Célibataires volontaires/en couple avec soi-même (la liberté avant tout)

c_koi_la_suite

Aller on avance
5 Août 2019
275
1 468
93
@Anclau : la plupart des personnes qui s'identifient comme solo poly ne se rangeraient pas dans la case célibataire. En tout cas, ça n'est pas mon cas. Solo poly ça se rapproche de l'anarchie relationnelle, mais sans vraiment être la même chose. C'est plus un mode de fonctionnement autour de l'autonomie (émotionnelle, relationnelle et financière).

Quand à l'incompatibilité entre le fait être (solo) poly et en couple... Aujourd'hui la majorité des poly sont de toute manière en couple exclusif car c'est la norme. Et qu'iels aient identifié-e-s leur besoin poly ou non, iels sont dans ces couples pour des raisons variées. Idem pour le personnes solo poly qui sacrifient une partie de leurs besoins pour être en couple poly (ou exclusifs), soit parce qu'iels n'ont pas identifié ce besoin, soit parce qu'iels ont choisi cette situation pour un ensemble de raisons.

D'ailleurs @PinUp Moderne, ça me fait aussi me demander si dans ta définition du célibat volontaire ou du fait d'être en couple avec toi même, tu pourrais inclure des relations plus ou moins suivies qui pourraient être des relations aromantiques et asexuelles. Est ce qu'avoir une affection profonde avec quelqu'un-e et vous retrouver pour passer la nuit ensemble de temps en temps, juste pour se cuisiner un truc, regarder un film et dormir en se calinant ça resterait dans ta définition, ou pas?
 

PinUp Moderne

Well-known member
18 Jan 2019
52
147
33
Comme toute définition concernant les rapports humains, je pense qu'elle est assez flou. Je pense qu'on peut rester sur le
Célibataire
donc pas en relation amoureuse (c'est pr ça que j'inclus les sex friend qui sont sensés être éphémère, de dépannage. Bcp de sex-friend sont des couples déguisés de gens qui n'assument pas/qui ne se retrouvent pas ds le couple mono exclusif, ne pas confondre). Je pense qu'on peu aussi exclure les asexuels, ce ne serait pas juste de les inclure car cela sous-entendrait qu'ils n'ont pas de relations amoureuses (ce qui est faux). Je ne sais pas trop quoi faire des aromantiques, je pense qu'on peut les inclure, ils ne tombent pas amoureux donc n'ont pas de relations amoureuses non? (j'avoue mal connaître, je ne voudrais pas faire de méprise).
Et
Volontaire donc n'a pas envie d'une relation, en a la possibilité ou non mais préfère éviter.

Je pense qu'on exclu les Solo Poly: ils ont plusieurs relations et volontairement^^ Même si leur principale c'est eux même.
 

Shuran

New member
8 Mai 2020
13
3
3
Bonjour!! moi....je sais pas vraiment ce qu'on appelle une vrais couple . Et en ce moment je suis encore célibataire même si j'ai déja 26 ans . euh...je vois que beaucoup des gens en couple souffre à cause des énorme disputes alors j'ai choisisé de rester célibataire volontairement jusqu'à present.
 

Berlin_3553

Well-known member
27 Mai 2020
206
299
63
Rennes
Moi c'est l'inverse, en plus de dix ans, je n'ai été célibataire que 5 mois, je pense que j'ai besoin d'être en couple, partager ma vie avec une complice pour sublimer chaque instant que je passe sur cette planète.

Mais je dois aussi sûrement manquer de confiance en moi pour pouvoir vivre toutes ces choses seul.
 

