Chirurgie esthétique : Y avez-vous déjà pensé ?

FilledeLoup

Well-known member
8 Mar 2019
628
3 723
93
#1
Bonjour à tous,

J'ouvre ce post à la fois pour échanger et aussi me confier un peu.

J'ai toujours souffert d'une relation compliquée avec mon corps (au global, visage y compris) et, avec les années, je m'accepte de mieux en mieux. J'essaie de travailler cela.
Malgré tout, certaines choses restent très difficiles. J'ai parfois des crises de pleurs qui durent jusqu'à plusieurs heures et me plombent le moral, après avoir vu une photo de moi par exemple. Pourquoi ? Je suis plutôt mince mais j'ai le bas du visage complètement mal défini, avec une espèce de double menton que je tiens de ma maman mais que je n'ai jamais supporté...

Plus jeune, en ne voyant que mon visage, on m'a déjà demandé si j'étais en surpoids etc Je ne supporte pas ce décalage entre mon visage que je trouve bouffi et mon corps.
C'est encore plus horrible en ce moment car j'essaie de tomber enceinte et je suis par avance extrêmement angoissée car je sais qu'évidemment, ça ne pourra qu'être pire durant la grossesse.

Je pense beaucoup à la chirurgie tout en ne sachant pas si j'aurais un jour le cran de sauter le pas, ne serait-ce que pour un RDV informatif. D'autant plus que mon conjoint lui, me trouve parfaite comme je suis.

Y a-t-il ici des personnes qui y pensent parfois ?
Qui ont sauté le pas et qui sont plus heureux que jamais ? Ou qui regrettent ?
Je sais que c'est une démarche très intime au final mais échanger me ferait du bien je pense :)

Au plaisir de vous lire !
 
You Rock !: LuLa et KhiroOo
5 Jan 2019
649
1 257
93
Lyon
navisseli.tumblr.com
#2
Quand j'étais ado je complexais énormément sur mon nez. Je voulais à tout prix le faire raboter. Ma mère m'avait dit que si à 18 ans ça me complexait encore, elle m'aiderait à y faire quelque chose, et ça me paraissait une évidence que limite dès que j'aurai 18 ans j'allais prendre RDV. Mais vers 17 ans, j'ai commencé à ne plus vraiment m'en soucier. Aujourd'hui j'ai 24 ans, j'ai complètement accepté mon nez qui ne me complexe plus du tout, et je suis plutôt content de ne pas y avoir touché. C'est une des choses qui me caractérisent, un signe distinctif en somme, et maintenant que j'y pense ça aurait été dommage de m'en séparer, mais ça m'arrive encore parfois d'y penser
 

FilledeLoup

Well-known member
8 Mar 2019
628
3 723
93
#3
@Etp Je pense que c'est fréquent les complexes sur le nez à l'adolescence ! J'étais comme toi, je le trouvais hyper moche et aujourd'hui quand j'y repense je me trouve "ridicule", mon nez est très bien comme il est.

Mais y a certains trucs par contre que je continue à trainer et qui me font bien souffrir de temps en temps !
 
You Rock !: Etp

Mira

N'est pas avatarement stable...
2 Jan 2019
1 137
6 779
113
#4
Je me suis déjà poser la question de si un jour je voudrais en faire, et je ne pense pas que je ferai de la chirurgie esthétique. A par si je perds complètement le peu de poitrine que j'ai.
Par contre depuis peu je suis entrain de développer un complexe sur mes sillons nasogénien que je trouve très marquer depuis peu. Je trouve que ça me donne un air sévère que j'aime pas du tout (déjà que je n'ai pas un visage souriant de base, et les joues creusent que j'aime aussi moyen du au faite que j'ai perdu du poids). Et l'idée de faire de la médecine esthétique pour modifié ça me trotte de plus en plus dans la tête. J'ai regarder combien ça coutais, et c'est quand même assez chère pour subir des piqûres (200€). Pour l'instant ça me refroidis quand même. Mais ça fait plusieurs mois que j'y pense, et que j'aime de moins en moins mon visage avec ces traces. Jusqu'a maintenant je n'avais pas spécialement de complexe et la des fois ça me bouffe.
 
