quoi je peux occuper mon attention... J'ai pourtant le souvenir de jeunesse d'adorer faire des activités manuelles, de m'occuper les mains, de lire, d'écrire ! Mais c'est comme si toutes ces choses là me demandaient désormais un effort considérable. J'ai l'impression que mon tel est pour moi ce que l'anneau est pour Frodon vous voyez :crying:...

ça a un peu commencé lorsque mon amoureux est parti vivre à distance pour son master. Je compte un peu sur son retour pour me détacher.

Du coup mesurer son temps d'écran, télécharger des app qui bloquent les réseaux.. C'est bien... Mais quelles sont vos petites activités hors boulot (Création/DIY/déco/lecture) que vous adorez faire et qui vous détendent l'esprit quand vous rentrez du boulot? ^^