Kniphofia

Au fond du jardin
3 Jan 2019
240
1 253
93
Je suis redevenue célibataire par choix il y a un certain nombre d'années, je ne le suis pas restée par choix au début mais à présent, il faudra de solides arguments pour me convaincre d'en sortir !
Je n'ai pas du tout envie de me retrouver dans la configuration où je dois jouer la maman pour un dépendant affectif. Ça me vrille les nerfs rien que d'y penser.
Mon idéal serait de fréquenter quelqu'un de temps en temps, un couple exclusif où chacun aurait sa vie de son côté, un peu comme les parents d' @Anclau . Je suis fatiguée rien qu'à l'idée d'expliquer ce concept de couple distant mais pas libre à un mec lambda...
Et puis de toute façon, je suis restée amère suite à mes déceptions amoureuses. J'ai rencontré plusieurs personnes qui me convenaient tout à fait mais il ne s'est rien passé du tout. Le pire, c'est qu'il aurait sûrement pu pu se passer quelque chose, mais ces hommes n'étaient pas disponibles et ce rôle ne me disait rien. Par dépit, j'ai donné leur chance à des mecs qui me plaisaient moyennement, mais il s'est avéré qu'en plus, je n'avais rien à leur dire. Je me reconnais donc bien dans l'expérience de @PinUp Moderne :
Les quelques "dates" de ces 18 mois (3) m'ont plus donné envie de me barrer qu'autre chose à la moitié de mon verre^^
Les sites de rencontre ? Heu non, désolée, je cherche une relation basée sur le respect et la communication entre adultes, le catalogue de tarés obsédés sexuels c'est pas possible...
Par moment, j'ai l'impression que je deviens asexuelle, pourtant je sens bien une poussée de libido quand j'ai un crush ! Ce qui est sûr, c'est que je ne vais pas accepter n'importe quoi juste pour me procurer un partenaire. :non:
 

Berlin_3553

Well-known member
27 Mai 2020
206
299
63
Rennes
Autant je n'aime pas les sites de rencontre, autant je trouve ton commentaire archi réducteur. Tu n'as pas plus de chance de trouver une relation basé sur le respect et la communication IRL que sur un site de rencontre... enfin dans les deux cas tu peux tomber sur des «tarés obsédés sexuels» Même si je serais curieux de savoir qu'elle en est ta définition.
 

Kniphofia

Au fond du jardin
3 Jan 2019
240
1 253
93
@Berlin_3553 Oui, mon commentaire archi-réducteur est basé sur mes quelques expériences non concluantes. Ce n'est pas une analyse sociologique poussée, je te l'accorde !
Les sites de rencontre me donnent vraiment l'impression de feuilleter un catalogue, déjà ce n'est pas vraiment comme ça que je conçois une attirance pour quelqu'un. Et je suis tombée sur des profils gratinés, avec des propositions sexuelles très rapides alors que... ben... on ne se connaissait pas, on pourrait commencer par "bonjour" peut-être... Même mes quelques rendez-vous, qui s'étaient "correctement" déroulés, ont débouché sur des mails salaces.
Je ne critique pas les personnes qui vont sur ces sites dans le simple but de trouver des partenaires sexuel-les, je sais qu'il y en a un paquet. Mais qu'elles s'adaptent à ce qu'elles ont en face, à la façon dont le profil est rédigé ; même chose pour les personnes en couple qui cherchent à varier les expériences, ça serait pas mal d'éviter de jeter son dévolu sur les célibataires esseulé-es qui se déclarent à la recherche d'une relation sérieuse.
 

Chatonne

Well-known member
16 Mar 2019
134
512
93
Lyon
Hey, je pose mes valises par ici, je crois que je peux me considérer comme célibataire volontaire.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Depuis j'ai eu un vague flirt, 497261 crush qui ne mènent nulle part (j'ai des crush très réguliers mais que j'apprécie laisser à l'état de fantasme, d'ailleurs souvent ils me sortent de l'esprit après quelques semaines).
La vie de couple, c'était pas mal mais sincèrement, ça me manque pas. Je suis pas totalement fermée à l'idée d'être en couple mais je ne fais rien pour.

Après au quotidien, c'est incroyable comme j'ai l'impression d'avancer plus vite ds ma vie depuis que je ne me soucie plus de cet aspect.
En fait je me reconnais très exactement dans cette phrase ! Depuis que je suis seule j'ai plein de projets, seule ou avec des potes.

De mon côté ma famille et mes potes n'en sont pas du tout choquée, mais je pense que c'est aussi parce que je suis jeune (26 ans) et que je sors d'une relation longue.
 

Berlin_3553

Well-known member
27 Mai 2020
206
299
63
Rennes
Ton contexte, je l'ai connu dans le rôle du mec.