You Rock !: FilledeLoup

Mireille

New member
11 Fev 2019
22
26
3
#5
Bonjour,
Je n'y ai jamais pensé et je n'ai pas l'intention de me faire quoi que ce soit. Nous sommes comme nous sommes. Nous avons tous des défauts, nous ne sommes pas parfaits. Mais à partir de ce moment-là, en vous remodelant complètement pour que vous sentiez belle, je n'approuve pas.
Et en fait il y a deux types d'opérations, l'une pour faire une "Bimbo" (seins, réflexes faciaux, etc.) pour vous trouver plus belle, et l'autre pour vous guérir d'un grand complexe ou d'une maladie. Si notre problème nous rend vraiment la vie difficile, oui, pour vivre correctement, nous pouvons y penser. Je ne suis pas d'accord avec ce que Nabilla et les autres font pour rendre un sein, un visage et d'autres surmenages pour vous trouver plus attirant (surtout parce que c'était beaucoup plus agréable avant, mais bon), mais c'est tout.
Je ne me trouve pas très jolie non plus, mais je suis née comme ça et je vais mourir comme ça, je pense que c'est bon de prendre soin de moi. Il faut bien réfléchir avant de le faire, surtout parce qu'il peut avoir d'excellents effets secondaires et qu'il est très coûteux pour quelque chose qui n'est pas nécessairement bon.
 
You Rock !: LuLa
8 Juil 2019
16
79
13
32
La Rochelle
#6
J'ai voulu me faire poser des implants mammaires il y a quelques années, j'avais pris rdv avec le chirurgien et tout (vivant encore chez mes parents et ayant un boulot), mais je suis tombée au chômage et j'ai dû revoir mes priorités (parce que dépenser 5000€ durant cette période était devenu subitement malvenue).
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
18 Jan 2019
27
85
13
#7
Moi j'avoue que c'est très ambivalent, d'un côté ça va à l'encontre de "accepte toi et aime toi au naturel" mais d'un autre côté,e je trouve que les progrès sont dingues et je me laisserais bien tentée (augmentation mammaire, injection dans les lèvres, réduction des cernes, etc....). Du coup, je ne fais rien mais je respecte totalement celles qui sautent le pas, ton corps ton choix.
 
You Rock !: Mira

pravda1917

Well-known member
7 Avr 2019
408
1 567
93
#8
A 13 ans je faisais du 90D, à 13 ans j’étais une enfant qui se faisait mater par des pervers qui en plus se permettait de faire des réflexions.
A 20 ans je faisais du 100FF je me suis fait opérer pour récupérer mon 90D. Du pur bonheur. Les gens autour de moi disait que c’était une opération médicale essentielle pour mon dos mais moi je savais bien que je ne l’avais fait que pour des raisons esthétiques.
Aujourd’hui je suis devenue obèse et j’ai récupéré mon 100FF mais il correspond à ma corpulence donc aucun problème.
Si un jour j’arrive à perdre du poids je me ferais opéré du tablier (ventre qui descend sur le pubis) et de ce putain de double menton qui me pourrie la vie depuis 30 ans
 

Emy Snape

Sugar, cream or cyanide ?
10 Jan 2019
364
5 403
93
27
#9
Je suis pro-choix sur la question, ni vraiment pour ni vraiment contre parce que je trouve que ça n'a pas de sens. Your body, your rules. Pour moi le corps et la peau sont des toiles vierges que la nature (et la génétique) nous donne aléatoirement, libre à nous de les garder telles qu'elles ou de les modifier (perso je suis pas mal tatouée et un peu piercée, c'est pas la même démarche mais ça reste dans le registre modifications corporelles). Je trouve ça bien de s'aimer comme on est, j'approuve les beaux discours sur la diversité des silhouettes et/ou des physionomies, mais j'ai pas spécialement d'a priori sur les gens qui ont recours à la chirurgie non plus. Après je vais trouver ça plus ou moins joli, plus ou moins discret, plus ou moins élégant, mais c'est une question de goûts et j'ai pas forcément à me prononcer là dessus.