Clairement pas le moment le plus glorieux de ma vie, je culpabilise souvent en y repensant. Trop ou pas assez, je ne sais jamais.

En tout cas je confirme, les quelques mois de célibat qui ont suivi m'ont permis d'avancer. Peut-être pas plus vite, mais différemment c'est certain. Je suis enfin sorti de ma zone de confort, j'ai pris des risques... le risque d'être heureux et de ne pas avoir de regrets.

J'avais la vingtaine déjà bien passé, j'ai repris des études à la fac et j'ai pris beaucoup d'initiatives (militantismes, sports, bénévolats, activité culturelle), notamment sur le plan humain (j'ai tous fais pour me faire des amis, j'ai dragué ouvertement pour la première fois sans craindre le ridicule , j'ai tout misé sur la sincérité qui est devenu un peu ma marque de fabrique, pour le pire et le meilleur)

Au final j'ai très vite été à nouveau en couple, mais beaucoup plus sainement qu'avant.
 

MickyFoxtrot

Well-known member
20 Jan 2019
13
47
13
Bonsoir,

#mavie

Je suis actuellement en couple avec moi-même, vie équilibrée, projets ++, je peux dire que je suis plutôt heureuse de ma vie.

MAIS, sur un point, ça me dérange. C'est le regard de la société. J'ai l'impression de ne pas avoir de légitimité sociale car célibataire.

Est-ce que certains d'entre vous l'ont déjà ressenti? Comment vous en êtes vous débarrassé ?

Je ne suis pas sûre de croire au couple et en vrai, je me verrai bien en couple avec un mec qui serait un ami, un partenaire avec lequel on partagerait des projets mais pas forcément de l'amour et à côté de ça, des relations plus ou moins suivies, où il y aurait passions et sentiments.

Ça me permettrait d'être légitime sur le plan social et libre.
Suis-je la seule a voté pour ce programme?
 

Kniphofia

Au fond du jardin
3 Jan 2019
240
1 253
93
@MickyFoxtrot Je ressens aussi ce manque ce légitimité, la pitié prête à être exprimée alors que tant que les gens ne connaissent pas mon statut matrimonial, ils me trouvent sympa et vivante.
Mais ça serait hors de question pour moi d'avoir un conjoint de façade et des relations libres à côté. D'ailleurs, j'ai brièvement testé avant de me séparer, ma vie ne m'a jamais semblé aussi absurde, puisque de une, la vie de couple représente un gros effort pour moi et de deux, j'ai du mal à rencontrer des gens et à me laisser aller avec des inconnus. Bref, cette vie cumulait tous les désavantages pour moi ! Et puis il faut arrêter, je ne suis pas une superstar ou une politicienne qui aurait besoin d'afficher une vie personnelle parfaite pour avoir la paix. La "société" susceptible de me juger représente quand même assez peu de personnes !
 

Berlin_3553

Well-known member
27 Mai 2020
206
299
63
Rennes
Etre célibataire, c'est suspect.

On est nombreux à ne pas vouloir finir tout seul. Construction sociale ou inné, l'union entre deux humains est presque innéluctable.

Dans notre société moderne, cet ordre naturel est surtout devenu un jeu, très compétitif. Ou la peur d'être tout seul nous pousse à juger autrui pour se rassurer.
 
  • You Rock !
Reactions: MickyFoxtrot

Juddy_Abbot

Well-known member
7 Jan 2019
72
309
53
Je débarque sur ce topic.
Pas vraiment célibataire par choix. Mais plutôt par manque de réciprocité, même si bon. J'aime beaucoup être seule. #fausseextravertie. Avec un fond anxieux.

J'ai eu des périodes où dégoutée de mes mauvaises expériences, je ne voulais être avec personne. Perte de temps et d'énergie. Malgré ma volonté...

De toute manière, je confirme, seule, on avance vite et surtout je fais ce que je veux quand je veux sans peur d'être jugée. Voyager seule, décider sur un coup de tête ou passer un week-end. Faire en fonction de mes besoins et mes envies. Le bonheur.

Quand je vois les prises de tête, les embrouilles, la violence psychologique entre les couples de mes potes, je remercie le ciel d'être seule.
Jamais je ne serai capable d'être dans ce genre de dynamique usuante. Pas l'énergie.

Si je me mets avec quelqu'un c'est pour être bien loin des problèmes du monde extérieur, pas pour m'ajouter des couches de boulets et d'anxiété.

Trouver une personne avec qui ca coule de source c'est génial. Mais il faut la trouver déjà et qu'elle soit dans la même optique. Sans ça, happy forever alone, même si putain ça me genre une anxiété et un sentiment de ne pas être un être humain complet (0 relation sérieuse à 33 ans).

Donc j'imagine que je suis un cas suspect.
Oui, je lance des piques
 

Silversky

Member
20 Avr 2020
4
18
3
Je viens poster moi aussi mes fesses ici.
Je suis célibataire, j'ai 29 ans.

Alors avant je vivais très mal mon célibat. Coucou les soeurs ainées qui ont trouvé leur mec à 17-20 ans, qui sont mariées et qui ont des enfants. En fait, ça m'a beaucoup pesé, car je voyais chez mes parents des photos de mes soeurs en couple, des petits enfants, et 0 de moi. Donc à force euh... ça fait mal :eek: J'avais l'impression parce que je n'étais ni mariée ni avait des enfants que je n'avais pas le droit d'être montrée. Je vous jure ça m'est grave montée à la tête. Je suis quelqu'un d'hypersensible (précocité non décelée à la naissance en plus), anxieuse et je me pose toujours 1 milliard de questions. Donc de 25 à 28 ans j'ai vécu en Région Parisienne. J'ai eu une mec là bas ça a duré 3 mois et encore on s'est vu ;... 3 fois. et ça c'est très mal fini (j'ai refusé de coucher avec lui, il est parti au petit déjeuner et ne m'a jamais plus recontacté BAM ah oui il s'est fait passé pour mourrant sisisisissi). Bref, retour à la case départ. Après quelques péripéties je suis arrivée en Auvergne en 2019. Au début, beaucoup de choses à régler avec moi-même pas le bon moment pour chercher quelqu'un. 2020 je me dis allez c'est l'année! Ouai... J'aurai pas dû. Enfin je sais pas. J'ai rencontré un gars en mai. Vous voyez le genre de gars vous vous dîtes ouaah il est tellement génial qu'il y a un loup quelque part? Oui oui bah je l'ai trouvé le loup ou plutôt je l'ai subi. On passait des supers moments, on passe un week end ensemble, je couche avec lui (première fois pour moi et la virginité tardive me pesait aussi) parce que je le voulais (je précise) et puis, la semaine suivante il vient manger chez moi et après bah après il m'a envoyé un message facebook où il m'a plaqué 0 courage de venir me voir en face alors qu'il habite à 5mn de chez moi. L.O.L :poop: Du coup je me suis effondrée. En fait je me sentais bien avec lui et surtout je lui avais confié des choses hyper personnelles. Donc je me suis entie trahie, manipulée (et puis le coup de je suis une fille facile parce que j'ai couché avec lui au 3eme rencard pardon mais il était consentant et moi aussi on était deux et on est plus au Moyen Age). Du coup j'ai fini... chez l'hypnothérapeute car j'arrivais plus à controler mes émotions la catastrophe. Et là... Grosse Révélation. Bah oui."Vous êtes une personne différente, chacun est différent, pourquoi vouloir vous comparer sans cesse à vos soeurs?" Et là j'ai compris que : ah putain oui je suis différente et que j'ai pas forcément besoin d'un mec pour faire ma vie... :p Et je me suis rendue compte que je me mettais un frein pour beaucoup de choses que je voulais faire. En fait, j'attendais une espèce de bénédiction parentale sur ma vie. Jalouse d'entendre à chaque fois parler de mes soeurs et de leurs vies de famille je me sentais... à l'écart. Et bien depuis juillet j'ai décidé que j'allais faire ma vie comme j'allais l'entendre et TOC! Ca a commencé par la prise de décision de me faire tatouer chose que j'ai envie de faire depuis 4 ans mais que je m'en empêchais car ma mère me faisait flipper avec ses réactions aux tatouages blablablabla c'est pas pour toi blablablabla, du coup je vais passer cette semaine prendre RDV pour novembre! Et aussi j'ai pris la décision que dès la signature de mon CDI... j'allais acheter un appartement! Oui toute seule! Et que maintenant j'avais appris à dire NON à ma famille, à mes soeurs. Et que je clame haut et fort que je suis célibataire et que ce n'est pas une TARE. Non non. Et je l'ai répété pendant les vacances familiales: je suis seule, ça m'a foutu un coup de pied au cul cette rupture mais je compte bien assumer mon célibat. Si je rencontre quelqu'un tant mieux, mais une personne qui me comprend et qui me respecte (puis que mon ex me rabachait que j'étais fatigante à trop parler, et bien merde :cretin::cretin:). Je ne changerai pour personne. Je veux des enfants mais pas encore. Et puis à présent on peut être mère célibataire. Je sens que quelque chose se libère en moi d'assumer mon célibat!

GIRL POWER :rainbow:

Pardon pour ce pavé.
 

Juddy_Abbot

Well-known member
7 Jan 2019
72
309
53
@Silversky
Je me retrouve dans pas mal de trucs que tu dis... Le mec qui te largue en rentrant chez lui après un repas chez toi, et le fait qu'il habite à 5min.. (j'ai vécu là-même chose).... Puis le mec que tu vois une fois par mois... Ou qui pars brusquement en te faisant culpabiliser... Ou encore la virginité tardive... (pour moi c'était du vaginisme et des crises de panique tellement mon entourage m'avait bourré le crane que j'étais moche et personne ne voudrait de moi).....

Contente de voir que tu assumes.

Moi j'aimerais faire de l'hypnose mais pour me défaire d'une réaction systématique quand un mec me largue (limite j'ai envie de me tuer tellement violent)
 

Kniphofia

Au fond du jardin
3 Jan 2019
240
1 253
93
@Juddy_Abbot Moi aussi je me retrouve dans ce que tu dis. Je suis un peu plus âgée que vous, j'ai eu mon unique relation de 29 à 35 ans, ce qui me rend donc légitime auprès de certaines personnes qui jugent le célibat des autres. :rolleyes: Mais ça n'a pas rendu les choses plus faciles après, d'autant que je sais ce qu'est une relation respectueuse maintenant (ce qui ne l'a pas empêché d'être prise de tête !), alors les tentatives de manipulation à deux balles en guise de parade amoureuse ça ne prend pas du tout sur moi.
J'ai un côté spécial aussi, un grand décalage entre mon niveau d'analyse/de prise de tête et l'image que les gens se font de moi : beaucoup de types me pensent un peu simplette et sont déçus s'ils se rendent compte que ce n'est pas le cas. Ca me bloque pour vivre des relations éphémères puisque dans mon expérience, moi je pensais qu'on était deux adultes qui passaient un bon moment ensemble, mais en face le mec se disait qu'il profitait de la situation avec une gentille coconne... Je me rendais compte avec les réflexions qui leur échappaient quand ils n'étaient pas très futés. Et les rateaux humiliants, je connais aussi, quoique dans mon cas le mec se défile avant même de coucher.
Je pense sincèrement que je vais rester seule, ce qui représente des avantages incomparables pour le choix des vacances, des balades, le ciné (c'est tellement chiant de devoir discuter pour choisir un film, une séance et de négocier l'emplacement dans la salle quand ton compagnon aime être devant et toi au fond :mur:).
Et puis plus je réfléchis, plus je trouve des éléments de manipulation dans la relation avec mon ex. Et aussi avec mes anciennes amies, avec qui j'ai préféré couper les ponts. Toutes ces relations pendant lesquelles j'ai été patiente et tolérante envers les défauts des autres, et en face des gens qui se disaient qu'ils pouvaient s'essuyer les pieds sur moi parce que j'étais gentille... Je fais très attention au choix de mon entourage maintenant, c'est en ce sens que je suis "difficile" pour trouver un partenaire potentiel.