J'envisageais sérieusement la rhinoplastie pendant un temps. A l'inverse de certain.e.s ici, c'était pas juste un complexe d'ado qui m'est passé avec le temps, objectivement mon nez est bien long, il l'a toujours été et forcément ça n'ira pas en s'arrangeant puisque c'est une partie du corps qui continue de grandir toute la vie (shit happens). J'ai eu quelques réflexions, rien de bien régulier mais ça a été suffisant pour retourner le couteau dans la plaie. Ça se voulait pas vraiment méchant ou cruel la majorité du temps, mais parfois ça fait pas grande différence quand le sujet est un peu sensible. Du coup j'en suis venue à refuser systématiquement qu'on me prenne en photo (le reste de mon visage entre pas vraiment dans les standards portés aux nues non plus), je me voyais comme la bonne pote qui n'arriverait jamais à pécho avec ce truc disproportionné collé en plein milieu de la face. Je me sentais au niveau 0 du désirable quoi.
J'ai fini par envisager l'opération plus sérieusement en approchant la vingtaine et à me poser les bonnes questions (pour moi). Résultat, mes réponses à ces questions allaient pas vraiment dans le sens de la chirurgie.

En gros, les questions que je me suis posées :
• Pourquoi l'opération ?
• Est-ce que c'est pour mon bien-être ou surtout pour coller aux standards considérés canons ? Est-ce que c'est vraiment pareil ? (Pas forcément facile de démêler tout ça tellement les injonctions de la beauté occidentale parfaite et photoshopée sont ancrées.)
• Comment est-ce que je vais vivre ma transformation après coup ? Joie bonheur, crise d'identité, un peu les 2 ?
• Est-ce que je m'aimerais globalement mieux après qu'avant ? Est-ce que je pense que ça peut changer ma vie ?
• Si je renonce à la chirurgie, est-ce que je suis prête à mettre plus d'énergie pour mieux composer avec ce complexe sans me rendre malade/passer à côté de ma vie ?
• Est-ce que tout ce qui ne rentre pas dans les standards est une difformité/anomalie ?
• Et en cas de chirurgie ratée : comment je me sens prête à gérer ?

J'ai laissé mûrir ces réflexions pendant un an. Dans mon cas, j'ai compris que je voyais tout sous le prisme de l'esthétique (or bon, mon nez je le vois pas beaucoup au quotidien, c'est surtout les autres qui l'ont sous les yeux) mais jamais de mon bien-être perso. Je me disais jamais que ça allait être top pour moi pour telle ou telle raison, que je me sentirais plus moi-même (au contraire j'avais même peur de me sentir comme une toute autre personne et de pas bien le vivre à l'arrivée, tellement j'avais pris le pli de ne me résumer qu'à la taille de mon pif), que je ferais plus ou moins de trucs. J'y allais un peu à reculons parce que je me sentais "obligée". Mais pourquoi en fait ?

Donc maintenant j'y ai renoncé, de manière définitive. Je n'en ressens plus le besoin. Si j'aime mon nez ? Non, pas encore, peut-être jamais. Au moins ça m'a permis de me remettre en question et d'entamer un travail là dessus. Je fais des trucs que j'aime mais dont je me privais avant (je suis allée me faire faire un carré, je suis modèle photo occasionnelle), j'ai appris à voir mon nez comme un chouette organe fonctionnel et utile (j'ai un odorat assez développé, je m'en sers pour fabriquer mes parfums, mes cosmétiques et profiter de choses cool qui sentent bon). J'ai remis un peu la question de la désirabilité en perspective (on peut être hot avec un physique qui sort totalement des normes plébiscitées, la preuve y'a du désir dans mon couple alors qu'on colle ni l'un ni l'autre aux clichés actuels de "belle physionomie") et l'impact du complexe (ça nous aveugle, on s'autoflagelle et on pense que les gens voient que ça mais c'est loin d'être toujours le cas). J'en ai profité pour prendre conscience de mes atouts et les mettre plus en valeur. Bon évidemment des fois y'a des jours sans où le complexe se rappelle à mon bon souvenir, j'ai encore besoin de pas mal d'autodérision pour accepter les compliments ou relativiser, mais voilà c'est tout un cheminement à faire. Parfois enrichissant, parfois chiant.

Je ne dis pas que tout se règle en prenant l'acceptation de soi comme un défi et que ça va mieux quand on se force à passer au dessus d'un complexe. Je pense que pour certaines personnes, ça fonctionne pas de manière aussi tranchée. On est pas dans la tête de l'autre pour affirmer que oui ça ira mieux après une chirurgie ou qu'au contraire ça ne sert à rien et qu'il faut apprendre à s'accepter. Je préfère pas répondre par d'autres biais que par mon témoignage du coup, parce que c'est vraiment trop propre à chacun.e. Le "pour" ou "contre" la chirurgie, c'est donc pas si simple à mes yeux.

Edit : coquille
 
Dernière édition: